En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

02.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

03.

Coronavirus : pourquoi l’Occident ne comprend pas ce qui a vraiment marché à Wuhan

04.

Confinement : petits trucs et astuces pour préserver la rapidité de votre accès Internet par temps de surcharge

05.

Béatrice Dalle se marie à nouveau, Katy Perry & Orlando Bloom décalent; Daniel Craig veut tout claquer avant de mourir; Kim Kardashian : sex-exploitée par sa mère ?; Angelina Jolie repart en guerre contre Brad

06.

Coronavirus : et voilà ce qui se serait passé si on n’avait rien fait contre l’épidémie

07.

Coronavirus : pourquoi votre groupe sanguin a une influence sur votre risque d'être infecté

01.

Que ferons-nous de la France post-coronavirus ?

02.

1050 milliards pour la BCE, 700 milliards de dollars pour le budget américain, 50 milliards d’euros pour le Français… d’où vient tout cet argent ?

03.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Covid-19 et confinement strict : pourquoi une résurgence du virus est inévitable

06.

Coronavirus : La Chine tente d’échapper à ses responsabilités en trollant le monde

01.

Coronavirus : la plus grande crise économique de tous les temps… ou pas. Car les armes existent pour la contrer

02.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

03.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

04.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

05.

Que ferons-nous de la France post-coronavirus ?

06.

Lutte contre le Coronavirus : ces failles intellectuelles qui fragilisent la méthode française

ça vient d'être publié
pépites > Santé
"Le combat ne fait que commencer"
Retrouvez les principales annonces d’Edouard Philippe et d’Olivier Véran sur le Covid-19
il y a 1 heure 21 min
pépites > Société
Ravages des "fake news"
Plus d'un quart des Français considèrent que le Covid-19 a été fabriqué dans un laboratoire
il y a 3 heures 48 min
pépite vidéo > Religion
Solidarité avec les malades
Covid-19 : les images du pape François, seul au Vatican, pour une bénédiction "Urbi et Orbi"
il y a 5 heures 47 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Traquer et terrasser le fléau : la lutte acharnée de Pasteur et d’Adrien Loir contre le mal rouge des porcs dans le Vaucluse

il y a 7 heures 53 min
décryptage > Economie
Choix cornéliens

Covid-19 : des morts plutôt que la crise ?

il y a 8 heures 20 min
décryptage > Economie
En toute sécurité

Comment les grandes entreprises ont parfois changé de locaux pour se cacher dans des bureaux "secrets"

il y a 8 heures 51 min
décryptage > Finance
Nerf de la guerre

Crise de trésorerie généralisée : tensions (évitables) sur le secteur bancaire

il y a 9 heures 34 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Béatrice Dalle se marie à nouveau, Katy Perry & Orlando Bloom décalent; Daniel Craig veut tout claquer avant de mourir; Kim Kardashian : sex-exploitée par sa mère ?; Angelina Jolie repart en guerre contre Brad
il y a 10 heures 37 min
light > Culture
Fin du confinement ?
Olivier Py reste optimiste pour la prochaine édition du Festival d’Avignon en juillet 2020
il y a 21 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La fin de l'amour" d'Eva Illouz : quand Tinder, grand centre commercial de rencontres, détrône la cour amoureuse

il y a 23 heures 7 min
décryptage > Société
Egoïsme ?

Pourquoi il est si compliqué d’accepter les règles du confinement même quand on en a compris l’intérêt

il y a 9 heures 14 min
pépites > Politique
Solidarité européenne
Coronavirus : Emmanuel Macron défend la stratégie de la France face à l’épidémie
il y a 4 heures 28 min
pépites > Santé
Soulager les soignants et les travailleurs
Covid-19 : la France s’engage à commander un milliard de masques auprès de la Chine
il y a 6 heures 24 min
décryptage > Société
Tentation

Coronavirus : la dérive totalitaire ?

il y a 8 heures 6 min
décryptage > Défense
Terrorisme

Afrique : malgré le coronavirus, la guerre continue

il y a 8 heures 40 min
décryptage > Santé
Exemple chinois

Coronavirus : pourquoi l’Occident ne comprend pas ce qui a vraiment marché à Wuhan

il y a 9 heures 8 min
décryptage > Science
Hécatombe

Coronavirus : et voilà ce qui se serait passé si on n’avait rien fait contre l’épidémie

il y a 9 heures 52 min
décryptage > Santé
Nembro

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

il y a 10 heures 53 min
pépites > International
ONG
SOS Chrétiens d'Orient : libération de trois otages français en Irak
il y a 22 heures 33 min
pépite vidéo > France
Victimes françaises
Covid-19 : "les visages d’une tragédie"
il y a 1 jour 1 heure
© FRANCE 2 / AFP
© FRANCE 2 / AFP
Stratégie de l'évitement

Voeux 2020 : Emmanuel Macron nous souhaite tout (y compris sa réélection) mais zappe l'essentiel

Publié le 01 janvier 2020
Emmanuel Macron s'est adressé aux Français le mardi 31 décembre dans le cadre des traditionnels voeux du chef de l'Etat. Le président de la République a notamment confirmé qu'il allait mener à son terme la réforme des retraites.
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emmanuel Macron s'est adressé aux Français le mardi 31 décembre dans le cadre des traditionnels voeux du chef de l'Etat. Le président de la République a notamment confirmé qu'il allait mener à son terme la réforme des retraites.

Une mise en scène catastrophique

Le président français veut rompre avec l'usage de ses prédécesseurs qui prononçaient leurs vœux assis. Plus de bureau. L'homme est debout. Or, curieusement, il est filmé en plan coupé d'un bout à l'autre. On ne le voit jamais en pied. - curieux pour le fondateur d'En Marche ! Quand la caméra élargit l'image, cela ne dure que quelques secondes, avant de revenir au plan en buste ou en torse. Au bout d'un moment le téléspectateur se dit que l'orateur raide et immobile qu'il a en face de lui ne se livre jamais en entier. Il joue avec nous; dans une mauvaise mise en scène. Prononcer les vœux debout ne fonctionnerait que si le président se faisait filmer en mouvement - en marche! - avec des changements de décors, dans un message court. Hier soir nous avons eu droit à un monologue statique et beaucoup trop long, comme toujours chez Emmanuel Macron. 

La stratégie de l'évitement 

Le fond ne peut pas être séparé de la forme. Pendant dix-huit minutes, le président s'est livré à une stratégie permanente d'évitement. 

Pas un mot réel sur le conflit des retraites. Ce n'est pas comme si les transports ferroviaires et urbains avaient été en grève depuis trois semaines. Le président n'a pas eu une parole sentie pour les familles qui n'ont pas pu se retrouver à Noël, faute de train. Pas une allusion concrète quand il évoque la France au travail pour mettre en valeur tous ceux qui ont assuré au mois de décembre leur mission professionnelle malgré la grève.  Quand Margaret Thatchet avait entamé une longue épreuve de force avec le syndicat des mineurs, elle avait mis les Britanniques non grévistes de son côté.  Là, pas un petit mot. On a eu la répétition des principes de la réforme. Un appel à l'apaisement; tout en traitant de menteurs les adversaires de la réforme. Et, pour finir, une formule ambiguë faisant penser qu'Edouard Philippe est en sursis et pourrait quitter Matignon si la crise n'était pas résolue vite. 

En vérité, il n'y a jamais eu de place pour la réalité dans le discours des vœux pour 2020. Les divisions entre Français sont mentionnées pour appeler abstraitement à la concorde et à l'unité. Le danger de communautarisme concerne toutes les religions - comme si ce n'était pas l'Islam qu'il fallait désigner; comme si les chrétiens n'avaient pas vu crèches et cimetières profanés; comme si les Juifs n'étaient pas de plus en plus souvent la cible d'agressions motivées par l'antisémitisme.  Pas un mot sur l'incapacité de l'État à se réformer.  Des mots fleuris pour les maires de France, bien loin de la réalité du filtrage à l'entrée de la salle lors du dernier discours du Président à l'Assemblée des Maires de France: tous les maires n'y ont pas été admis. 

Quand Emmanuel Macron parle du Brexit, c'est pour déplorer une fatalité. Comme si l'Union Européenne, et la France au premier rang,  n'était pas responsable du fiasco des trois dernières années: tout a été fait pour placer les Britanniques en position de force lors des futures négociations, contre les intérêts de l'Union.  Cette même UE est, dans la bouche d'Emmanuel Macron, sans divisions internes - tiens, pourquoi n'y a-t-il pas cette année de référence appuyée à l'Allemagne ? -,  sans difficultés économiques internes, avec une expansion monétaire type Japon des années 1990-2000, sans croissance. D'une manière générale, au-delà de quelques phrases convenues le monde n'est apparu hier que comme un environnement menaçant pour le pays. 

Un président déjà en campagne pour faire du centre-droit la base de sa réélection 

Cependant, explique le Président, il ne s'agit pas pour la France de s'adapter. Elle doit rester elle-même, en déployant son génie, pour faire de la décennie qui vient une décennie française.  On remarque un très net infléchissement par rapport à la campagne de 2017. Il ne s'agit plus de transformer mais d'exprimer le potentiel français.  Emmanuel Macron est en train de rôder le discours pour 2022. 

Nous avons eu droit hier, au fond, à un discours qui visait un seul public: les plus de 50 ans et les retraités clientèle électorale de LR, qui continuent à s'informer en priorité dans les médias traditionnels. Il fallait leur présenter une France sans trop d'aspérités réelles, dont le président est à la fois réformateur et patriote, dans une vision "postgaullienne". Il s'agit de bloquer la possible poussée vers le centre d'un candidat issu du RN ou du camp conservateur. Hier nous avons eu droit à un discours de campagne avec une cible unique, que le Président va travailler systématiquement.  Du coup, la mise en scène ratée, les maladresses type "C'est la troisième fois que je vous présente mes voeux"  ou "Je mets toute mon énergie à l'exercice de ma fonction" se retournent en faveur d'Emmanuel Macron dont les séniors auront bien aimé le style. 

Le décor est planté pour 2022. Ceux qui voudraient battre Emmanuel Macron savent ce qu'ils ont à faire. Le président vise l'électorat LR et tous ceux qui verront en lui la meilleure façon de barrer la route à Marine Le Pen. Pour être réélu, Emmanuel Macron vise à maintenir son socle de 23-25% au premier tour. Ses adversaires doivent trouver un moyen de limiter son.impact dans l'électorat LR et rassembler suffisamment des autres électorats: France périphérique, actifs, jeunes électeurs etc. ..Selon qu'on est de droite ou de gauche, il y a là des choix à faire pour construire des coalitions de premier et deuxième tour cohérentes. Le Président a clairement indiqué hier sa plus grande vulnérabilité : plus son quinquennat avance, plus le centre-droit devient son bastion. Il y a de l'espace à occuper à droite et à gauche. Et puis, si la réforme des retraites continuait à tourner à la catastrophe, le bastion LR lui-même n'est plus imprenable pour un adversaire du Président. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

02.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

03.

Coronavirus : pourquoi l’Occident ne comprend pas ce qui a vraiment marché à Wuhan

04.

Confinement : petits trucs et astuces pour préserver la rapidité de votre accès Internet par temps de surcharge

05.

Béatrice Dalle se marie à nouveau, Katy Perry & Orlando Bloom décalent; Daniel Craig veut tout claquer avant de mourir; Kim Kardashian : sex-exploitée par sa mère ?; Angelina Jolie repart en guerre contre Brad

06.

Coronavirus : et voilà ce qui se serait passé si on n’avait rien fait contre l’épidémie

07.

Coronavirus : pourquoi votre groupe sanguin a une influence sur votre risque d'être infecté

01.

Que ferons-nous de la France post-coronavirus ?

02.

1050 milliards pour la BCE, 700 milliards de dollars pour le budget américain, 50 milliards d’euros pour le Français… d’où vient tout cet argent ?

03.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Covid-19 et confinement strict : pourquoi une résurgence du virus est inévitable

06.

Coronavirus : La Chine tente d’échapper à ses responsabilités en trollant le monde

01.

Coronavirus : la plus grande crise économique de tous les temps… ou pas. Car les armes existent pour la contrer

02.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

03.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

04.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

05.

Que ferons-nous de la France post-coronavirus ?

06.

Lutte contre le Coronavirus : ces failles intellectuelles qui fragilisent la méthode française

Commentaires (19)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
spiritucorsu
- 02/01/2020 - 19:47
Bonsoir, Clo-ette
Nous ne sommes pas encore effectivement tirés d'affaires surtout avec le triste sire qui trône à l'Elysée.La suite du programme du moins dans l'immédiat est assez facile à deviner,tellement prévisible.Comme il adore se donner le beau rôle et qu'il a laissé son 1er sinistre s'engager dans une impasse,il va avoir beau jeu de se servir de lui comme fusible en le poussant à la démission,ensuite,il jettera un os à ronger(suppression âge pivot) en direction des syndicats collabos,la cfdt n'attendant que ça pour se rallier à lui.Enfin,il fera une grande annonce sur les merdias à sa botte en annonçant un accord exemplaire avec les syndicats et une grande avancée sociale..Ce faisant,il fera d'une pierre deux coups,d'un côté il se fera passer pour le sauveur(le plus beau c'est qu'il en est lui même convaincu) et de l'autre côté,il éliminera un concurrent potentiel dangereux pour 2022 qui n'aura plus qu'à se retirer dans sa bonne ville du Havre tout en étant frappé du sceau infâme de la macronie.
jurgio
- 02/01/2020 - 14:14
Les « veux » de Macron : la grande défausse !
Que le Premier Lampiste s'occupe du sac de nœuds des retraites !
hoche38
- 02/01/2020 - 07:03
Les dès sont jetés.
Emmanuel Macron a été fait roi pour faire payer à la France d'en bas le sauvetage de la France d'en haut. Il fait très bien le job et a en main tous les moyens de l'État et ceux de la caste dirigeante pour l'imposer avec ses "réformes". Il sait mieux que personne qu'un homme de paille est fait pour être brulé et ne peut plus reculer.