En direct
Best of
Best of du 25 au 31 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled !

02.

Liban : les images de la catastrophe et des explosions au port de Beyrouth

03.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

04.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

05.

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

06.

Dérèglement climatique : une nouvelle étude écarte le scénario du pire. Mais aussi le meilleur…

07.

Une nouvelle souche plus contagieuse du coronavirus aurait été identifiée au Vietnam

01.

Ce que son opposition au projet ITER révèle de la véritable nature de Greenpeace

02.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

03.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled !

04.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

05.

Jerusalema : ça fait longtemps que ça n’était pas arrivé mais 2020 s’est trouvée un tube de l’été planétaire

06.

Pères et maris dangereux ? Quand Alice Coffin oublie opportunément les guerres judiciaires sans fondements menées par des mères sans scrupules

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

03.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

04.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

05.

Quelles mesures rapides pour stopper la multiplications des violences au quotidien ?

06.

Statues déboulonnées : la Martinique est-elle encore en France ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Eva" de Simon Liberati

il y a 9 heures 18 min
pépites > International
Catastrophe
Liban : des dégâts importants et de nombreux morts après deux fortes explosions au port de Beyrouth
il y a 11 heures 9 min
pépites > Politique
Travaux parlementaires
Benjamin Griveaux sera chargé d'une mission parlementaire sur l'alimentation des jeunes
il y a 14 heures 53 min
pépites > High-tech
Failles exploitées
Covid-19 : Interpol alerte sur une hausse des cyberattaques "exploitant la peur"
il y a 15 heures 47 min
décryptage > International
Tensions entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan

Haut-Karabagh : plaidoyer d’un député français pour la paix et l’avenir

il y a 17 heures 6 min
décryptage > Culture
À la recherche du tube de l'été

Foxylight, avec son dernier titre "Past Vision", ouvre la voie au rock néo-psychédélique français. Et c'est très réussi

il y a 19 heures 24 min
décryptage > France
C’est la faute du confinement

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled !

il y a 20 heures 5 min
décryptage > Europe
Politique migratoire

Immigration illégale : traduire Matteo Salvini devant les tribunaux est-il vraiment une bonne idée ?

il y a 20 heures 52 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Malgré la pandémie, les entreprises françaises devraient maintenir les projets d’augmentations de salaires prévues avant le Covid

il y a 21 heures 36 min
décryptage > Société
IMG

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

il y a 22 heures 10 min
pépite vidéo > International
Scènes de chaos
Liban : les images de la catastrophe et des explosions au port de Beyrouth
il y a 10 heures 8 min
light > Media
Délai supplémentaire
France Télévisions : confirmation de l'arrêt de France Ô "à compter du 23 août", la fin de France 4 est reportée d'un an
il y a 14 heures 11 min
pépite vidéo > Europe
Deux ans après le drame
Italie : les images de l'inauguration du nouveau pont de Gênes
il y a 15 heures 28 min
pépites > Politique
Soutien du chef de l'Etat
Emmanuel Macron annonce le versement de la prime Covid pour les aides à domicile
il y a 16 heures 24 min
décryptage > Politique
Antifascisme de pacotille

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

il y a 18 heures 15 min
décryptage > Santé
Bienfaits salvateurs

Au temps du Covid, le sourire aussi est contagieux, mais pour notre plaisir !

il y a 19 heures 43 min
décryptage > Consommation
COCKTAIL & TERROIR

Les idées cocktails originales de l’été : avec le Cassis Colosseum, la crème de cassis trouve sa place au premier rang de la photo de classe

il y a 20 heures 33 min
décryptage > High-tech
Données personnelles

Pourquoi TikTok vous menace même si vous ne l’utilisez jamais

il y a 21 heures 9 min
décryptage > Environnement
Politiques énergétiques

Dérèglement climatique : une nouvelle étude écarte le scénario du pire. Mais aussi le meilleur…

il y a 21 heures 52 min
pépites > Santé
Lutte contre la pandémie
Une nouvelle souche plus contagieuse du coronavirus aurait été identifiée au Vietnam
il y a 1 jour 8 heures
© Reuters
© Reuters
Bonnes feuilles

Lutte contre le terrorisme : la bataille de l’intelligence, le nerf de la guerre

Publié le 03 janvier 2020
François Thuillier publie "La révolution antiterroriste" (ed. du Temps Présent). Le terrorisme est un grand sujet de préoccupation des Français et l'un des plus traités dans les médias. Pourtant, la politique antiterroriste est mal connue et peu débattue. Or elle a radicalement changé depuis une quinzaine d'années. Et pas toujours pour le meilleur... Extrait 2/2.
François Thuillier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Thuillier a exercé de nombreuses responsabilités dans le monde du renseignement et de la lutte antiterroriste durant une trentaine d'années. Il est chercheur associé auprès du Centre d'études sur les conflits. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Thuillier publie "La révolution antiterroriste" (ed. du Temps Présent). Le terrorisme est un grand sujet de préoccupation des Français et l'un des plus traités dans les médias. Pourtant, la politique antiterroriste est mal connue et peu débattue. Or elle a radicalement changé depuis une quinzaine d'années. Et pas toujours pour le meilleur... Extrait 2/2.

C’est la mère de toutes les batailles, celle qui d’évidence n’a pas encore été pleinement engagée. On l’a vu, l’État n’a pas réellement d’intérêt à comprendre. Dans ce cadre, la première priorité consistera à persuader qu’expliquer ce n’est en rien accepter, mais que comprendre justement c’est lutter. Et, là encore, que refuser de s’octroyer les moyens nécessaires pour saisir la manière dont on aboutit à un passage à l’acte terroriste, c’est faire preuve vis-à-vis de ce dernier d’une forme de complicité. Que refuser de doter les services spécialisés des armes intellectuelles qui leur permettraient de démanteler les logiques plutôt que les réseaux quand il est déjà trop tard, c’est faire le jeu des criminels. C’est la logique qu’avait d’ailleurs suivi le tribunal administratif de Nîmes en juillet 2016 en condamnant l’État pour faute dans l’évaluation de la dangerosité d’un Mohamed Merah (jugement cassé en appel). 

Quoi qu’il en soit, nous proposons la création d’un établissement public indépendant et pluridisciplinaire capable de peser sur notre doctrine antiterroriste et pour cela d’évaluer la menace sur la base des informations que lui fourniront les services spécialisés. Indépendant, il devra l’être vis-à-vis de ces derniers et de l’État afin de pouvoir produire une parole libre et indemne des pesanteurs et intérêts bureaucratiques. En effet, un débat devra en outre être mené sur les capacités d’analyse des services de renseignement. 

En effet, est-ce bien aux structures qui déploient capteurs humains et techniques pour recueillir des données sensibles à les analyser ensuite et juger de leur pertinence ? Un tel autocontrôle ne produit-il pas des informations édulcorées ou pire des routines dangereuses ? Un service ne préférera-t-il pas privilégier une menace qu’il connaît bien, qui le valorise aux yeux de ses concurrents, qui lui permet d’exister aux yeux de ses alliés, plutôt que de se lancer dans l’inconnu d’une nouvelle menace non encore reconnue, qui nécessiterait des changements de structures ou pire des retournements d’alliances ? 

Cette nouvelle structure regrouperait des chercheurs de disciplines différentes (pour favoriser les échanges, multiplier les angles d’analyse et éviter les baronnies) qui ne seraient pas liés au pouvoir en place. La forme d’un groupement d’intérêt public permettrait également aux professeurs d’université de continuer à enseigner et à faire de la recherche, et donc de ne pas s’aliéner financièrement. Un processus d’habilitations individuelles devrait aisément permettre de franchir l’obstacle de l’accès de ces chercheurs à des informations classifiées tout de même bien moins sensibles qu’en matière de contre-espionnage. 

La première tâche de cet organisme pourrait consister à évaluer l’ensemble de notre politique antiterroriste depuis une quinzaine d’années. Il s’agirait de mesurer les effets concrets provoqués par notre passage sous état d’urgence permanent (et ses mesures les plus emblématiques, telles les punitions collectives que constituent les fermetures de salles de prières), notre conversion à la lutte contre la radicalisation, nos interventions militaires et nos alliances diplomatiques, la parole publique et la couverture médiatique, le regroupement des services spécialisés et la formation des enquêteurs, etc., et de les placer en transparence avec les trajectoires individuelles des individus étant passés à l’acte contre nos intérêts. Ces processus d’évaluation pourraient être utilement menés avec le concours des corps d’inspection de l’administration et des instituts capables de sonder l’état de l’opinion. 

Des études de cas plus poussées pourraient en outre s’attacher à connaître des phénomènes de désistance (processus de sortie d’un parcours de délinquance) dans la violence politique tels qu’ont pu les renseigner d’autres pays et d’autres époques. De même, étudier la possibilité, selon des modèles pour l’instant purement théoriques et exploratoires, voire limités à des populations ou des territoires restreints, d’une décroissance ou d’une désinflation sécuritaire permettrait peut-être de tester d’autres types de régulation et d’absorption de la menace terroriste. 

Il est enfin temps de faire preuve d’intelligence avec l’ennemi... Et finalement de ne plus seulement le considérer comme tel. Ce combat nous emmène au-delà des anathèmes et de la morale. Il nous faut, par tout moyen disponible, acquérir nous aussi l’intelligence du mal. Or, la recherche institutionnelle se trouve en jachère depuis 2007. Les structures historiques de réflexion au sein des ministères régaliens ont été vidées de leur substance au profit d’une approche qui n’a de globale que sa superficialité et de stratégique que son idéologie. Connaître c’est lutter. Et ce n’est qu’au prix d’une lente déconstruction du passage à l’acte terroriste que nous pourrons retrouver une efficacité opérationnelle.

Extrait du livre de François Thuillier, "La révolution antiterroriste", publié aux éditions du Temps Présent

Lien vers la boutique Amazon : ICI

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lasenorita
- 04/01/2020 - 11:53
Le danger est l'islam!
Nos dirigeants devraient interdire cette religion de l'islam,en France!Des déséquilibrés'' musulmans pullulent en France!L'islam produit beaucoup de ''troubles psychologiques'' chez ses adeptes!En France,quand un musulman TUE des ''innocents'',les merdias nous sortent l'argument du ''déséquilibré'',cela devient suspect!Dans les autres pays,on les nomme de leur vrai nom:qui est ''terroriste''!Nous sommes à la merci de ces individus et RIEN n'est fait pour les empêcher de nuire et de tuer des ''innocents''Les tocards,qui nous gouvernent,se ''couchent'' devant le terrorisme islamiste ,ils camouflent la réalité!Il faut se poser la question de la compétence de Castaner:il n'assure pas la sécurité des ''gens normaux''....ces attaques ''au couteau'' deviennent insupportables!Il faut RENVOYER dans ''leur'' pays les ''fichés S'',ainsi que les musulmans qui encombrent nos prisons,même s'ils sont ''nés en Franc''...eux,les musulmans n'ont pas eu de scrupules pour chasser TOUS les non-musulmans de leur pays natal et nationaliser leurs biens!
cmjdb
- 03/01/2020 - 13:29
CE QUE LE TERRORISME A FAIT DE NOUS
A l'instar d'une ex PS - à la Mairie de Marseille qui demandait l'armée dans les quartiers nord, désormais en campagne électorale trouve très normales les voilées qui vont mettre, espère-t-elle, un bulletin dans l'urne !
Quand la tactique électoraliste prime !
cmjdb
- 03/01/2020 - 13:29
CE QUE LE TERRORISME A FAIT DE NOUS
A l'instar d'une ex PS - à la Mairie de Marseille qui demandait l'armée dans les quartiers nord, désormais en campagne électorale trouve très normales les voilées qui vont mettre, espère-t-elle, un bulletin dans l'urne !
Quand la tactique électoraliste prime !