En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

02.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

03.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

04.

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

05.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

07.

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Déconfinement en trois étapes
Covid-19 : retrouvez l’intégralité de l’allocution d’Emmanuel Macron sur le déconfinement
il y a 7 heures 15 min
pépites > Politique
Feu vert en première lecture
Loi sur la "sécurité globale" : l'Assemblée nationale adopte le texte controversé, à 388 voix pour et 104 voix contre
il y a 10 heures 16 min
pépites > Santé
Crise de défiance
Coronavirus : un quart des Italiens croient aux théories complotistes sur la pandémie
il y a 11 heures 7 min
pépites > Politique
Premier ministre
Loi "sécurité globale" : Jean Castex va saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 24
il y a 12 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 14 heures 24 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 15 heures 18 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 16 heures 34 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 17 heures 14 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 17 heures 45 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 18 heures 19 min
pépites > Politique
Calendrier du déconfinement
Covid-19 : Emmanuel Macron confirme que "le confinement pourra être levé" le 15 décembre "si les objectifs sanitaires sont atteints"
il y a 7 heures 39 min
pépites > France
Chantier de la reconstruction
Notre-Dame de Paris : le démontage de l'ancien échafaudage est enfin terminé
il y a 10 heures 42 min
light > Sport
Monde du rugby en deuil
Mort de Christophe Dominici à l’âge de 48 ans
il y a 12 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 14 heures 10 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 14 heures 43 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 16 heures 8 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 16 heures 45 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 17 heures 42 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 18 heures 15 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 18 heures 37 min
© MOHAMED EL-SHAHED / AFP
© MOHAMED EL-SHAHED / AFP
Prévisions 2020

"Vous avez dit Printemps arabe ?" ou comment une belle métaphore est devenue une désinformation stratégique

Publié le 05 janvier 2020
A l'occasion de la fin de l'année 2019, Atlantico a demandé à ses contributeurs les plus fidèles de s'interroger sur l'année à venir. Jean-Bernard Pinatel revient sur le Printemps arabe à cette occasion.
Jean-Bernard Pinatel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Général (2S) et dirigeant d'entreprise, Jean-Bernard Pinatel est un expert reconnu des questions géopolitiques et d'intelligence économique.Il est l'auteur de Carnet de Guerres et de crises, paru aux éditions Lavauzelle en 2014. En mai 2017,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A l'occasion de la fin de l'année 2019, Atlantico a demandé à ses contributeurs les plus fidèles de s'interroger sur l'année à venir. Jean-Bernard Pinatel revient sur le Printemps arabe à cette occasion.

« Le printemps arabe » est une belle métaphore qui décrivait assez bien les révolutions tunisienne et égyptienne à leurs débuts. Mais elle a été abusivement utilisée pour présenter ce qui se passait en Libye et en Syrie, fournissant un prétexte à la France pour intervenir dans ces conflits avec le rêve de remplacer les dictateurs de ces pays par des gouvernements démocratiques alors même que l’expérience irakienne et afghane aurait dû  conduire nos dirigeants à la prudence.

En rajoutant la guerre à la guerre civile dans ces deux pays, la France et les anglo-saxons ont favorisé l’émergence de l’Etat islamique et accéléré la diffusion d’un Islam radical dans tout le Sahel et en Europe.

Le 4 janvier 2011, il y a neuf ans,  le jeune vendeur ambulant Mohamed Bouazizi s'immolait par le feu en Tunisie. Par ce geste, il entendait protester contre la confiscation de sa carriole par la police. Après plusieurs jours de violence qui firent plus de 300 morts, le Président Ben Ali quitta le pouvoir le 14 janvier 2011 pour se réfugier en Arabie Saoudite. Cet acte de protestation allait engendrer les deux plus grandes erreurs stratégiques commises depuis la chute du mur.  Et ce sont deux présidents français Nicolas Sarkozy et François Hollande qui en sont les premiers responsables pour avoir écouté les sirènes humanitaires de bobos parisiens médiatiques et superficiels comme Bernard Henry Levy, hélas ignorants de la réalité profondes des forces religieuses radicales qui agissent dans le monde musulman.

Le 25 janvier les manifestations de rues commencèrent en Egypte. Le 11 février le Président Moubarak abandonna le pouvoir. Quelques jours plus tard, une autre tentative de révolution eut lieu au Bahreïn avant d’être réprimée, dans l’indifférence médiatique générale, par l’Armée de l’Arabie Saoudite. Seuls les évènements qui se sont  déroulés en Tunisie, en Egypte et au Bahreïn pouvaient, dans leurs motivations originelles, être considérés comme un « Printemps » en référence  au « Printemps des peuples » de 1848  ou au Printemps de Prague. Tout ce qui s’est passé ensuite dans ces deux pays ainsi qu’au Maghreb, en Libye et au Moyen-Orient n’avait plus rien à voir avec des révolutions mues par des aspirations démocratiques.

Bien plus, appliquée à la Libye et à la Syrie cette métaphore a constitué une des grandes désinformations médiatiques de l’après-guerre froide, contribuant à justifier des interventions extérieures qui n’ont fait que rajouter la guerre à des guerres civiles aux motivations autres que démocratiques.

En effet, les manifestations de rue ne furent spontanées qu’en Tunisie, Egypte et Barheim. Elles étaient le fait de la bourgeoisie et des jeunes de la génération Facebook qui protestaient contre la prédation économique réalisée par les familles et les proches des Présidents Ben Ali et Moubarak ou par la famille royale de religion sunnite, très minoritaire au Bahreïn, pays où 80% de la population est chiite.

Mais en Tunisie et en Egypte, cette petite bourgeoisie était mal organisée et a été vite débordée par les Frères Musulmans qui, mieux structurés, ont pris en marche ces mouvements alors que leur stratégie était d’islamiser en profondeur la société avant de chercher à prendre le pouvoir par les urnes. C’est aussi la raison de leur échec total en Egypte et de leur demi-échec en Tunisie.

A Bahreïn, le deux poids deux mesures politique et médiatique dès qu’il s’agit de l’Arabie Saoudite a été total. Les manifestations qui s’y sont déroulées ont été volontairement caricaturées ou passées sous silence en France. Personne n’a appelé le roi du Bahreïn à démissionner, ni n’a encouragé les opposants bahreïniens. Au contraire, l'intervention de l'Arabie saoudite voisine fut soutenue par les Européens et les Américains. Bahreïn est pourtant dirigé par un Roi sunnite qui opprime 80 % de ses sujets qui sont chiites. Personne n’a contesté ce pouvoir assis sur une minorité religieuse, alors que cet argument a été employé à tout bout de champ en Syrie pour contester la légitimité du régime d’Assad.

En revanche en Syrie et en Libye et, il n’y a pas eu de « printemps arabe » mais deux guerres civiles.

En Syrie, avec l’appui du Qatar et de la Turquie, la guerre civile a été initiée par la branche armée des Frères Musulmans qui s’opposent depuis 40 ans par des actions terroristes au régime laïc alaouite, allié de l’URSS athée. François Hollande, conseillé par des incompétents irresponsables, a joué le camp des islamistes radicaux certes contre un dictateur mais sans percevoir que son régime laïc était le seul rempart face aux Frères Musulmans et à l’islam radical. Il a fallu l’intervention de la Russie et la résilience des minorités ethniques et confessionnelles, et en premier lieu des Kurdes, pour qu’un Etat islamique ne s’installe pas à Damas. 

En Libye c’est une répartition injuste de la manne pétrolière qui a exacerbé la rivalité traditionnelle entre les tribus de la tripolitaine et de cyrénaïques. Le rêve du Président Sarkozy de remplacer un dictateur par un gouvernement d’union nationale, cette fois-ci sous la bannière de l’ONU, sera une fois de plus déçu. Depuis 9 ans on assiste à l’affrontement d’un camp laïque et musulman modéré réunis sous le commandement d’un militaire, le général Kalifa Haftar appuyé par l’Egypte, les émirats arabes unis et par la Russie et d’un camp regroupant des islamiques radicaux et des milices d’obédience Frères Musulmans qui tiennent la capitale et Misrata. Ce dernier camp est soutenu de plus en plus ouvertement par Erdogan qui, en janvier 2020, va se faire donner l’autorisation d’envoyer des troupes à Tripoli par un parlement à ses  ordres. C’est par cette voie contrôlée par des milices islamiques, soutenues par un membre de l’Otan, que les djihadistes du Sahel reçoivent armes et munitions et tuent nos soldats.

Ces erreurs stratégiques ont eu des conséquences tragiques pour les populations de ces pays mais aussi pour l’Europe qui a subi une vague d’immigration massive avec les conséquences sécuritaires et politiques que l’on connait.  Pour la France, la décennie 2020 risque d’être pire si  nous n’arrivons pas à éviter que les islamistes radicaux prennent le pouvoir  dans ce G5 sahélien où vivent 93 millions d’habitants francophones.

Comment pourrons-nous alors empêcher l’immigration massive qui en résulterait ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 05/01/2020 - 15:18
Hiver arabe.
Aucun printemps ne peut venir du monde arabe.
cmjdb
- 05/01/2020 - 14:12
PRINTEMPS ARABE
ENFIN UN AVIS COMPETENT !
CONCLUSION : Lorsque notre président a bien du mal à gouverner la France, de grâce qu'il n'aille pas semer la pagaille ailleurs !