En direct
Best of
Best of du 22 au 28 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Selon Aurélien Taché, Caroline Fourest a gravement fauté en qualifiant les étudiants de "bande de petits cons". Il n'a pas tort : elle aurait dû dire "bande de sales cons"

02.

Coronavirus : ces très sérieux effets secondaires des quarantaines

03.

“Il ne faut pas que le Brexit réussisse” : Le pari perdant perdant d’Emmanuel Macron

04.

Nouvelle vague de migrants syriens : l’épreuve de trop pour l’unité de l’Union européenne ?

05.

L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"

06.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

07.

Ségolène Royal amoureuse d’un banquier belge; Laeticia Hallyday devient américaine; Céline Dion veut adopter une petite fille; La fille adoptive de Spielberg se lance dans le porno; Genoux ou glouglou ? Johnny Depp ne tient plus debout, Madonna à peine

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

03.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

06.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Ecoutez l'autocritique (sincère ?) des candidats LREM qui s'étaient prononcés contre le mariage pour tous et contre la PMA. Mais le peuple, très vigilant, ne sera pas dupe de leur double langage…

03.

“Il faut sauver l’hôpital” : mais comment expliquer la pénurie dénoncée par les soignants au regard du montant des dépenses publiques ?

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

06.

L'étrange sous-entendu de l'accusation lors de l'ouverture du procès Fillon

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le muguet de Noël" : Un pur divertissement

il y a 50 min 12 sec
pépite vidéo > Culture
Polémique
"Bravo la pédophilie !" Adèle Haenel quitte cérémonie des César lors du sacre de Polanski
il y a 1 heure 39 min
décryptage > Santé
Solution PAS miracle

Coronavirus : ces très sérieux effets secondaires des quarantaines

il y a 2 heures 40 min
décryptage > International
Epée de Damoclès

Nouvelle vague de migrants syriens : l’épreuve de trop pour l’unité de l’Union européenne ?

il y a 2 heures 55 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment la crise des Gilets jaunes a conduit Emmanuel Macron à s’appuyer sur le soutien des maires de France et à renouer le dialogue avec les citoyens et les élus à travers le Grand débat national

il y a 4 heures 43 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Le discours de François Fillon au Trocadéro : un des tournants majeurs de la campagne présidentielle de 2017

il y a 4 heures 43 min
décryptage > Europe
Stratégie de communication

Voiture bélier au carnaval de Volkmarsen : le silence risqué des autorités allemandes

il y a 4 heures 43 min
décryptage > International
Bon côté des choses

Politique, économie, progrès scientifique : la crise du coronavirus va peut être nous rendre intelligents et chasser les sorciers et autres porteurs de fake news

il y a 4 heures 43 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Ségolène Royal amoureuse d’un banquier belge; Laeticia Hallyday devient américaine; Céline Dion veut adopter une petite fille; La fille adoptive de Spielberg se lance dans le porno; Genoux ou glouglou ? Johnny Depp ne tient plus debout, Madonna à peine
il y a 4 heures 43 min
pépites > Consommation
Consommation
Les steaks hachés bio de supermarché épinglés par 60 millions de consommateurs
il y a 20 heures 1 min
pépites > International
Déferlante
Erdogan assure que 18.000 migrants ont traversé la frontière vers l'Europe en une journée
il y a 1 heure 7 min
light > Culture
Fête du cinéma
César 2020 : "Les Misérables" grand gagnant, Roman Polanski sacré meilleur réalisateur
il y a 2 heures 14 min
décryptage > France
La Gare de Lyon, c'est aussi de leur faute…

On sait que 79% des Français éprouvent de la méfiance ou du dégoût à l’égard des politiques. Les principaux - mais pas les seuls - responsables de ce chiffre angoissant : les macronistes !

il y a 2 heures 47 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Premier "flic" de France : le jour où Christophe Castaner est devenu ministre de l’Intérieur

il y a 4 heures 43 min
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

"Le Bouquet de tulipes" : la provocation de Jeff Koons face à un marché démesuré de l’art contemporain et un pied de nez à la mairie de Paris

il y a 4 heures 43 min
décryptage > International
Victimes

Syrie : qui peut sauver les populations civiles d’Idlib ?

il y a 4 heures 43 min
décryptage > Société
Nuances

Tempête sur les César : ces fondamentaux de la nature humaine que ne comprennent pas les guérilleros de la justice morale

il y a 4 heures 43 min
décryptage > Science
Un jour de plus

29 février : si vous pensez savoir à quoi nous devons les années bissextiles, voilà pourquoi l’explication réelle est plus complexe

il y a 4 heures 43 min
pépite vidéo > Social
Violence
Incendies déclenchés à Paris lors d'affrontement entre manifestants et force de l'ordre
il y a 19 heures 15 min
pépites > International
Coronavirus
La Chine ouvre des camps spéciaux pour le coronavirus: des personnes en train de se balader dans les rues de l'Hubei sont enfermées pour être "rééduquées"
il y a 20 heures 51 min
© PHILIPPE LOPEZ / AFP
© PHILIPPE LOPEZ / AFP
Bonnes feuilles

Le pessimisme : l’incompréhension des ambassadeurs face à cette spécificité si française

Publié le 05 janvier 2020
Jean-Christophe Notin publie "Français, le monde vous regarde" aux éditions Tallandier. Dans les sondages, la France apparaît comme l’un des pays les moins optimistes au monde, derrière l’Afghanistan et l’Irak... Dans ce livre, 32 ambassadeurs, de tous les continents, livrent leur point de vue sur la France qui les accueille. Extrait 2/2.
Jean-Christophe Notin est l’auteur de nombreux ouvrages tant sur la Seconde Guerre mondiale (La Campagne d’Italie, 2002 ; Leclerc, 2005), que sur les conflits récents (La Guerre de l’ombre des Français en Afghanistan, 2011 ; La Guerre de la France au Mali
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Christophe Notin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Christophe Notin est l’auteur de nombreux ouvrages tant sur la Seconde Guerre mondiale (La Campagne d’Italie, 2002 ; Leclerc, 2005), que sur les conflits récents (La Guerre de l’ombre des Français en Afghanistan, 2011 ; La Guerre de la France au Mali
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Christophe Notin publie "Français, le monde vous regarde" aux éditions Tallandier. Dans les sondages, la France apparaît comme l’un des pays les moins optimistes au monde, derrière l’Afghanistan et l’Irak... Dans ce livre, 32 ambassadeurs, de tous les continents, livrent leur point de vue sur la France qui les accueille. Extrait 2/2.

Puisqu’il en fut l’élément déclencheur, il s’impose d’y revenir après avoir passé en revue forces et failles de la France du XXIe siècle. Ce classement sidérant, indiquant depuis plusieurs années que la France se situerait derrière l’Afghanistan et l’Irak en ce qui concerne l’optimisme de sa population… Si l’on retient l’indice du bonheur (qui prend en compte plusieurs paramètres dont le PIB par habitant, la protection sociale, la santé, etc) pour critère, notre pays n’est qu’en vingt-quatrième position en 2019, quasiment dernier en Europe. Certes, c’est toujours sept places de mieux qu’en 2017. Par ailleurs, ces mesures ne livreront jamais l’exact sentiment d’une population. Mais le constat est là, et pour les ambassadeurs auxquels je l’ai révélé, il est probablement l’un des facteurs de la société française les moins compréhensibles…

Juan Manuel Gómez-Robledo (MEX) : Si les Mexicains et les Français partagent de nombreuses valeurs communes et une amitié de longue date, ils n’ont en revanche pas du tout la même perception du monde. L’exemple le plus frappant est leur rapport à la mort, un sujet toujours extrêmement tabou pour de nombreux Français alors que les Mexicains le traitent avec familiarité et dérision. De même, le rapport au temps, marqué chez les Mexicains par une flexibilité et une adaptabilité à toute épreuve, est essentiel pour supporter un rythme de travail soutenu. En outre, si le Mexique valorise des liens forts d’appartenance aux multiples communautés qui le composent sur le mode de l’« être-ensemble », la société française est minée par l’individualisme, le stress urbain, les pressions subies par les jeunes, prisonniers de leurs injonctions de réussite, le manque de communication dans un monde paradoxalement de plus en plus connecté, le monde virtuel s’imposant face au monde réel. D’une manière générale, si nos amis français ont tendance à regarder le verre à moitié vide, c’est-à-dire les difficultés, les mauvaises nouvelles, les choses négatives, les Mexicains gardent le sourire en toutes circonstances et prennent la vie du bon côté, préférant regarder le verre à moitié plein et se dire que demain est un autre jour, pourvu qu’ils le vivent. 

Qëndrim R. Gashi (KOS) : Les Kosovars sont un peuple jeune. Donc, par définition, ils sont optimistes. Moi, je suis le benjamin du corps diplomatique ici en France, et je suis un optimiste mesuré parce que, pendant les années 1990, j’ai vécu au Kosovo un système de quasi-apartheid. Les Kosovars cependant sont également réalistes car ils ont devant eux des défis énormes, l’emploi, le renforcement de l’État de droit, la réconciliation qui permettra la coopération entre voisins et créera d’autres énergies. 

Brendan Berne (AUS) : On appelle l’Australie le Lucky Country. Nous sommes un peuple très optimiste car nous sommes issus d’immigrants qui se disaient : « Voilà, il faut aller à l’autre bout du monde pour tenter d’avoir une nouvelle vie ! » C’est quelque chose de très enraciné en nous… 

Anna Bossman (GHA) : Le Ghanéen est très optimiste. Sur l’avenir du Ghana, sur l’avenir du monde. 

Imants Lieğis (LET) : Nous sommes revenus à la liberté il y a presque trente ans. On a notre pays. On est membres de l’Otan et de l’Union européenne, et c’est déjà très bien. Donc, à cet égard, il y a de l’optimisme en Lettonie.

Jean Galiev (KAZ) : Le Kazakhstanais est plutôt optimiste. C’est un peu la philosophie de nos ancêtres qui ont connu la guerre et les privations. Moi, j’ai été éduqué avec cette mentalité, je la transmets à mes enfants. Pourvu qu’il n’y ait plus de guerre ! Le reste, on peut vivre avec. 

Hanna Simon (ÉRY) : L’Érythréen de base lutte pour sa survie. Si on n’a rien à perdre, on ne peut pas être pessimiste ; on vit avec l’espoir.

Alain Francis Ilboudo (BUR) : Les Burkinabè sont optimistes par essence. Vu l’adversité à laquelle ils doivent faire face, ils arrivent malgré tout à avancer. 

Vanessa Lamothe Matignon (HAÏ) : Il faut vraiment aller en Haïti pour voir à quel point c’est un pays qui bouillonne. C’est un peuple créatif, qui est malgré tout résolument tourné vers l’avenir. On nous dit souvent : « Mais quelle résilience chez les Haïtiens ! »

JCN : C’est vrai qu’on l’entend souvent à votre sujet. 

Vanessa Lamothe Matignon (HAÏ) : Oui, mais pour moi, c’est un gros cliché ! Vous n’entendrez jamais ça sur la Thaïlande par exemple. On ne le dit pas en Afrique non plus. C’est vraiment très spécifique à Haïti. Vous dites : « Je suis l’ambassadeur de Haïti », et vous entendez : « Ah oui, les pauvres Haïtiens… » Nous sommes un peuple fier, et moi personnellement, en ma qualité d’ambassadeur, je pense qu’on en a assez de cette étiquette « pays à catastrophe et peuple résilient ». ça fait un peu les gens traumatisés qui doivent toujours faire un travail sur eux-mêmes. Ce n’est pas ça du tout ! On a un rapport à la mort en Haïti très particulier ; on sait que la mort fait partie de la vie. On vit avec ce que nous donne le sol, ce que nous donne le ciel, nous faisons avec, mais ce n’est pas de la résilience.

JCN : Pour voir les choses de manière bienveillante, ces réactions montrent quand même un attachement particulier à Haïti… 

Vanessa Lamothe Matignon (HAÏ) : Oui et non. C’est bien, parce que c’est vrai que ça témoigne peut-être d’une affection particulière. Mais ça témoigne aussi d’un rapport passionnel, émotionnel. Donc, ce n’est pas un rapport diplomatique classique. ça n’est pas sain. 

Filip Vučak (CRO) : En Croatie, on a vraiment passé une période très dure avec la guerre, la reconstruction. On a dépensé des milliards et des milliards pour reconstruire les maisons, les villages, les autoroutes, et tout ça pratiquement sans aide internationale. On a fait des miracles car on ne voit même plus les traces de la guerre. Au fond, nous sommes optimistes. Il y a toujours des problèmes frontaliers avec la Slovénie, les problèmes des Croates en Bosnie-Herzégovine, mais on trouve toujours des solutions. Même avec la Serbie, les relations se sont améliorées, bien qu’on ait encore pas mal de problèmes à régler ; ils regardent toujours vers le passé, ce qui nous dépasse vraiment. 

Jorge Torres Pereira (POR) : Je crois que la France oscille encore entre l’illusion d’une dimension qu’elle n’a plus, et l’espoir que, via l’Europe, elle pourra retrouver une importance globale qui, peut-être, s’est effritée un peu. Si on voulait caricaturer, au moment où la tentation du cocorico ne viendra plus immédiatement, les Français seront beaucoup plus heureux ! [Rires.] 

Petr Drulák (TCH) : Les Français ne peuvent pas être plus pessimistes que les Tchèques. Chez nous, c’est encore plus profond. Votre pessimisme est toujours léger, ce n’est pas vraiment un pessimisme…

JCN : Votre pessimisme ne serait-il pas plutôt une mélancolie… ? 

Petr Drulák (TCH) : Ce sont des distinctions cartésiennes qui m’échappent ! [Rires.] En France aussi, on peut parler de mélancolie, car c’est lié à un grand passé… Chez nous, c’est lié à notre histoire difficile, souvent violente, les changements de régime avec les envahisseurs allemands et russes – ce que la France n’a pas vraiment expérimenté car l’occupation allemande a été assez brève, quatre ou cinq ans. Le pessimisme ou la mélancolie tchèques trouvent leur source dans ce sentiment d’être occupé, de ruptures violentes qui n’étaient pas les bienvenues. Il y a une peur de la violence possible de l’histoire… 

Oleg Shamshur (UKR) : Par rapport à la réalité ukrainienne, je ne vois aucune justification au pessimisme français. Bien sûr, il y a beaucoup de choses qui peuvent être améliorées, dans tous les domaines, mais en général, le pays est en bonne santé ! 

Brendan Berne (AUS) : On ne comprend pas pourquoi la France manque de confiance. Une puissance historique, un pays de premier ordre non seulement en Europe, mais dans le monde entier… C’est un pays que nous admirons tellement ! 

Paulo Cesar de Oliveira Campos (BRÉ) : En général, nous sommes plus optimistes que les Français. Ce n’est pas dur à vrai dire… Malheureusement, le pessimisme est un état d’esprit que ressentent un nombre croissant de personnes, et cela ne se limite pas à la France.

JCN : Au Brésil aussi ? 

Paulo Cesar de Oliveira Campos (BRÉ) : Partout, parce qu’on est dans un processus de société où les générations pouvaient espérer que celles qui les suivraient vivraient dans de meilleures conditions qu’elles. Il y avait un espoir d’amélioration de la qualité de vie, quelque chose de plus à chaque fois. Moi, je ne suis pas sûr que je puisse donner à mes enfants quelque chose de plus…

JCN : Nous serions arrivés à une sorte de plafond… 

Paulo Cesar de Oliveira Campos (BRÉ) : Et quelquefois, ce plafond donne aussi l’impression qu’il va baisser…

Alexandre Orlov (RUS) : Je suis frappé par le fait que beaucoup de mes amis français pensent que leurs enfants vont vivre moins bien qu’eux. C’est tragique. Quand une nation ne croit plus à son avenir, quelque chose ne va pas bien. Et ça, c’est une vraie question, un vrai défi pour les gens qui gouvernent. En même temps, le peuple français est un peuple fier, qui aime son pays. Et dans l’histoire, le peuple français a démontré qu’il est capable de miracles. Un sursaut national est toujours possible. L’avenir de la France n’est peut-être pas si tragique que certains le pensent ! 

Qëndrim R. Gashi (KOS) : C’est un peu la maladie des grands pays, quand ils sont au sommet. Parce que, quand vous êtes au sommet, c’est un peu difficile d’imaginer qu’il y a quelque chose au-dessus ! 

Ehab Ahmed Badawy (ÉGY) : Chez nous, on a l’histoire des vingt-quatre carats. Les Égyptiens sont convaincus que chacun parmi nous reçoit vingt-quatre carats à sa naissance. Personne n’en recevra plus, Dieu est juste. Mais c’est la combinaison qui est différente. Vous, vous pouvez avoir vingt carats de santé et quatre carats pour tout le reste. Moi, je pourrais avoir quinze carats d’argent et aucun carat de santé. Les carats symbolisent aussi la famille, les enfants… Et j’ajouterais aussi les carats de la vie simple. Par exemple, un Égyptien qui cultive un terrain, se lève à 5 heures du matin, va travailler comme ses ancêtres le faisaient il y a des millénaires. À midi, sa femme va venir le rejoindre avec un fromage blanc et un pain sec. Il va manger. À 6 heures de l’après-midi, elle reviendra le voir avec ses deux enfants. Mais cette famille va passer une soirée agréable, ils vont rire. Ils sont heureux. Puis, le paysan va se poser dans son lit et s’endormir immédiatement. Il est en très bonne santé. Il dit à sa femme : « Tu sais, je vais prendre le terrain d’à-côté, ça nous rapportera un peu plus d’argent », sa femme lui répondra : « Mais pourquoi ? On est bien ! On mange à notre faim, on est bien portants… On ne veut pas plus. » Ce sont les carats de la simplicité. Les carats de ceux qui n’ont pas accès à l’éducation et ne connaissent pas les problèmes de la vie matérielle. Ce paysan ne connaît pas Saint-Tropez, les Maserati ou les restaurants étoilés… Mais il est heureux, il a ses vingt-quatre carats en quelque sorte. 

Alexandre Orlov (RUS) : Le peuple russe ne partage pas le même pessimisme que les Français par rapport à l’avenir. À travers toute son histoire, il n’a jamais eu de vie facile. Il a appris à se contenter du peu de choses qu’il avait pour être heureux. Et pour lui, la vie spirituelle et affective avait plus d’importance que la vie matérielle. Et cela bien avant l’Union soviétique. Si vous lisez Tolstoï, Dostoïevski, Tchekhov, vous comprendrez mieux le fameux mystère de l’âme russe. La société de consommation, qui, à mon avis, détruit aujourd’hui la société occidentale de l’intérieur, n’est arrivée sur la terre russe que relativement récemment. Certes, les Russes ne sont pas des moines ou des ascètes. Comme tout le monde, ils aspirent au bien-être. Depuis l’élection du président Poutine en 2000, leur niveau de vie a considérablement augmenté. Vous pouvez vous-même le constater en vous baladant dans les rues de Paris, Nice ou Menton où je passe mes vacances : les Russes n’ont jamais autant voyagé. Ils n’ont jamais eu autant de liberté et de bien-être. Et ceci est un facteur fort pour ne pas être pessimiste… 

Modupe Irele (NIG) : Dans une certaine mesure, je comprends le pessimisme car beaucoup de gens pensent que leur vie était meilleure quand ils étaient enfants que ce qu’ils vivent actuellement. Les gens ont tendance à être nostalgiques de leur jeunesse et de ce qu’ils ont vécu dans le passé. Et parce que beaucoup de gens n’aiment pas le changement, il n’est pas surprenant qu’ils puissent être pessimistes. Cependant, je pense qu’il y a plus de raisons d’être optimiste. Personnellement, je vois beaucoup d’opportunités pour les jeunes qui n’étaient pas là quand j’étais enfant. Je pense donc que les jeunes Nigérians auront désormais un avenir meilleur si des facteurs importants tels que l’infrastructure économique et une éducation de qualité sont mises en place. L’avenir de l’Afrique est radieux. L’Afrique est le Nouveau Monde à propos duquel l’Europe et d’autres parties du monde plus développées se sont peut-être plus blasées. 

Hanna Simon (ÉRY) : Être pessimiste en France, je crois que c’est un luxe : on a quelque chose, ce quelque chose, il faut qu’on le garde ; mais pour qu’on le garde, on voit à l’horizon des choses qui peuvent nous empêcher de le garder […]. Je pense aussi que c’est un pessimisme lié à une situation globale qui n’arrête pas de se détériorer. Quand mes parents nous ont mis, nous, leurs dix enfants, dans une école française, c’est qu’ils avaient de l’espoir, qu’ils vivaient bien avec le peu qu’ils avaient. Et nous, on était très disciplinés. Ils n’avaient pas besoin de nous dire de faire nos devoirs, de ne pas nous mettre dans la drogue. Ils n’avaient pas besoin d’observer ce que nous faisions, nous étions autodisciplinés. Pour eux, c’était facile. ça me manque, ce temps-là. Maintenant, j’ai peur de tout pour mon fils. Qu’est-ce qu’il deviendra ? L’environnement… Pour l’emploi, dans quelle école, dans quelle université faut-il aller ? 

Abdel-Ellah Sediqi (AFG) : C’est vrai que les temps ont été difficiles ici, entre les attentats, les difficultés économiques, surtout le partage pas toujours égal des ressources, des opportunités, des bienfaits de la nature, de la culture… ça, ça peut pousser les gens à se poser des questions. 

Oleg Shamshur (UKR) : Nos cultures, nos histoires sont différentes, mais il y a des similitudes absolument surprenantes. Les Français sont pessimistes, et très critiques : nous aussi. Deuxièmement, je pense que c’est dans nos gènes : on n’aime pas les gens qui ont réussi dans la vie. Qu’ils soient trop beaux ou trop riches. Cette jalousie du succès est présente aussi en Ukraine malheureusement.

Vanessa Lamothe Matignon (HAÏ) : Disons que, vu la précarité, la détresse dans laquelle vit une grande partie de la population en Haïti, c’est vrai qu’ici, ça à l’air de la Terre promise ! Les gens mangent à leur faim, il y a un système de santé… 

Juan Manuel Gómez-Robledo (MEX) : Les Français n’ont pas toute la conscience du privilège qui est le leur d’habiter dans un pays comme la France. Je constate, il est vrai, une augmentation de la pauvreté à laquelle je ne m’attendais pas en revenant et qu’on voit dans les rues, mais parallèlement, les classes moyennes ont atteint des niveaux de vie qui sont vraiment enviables et qui ne tiennent pas seulement aux revenus financiers, mais avant tout à la qualité de vie, à tout ce que la France offre en matière de loisirs, d’accès à la culture pour le plus grand nombre et à une vie quotidienne qui, je pense, est infiniment plus agréable que celle d’il y a une quarantaine ou une cinquantaine d’années. 

Oscar Alcaman (CHIL) : Vous êtes pessimistes parce que vous êtes toujours critiques. C’est un autre aspect de la langue française. Quand j’ai étudié les relations internationales à Paris, j’ai dû faire un stage de trois mois dans une ambassade française. J’ai été affecté au Vatican. Une superbe ambassade, la villa Bonaparte. On m’a appris à rédiger en français : il faut la thèse, l’antithèse et la synthèse. Et l’antithèse, c’est la critique ! ça m’a beaucoup aidé par la suite car c’est la façon avec laquelle je rédige maintenant. C’est un aspect très positif de la langue française qui permet d’accéder à une culture mais aussi à une façon de penser…

Extrait du livre de Jean-Christophe Notin, "Français, le monde vous regarde", publié aux éditions Tallandier

Lien vers la boutique Amazon : ICI 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Selon Aurélien Taché, Caroline Fourest a gravement fauté en qualifiant les étudiants de "bande de petits cons". Il n'a pas tort : elle aurait dû dire "bande de sales cons"

02.

Coronavirus : ces très sérieux effets secondaires des quarantaines

03.

“Il ne faut pas que le Brexit réussisse” : Le pari perdant perdant d’Emmanuel Macron

04.

Nouvelle vague de migrants syriens : l’épreuve de trop pour l’unité de l’Union européenne ?

05.

L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"

06.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

07.

Ségolène Royal amoureuse d’un banquier belge; Laeticia Hallyday devient américaine; Céline Dion veut adopter une petite fille; La fille adoptive de Spielberg se lance dans le porno; Genoux ou glouglou ? Johnny Depp ne tient plus debout, Madonna à peine

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

03.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

06.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Ecoutez l'autocritique (sincère ?) des candidats LREM qui s'étaient prononcés contre le mariage pour tous et contre la PMA. Mais le peuple, très vigilant, ne sera pas dupe de leur double langage…

03.

“Il faut sauver l’hôpital” : mais comment expliquer la pénurie dénoncée par les soignants au regard du montant des dépenses publiques ?

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

06.

L'étrange sous-entendu de l'accusation lors de l'ouverture du procès Fillon

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
hoche38
- 06/01/2020 - 08:30
Tout n'est pas perdu!
Il est étonnant mais rassurant que que dans un tel marécage de niaiseries, on trouve tout de même quelques perles.