En direct
Best of
Best of du 11 au 17 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les justiciers progressistes prennent leur propre caricature au sérieux : l’étude du cas Rokhaya Diallo

02.

La bombe démographique européenne : à partir de 2021, la population diminuera

03.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

04.

Laeticia Hallyday agressée dans une rue de Paris parce que "trop riche" ; 150 000 € la semaine, Gims ne skie pas comme un pauvre ; Keanu Reeves montre ses fesses en Californie ; Adèle n'en a plus à montrer ; Céline Dion bénit la fiancée de René-Charles

05.

Le taux du Livret A à 0,5% : une règle nouvelle sans « coup de pouce » ? Qu’aurait donné l’ancienne ?

06.

Pourquoi Pierre-Yves Bournazel a-t-il rallié Benjamin Griveaux ? Parce que l’autre le tient par les couilles !

07.

Vladimir Poutine entend rester au pouvoir ad vitam aeternam mais la population russe l’acceptera-t-elle ?

01.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

02.

Malgré les difficultés, la génération Y sera la plus riche de tous les temps

03.

Arretmaladie.fr permet d’obtenir un arrêt maladie en 3 minutes sur internet mais déclenche la colère de la sécurité sociale. Sauf que...

04.

La manifestation du 9 janvier a été beaucoup plus violente que les médias n’ont pu le raconter

05.

Epidémie de gastro-entérites : tout ce qu’il faut savoir pour éviter d’attraper le norovirus

06.

Chine : un virus mystérieux inquiète les autorités chinoises. Et désormais l'OMS

01.

Boeing ukrainien : c’est peut être un déséquilibré radicalisé qui a tiré le missile ?

02.

Ce boulevard qui devrait s’ouvrir au RN… mais ne s’ouvre pas tant que ça

03.

"Des profondeurs de nos cœurs" : un livre qui ébranle l'Eglise

04.

LR : le tigre de papier

05.

Jeanne Balibar (« Les Misérables ») veut qu'on enseigne les mathématiques en arabe !

06.

« Voulez-vous que l'air soit plus pur ? » : le référendum que Macron ne peut pas perdre !

ça vient d'être publié
light > Culture
Bonne nouvelle
Un tableau de Klimt, volé en 1997, a été retrouvé par hasard
il y a 5 heures 1 min
pépites > France
Bout du tunnel
Paris : le syndicat Unsa-RATP suspend la grève, le trafic du métro devrait fortement s'améliorer lundi
il y a 6 heures 33 min
light > Insolite
Disparition
L'homme le plus petit du monde, qui mesurait 67 cm, est décédé
il y a 8 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Amertume Apache, Une aventure du Lieutenant Blueberry" : Le renouvellement d’un mythe

il y a 9 heures 33 min
pépite vidéo > Politique
Soirée perturbée
Emmanuel Macron évacué d'un théâtre où tentaient d'entrer des manifestants
il y a 10 heures 51 min
décryptage > International
Régime autoritaire

Vladimir Poutine entend rester au pouvoir ad vitam aeternam mais la population russe l’acceptera-t-elle ?

il y a 11 heures 54 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

La laïcité et le féminisme : les deux atouts de la société française pour lutter contre l'obscurantisme religieux

il y a 12 heures 15 min
décryptage > Social
Bonnes feuilles

Gilets jaunes : les perspectives concrètes pour le mouvement après la phase insurrectionnelle

il y a 12 heures 16 min
décryptage > France
La réalité dépasse la caricature

Quand les justiciers progressistes prennent leur propre caricature au sérieux : l’étude du cas Rokhaya Diallo

il y a 12 heures 28 min
décryptage > International
Retournement

Les trois locomotives de l’économie américaine qui avaient combattu Donald Trump s’allient désormais à lui pour sa réélection

il y a 12 heures 52 min
pépites > Politique
Comeback
Ségolène Royal annonce la création d'une association politique en vue de 2022
il y a 5 heures 53 min
pépites > International
Défi planétaire
Changement climatique : 18 % des Américains n'y croient pas, contre 9 % des Européens et 1 % des Chinois
il y a 7 heures 42 min
pépites > Politique
Maintien
Cote de confiance : lègere hausse pour Emmanuel Macron en janvier
il y a 9 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Amazon, main basse sur le futur" : Amazon nous promet la lune mais à quel prix ? Enquête instructive sur un mastodonte.

il y a 9 heures 37 min
décryptage > France
Baisse

Le taux du Livret A à 0,5% : une règle nouvelle sans « coup de pouce » ? Qu’aurait donné l’ancienne ?

il y a 11 heures 44 min
décryptage > Politique
Ils ont le plus grand respect l’un pour l’autre

Pourquoi Pierre-Yves Bournazel a-t-il rallié Benjamin Griveaux ? Parce que l’autre le tient par les couilles !

il y a 12 heures 5 min
décryptage > Religion
Bonnes feuilles

Quand la religion sert de justification à la violence contre les femmes : pour en finir avec la gynépathie

il y a 12 heures 15 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Système de santé en France : la cruelle absence de vision et le manque de réel projet au sein du ministère de la Santé

il y a 12 heures 16 min
décryptage > Europe
Basculement

La bombe démographique européenne : à partir de 2021, la population diminuera

il y a 12 heures 39 min
décryptage > Politique
Alternative

Ce duel nationaux/mondialistes auquel s’accrochent Marine Le Pen et Emmanuel Macron alors qu’il n’intéresse pas vraiment les Français

il y a 12 heures 57 min
© MAHMUD TURKIA / AFP
© MAHMUD TURKIA / AFP
Enjeux

Turquie et Libye : une guerre pour le gaz de la Méditerranée ?

Publié le 08 janvier 2020
La Méditerranée est une zone clé pour la Libye et pour Turquie sur la question énergétique et sur le dossier du gaz.
Samuel Furfari est docteur en sciences appliquées, ingénieur chimiste et ingénieur industriel. Il a été durant trente-six ans haut fonctionnaire à la Direction générale de l'énergie de la Commission européenne. Il enseigne depuis 2003 la géopolitique de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Samuel Furfari
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Samuel Furfari est docteur en sciences appliquées, ingénieur chimiste et ingénieur industriel. Il a été durant trente-six ans haut fonctionnaire à la Direction générale de l'énergie de la Commission européenne. Il enseigne depuis 2003 la géopolitique de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La Méditerranée est une zone clé pour la Libye et pour Turquie sur la question énergétique et sur le dossier du gaz.

Le début de l’année géopolitique 2020 est préoccupant, et pas uniquement pour les évènements en Iran/Irak. La montée en puissance du rôle de la Turquie au Proche et Moyen-Orient ne doit pas laisser indifférent. Ce qu’elle est en train de préparer dans la Mer du Levant l’est peut-être encore plus, car cette région maritime est riche en gaz naturel et joue déjà un rôle majeur dans la géopolitique de l'énergie. Le 31 décembre dernier, le gaz du gisement « Léviathan » au large d'Israël a commencé à produire. Il va monter en puissance dans les prochains mois et ainsi dépasser la production de l’autre gisement – « Tamar » – qui produit depuis 2014. Israël, qui était entouré de pays producteurs de pétrole, a vu soudainement sa politique énergétique bouleversée ; ses centrales électriques au charbon vont être remplacées par des centrales au gaz. En Égypte, depuis décembre 2017, le gisement gazier de Zohr produit et apporte un énorme soulagement à l’approvisionnement énergétique de ce pays. Mais cette zone est tellement riche en gaz qu’il faudra d’évidence exporter cette énergie recherchée car peu polluante pour l’atmosphère, le gaz étant l’avenir de l’énergie et l’énergie de l’avenir.

C’est pourquoi en 2013, le ministre belge des Affaires étrangères de l’époque, Didier Reynders, a voulu aborder la question de manière académique afin que cette abondance ne soit pas une ultérieure source de conflits. Egmond, l'Institut royal des relations internationales de Belgique a ainsi organisé une série de rencontres auxquelles j’ai eu le privilège d’apporter ma contribution. Le rapport qui en est résulté aborde les différents défis et opportunités de la coopération énergétique dans la région de la Méditerranée orientale et du bassin du Levant, afin d'examiner comment la gestion des nouvelles ressources énergétiques pourrait agir comme un vecteur de coopération plutôt que de conflit entre les pays concernés. 

Cela a donné des résultats positifs, puisque les pays les plus impliqués – Israël, l'Égypte, la Grèce, Chypre mais aussi les territoires palestiniens, ont créé un Forum du gaz de la Méditerranée orientale afin de renforcer la coopération et promouvoir l'exploitation des réserves de gaz naturel dans la région. La prochaine réunion ministérielle de ce Forum est prévue au Caire pendant la deuxième moitié de janvier 2020 ; cependant nul doute qu’elle se tiendra dans une atmosphère préoccupante à cause de l’attitude de la Turquie.

En effet, celle-ci veut sa part du gâteau gazier de la Mer du Levant, dont elle s’estime exclue par l’application de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer de 1982 (Convention dite « de Montego Bay »). Cette Convention accorde aux états côtiers la possibilités de décréter une zone économique exclusive (ZEE). Ceci revient en pratique à déplacer les frontières d’un pays en pleine mer. Elle a ainsi permis de créer une multitude de nouvelles frontières qui ont changé la donne en géopolitique de l'énergie, puisque souvent ces territoires maritimes recèlent des hydrocarbures. C’est le cas de la mer du Levant, qui est devenue en quelques années « une nouvelle Norvège » dans le sud-est de l’UE, car de cette zone conflueront des nouveaux approvisionnement gazier pour l’UE, qui en a par ailleurs bien besoin. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle la Commission européenne finance l’étude de faisabilité de la conduite EastMed sensée transporter du gaz depuis la Mer du Levant vers le sud de l’UE.

Mais voilà, la Turquie ne peut tolérer de ne pas faire partie de ce nouvel ensemble gazier. 

C’est la raison pour laquelle en décembre 2019 elle a annoncé qu’elle avait signé un accord de partage d’espace maritime avec la Libye. Ce n’est pas la place ici d’entrer dans les spécificités juridiques de la Convention mais quiconque regarde une carte de la zone voit bien qu’entre la Turquie et la Libye il y a l’île de Crête, quelques autres îles grecques mais aussi Chypre. Une continuité maritime entre la Turquie et la Libye est donc impossible. Contrairement à la Grèce, à l'UE, aux États-Unis, à la Russie, à l'Égypte, à Israël et même au gouvernement de la Libye orientale du général Haftar, Recep Tayyip Erdoğan et son soudain allié Fayez el-Sarraj, le chef du gouvernement d’accord national de Tripoli, semblent être les seuls à penser qu’il y a une continuité maritime, au sens de la Convention sur le droit de la mer, entre la Turquie et la Libye. Le seul lien entre ces deux pays est d’ordre historique et discontinu, la Libye ayant fait partie de l’Empire Ottoman jusqu’en 1912.

Le Conseil européen du 12 décembre dernier, en rappelant ses précédentes conclusions sur la Turquie, confirme que les activités de forage de la Turquie dans la zone économique exclusive de Chypre sont illégales et que « le protocole d'accord entre la Turquie et la Libye sur la délimitation des juridictions maritimes en mer Méditerranée viole les droits souverains d'États tiers, est contraire au droit de la mer et ne saurait avoir de conséquences juridiques pour les États tiers. Le Conseil européen réaffirme sans équivoque sa solidarité́ avec la Grèce et Chypre en ce qui concerne ces actions de la Turquie. » 

Cette volonté de la Turquie de s’approprier une part du gaz naturel de la Mer du Levant explique sa décision prise ce 2 janvier d’intervenir militairement en Libye et l’arrivé ce 6 janviers du début du déploiement de ses troupes en Libye. Cette manœuvre menace de précipiter une crise plus large en Méditerranée orientale qui, à son tour, pourrait compliquer les relations de la Turquie avec Moscou, d'une part, et avec Washington et les principaux alliés de l'OTAN, d'autre part. Le comble est que la Turquie n’a ni signé ni ratifié la Convention qu’elle évoque pour intervenir militairement en Libye.

Bien qu’on ne veuille pas donner raison à Emmanuel Macron qui déclare que l’OTAN, dont la Turquie est membre, est moribond, il y a de quoi le comprendre. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les justiciers progressistes prennent leur propre caricature au sérieux : l’étude du cas Rokhaya Diallo

02.

La bombe démographique européenne : à partir de 2021, la population diminuera

03.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

04.

Laeticia Hallyday agressée dans une rue de Paris parce que "trop riche" ; 150 000 € la semaine, Gims ne skie pas comme un pauvre ; Keanu Reeves montre ses fesses en Californie ; Adèle n'en a plus à montrer ; Céline Dion bénit la fiancée de René-Charles

05.

Le taux du Livret A à 0,5% : une règle nouvelle sans « coup de pouce » ? Qu’aurait donné l’ancienne ?

06.

Pourquoi Pierre-Yves Bournazel a-t-il rallié Benjamin Griveaux ? Parce que l’autre le tient par les couilles !

07.

Vladimir Poutine entend rester au pouvoir ad vitam aeternam mais la population russe l’acceptera-t-elle ?

01.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

02.

Malgré les difficultés, la génération Y sera la plus riche de tous les temps

03.

Arretmaladie.fr permet d’obtenir un arrêt maladie en 3 minutes sur internet mais déclenche la colère de la sécurité sociale. Sauf que...

04.

La manifestation du 9 janvier a été beaucoup plus violente que les médias n’ont pu le raconter

05.

Epidémie de gastro-entérites : tout ce qu’il faut savoir pour éviter d’attraper le norovirus

06.

Chine : un virus mystérieux inquiète les autorités chinoises. Et désormais l'OMS

01.

Boeing ukrainien : c’est peut être un déséquilibré radicalisé qui a tiré le missile ?

02.

Ce boulevard qui devrait s’ouvrir au RN… mais ne s’ouvre pas tant que ça

03.

"Des profondeurs de nos cœurs" : un livre qui ébranle l'Eglise

04.

LR : le tigre de papier

05.

Jeanne Balibar (« Les Misérables ») veut qu'on enseigne les mathématiques en arabe !

06.

« Voulez-vous que l'air soit plus pur ? » : le référendum que Macron ne peut pas perdre !

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
philippe de commynes
- 10/01/2020 - 11:22
Audois
Je suis d'accord avec vous, mais je crois qu'il y a encore mieux à faire que de sortir de l'otan : y rester pour la saboter de l'intérieur en pratiquant une obstruction, un veto systématique.
Cela achèverait de rendre l'otan inutilisable, et si les USA voudraient encore s'en servir, ils devraient le dissoudre pour en refonder un nouveau ou le droit de veto n'existerait plus, et là il n'y aurait que la Pologne et les pays Baltes dont l'adhésion irait de soi.
Audois
- 09/01/2020 - 11:49
L'OTAN ?
Pourquoi cette phrase de conclusion alambiquée ? "On ne peut pas lui donner raison mais on le comprend", c'est un bel exemple de langue de bois !
L'OTAN est effectivement moribonde étant une alliance militaire sans objectif politique commun. A quoi rime une alliance militaire de défense commune qui regroupe des pays ayant des intérêts très divergents et aucun objectif commun ? Macron sur ce point a parfaitement raison. La conclusion logique serait de se retirer de ce machin. Mais Macron n'est pas de Gaulle !