En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

02.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

03.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

04.

Nous vivons un des hivers les moins froids jamais enregistrés et la cause nous vient droit du... Pôle Nord

05.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

06.

Vous pensiez Daesh battu ? Revoyez votre copie

07.

"Le chemin de la Garenne" de Michel Onfray : pèlerinage lucide et sombre sur le chemin de l’enfance

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

06.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

La réaction de la femme de Griveaux

ça vient d'être publié
décryptage > Santé
Pandémie

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

il y a 31 min 15 sec
décryptage > Santé
Début du carême

Trop manger est mauvais pour la santé. Jeûner souvent aussi

il y a 1 heure 3 min
décryptage > France
Réalité derrière les chiffres

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

il y a 1 heure 46 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’opposition ne veut pas de fonds de pension français mais ne pipe mots sur ces fonds étrangers qui investissent lourdement dans l’Hexagone

il y a 2 heures 42 min
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 24 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 11 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vie à vendre" de Yukio Mishima : un inédit jubilatoire de Mishima

il y a 13 heures 5 min
pépites > Economie
Reconversion
Dominique Strauss-Kahn aurait gagné 21 millions d’euros en cinq ans grâce à ses activités et son cabinet de conseil Parnasse International
il y a 13 heures 37 min
light > Culture
"Vol au-dessus d'un nid de coucou"
Bernard Tapie est contraint de reporter ses engagements au théâtre pour suivre un nouveau traitement
il y a 16 heures 7 min
pépites > Economie
Lourdes conséquences?
Impact du Coronavirus: la Banque de France devrait réviser à la baisse sa prévision de croissance pour 2020
il y a 17 heures 14 min
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Le Premier ministre italien Giuseppe Conte évoque la responsabilité d'un hôpital dans la propagation du coronavirus en Italie
il y a 18 heures 18 min
décryptage > Europe
Hi hi *

Découvrez l'humour flamand : des Juifs représentés en cafards !

il y a 38 min 58 sec
décryptage > Economie
Brouillard comptable

Ce rapport de la Cour des comptes à qui l’on fait trop souvent dire tout et n’importe quoi

il y a 1 heure 34 min
décryptage > Economie
Contamination de l'économie

Coronavirus : le COVID-19 va-t-il pousser la zone euro vers la récession ?

il y a 1 heure 50 min
décryptage > France
Question prioritaire

La sécurité, bien partie pour être la clé de 2022… et certains prennent une longueur d’avance

il y a 2 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Fauda" : devant l’engouement pour la fiction israélienne sur la scène internationale, focus sur Fauda (= Le Chaos)

il y a 12 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’opposition Mitterrand vs Rocard" : un fauteuil pour deux

il y a 13 heures 17 min
pépites > Santé
Contamination
Le vice-ministre iranien de la Santé, Iraj Harirchi, a été testé positif au coronavirus
il y a 14 heures 31 min
pépite vidéo > Media
Lanceur d'alerte
WikiLeaks : où en est l'affaire Julian Assange ?
il y a 16 heures 52 min
pépites > Politique
Détermination
Réforme des retraites : Edouard Philippe indique qu'il prendra ses "responsabilités" sur le recours au 49-3
il y a 17 heures 52 min
light > Culture
Les bons comptes font les bons amis
Les acteurs de la série Friends de retour dans un épisode spécial
il y a 18 heures 39 min
© JIM WATSON / AFP
© JIM WATSON / AFP
Tensions entre Téhéran et Washington

Et Donald Trump, élu sur la promesse de cesser les guerres inutiles, prit le risque d’en déclencher une nouvelle

Publié le 05 janvier 2020
Entre réflexe patriotique, diversion face à la procédure d’impeachment et rupture de ses engagements électoraux, quel sera l'impact pour la candidature du président américain à sa réélection ?
Jean-Eric Branaa est spécialiste des Etats-Unis et maître de conférences à l’université Assas-Paris II. Il est chercheur au centre Thucydide et chercheur associé à l’institut l'IRIS. Il est notamment l'auteur de Hillary, une présidente des Etats-Unis ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Eric Branaa
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Eric Branaa est spécialiste des Etats-Unis et maître de conférences à l’université Assas-Paris II. Il est chercheur au centre Thucydide et chercheur associé à l’institut l'IRIS. Il est notamment l'auteur de Hillary, une présidente des Etats-Unis ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Entre réflexe patriotique, diversion face à la procédure d’impeachment et rupture de ses engagements électoraux, quel sera l'impact pour la candidature du président américain à sa réélection ?

Atlantico.fr : Le 3 Janvier 2020, le gouvernement américain a tué le général Soleimani lors d'un raid à Bagdad. Outre l'instabilité qui se met en place dans le monde, il est important de rappeler que Donald Trump s'est fait élire sur le fait qu'il mettrait fin aux "guerres inutiles".

Cet assassinat est-il un bon moyen de détourner l'attention sur le processus de destitution dont il fait l'objet ? Qu'en pensent les électeurs républicains ?

Jean-Eric Branaa : C’est vrai que l’idée a germé assez vite dans l’esprit de beaucoup d’observateurs. Une autre hypothèse populaire a été que Donald Trump travaillait sa réélection. 

On ne peut être en effet que surpris par l’entrechoquement des actualités : alors que le procès en destitution devait être le summum de l’année –avec l’élection du 8 novembre– aux Etats-Unis, voilà que tout pourrait être emporté par une guerre ! On n’en est bien sûr pas encore là mais l’élimination de Gassem Souleimani a pris une grande place dans les journaux télévisée, les news radios et dans la presse, avec des reportages-chocs adressés par des correspondants depuis Riyad, Bagdad, Téhéran, Moscou, la frontière israélo-libanaise ou Beyrouth.

La députée Ilhan Omar (une critique virulente de Donald Trump) a accusé Trump, dans un tweet, d’avoir lancé cette frappe pour changer le narratif national et porter l’attention sur autre chose.

Pourtant, la rentrée du Congrès, qui a eu lieu le 3 janvier, a démontré que les choses ne sont pas aussi simples et que les priorités ne sont pas les mêmes partout. Dans cette enceinte, c’est bien le procès en destitution qui fait toujours l’actualité et il y a eu une joute verbale très éloquente à ce propos entre les deux leaders des deux partis. Mitch McConnell, qui est le leader du Parti républicain et donc le « patron » actuel du sénat, a pris la parole en premier : il s’est concentré sur le procès en destitution plutôt que sur l’actualité brûlante, et a déploré l’attitude de Nancy Pelosi qui a retenu les Articles d’Impeachment, avec la volonté évidente de bloquer le processus. Il en a pris acte et assuré que le Sénat se consacrera à toutes ses autres tâches, qui sont nombreuses. « On ne va pas attendre 107 ans qu’elle se décide à nous adresser les Articles d’Impeachment », a-t-il lancé dédaigneux. « On a déjà beaucoup de travail et on va donc le faire ». Cette fermeté à l’égard des démocrates est ce que les Républicains attendent de lui. Chuck Schumer, le leader des démocrates lui a alors répondu lors de son propre discours d’ouverture de la session, en déplorant que la demande de son Parti en faveur d’un procès « en bonne et due forme » pour le président des Etats-Unis ne soit pas entendue. 

On voit bien que rien ne change et que le train-train l’emporte vite. Il ne semble donc pas très sérieux de soutenir que la frappe en Irak a été imaginée pour échapper au procès en destitution : il aura lieu comme prévu quoi qu’il arrive et Donald Trump n’a d’ailleurs pas grand-chose à en craindre, avec des républicains qui le soutiennent comme jamais.

Cet événement peut-il avoir un effet sur l'électorat démocrate ? Si oui, de quelle manière ? 

Cet aspect des choses est plus probable : la menace d’une guerre peut avoir un effet agrégateur autour du « chef ». Or, le chef, c’est Donald Trump.

Ce danger a bien été compris par les démocrates qui ont immédiatement réagi en dénonçant tous la frappe comme étant une agression. Comme il est le président, Donald Trump a informé de cette attaque à travers le compte Twitter officiel de la Maison-Blanche, et non pas le sien. C’était une première et cela a montré sa volonté de se hisser dans les esprits à un rang plus élevé. Pour enfoncer le clou, il a publié sur son propre compte personnel un simple drapeau, sans autre commentaire. Mais le message était là très clair et appelait sans ambiguïté au patriotisme.

L’histoire récente nous rappelle que George W. Bush n’était pas un président populaire et que son élection a été très contestée, avec un recompte dramatique en Floride, avant une décision de la Cour Suprême. Pourtant, après le 11 septembre, l’esprit patriotique dont sont capables les Américains a tout emporté. Et au moment de l’invasion de l’Irak, ils étaient près de 90% à soutenir leur commandant-en-chef. 

Les démocrates veulent à tout prix éviter qu’il ne se répète une même séquence : tout au long de la journée, ils ont multiplié les déclarations, les communiqués et les intervention tv. Dans la soirée, Joe Biden publiait déjà un nouveau clip de campagne axé sur la politique étrangère et qui attaquait frontalement Donald Trump.

Sommes-nous en train de revivre les événements d'Irak de 2003 ? Quelle peut-être l'attitude de la France vis-à-vis de cela ?

C’est effectivement une possibilité forte. Le Secrétaire Général des Nations Unies l’a envisagée et a demandé aux deux parties de calmer le jeu car le monde « ne peut pas se permettre une nouvelle guerre du Golfe ».  Donald Trump a pris la parole pour expliquer qu’il ne veut pas la guerre et que la frappe qu’il a ordonnée n’avait pour autre but que d’éviter une guerre, justement. Car il en va ainsi de la logique des Etats, qui tue préventivement pour éviter des massacres. 

Le rôle de la France est très flou actuellement. Emmanuel Macron a bien essayé de s’imposer comme un acteur majeur dans les relations entre les Etats-Unis et l’Iran. L’invitation de Zarif au G7 et son déplacement surprise ont fait brièvement pensé qu’il pourrait y parvenir. Mais le soufflé est retombé brutalement et la France s’est retrouvée hors-jeu. Rapidement le ton est monté entre notre pays et l’Iran et le président français a échoué à faire libérer Fariba Adelkhah et Roland Marchal, nos deux chercheurs qui sont injustement emprisonnés depuis le 5 juin dans ce pays, Iran pour des raisons qui échappent à tout le monde. 

La Suisse, qui fait le trait-d’union entre les Etats-Unis et l’Iran depuis près de quarante ans semble bien être le seul pays à pourra arriver à faire quelque chose aujourd’hui. C’est d’ailleurs grâce à leurs bons offices que des prisonniers Américains et Iraniens ont été échangés le 5 décembre 2019. Dans le contexte extrêmement tendu que nous connaissons aujourd’hui, les Suisses ont porté connaître le mécontentement des Iraniens aux Américains, qui ont en retour adressé une lettre qui a été délivrée. On n’en connait pas le contenu mais les Iraniens l’ont qualifiée de « risible ». Au moins pendant ce temps-là, on se parle. Un peu.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

02.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

03.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

04.

Nous vivons un des hivers les moins froids jamais enregistrés et la cause nous vient droit du... Pôle Nord

05.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

06.

Vous pensiez Daesh battu ? Revoyez votre copie

07.

"Le chemin de la Garenne" de Michel Onfray : pèlerinage lucide et sombre sur le chemin de l’enfance

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

06.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

La réaction de la femme de Griveaux

Commentaires (16)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
JEG4ATLANTICO
- 06/01/2020 - 11:45
Erreur d'Analyse
Contrairement à ce qu'on lit partout, l'élimination du général Soleimani est un prélude à la paix, et pas à la guerre.
1) l'Iran n'a jamais cessé son programme nucléaire et est su le point d'avoir la bombe; la guerre (froide) a déjà lieu en ce moment;
2) Soleimani était un va-t-en guerre qui menaçait notamment Israël ; Trump est un pacifiste qui traite les problèmes au fond;
3) une paix US-IRAN était impossible à construire avec Solemani en place; notamment car Israël aurait pris peur et n'aurait pas accepté un tel plan de paix;
4) l'élimination du général Soleimani (sans doute faite en coordination avec les patriotes Iranien, et sans doute Rohani lui-même) prépare le terrain pour la paix
5) Soleimani a été plusieurs fois annoncé mort; il était peut-être déjà mort depuis longtemps et tout ceci n'est qu'une manipulation médiatique coordonnée USA-IRAN;
6) je prédis dans 6-8 mois un retournement apparent de situation, et une paix signée entre Donald TRUMP et Hassan ROUHANI
A bon entendeur.
TPV
- 06/01/2020 - 07:03
L'Iran des Ayatollah
A pour fin la destruction d'Israel et la conquête du leadership du Djihad sur l'Islam sunnite.
La révolution fondamentaliste Iranienne a précédé de peu l'invasion soviétique (régime et empire menace de l'époque) de l'Afghanistan.
Le régime iranien ne survivra pas à une guerre.
philippe de commynes
- 05/01/2020 - 20:03
Réponse à la senorita
Désolé de vous contredire.
I Ce ne sont pas les Iraniens qui ont inventé les attentats suicide, mais des volontaires de l'armée rouge japonaise qui ont donné aux Palestiniens l'idée d'avoir leurs propres kamikazes.
II Nos dirigeants des années 80 ont puissamment aidé l'armée de Saddam dans une guerre dans laquelle les Iraniens ont eu (au moins) des centaines de milliers de morts . Sur ce total, combien , des dizaines de milliers, plus ? du aux armes fournies par la France, c'est dans ce contexte qu'il faut resituer le drakkar.
III Et le terrorisme actuel n'a rien a voir avec ces événements, mais tout avec la guerre d'Afghanistan contre les soviétiques, c'est là bas qu'est né le djihadisme islamique, avec le soutien de la cia, des services saoudiens et pakistanais, pour s'y maintenir depuis lors, et métastaser vers l'Algérie dans les années 90, l'irak dans les années 2000 puis l'Irak encore et la Syrie dans les années 2010 (pour la Syrie et l'Irak avec le soutien en argent et en hommes de la Saoudie et du Qatar) L'Iran est étranger à tout cela.