En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Onfray, Bigard, Zemmour et compagnie… La folle peur des bien-pensants

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Libye : la pâtée pour les mercenaires russes ?

04.

L’Express voit Bertrand bien placé pour 2022, Wauquiez mieux placé qu’on ne croit, Retailleau trop critique; Didier Raoult est un libertaire élitiste; Marianne plonge dans la France qui rêve de coup d’Etat; Merkel achète son vin et son papier toilette

05.

Décentralisation : pour un redécoupage des départements français

06.

Trump et les conservateurs partent en guerre contre les réseaux sociaux… et ont de vraies raisons de le faire

07.

Changer de Premier ministre… ou supprimer la toute puissance du Président de la République ?

01.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

02.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

03.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

04.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

05.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

06.

Tempête d’argent gratuit… et de prélèvements en vue

01.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

02.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

03.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

04.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

05.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

06.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

ça vient d'être publié
pépites > Economie
Forte augmentation
Impact du coronavirus : le chômage atteint en France son plus haut niveau depuis 1996
il y a 35 min 14 sec
pépite vidéo > Santé
Assurance maladie
Brigades Covid-19 : les enquêteurs ont débuté leur mission pour retracer les cas contacts
il y a 1 heure 33 min
décryptage > Politique
Remaniement

Changer de Premier ministre… ou supprimer la toute puissance du Président de la République ?

il y a 3 heures 2 min
décryptage > International
Relations internationales

Coronavirus : deux leçons géopolitiques majeures

il y a 3 heures 29 min
décryptage > France
Elle est toujours vivante

Vous avez aimé la "France périphérique" de Christophe Guilluy. Raymond Depardon, le plus grand photographe français vivant, l’a mise en image

il y a 4 heures 37 sec
décryptage > Europe
Prix de la pandémie

750 milliards d’euros pour la relance européenne : attention à ne pas oublier les PME

il y a 4 heures 25 min
décryptage > High-tech
Censure par algorithme

Trump et les conservateurs partent en guerre contre les réseaux sociaux… et ont de vraies raisons de le faire

il y a 5 heures 54 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Angela Merkel va réussir la fin de son mandat en déboulonnant les dogmes politiques auxquels les Allemands étaient si attachés

il y a 6 heures 23 min
pépites > Politique
Campagne des municipales
Agnès Buzyn regrette le terme de "mascarade" et confirme sa volonté de ne "pas laisser à Anne Hidalgo les pleins pouvoirs" à Paris
il y a 17 heures 16 min
pépites > High-tech
Outil numérique
Assemblée nationale : les députés votent en faveur de l'application de traçage StopCovid
il y a 19 heures 4 min
light > Science
Sage décision
Le premier lancement habité de SpaceX a été reporté à samedi en raison du mauvais temps
il y a 1 heure 1 min
pépites > Politique
Disparition
Claude Goasguen, député LR de Paris, est mort d'un arrêt cardiaque après avoir été atteint par le Covid-19
il y a 2 heures 22 min
décryptage > International
Tensions

Pourquoi Trump s’en prend à l’OMS ?

il y a 3 heures 15 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
L’Express voit Bertrand bien placé pour 2022, Wauquiez mieux placé qu’on ne croit, Retailleau trop critique; Didier Raoult est un libertaire élitiste; Marianne plonge dans la France qui rêve de coup d’Etat; Merkel achète son vin et son papier toilette
il y a 3 heures 52 min
décryptage > Défense
"Opération dignité"

Libye : la pâtée pour les mercenaires russes ?

il y a 4 heures 13 min
décryptage > Société
Vertige de l'amour

Si la Covid-19 a congelé votre libido, vous n’êtes pas le seul

il y a 4 heures 58 min
décryptage > Politique
Baudruche ?

Onfray, Bigard, Zemmour et compagnie… La folle peur des bien-pensants

il y a 6 heures 10 min
décryptage > Société
Boom du complotisme

Après l’économie en 2008, la science prend une claque dans l’opinion en 2020 : quel avenir pour la connaissance ?

il y a 6 heures 32 min
light > Politique
Bras de fer avec Twitter
Donald Trump menace de "fermer" les réseaux sociaux après le signalement de ses tweets
il y a 18 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’Autre qu’on adorait" de Catherine Cusset : superbe graine de Prix

il y a 20 heures 23 min
© MAHMUD TURKIA / AFP
© MAHMUD TURKIA / AFP
Enjeux

Turquie et Libye : une guerre pour le gaz de la Méditerranée ?

Publié le 08 janvier 2020
La Méditerranée est une zone clé pour la Libye et pour Turquie sur la question énergétique et sur le dossier du gaz.
Samuel Furfari est docteur en sciences appliquées, ingénieur chimiste et ingénieur industriel. Il a été durant trente-six ans haut fonctionnaire à la Direction générale de l'énergie de la Commission européenne. Il enseigne depuis 2003 la géopolitique de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Samuel Furfari
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Samuel Furfari est docteur en sciences appliquées, ingénieur chimiste et ingénieur industriel. Il a été durant trente-six ans haut fonctionnaire à la Direction générale de l'énergie de la Commission européenne. Il enseigne depuis 2003 la géopolitique de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La Méditerranée est une zone clé pour la Libye et pour Turquie sur la question énergétique et sur le dossier du gaz.

Le début de l’année géopolitique 2020 est préoccupant, et pas uniquement pour les évènements en Iran/Irak. La montée en puissance du rôle de la Turquie au Proche et Moyen-Orient ne doit pas laisser indifférent. Ce qu’elle est en train de préparer dans la Mer du Levant l’est peut-être encore plus, car cette région maritime est riche en gaz naturel et joue déjà un rôle majeur dans la géopolitique de l'énergie. Le 31 décembre dernier, le gaz du gisement « Léviathan » au large d'Israël a commencé à produire. Il va monter en puissance dans les prochains mois et ainsi dépasser la production de l’autre gisement – « Tamar » – qui produit depuis 2014. Israël, qui était entouré de pays producteurs de pétrole, a vu soudainement sa politique énergétique bouleversée ; ses centrales électriques au charbon vont être remplacées par des centrales au gaz. En Égypte, depuis décembre 2017, le gisement gazier de Zohr produit et apporte un énorme soulagement à l’approvisionnement énergétique de ce pays. Mais cette zone est tellement riche en gaz qu’il faudra d’évidence exporter cette énergie recherchée car peu polluante pour l’atmosphère, le gaz étant l’avenir de l’énergie et l’énergie de l’avenir.

C’est pourquoi en 2013, le ministre belge des Affaires étrangères de l’époque, Didier Reynders, a voulu aborder la question de manière académique afin que cette abondance ne soit pas une ultérieure source de conflits. Egmond, l'Institut royal des relations internationales de Belgique a ainsi organisé une série de rencontres auxquelles j’ai eu le privilège d’apporter ma contribution. Le rapport qui en est résulté aborde les différents défis et opportunités de la coopération énergétique dans la région de la Méditerranée orientale et du bassin du Levant, afin d'examiner comment la gestion des nouvelles ressources énergétiques pourrait agir comme un vecteur de coopération plutôt que de conflit entre les pays concernés. 

Cela a donné des résultats positifs, puisque les pays les plus impliqués – Israël, l'Égypte, la Grèce, Chypre mais aussi les territoires palestiniens, ont créé un Forum du gaz de la Méditerranée orientale afin de renforcer la coopération et promouvoir l'exploitation des réserves de gaz naturel dans la région. La prochaine réunion ministérielle de ce Forum est prévue au Caire pendant la deuxième moitié de janvier 2020 ; cependant nul doute qu’elle se tiendra dans une atmosphère préoccupante à cause de l’attitude de la Turquie.

En effet, celle-ci veut sa part du gâteau gazier de la Mer du Levant, dont elle s’estime exclue par l’application de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer de 1982 (Convention dite « de Montego Bay »). Cette Convention accorde aux états côtiers la possibilités de décréter une zone économique exclusive (ZEE). Ceci revient en pratique à déplacer les frontières d’un pays en pleine mer. Elle a ainsi permis de créer une multitude de nouvelles frontières qui ont changé la donne en géopolitique de l'énergie, puisque souvent ces territoires maritimes recèlent des hydrocarbures. C’est le cas de la mer du Levant, qui est devenue en quelques années « une nouvelle Norvège » dans le sud-est de l’UE, car de cette zone conflueront des nouveaux approvisionnement gazier pour l’UE, qui en a par ailleurs bien besoin. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle la Commission européenne finance l’étude de faisabilité de la conduite EastMed sensée transporter du gaz depuis la Mer du Levant vers le sud de l’UE.

Mais voilà, la Turquie ne peut tolérer de ne pas faire partie de ce nouvel ensemble gazier. 

C’est la raison pour laquelle en décembre 2019 elle a annoncé qu’elle avait signé un accord de partage d’espace maritime avec la Libye. Ce n’est pas la place ici d’entrer dans les spécificités juridiques de la Convention mais quiconque regarde une carte de la zone voit bien qu’entre la Turquie et la Libye il y a l’île de Crête, quelques autres îles grecques mais aussi Chypre. Une continuité maritime entre la Turquie et la Libye est donc impossible. Contrairement à la Grèce, à l'UE, aux États-Unis, à la Russie, à l'Égypte, à Israël et même au gouvernement de la Libye orientale du général Haftar, Recep Tayyip Erdoğan et son soudain allié Fayez el-Sarraj, le chef du gouvernement d’accord national de Tripoli, semblent être les seuls à penser qu’il y a une continuité maritime, au sens de la Convention sur le droit de la mer, entre la Turquie et la Libye. Le seul lien entre ces deux pays est d’ordre historique et discontinu, la Libye ayant fait partie de l’Empire Ottoman jusqu’en 1912.

Le Conseil européen du 12 décembre dernier, en rappelant ses précédentes conclusions sur la Turquie, confirme que les activités de forage de la Turquie dans la zone économique exclusive de Chypre sont illégales et que « le protocole d'accord entre la Turquie et la Libye sur la délimitation des juridictions maritimes en mer Méditerranée viole les droits souverains d'États tiers, est contraire au droit de la mer et ne saurait avoir de conséquences juridiques pour les États tiers. Le Conseil européen réaffirme sans équivoque sa solidarité́ avec la Grèce et Chypre en ce qui concerne ces actions de la Turquie. » 

Cette volonté de la Turquie de s’approprier une part du gaz naturel de la Mer du Levant explique sa décision prise ce 2 janvier d’intervenir militairement en Libye et l’arrivé ce 6 janviers du début du déploiement de ses troupes en Libye. Cette manœuvre menace de précipiter une crise plus large en Méditerranée orientale qui, à son tour, pourrait compliquer les relations de la Turquie avec Moscou, d'une part, et avec Washington et les principaux alliés de l'OTAN, d'autre part. Le comble est que la Turquie n’a ni signé ni ratifié la Convention qu’elle évoque pour intervenir militairement en Libye.

Bien qu’on ne veuille pas donner raison à Emmanuel Macron qui déclare que l’OTAN, dont la Turquie est membre, est moribond, il y a de quoi le comprendre. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Onfray, Bigard, Zemmour et compagnie… La folle peur des bien-pensants

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Libye : la pâtée pour les mercenaires russes ?

04.

L’Express voit Bertrand bien placé pour 2022, Wauquiez mieux placé qu’on ne croit, Retailleau trop critique; Didier Raoult est un libertaire élitiste; Marianne plonge dans la France qui rêve de coup d’Etat; Merkel achète son vin et son papier toilette

05.

Décentralisation : pour un redécoupage des départements français

06.

Trump et les conservateurs partent en guerre contre les réseaux sociaux… et ont de vraies raisons de le faire

07.

Changer de Premier ministre… ou supprimer la toute puissance du Président de la République ?

01.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

02.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

03.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

04.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

05.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

06.

Tempête d’argent gratuit… et de prélèvements en vue

01.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

02.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

03.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

04.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

05.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

06.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
philippe de commynes
- 10/01/2020 - 11:22
Audois
Je suis d'accord avec vous, mais je crois qu'il y a encore mieux à faire que de sortir de l'otan : y rester pour la saboter de l'intérieur en pratiquant une obstruction, un veto systématique.
Cela achèverait de rendre l'otan inutilisable, et si les USA voudraient encore s'en servir, ils devraient le dissoudre pour en refonder un nouveau ou le droit de veto n'existerait plus, et là il n'y aurait que la Pologne et les pays Baltes dont l'adhésion irait de soi.
Audois
- 09/01/2020 - 11:49
L'OTAN ?
Pourquoi cette phrase de conclusion alambiquée ? "On ne peut pas lui donner raison mais on le comprend", c'est un bel exemple de langue de bois !
L'OTAN est effectivement moribonde étant une alliance militaire sans objectif politique commun. A quoi rime une alliance militaire de défense commune qui regroupe des pays ayant des intérêts très divergents et aucun objectif commun ? Macron sur ce point a parfaitement raison. La conclusion logique serait de se retirer de ce machin. Mais Macron n'est pas de Gaulle !