En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Environnement
Justice
La société Lubrizol a été mise en examen pour "atteinte grave" à la santé et à l’environnement suite à l'incendie de son site de Rouen
il y a 18 min 4 sec
light > Culture
Grande famille du cinéma français ?
45e cérémonie des César : Brigitte Bardot publie un message de soutien à Roman Polanski qui "sauve le cinéma de sa médiocrité"
il y a 1 heure 33 min
light > Economie
Nominations
Nicolas Sarkozy et Guillaume Pepy vont entrer au conseil de surveillance de Lagardère
il y a 2 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Hokusai, Hiroshige, Utamaro. Les grands maîtres du Japon" : splendeurs du Japon à Aix-en-Provence: Les Maîtres de l’époque Edo (1600-1867)

il y a 5 heures 57 min
pépites > Santé
Etat de santé
L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"
il y a 8 heures 8 min
pépites > Santé
Virus en sommeil
Une femme japonaise contracte le coronavirus une seconde fois après avoir été guérie
il y a 11 heures 9 min
pépite vidéo > Politique
Double langage ?
Didier Guillaume arrache le micro d'un journaliste après une question sur l'abattoir Sobeval
il y a 12 heures 6 min
décryptage > Société
Réaction politique

Injustice intergénérationnelle : les dangers d'une génération extorquée

il y a 13 heures 1 min
décryptage > Politique
A mort !

Ecoutez l'autocritique (sincère ?) des candidats LREM qui s'étaient prononcés contre le mariage pour tous et contre la PMA. Mais le peuple, très vigilant, ne sera pas dupe de leur double langage…

il y a 13 heures 51 min
décryptage > Politique
Tri sélectif

Chasse aux ex-LR "trop conservateurs" : le pari politique risqué des LREM à Paris

il y a 14 heures 44 min
pépites > Justice
Centre hospitalier de Mont-de-Marsan
Claude Sinké, l’auteur présumé des coups de feu à la mosquée de Bayonne, est mort
il y a 51 min 44 sec
pépites > Santé
Nouveau bilan
38 cas de coronavirus ont été identifiés en France dont 12 liés au patient infecté dans l’Oise
il y a 2 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Russie et la France, de Pierre Le Grand à Lénine" de Hélène Carrère d’Encausse, de l’Académie française : une mine d’informations sur le passé… avec une trop brève réflexion sur l’avenir !

il y a 5 heures 48 min
pépite vidéo > Santé
Difficultés du monde hospitalier
Emmanuel Macron interpellé par un médecin sur la crise des hôpitaux
il y a 7 heures 26 min
pépites > Justice
"Pendaison" et Ancien Régime
L'étrange sous-entendu de l'accusation lors de l'ouverture du procès Fillon
il y a 10 heures 13 min
pépites > Santé
Coronavirus
Emmanuel Macron à la Pitié-Salpêtrière : "On a devant nous une épidémie" qu'il va falloir "affronter au mieux"
il y a 11 heures 42 min
décryptage > Politique
Réforme(s)

Edouard Philippe, patron de Licence IV, Bruno Le Maire, gérant d’auto-école

il y a 12 heures 42 min
décryptage > Politique
Passage en force

Recours au 49-3 : cet ultime baril de poudre qu'Emmanuel Macron roule dans la fabrique d'allumettes

il y a 13 heures 33 min
décryptage > Défense
Graal du XXIeme siècle ?

Défense : le retard technologique de la France s’accumule

il y a 14 heures 9 min
décryptage > Politique
Casse-tête

Retraites : 49.3, retrait ou "bidouille", quel chemin de sortie de crise serait le moins dommageable pour Macron ?

il y a 15 heures 2 min
© Reuters
© Reuters
Bonne explication ?

Et l’explication aux faibles hausses de salaires dans la zone euro malgré la baisse du chômage est loin d’être uniquement celle que veut bien avouer la BCE

Publié le 30 décembre 2019
D'après la BCE, si les hausses de salaires, en zones euro, depuis 2013, sont faibles -et ce malgré la baisse du chômage- se serait parce que les emplois créés l'ont été dans des secteurs qui rémunèrent mal leurs salariés.
Mathieu Mucherie est économiste de marché à Paris, et s'exprime ici à titre personnel.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mathieu Mucherie
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mathieu Mucherie est économiste de marché à Paris, et s'exprime ici à titre personnel.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
D'après la BCE, si les hausses de salaires, en zones euro, depuis 2013, sont faibles -et ce malgré la baisse du chômage- se serait parce que les emplois créés l'ont été dans des secteurs qui rémunèrent mal leurs salariés.

Atlantico : D'après la BCE, si les hausses de salaires sont restées faibles, depuis 2013, en zone euro et ce malgré la baisse du chômage se serait parce que les emplois créés l'ont été dans des secteurs qui rémunèrent mal leurs salariés. Cette explication de la BCE est-elle plausible et suffisante à expliquer ce phénomène ?

Mathieu Mucherie : On ne peut pas complètement écarter cette explication de la BCE. La FED avait d'ailleurs donné la même explication il y a quelques années lorsqu'elle était confrontée au même phénomène c'est-à-dire la baisse du chômage, des créations d'emplois et en même temps très peu d'augmentation de salaires. 

La FED était alors allée à la chasse aux explications pour rendre compte de ce que l'on appelle l'échec de la courbe de Phillips, elle a alors proposé la même explication que la BCE mais ce n'est pas très probant. Il y a d'autres explications plausibles, par exemple la baisse du pricing power des salariés -c'est-à-dire qu'ils n'auraient plus de capacité à peser dans les négociations salariales pour maintes raisons telles que l'immigration, la robotisation... - mais elles apparaissent toutes comme étant insuffisantes pour expliquer l'ampleur du phénomène. On a besoin d'explications plus ambitieuses et englobantes.

Pour ma part, j'en reviens toujours à l'idée que finalement il n'y a pas eu beaucoup de création monétaire au cours de ce cycle en zone euro ; que les politiques monétaires sont dites accommodantes mais qu'en réalité elles sont plutôt restrictives ce qui permet assez logiquement d'expliquer l'absence d'inflation et par conséquent une faiblesse de la demande agrégée qui pèse sur les dynamiques salariales. C'est une approche plus macro qui me permets corréler d'avantage avec le cycle et éviter d'avoir à "bidouiller" à l'intérieur des secteurs, des pays ou des négociations salariales. Cette idée est suffisante et permet de se passer d'explications partielles : on nous a promis 2% d'inflation, on ne les a pas obtenu -depuis 2012 on a 1% en moyenne- à partir de là il est totalement normal qu'il y ait une atonie des salaires nominaux qui à la différence des salaires réels sont entrainés vers le bas parce qu'il n'y a pas d'inflation. C'est une explication qui vaut autant pour les salaires nominaux que les taux d'intérêts nominaux par exemple alors que l'explication de la BCE n'explique les salaires nominaux et ne permet pas de comprendre davantage pourquoi l'euro est trop cher, ni pourquoi les taux d'intérêts sont faibles. 

Doit-on y voir le signe d'une japonisation ? 

Oui tout à fait. On le dit dans les colonnes d'Atlantico depuis 2011 mais le problème c'est que c'est inacceptable pour les banquiers centraux. C'est-à-dire qu'ils ont besoin de trouver d'autres types d'explications -même peu satifaisantes- car ils refusent absolument l'idée d'une japonisation. 

En effet, accepter l'idée de la japonisation reviendrait, pour les banquiers centraux, à reconnaître leurs erreurs. En outre, leur mandat est clair : maintenir la stabilité des prix avec une inflation proche de 2% par an, or si l'on commence à parler de japonisation cela voudrait dire qu'ils n'ont pas rempli leurs fonctions. Un banquier central ne peut pas faire ce qu'il veut, il ne peut pas créer de la croissance à partir de rien, mais par contre sur les variables nominales il a un énorme pouvoir, il est celui qui garanti les valeurs nominales : s'il veut 2% il y aura 2% d'inflation. Si on peut avoir 12% d'inflation en Turquie, on doit pouvoir obtenir 2% d'inflation en zone euro....

Et si on parle de japonisation évidemment dans ce cas là on blâme directement le banquier central, c'est sa responsabilité qui est engagé. Pour eux il y aura toujours une autre explication : elle ne sera jamais simplement monétaire. Il peut y avoir des chocs temporaires, des histoires de secteurs, des éléments nationaux... mais jamais de japonisation. 

Comment sortir de cette japonisation ?

Il y a quelques années, nous avions fait plusieurs propositions. La solution idéale parce que pas chère, était de dire : au lieu de faire une cible d'inflation à 2% que l'on n'arrive pas à atteindre, on va faire une cible de PIB nominal sur laquelle le banquier central aura complètement la main. Ainsi, à chaque qu'il sera au-dessus de sa cible de PIB nominal il devra ralentir l'économie, et lorsqu'il sera au-dessus il devra la stimuler. Cette proposition de ciblage de PIB nominal, une proposition simple et nette.

Que ce soit au Japon, aux Etats-Unis ou en Europe, personne n'a voulu adopter cette solution. Désormais, il n'y a guère de solution hormis ce que l'on pourrait appeler la "grosse artillerie" c'est-à-dire la monnaie hélicoptère. Ceci reviendrait à changer les règle du jeu, et à sortir la planche à billets pour la première fois (une blanche à billets qui irait directement au peuple). Il ne s'agirait pas d'acheter des actifs qui seraient déjà sur le marché mais de quelque chose de plus ambitieux : on créerait de l'argent de toute pièce et on le balancerait sur des comptes bancaires. La consommation augmenterait de suite, on aurait une stimulation de toutes les variables nominales et on attendrait rapidement les 2% d'inflation désirés. Maintenant, cette politique monétaire devrait rester un "one shot" mais serait une véritable planche à billets, il y aurait réellement pour la première fois une création monétaire. On sortirait des chocs déflationnistes et de la japonisation mais il faudrait doser ceci minutieusement. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
salaire, zone euro, BCE, Fed
Thématiques :
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
evgueniesokolof
- 31/12/2019 - 12:57
au docteur Pelouze
Juste un détail quand même : les dépenses de l'Etat sont financées par des impôts et par de la dette : les premiers constituent donc un transfert de pouvoir d'achat au profit d'activités inutiles et nuisibles dans certains cas (et pas seulement les fonctionnaires!!!). L'hélicoptere ne pique l'argent à personne!! quant aux effets c'est une toute autre affaire! mais puisque vous êtes docteur vous connaissez Diafoirus ? Le médicament est tout simplement inadapté au mal car l'industrie a été saignée!
evgueniesokolof
- 31/12/2019 - 12:49
Mucherie
Il remonte toujours le niveau....
Ouais l'hélicoptere ...mais on sait bien que dans une économie ouverte, le keynésianisme ne marche pas: On assisterait donc à un boom des importations : ce sont les chinois qui ramasseraient in fine les billets et en prime l'économie se déformerait encore plus par une croissance de l'emploi dans le tertiaire plus ou moins utile voire parasitaire ( Decathlon embaucherait) mais cela n'aurait aucun effet sur l'emploi industriel à la grande satisfaction de nos écolos décroissants et des socialo idiots qui les soutiennent...
ajm
- 31/12/2019 - 12:22
Le cas japonais
Justement l'état japonais depuis des lustres enchaîne programme d'investissement sur programme d'investissement pour soutenir l'économie, avec de gros déficits accumulés jusqu'à plus de 200% du PIB ( 250 %) . Ces déficits sont financés par l'émission de titres de dette rachetés en grande partie après par la Banque du Japon. A l'échéance, ces titres sont remboursés par l'état grâce à l'émission de nouvelles dettes et ainsi de suite. Ces dettes de facto jamais vraiment remboursées sont une forme d'argent hélicoptère. A défaut de provoquer des reprises durables et soutenues de l'économie , cette politique a permis d'éviter des récessions et une stagnation permanente. Elle suppose aussi que les marchés aient confiance dans les capacités profondes de ce pays sous peine d'observer rapidement un effondrement de la monnaie nationale. L'argent hélicoptère pour le Venezuela ou le Zimbabwe on a vu ce sur cela donnait.