En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

03.

Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne

04.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

05.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

06.

Delta Airlines lance un programme pour réduire le risque de contamination Covid à 1 sur 1 million sur ses vols transatlantiques. Pourquoi ne pas s'en inspirer pour des Noëls en famille sans risque ?

07.

Le Covid touche les plus vieux mais les jeunes vont en payer les factures

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Liberté de la presse
L'article 24 contesté de la loi «sécurité globale» sera réécrit
il y a 2 heures 21 min
pépites > Culture
Littérature
Le prix Goncourt est attribué à Hervé Le Tellier pour son roman «L'Anomalie» chez Gallimard
il y a 4 heures 11 sec
pépites > Société
Exode
Un Français sur dix a quitté sa résidence principale à l'occasion du deuxième confinement, un million de plus que lors du premier confinement
il y a 6 heures 53 min
pépites > Justice
Police
Un des policiers qui suspectent, à tort, 6 jeunes dans une voiture, tire, sans raison, deux coups de feu sur eux, il n'a pas fait l'objet de sanction
il y a 8 heures 1 min
décryptage > Economie
Perte de pouvoir d'achat

La crise du Covid pourrait faire perdre aux Britanniques 1350 euros sur leur rémunération annuelle d’ici 2025. Quid des Français ?

il y a 8 heures 42 min
décryptage > Santé
Protocole ultra-renforcé

Delta Airlines lance un programme pour réduire le risque de contamination Covid à 1 sur 1 million sur ses vols transatlantiques. Pourquoi ne pas s'en inspirer pour des Noëls en famille sans risque ?

il y a 9 heures 14 min
pépite vidéo > Justice
Jour J
Le procès de Nicolas Sarkozy pour corruption dans "l'affaire des écoutes" reprend aujourd'hui
il y a 9 heures 40 min
décryptage > Politique
Janus

Ce qui se cache vraiment derrière le paradoxe Macron

il y a 10 heures 56 min
pépites > Justice
Bavure
4 policiers mis en examen dont 2 ont été écroués dans l'affaire Michel Zecler
il y a 11 heures 4 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Huit jeux auxquels vous pouvez jouer en famille par écran interposés pendant le confinement
il y a 11 heures 28 min
décryptage > Politique
Un mea culpa qui fera date

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

il y a 3 heures 1 min
pépites > Santé
Wanted
10000 volontaires sont recherchés pour mesurer les conséquences psychologiques de la crise sanitaire
il y a 4 heures 15 min
décryptage > Economie
LES ENTREPRENEURS PARLENT AUX FRANÇAIS

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

il y a 6 heures 57 min
décryptage > Economie
Panorama

COVID-19, vaccins, politique et vérités

il y a 8 heures 19 min
pépites > Politique
Dilemme
Emmanuel Macron pris au piège de la loi sur la sécurité globale et de l'article 24, Darmanin sur le grill
il y a 8 heures 51 min
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus : la Haute Autorité de Santé recommande de vacciner en 5 phases avec priorité aux Ehpad
il y a 9 heures 32 min
décryptage > Politique
Surprise Surprise

Comment la gauche a subitement découvert les vertus de la vidéosurveillance

il y a 10 heures 39 min
décryptage > France
Union de la colère

La France n’est-elle plus qu’une somme de colères dirigée par un gouvernement incapable de les comprendre ?

il y a 11 heures 4 min
décryptage > France
Glottophobie

Il faut sauver l'accent de Jean Castex !

il y a 11 heures 27 min
décryptage > Economie
ATLANTICO BUSINESS

Le Covid touche les plus vieux mais les jeunes vont en payer les factures

il y a 11 heures 29 min
© Capture d'écran /// Libération
© Capture d'écran /// Libération
Affaire Matzneff

Ce que le moment Matzneff signifie vraiment dans l’histoire des idées. Hier… puis aujourd’hui

Publié le 03 janvier 2020
Le livre "Le consentement" dans lequel Vanessa Springora raconte l'emprise et la séduction que l'écrivain, Gabriel Matzneff, a exercé sur elle lorsqu'elle n'avait que 14 ans.
Eric Deschavanne
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Eric Deschavanne est professeur de philosophie.A 48 ans, il est actuellement membre du Conseil d’analyse de la société et chargé de cours à l’université Paris IV et a récemment publié Le deuxièmehumanisme – Introduction à la pensée de Luc Ferry (Germina...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le livre "Le consentement" dans lequel Vanessa Springora raconte l'emprise et la séduction que l'écrivain, Gabriel Matzneff, a exercé sur elle lorsqu'elle n'avait que 14 ans.

De quoi "Matzneff" est-il le nom ? Pas seulement de la pédophilie que tous dénoncent ces jours-ci dans un élan purificateur et vengeur. Pas non plus exclusivement de l'extraterritorialité morale de la littérature, dénoncée au nom de l'égalité, ni même du patriarcat, stigmatisée par les féministes au nom des victimes autrefois silencieuses de "l'emprise" du désir masculin. L'histoire retiendra peut-être qu'il y a eu un "moment Matzneff",  entre 1968 et le milieu des années 90, au cours duquel il était possible de parler librement sur un plateau de télévision, à une heure de grande écoute, de rapports amoureux ou sexuels consentis entre un adulte et de jeunes adolescents. Un telle publicité du libertinage éphébophile, voire pédophile, qui était inconcevable auparavant et qui l'est redevenue depuis l'affaire Dutroux, fut, durant cette brève séquence historique, sinon socialement tolérée, du moins admise sans trop de vagues. Comment l'expliquer ? Dans un édito honnête et courageux réalisant l'aggiornamento idéologique d'un journal et d'une génération, Laurent Joffrin a levé un voile sur une réalité qu'une part encore importante de la gauche culturelle peine à admettre. Reconnaissant explicitement le lien entre les complaisances à l'égard de la pédophilie, la culture libertaire des années post-68, dont Libé fut le chantre, et les grandes références théoriques de l'époque, Joffrin évoque "les effets d'une théorie pas toujours bien assimilée, qui découlait de cette "pensée 68" illustrée par Sartre, Foucault, Bourdieu ou Derrida", ces "cercles intellectuels" où il était entendu que "toute loi, toute norme, pour ainsi dire toute habitude, faisait référence à l'exercice d'un pouvoir oppressif". 

Faire le procès de la pédophilie est chose aisée. Après la vague anti-pédophiles provoquée par l'affaire Dutroux, à la fin des années 90, Matzneff et ses disciples eux-mêmes la condamnent, et prennent grand soin de la distinguer des relations consentis avec les adolescents ou adolescentes. Il est moins aisé de comprendre les raisons qui ont conduit les plus éminents penseurs d'une époque à présenter l'indéfendable sous un jour favorable, ou à tout le moins à rendre concevable et possible une telle présentation. Le déni s'impose même d'autant plus facilement que les phares de la pensée des années 70 font encore autorité aujourd'hui sur les campus universitaires à l'échelle internationale. Or Matzneff, par-delà la question de la nature et de l'ampleur réelles de ses propres turpitudes, s'avère être l'arbre qui cache la forêt de tous ceux pour qui l'idéologie des années 70, à travers ses slogans libertaires simplistes et ses déconstructions théoriques sophistiquées, représenta à la fois un âge d'or pour la liberté sexuelle et une espérance, celle de voir l'abolition de la frontière d'âge entre l'enfant et l'adulte libérer les possibilités de relations amoureuses et sexuelles en y incluant la pédophilie. 

Les pédophiles assumés eurent notamment pages ouvertes au journal Libération. Sorj Chalandon rédigea à ce sujet pour Libé, au début des années 2000, un honnête mea culpa. Restait à reconnaître le lien entre théorie et pratique, si l'on peut dire. Ce qu'a fait Joffrin, en faisant notamment allusion à la notion de "pensée 68", titre d'un livre de Luc Ferry et Alain Renaut publié en 1985. Le titre et le contenu du livre firent alors polémique et valurent à leurs auteurs d'être rangés depuis dans la catégorie des "nouveaux réactionnaires" par l'intelligentisia et les médias progressistes. Ferry et Renaut proposaient une lecture critique approfondie de quelques grands penseurs en vue, Foucault, Bourdieu, Lacan, Derrida, dévoilant un axe commun par-delà les différences: le procès du "sujet", classiquement défini par la raison et la volonté. Dépossédé de la conscience et de la maîtrise de soi que lui confèrent sa raison et sa volonté, l'homme tel qu'il est conçu par les auteurs en question apparaît comme n'étant plus qu'un être traversé par des désirs et des rapports de domination. Le projet de "libération" fondé sur ce type d'analyses est indissociable de la critique de la prétendue rationalité objective de normes susceptibles de légitimer l'exercice du pouvoir, indissociable également de la critique de la prétendue autonomie d'un sujet apte à obéir aux lois qu'il s'est lui-même prescrites sur le plan individuel (morale) ou collectif (droit démocratique). Ferry et Renaut pointaient ainsi l'impossibilité de trouver dans les oeuvres des grands auteurs de cette "pensée 68" les ressources théoriques permettant de fonder en raison une normativité morale et juridique. Par-delà la mise en question de la morale traditionnelle, de la morale catholique qui condamne la sexualité hors mariage, l'homosexualité et l'avortement, la pensée 68 se caractérise donc essentiellement par la déconstruction de la conception du sujet sur laquelle se fondent la morale commune et le droit républicain. 

On rappelle volontiers, pour en relativiser l'importance ou pour jeter l'opprobre sur les intellectuels progressistes des années 70, la pétition de janvier 1977, rédigée par Matzneff et signée par le gratin de l'intelligentsia de l'époque. La pétition était destinée à soutenir les accusés de l'Affaire de Versailles, qui concernait, rappelons-le, des relations entre des adultes et des adolescents de 13 et 14 ans dans un camp naturiste. Le 23 mai 1977,une Lettre ouverte adressée à la Commission de révision du code pénal, signée notamment par Deleuze, Guattari, Foucault et Derrida, demandait même explicitement "la reconnaissance du droit de l'enfant et de l'adolescent à entretenir des relations avec des personnes de son choix". Comment interpréter un tel engagement collectif ? On peut y voir l'effet des préjugés d'une époque et d'un conformisme intellectuel qui n'épargne pas les plus libres penseurs parmi les intellectuels eux-mêmes. On est peut-être aussi autorisé à y déceler une certaine logique : sans l'autonomie d'un sujet défini par sa capacité à obéir à une loi de la raison, comment distinguer entre maturité et immaturité, fonder la notion de consentement éclairé et la différence entre majorité et minorité ? Comment concevoir l'assymétrie entre majeurs et mineurs, la non équivalence des devoirs et des droits, l'autorité de l'adulte sur l'enfant et sa responsabilité envers lui ? Il y eut donc bien à cette époque, pour des raisons philosophiques profondes et "désintéressées", une sorte de pacte conclu entre la pensée et la pédophilie. L'utopie intellectuelle de la liberté sexuelle affranchie de la discrimination entre majeurs et mineurs culmina en avril 1979, lorsque la Revue Recherche, animée par Félix Guattari, publia un numéro (mis au pilon depuis), intitulé "Fous d'enfance, qui a peur des pédophiles ?"

La subversion de la morale commune était bien sûr impossible, le retour à la raison et le jugement prononcé par le tribunal de l'histoire inévitables. Il importe cependant de tirer les leçons de ce "moment Matzneff" dans l'histoire des idées. La pensée progressiste est aujourd'hui prise au piège de ses propres contradictions. Au regard des critères qui furent ceux de la critique idéologique de l'ordre moral et social issue des années 70, le progressisme contemporain, à travers son appel au droit et à l'État pour réprimer l'expression des désirs susceptibles de faire violence aux femmes et aux enfants, apparaîtrait comme "réactionnaire". On peut certes présenter, tout en conservant les mêmes références théoriques, la liberté sexuelle comme une valeur conservatrice et sa répression comme un progrès de la lutte contre la domination masculine, mais ce n'est pas très cohérent. Par ailleurs, le risque est réel de basculer de l'autre côté du cheval, vers un nouvel "ordre moral" intolérant à l'égard de l'expression du désir (du désir masculin à tout le moins), qui dénierait aux adolescents la maturité sexuelle et le consentement éclairé, reconduisant ainsi, tout en inversant le sens du jugement moral, la confusion des âges qui a caractérisé les années 70.

Entre la libération du désir en vue de pouvoir "jouir sans entrave" et sa limitation au nom de normes morales objectives, il faut choisir. Entre l'abolition de la différence entre majorité et minorité au nom de la libération du désir de l'enfant et la protection des mineurs, il faut également choisir. Mais il ne faudrait pas que le choix de la raison conduise à sacrifier la liberté du désir. Couvrir d'opprobre l'idéologie de la libération du désir pour lui substituer une idéologie liberticide, fut-elle baptisée "progressiste", ne constituerait assurément pas un progrès. Il importe donc, comme écrivait Pascal, de continuer à "travailler à bien penser", afin de rester lucide et de dénoncer les fausses valeurs, celles d'aujourd'hui comme celles d'hier. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (28)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
evgueniesokolof
- 04/01/2020 - 21:57
ahhhh
"Mère d’une fille et d’un garçon (magnifique spécimen de mâle blanc!), je vous assure que si un ou une perverse s’en prenait à l’un ou l’autre, je sortirais mon couteau!"
Ben fallait nous dire que vous étiez Grand mère Tartine!!!! Attention!Ganesha c'est Bibi Fricotin ! et il y a Prevert pépère aussi !!!
evgueniesokolof
- 04/01/2020 - 21:52
Et je vous rappelle quand même
qu'en écoutant le Docteur Forbenstein, une prof de français d'Amiens devrait être traînée devant la justice....Ah non...ça ne marche pas quand c'est une femme?
Et j'ajoute que certaines gamines soucieuses d'imiter les mecs tombent en comma éthylique le samedi après avoir ingurgité un litre de vodka!!!! A coup sur c'est Renaud qui cache les bouteilles dans le poupées Barbie!....Docteur!!! il faut sévir!
evgueniesokolof
- 04/01/2020 - 21:46
Doktorka forbanova
Un des ingrédients essentiels du ridicule est de ne pas se rendre compte qu'on l'est!
Quant à la perversion , demandez au Pape de vous fournir un exorciste.....il a l'habitude des pervers