En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Professeur décapité : des élèves et des parents d'élèves ont été complices de l'assassin

02.

La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

05.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

06.

Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé

07.

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Thibault de Montbrial : « Le vivre-ensemble n’est plus qu’une incantation psalmodiée par des gens qui, à titre personnel, font tout pour s’y soustraire »

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
pépites > France
Seine-Saint-Denis
Emmanuel Macron en déplacement à Bobigny ce mardi pour faire le bilan de la lutte contre l'islamisme
il y a 11 min 30 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Amérique n'existe pas" d’après "Histoires enfantines", de Peter Bichsel : la candeur du regard, le vertige du langage

il y a 52 min 28 sec
décryptage > Culture
Polémique à Hollywood

L'actrice Gal Gadot peut-elle interpréter Cléopâtre ?

il y a 2 heures 15 min
pépite vidéo > Santé
"Célébrer Noël correctement"
Coronavirus : l'Irlande et le Pays de Galles décident de reconfiner
il y a 2 heures 36 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka
il y a 3 heures 8 min
décryptage > Environnement
Objectifs

Emissions de carbone : la Chine se décide enfin à faire payer ses pollueurs

il y a 3 heures 21 min
décryptage > Santé
Bienfaits

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

il y a 3 heures 50 min
décryptage > Politique
LREM

Islamisme : Emmanuel Macron peut-il faire changer la peur de camp sans changer... sa majorité ?

il y a 4 heures 25 min
décryptage > Santé
Armes contre le virus

Plaidoyer pour une régulation de la lutte contre la Covid-19

il y a 5 heures 19 min
décryptage > France
Professeur décapité

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

il y a 5 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Yoga" d'Emmanuel Carrère : une leçon de vie, la liberté a un prix

il y a 37 min 2 sec
light > Science
Anatomie
Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête
il y a 1 heure 35 min
light > High-tech
Espionnage
Des diplomates et des agents secrets américains critiquent l'administration Trump qui ne réagit pas aux attaques qu'ils subissent dans des postes diplomatiques à l'étranger
il y a 2 heures 20 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Le père d'une élève du collège de Conflans-Sainte-Honorine et un militant islamiste auraient été en contact avec le jeune tchétchène qui avait annoncé sa volonté d'agir
il y a 2 heures 51 min
light > Science
Paquebot
Un projet de récupération de la radio du Titanic pour l'exposer provoque une bataille juridique
il y a 3 heures 15 min
light > Economie
Taxes
La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans
il y a 3 heures 50 min
décryptage > Politique
Mouvement

Radioscopie d’un conservatisme français qui retrouve du poil de la bête

il y a 4 heures 12 min
pépites > Terrorisme
Hommage
Samuel Paty recevra la Légion d'honneur posthume et sera fait Commandeur des palmes académiques annonce le ministre de l'Education
il y a 4 heures 55 min
décryptage > France
Lutter sans renier ses principes

La démocratie face au piège du traitement de ses ennemis (islamistes) : petites munitions intellectuelles pour résister aux sophistes

il y a 5 heures 37 min
décryptage > France
Ecœurant

Professeur décapité : des élèves et des parents d'élèves ont été complices de l'assassin

il y a 5 heures 51 min
© MARCEL MOCHET / AFP
© MARCEL MOCHET / AFP
Bonnes feuilles

La coquille Saint-Jacques : un véritable couteau suisse de l’océan

Publié le 02 janvier 2020
Laurent Chauvaud publie "La coquille Saint-Jacques, sentinelle de l'océan", aux éditions des Equateurs. Grâce à la recherche scientifique, la coquille Saint-Jacques est une machine à remonter le temps, une archive environnementale, une sentinelle des évolutions du milieu marin et du réchauffement climatique, un modèle mathématique. Extrait 1/2.
Laurent Chauvaud
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Chauvaud est directeur de recherche au CNRS, biogéochimiste, écologue, plongeur scientifique.  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Chauvaud publie "La coquille Saint-Jacques, sentinelle de l'océan", aux éditions des Equateurs. Grâce à la recherche scientifique, la coquille Saint-Jacques est une machine à remonter le temps, une archive environnementale, une sentinelle des évolutions du milieu marin et du réchauffement climatique, un modèle mathématique. Extrait 1/2.

La coquille Saint-Jacques est un mollusque. Les mollusques sont des animaux étranges, extraordinairement familiers, que notre culture associe, selon le niveau d’approximation, voire de fantaisie, aux escargots, aux coquillages, aux fruits de mer et, osons le ridicule, aux crustacés. Les erreurs sont multiples, et pourtant ils nous sont connus. Pour preuve, les moules, les limaces, les huîtres, les pieuvres et les cagouilles en font partie. L’étymologie latine est simple et peu glorieuse : mollusque signifie « mou ». 

Dans le cas de la coquille Saint-Jacques, comme chez la plupart des mollusques les plus connus, la coquille dure peut être vue de deux manières : soit c’est la partie la plus intéressante et la plus précieuse, soit c’est la principale barrière entre vous et votre repas. Si vous êtes enclin à convenir que la coquille est intéressante, vous voyez les mollusques un peu comme un taxonomiste ou un scientifique. Si vous maintenez le point de vue de la barrière, vous sympathisez avec un large éventail de prédateurs marins, tels que les crabes, poulpes, étoiles de mer, morses, canards, en plus des milliers de convives humains. Dans tous les cas, vous avez un point de vue valable. Mais, collectionneur, gastronome ou écologiste, êtes-vous certain de connaître tous les visages de ce groupe ? 

Outre les bivalves – les moules et les huîtres – et les escargots, il faut inclure dans la famille des mollusques le poulpe, le calmar, les bulles, les lièvres de mer, dont les coquilles, souvent fortement réduites, sont complètement internes. Mais les Caudofovéates, les Crystallophrissons aux belles écailles calcaires sur un corps aux allures de ver, et les Solénogastres, vermiformes portant des aiguilles, sont de la même famille. Ainsi, il faut accepter que les mollusques, parmi lesquels la coquille Saint-Jacques, se caractérisent originellement par leurs tissus mous et non par leurs coquilles.

L’un des points communs à tout ce petit monde est bien son aptitude à réduire les coûts, à s’économiser, à dévier ses fonctions triviales, à optimiser et à recycler. La coquille Saint-Jacques fait ça comme une reine !

Chacun de ses organes a plusieurs fonctions, parfois cachées. Ainsi, un organe peut remplir deux, trois, voire six rôles, parfois simultanément. 

Le manteau 

Prenons le manteau, la projection membraneuse qui enveloppe le corps des mollusques. Le manteau entoure et protège les organes de l’animal, laissant ainsi la place à un espace interne ouvert appelé cavité palléale.

Cette cavité palléale est remplie d’eau et a de très nombreux rôles et fonctions. Premièrement, elle est le siège de la respiration, des échanges gazeux (dioxyde de carbone et oxygène) entre la branchie et cette eau qui la baigne. Deuxièmement, elle sert de chambre où la coquille fait entrer de l’eau de mer pour la filtrer et où elle mange les petites particules alimentaires qui y sont en suspension. Troisièmement, elle analyse la qualité de l’eau grâce à ses organes sensoriels. Quatrièmement, elle sert de lieux d’aisances où l’animal vide ses déjections (fèces) et baves (pseudo-fèces). Cinquièmement, elle constitue un lieu sûr pour pondre et protéger ses œufs, mais aussi pour éjaculer son sperme. Sixièmement, le manteau fabrique la coquille. Il permet la croissance en longueur (hauteur) et en épaisseur de la coquille. Des cristaux de calcite et des briques de carbonate de calcium fusionnent dans le manteau pour fabriquer ce squelette externe que l’on appelle « coquille ». La coquille est si solide que, une fois adulte, elle peut résister à l’attaque d’un tourteau ou d’un poulpe. Si elle a moins d’un an, le bec d’une daurade lui sera fatal. 

Mais, avant de poursuivre sur les rôles très variés du manteau de la coquille, il faut comprendre comment la coquille Saint-Jacques croît. Pour grandir, le manteau sort légèrement de la coquille comme une langue sort de la bouche, entre les dents. Cela lui permet de fabriquer un peu de coquille sur le pourtour de la valve. On appelle cela une croissance par accrétion, c’est-à-dire par juxtaposition. À l’intérieur, l’animal consolide aussi sa coquille en épaisseur, à la base de l’édifice en quelque sorte. Ainsi, la coquille grandit et s’épaissit quasiment en même temps, mais pas avec la même partie du manteau. Du point de vue du mareyeur, ce « manteau-rempart » – presque une armure – est essentiel, car il permet de vendre des coquilles Saint-Jacques de belle apparence malgré la violence de la technique de pêche. Le contraste entre une enveloppe dure, solide et protectrice, et un intérieur mou est au cœur de la conception de la coquille Saint-Jacques. En rade de Brest, le contraste extérieur/intérieur (dur/mou) des coquilles Saint-Jacques s’accorde avec la conception biologique (et psychologique) selon laquelle les individus se fabriquent des défenses (dures) tout autour des organes vulnérables (souples) et de la psyché. 

Reprenons le fil des rôles multiples et improbables du manteau de la coquille. Septièmement, le manteau étant le tissu le plus proche du monde extérieur, il est le mieux placé pour que s’y développent les organes sensoriels. En l’occurrence, des yeux bleus et des tentacules. Pour voir, toucher et goûter. Huitièmement, la coquille Saint-Jacques, comme la pieuvre ou la seiche, peut, grâce à son manteau, pomper de l’eau doucement et l’éjecter brutalement. Grâce à cela, elle sait nager ! Un agencement complexe de muscles à peine visibles lui permet de bouger à la façon d’un parapentiste modifiant la forme de sa voile avec des ficelles. La coquille peut ainsi rétracter son manteau, relâcher à droite, contracter à gauche. Elle peut pivoter, souffler, prendre de l’altitude, se tordre et se cabrer à sa guise. Et même, échapper à sa prédatrice suprême : l’étoile de mer et son odeur de mort !

Extrait du livre de Laurent Chauvaud, "La coquille Saint-Jacques, sentinelle de l'océan", publié aux éditions des Equateurs. 

Lien vers la boutique Amazon : ICI

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires