En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

03.

Plus fort qu’Ali Baba et les 40 voleurs : Anne Hidalgo et ses 37 adjoints !

04.

Ce que les scientifiques ont découvert grâce à l’anthropause, cette grande mise à l’arrêt de l’activité humaine liée à la pandémie Covid-19

05.

Rester scotché jusqu’à tard le soir sur l’écran de son smartphone nuit plus à la santé mentale que ce vous imaginez sans doute

06.

Nord Stream 2 : le pipeline voulu par l’Allemagne qui met le feu aux relations entre les Etats-Unis et l’Europe

07.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

01.

La fin des fringales

02.

Révolutions arabes

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

04.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

05.

Pire que le coup d’Etat permanent, la campagne électorale permanente ? Emmanuel Macron, le président cynique

06.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Municipales : mais que cache donc l’étonnante schizophrénie des Français entre élections locales et nationales ?

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

05.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

06.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

ça vient d'être publié
light > Insolite
L'or sur
Voici un mystérieux masque d'or pour se protéger de la Covid-19
il y a 2 heures 9 min
pépites > Sport
Respect piloté
Des pilotes posent un genou à terre avant le départ du grand prix d'Autriche
il y a 3 heures 30 min
pépites > France
Un incendie pas encore éteint
Pour la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France la crise a été gérée sans prise en compte de principes fondamentaux
il y a 4 heures 9 min
pépites > Education
Médaille en chocolat
Dans certaines académies, on félicite les enseignants avec des badges
il y a 5 heures 11 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Ce trou noir monstrueux dévore l'équivalent d'un Soleil par jour ; Pour coloniser Mars, il faudra au moins 110 personnes »
il y a 8 heures 32 min
décryptage > Politique
Fluctuat et mergitur

Plus fort qu’Ali Baba et les 40 voleurs : Anne Hidalgo et ses 37 adjoints !

il y a 8 heures 35 min
décryptage > Environnement
"Grandes villes vertes"

Ecologie et économie sont-ils compatibles ?

il y a 8 heures 52 min
décryptage > Politique
Un vélo nommé problème

Aurelien Véron : « La politique anti-voitures d’Anne Hidalgo est extrême et quasi sectaire »

il y a 9 heures 6 min
décryptage > Santé
Téléphonie addictive

Rester scotché jusqu’à tard le soir sur l’écran de son smartphone nuit plus à la santé mentale que ce vous imaginez sans doute

il y a 9 heures 49 min
décryptage > International
De l'eau dans le gaz

Nord Stream 2 : le pipeline voulu par l’Allemagne qui met le feu aux relations entre les Etats-Unis et l’Europe

il y a 10 heures 30 min
pépites > International
Il y a toujours pire ailleurs
L'Angleterre réouvre les pubs dans la cacophonie générale
il y a 2 heures 42 min
pépites > Politique
Speedy Castex
À peine arrivé à Matignon, Jean Castex veut "aller vite"
il y a 3 heures 49 min
light > Insolite
La revanche des singes
En Thaïlande, les singes font la loi dans la ville
il y a 4 heures 28 min
pépite vidéo > Media
ONPC c'est fini
ONPC touche à sa fin, voici le best-of des clashs de l'émission
il y a 8 heures 2 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les leçons du combat d’une urgentiste contre le coronavirus

il y a 8 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

"Les femmes de" par Caterina Bonvicini

il y a 8 heures 37 min
décryptage > International
Retour Ottoman

L'expansionnisme turc aura-t-il raison de l'OTAN ?

il y a 8 heures 55 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Ce que les scientifiques ont découvert grâce à l’anthropause, cette grande mise à l’arrêt de l’activité humaine liée à la pandémie Covid-19
il y a 9 heures 32 min
décryptage > Loisirs
À consommer avec modération

Moscow Mule et cocktails vegans : petite liste des long drinks tendances de l’été

il y a 10 heures 7 min
décryptage > France
Abandon de souveraineté

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

il y a 10 heures 50 min
© Reuters
© Reuters
Bonne explication ?

Et l’explication aux faibles hausses de salaires dans la zone euro malgré la baisse du chômage est loin d’être uniquement celle que veut bien avouer la BCE

Publié le 30 décembre 2019
D'après la BCE, si les hausses de salaires, en zones euro, depuis 2013, sont faibles -et ce malgré la baisse du chômage- se serait parce que les emplois créés l'ont été dans des secteurs qui rémunèrent mal leurs salariés.
Mathieu Mucherie
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mathieu Mucherie est économiste de marché à Paris, et s'exprime ici à titre personnel.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
D'après la BCE, si les hausses de salaires, en zones euro, depuis 2013, sont faibles -et ce malgré la baisse du chômage- se serait parce que les emplois créés l'ont été dans des secteurs qui rémunèrent mal leurs salariés.

Atlantico : D'après la BCE, si les hausses de salaires sont restées faibles, depuis 2013, en zone euro et ce malgré la baisse du chômage se serait parce que les emplois créés l'ont été dans des secteurs qui rémunèrent mal leurs salariés. Cette explication de la BCE est-elle plausible et suffisante à expliquer ce phénomène ?

Mathieu Mucherie : On ne peut pas complètement écarter cette explication de la BCE. La FED avait d'ailleurs donné la même explication il y a quelques années lorsqu'elle était confrontée au même phénomène c'est-à-dire la baisse du chômage, des créations d'emplois et en même temps très peu d'augmentation de salaires. 

La FED était alors allée à la chasse aux explications pour rendre compte de ce que l'on appelle l'échec de la courbe de Phillips, elle a alors proposé la même explication que la BCE mais ce n'est pas très probant. Il y a d'autres explications plausibles, par exemple la baisse du pricing power des salariés -c'est-à-dire qu'ils n'auraient plus de capacité à peser dans les négociations salariales pour maintes raisons telles que l'immigration, la robotisation... - mais elles apparaissent toutes comme étant insuffisantes pour expliquer l'ampleur du phénomène. On a besoin d'explications plus ambitieuses et englobantes.

Pour ma part, j'en reviens toujours à l'idée que finalement il n'y a pas eu beaucoup de création monétaire au cours de ce cycle en zone euro ; que les politiques monétaires sont dites accommodantes mais qu'en réalité elles sont plutôt restrictives ce qui permet assez logiquement d'expliquer l'absence d'inflation et par conséquent une faiblesse de la demande agrégée qui pèse sur les dynamiques salariales. C'est une approche plus macro qui me permets corréler d'avantage avec le cycle et éviter d'avoir à "bidouiller" à l'intérieur des secteurs, des pays ou des négociations salariales. Cette idée est suffisante et permet de se passer d'explications partielles : on nous a promis 2% d'inflation, on ne les a pas obtenu -depuis 2012 on a 1% en moyenne- à partir de là il est totalement normal qu'il y ait une atonie des salaires nominaux qui à la différence des salaires réels sont entrainés vers le bas parce qu'il n'y a pas d'inflation. C'est une explication qui vaut autant pour les salaires nominaux que les taux d'intérêts nominaux par exemple alors que l'explication de la BCE n'explique les salaires nominaux et ne permet pas de comprendre davantage pourquoi l'euro est trop cher, ni pourquoi les taux d'intérêts sont faibles. 

Doit-on y voir le signe d'une japonisation ? 

Oui tout à fait. On le dit dans les colonnes d'Atlantico depuis 2011 mais le problème c'est que c'est inacceptable pour les banquiers centraux. C'est-à-dire qu'ils ont besoin de trouver d'autres types d'explications -même peu satifaisantes- car ils refusent absolument l'idée d'une japonisation. 

En effet, accepter l'idée de la japonisation reviendrait, pour les banquiers centraux, à reconnaître leurs erreurs. En outre, leur mandat est clair : maintenir la stabilité des prix avec une inflation proche de 2% par an, or si l'on commence à parler de japonisation cela voudrait dire qu'ils n'ont pas rempli leurs fonctions. Un banquier central ne peut pas faire ce qu'il veut, il ne peut pas créer de la croissance à partir de rien, mais par contre sur les variables nominales il a un énorme pouvoir, il est celui qui garanti les valeurs nominales : s'il veut 2% il y aura 2% d'inflation. Si on peut avoir 12% d'inflation en Turquie, on doit pouvoir obtenir 2% d'inflation en zone euro....

Et si on parle de japonisation évidemment dans ce cas là on blâme directement le banquier central, c'est sa responsabilité qui est engagé. Pour eux il y aura toujours une autre explication : elle ne sera jamais simplement monétaire. Il peut y avoir des chocs temporaires, des histoires de secteurs, des éléments nationaux... mais jamais de japonisation. 

Comment sortir de cette japonisation ?

Il y a quelques années, nous avions fait plusieurs propositions. La solution idéale parce que pas chère, était de dire : au lieu de faire une cible d'inflation à 2% que l'on n'arrive pas à atteindre, on va faire une cible de PIB nominal sur laquelle le banquier central aura complètement la main. Ainsi, à chaque qu'il sera au-dessus de sa cible de PIB nominal il devra ralentir l'économie, et lorsqu'il sera au-dessus il devra la stimuler. Cette proposition de ciblage de PIB nominal, une proposition simple et nette.

Que ce soit au Japon, aux Etats-Unis ou en Europe, personne n'a voulu adopter cette solution. Désormais, il n'y a guère de solution hormis ce que l'on pourrait appeler la "grosse artillerie" c'est-à-dire la monnaie hélicoptère. Ceci reviendrait à changer les règle du jeu, et à sortir la planche à billets pour la première fois (une blanche à billets qui irait directement au peuple). Il ne s'agirait pas d'acheter des actifs qui seraient déjà sur le marché mais de quelque chose de plus ambitieux : on créerait de l'argent de toute pièce et on le balancerait sur des comptes bancaires. La consommation augmenterait de suite, on aurait une stimulation de toutes les variables nominales et on attendrait rapidement les 2% d'inflation désirés. Maintenant, cette politique monétaire devrait rester un "one shot" mais serait une véritable planche à billets, il y aurait réellement pour la première fois une création monétaire. On sortirait des chocs déflationnistes et de la japonisation mais il faudrait doser ceci minutieusement. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
salaire, zone euro, BCE, Fed
Thématiques :
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
evgueniesokolof
- 31/12/2019 - 12:57
au docteur Pelouze
Juste un détail quand même : les dépenses de l'Etat sont financées par des impôts et par de la dette : les premiers constituent donc un transfert de pouvoir d'achat au profit d'activités inutiles et nuisibles dans certains cas (et pas seulement les fonctionnaires!!!). L'hélicoptere ne pique l'argent à personne!! quant aux effets c'est une toute autre affaire! mais puisque vous êtes docteur vous connaissez Diafoirus ? Le médicament est tout simplement inadapté au mal car l'industrie a été saignée!
evgueniesokolof
- 31/12/2019 - 12:49
Mucherie
Il remonte toujours le niveau....
Ouais l'hélicoptere ...mais on sait bien que dans une économie ouverte, le keynésianisme ne marche pas: On assisterait donc à un boom des importations : ce sont les chinois qui ramasseraient in fine les billets et en prime l'économie se déformerait encore plus par une croissance de l'emploi dans le tertiaire plus ou moins utile voire parasitaire ( Decathlon embaucherait) mais cela n'aurait aucun effet sur l'emploi industriel à la grande satisfaction de nos écolos décroissants et des socialo idiots qui les soutiennent...
ajm
- 31/12/2019 - 12:22
Le cas japonais
Justement l'état japonais depuis des lustres enchaîne programme d'investissement sur programme d'investissement pour soutenir l'économie, avec de gros déficits accumulés jusqu'à plus de 200% du PIB ( 250 %) . Ces déficits sont financés par l'émission de titres de dette rachetés en grande partie après par la Banque du Japon. A l'échéance, ces titres sont remboursés par l'état grâce à l'émission de nouvelles dettes et ainsi de suite. Ces dettes de facto jamais vraiment remboursées sont une forme d'argent hélicoptère. A défaut de provoquer des reprises durables et soutenues de l'économie , cette politique a permis d'éviter des récessions et une stagnation permanente. Elle suppose aussi que les marchés aient confiance dans les capacités profondes de ce pays sous peine d'observer rapidement un effondrement de la monnaie nationale. L'argent hélicoptère pour le Venezuela ou le Zimbabwe on a vu ce sur cela donnait.