En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Corona : la production de la célèbre bière va s’interrompre suite aux mesures de restriction au Mexique

04.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

05.

Voilà comment se passe le déconfinement à Wuhan (et ce que ça nous apprend sur la réalité de la violence de l’épidémie)

06.

Bayonne : le journaliste Christophe Hondelatte déplore les nuisances sonores du 1er RPIMa en plein confinement

07.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

05.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

04.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

05.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

06.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Media
Racisme
"Ils enterrent des Pokémon" : un journaliste de BFMTV dérape pendant l'hommage aux victimes chinoises du Coronavirus
il y a 37 min 11 sec
décryptage > Religion
Besoin de sens

Sauver Pâques : les catholiques se mobilisent pour communier malgré le confinement

il y a 1 heure 15 min
décryptage > Environnement
Rions vert

C comme con, con comme Cochet : il confond le CO2 et le coronavirus !

il y a 1 heure 31 min
décryptage > High-tech
Applis stars du confinement

Voilà comment Zoom et House party peuvent menacer vos données professionnelles ou personnelles

il y a 1 heure 48 min
décryptage > Politique
Dérapages à répétition

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

il y a 2 heures 7 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Brigitte Macron télé-travaille à l’Élysée et garde ses distances avec Emmanuel; Meghan Markle interdit à Harry de voir le prince Charles; Rihanna veut faire des bébés toute seule, Laeticia Hallyday déménage; Karine Ferri partiellement au chômage
il y a 2 heures 18 min
décryptage > Politique
Étrange inertie

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

il y a 2 heures 34 min
pépites > Media
Contamination de l’information
Reporters sans frontières a lancé "l’Observatoire 19" de la liberté de la presse en pleine crise du coronavirus
il y a 9 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Siècle des Quatre Empereurs" de Rémi Kauffer : un formidable récit historique, une gigantesque fresque humaine et une épopée haletante

il y a 11 heures 12 min
pépites > Santé
Données des Ehpad communiquées
Covid-19 : plus de 6.500 morts en France, selon les derniers chiffres dévoilés par Jérôme Salomon
il y a 14 heures 56 min
décryptage > International
Vital

Pour éviter les famines, ne pas interrompre le commerce mondial de céréales

il y a 1 heure 7 min
décryptage > Santé
Aller de l'avant

Covid-19: Il faut accélérer, ce n’est jamais trop tard

il y a 1 heure 22 min
décryptage > Education
Imaginaire

Si le coronavirus fait irruption dans les jeux de vos enfants, ne vous faites pas de soucis

il y a 1 heure 38 min
décryptage > Société
Pas de retour à la normale rapide

Déconfinement graduel : attention danger dans l’opinion

il y a 1 heure 55 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Jeanne d'Arc, une dissidente au temps du Moyen Age

il y a 2 heures 17 min
décryptage > Finance
Business

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

il y a 2 heures 24 min
pépites > High-tech
Indicateurs utiles
Google décide de partager les données de localisation des utilisateurs comme un nouvel outil dans la lutte contre le coronavirus
il y a 8 heures 53 min
pépites > International
Aux origines du virus
Chine : des marchés d’animaux sauvages auraient réouvert
il y a 10 heures 42 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Chanson bretonne, L’Enfant et la Guerre, Deux contes" de J.M.G. Le Clézio : l’émotion des souvenirs d’enfance. 2 contes sensibles et subtils

il y a 11 heures 31 min
light > France
Manœuvres militaires
Bayonne : le journaliste Christophe Hondelatte déplore les nuisances sonores du 1er RPIMa en plein confinement
il y a 15 heures 30 min
© La Dépêche // Capture d'écran
© La Dépêche // Capture d'écran
Atlantico Business

SOS sortie de crise : la France en plein triangle des Bermudes

Publié le 30 décembre 2019
Entre les objectifs politiques du gouvernement, la réalité économique et la contrainte sociale, 2020 va débuter en pleine situation inextricable
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Entre les objectifs politiques du gouvernement, la réalité économique et la contrainte sociale, 2020 va débuter en pleine situation inextricable

L’année 2020 démarre vraiment très mal. Le gouvernement espérait que les mouvements sociaux s’échoueraient sur les récifs de Noël ou du Nouvel an. Il s’est trompé. La grève ne s’est pas arrêtée, la grogne et la rogne reprennent de plus bel. Une majorité de Français gênés par les grèves n’en soutient pas moins le mouvement. Du coup, la situation socio-politique est tellement inextricable que bien malin celui qui pourrait y voir les leviers d’un règlement politique. 

Le terrain syndical d’abord est coupé en deux, mais chaque camp est miné. 

Le clan réformiste mené par la CFDT et l’UNSA soutient le projet de réforme dans sa dimension structurelle (on dit maintenant systémique). La retraite par points qui servirait de méthode de calcul à un régime universel, c’est à dire applicable à tous, sont considérés comme un facteur de progrès social. Mais ces syndicats réformistes s’opposent à ce qu’on prenne des mesures de rééquilibrage financier comme la fixation d’un âge pivot à partir duquel on pourrait prendre sa retraite à taux plein. Soit 64 ans, avant, on serait sous malus. Après, on gagnerait un bonus. 

Le paradoxe dans cette affaire, c’est que les syndicats réformistes ne sont pas opposés à l’obligation pour les régimes de trouver des recettes capables de couvrir les dépenses, à condition qu’on ne touche pas à la durée. Alors c’est compliqué parce que si on touche aux cotisations, on touche à la compétitivité de l’économie. Si on rabote les pensions, on touche au pouvoir d’achat des retraités.

Les syndicats plus radicaux ne veulent rien changer. Ils ne veulent ni de réforme systémique, ni d’âge pivot. C’est simple à comprendre. Maintenant comme ils savent que ça n’est pas gérable, ils renvoient la balle dans le camp du gouvernement, alors que dans le même temps, ils reprochent à l’Etat son emprise de plus en plus forte. Ils sont favorables à un système plus solide et plus égalitaire mais refusent de dégager les moyens financiers (sauf à passer par des arbitrages budgétaires). Ils refusent aussi de toucher aux régimes spéciaux, ceux qui sont visés au premier chef dans le projet de réforme.

Pour compliquer le tout, les syndicats radicaux sont aussi très incertains. La CGT veut rester fidèle à la culture du compromis, et serait prête à discuter ce qu‘elle a toujours fait. En revanche la CGT Cheminots s’inscrit dans une logique de conflit jusque boutiste d‘où le bras de fer avec le gouvernement. 

Comme ces jusque-boutistes ont la main sur les trains et sur le métro, quelques uns suffisent à bloquer tout le système des transports publics. Et la majorité de la CGT est bien obligée de les soutenir. Jusqu’où et jusqu'à quand? C’est tout le problème du gouvernement.

Avec un terrain syndical aussi parcellisé, on voit mal comment le gouvernement réussira à déminer le champ de bataille.

Du côté politique, ensuite, la situation est encore plus bousculée. La gauche serait prête à défendre un projet qui sort de sa famille de pensée. Le projet est véritablement social ; il élimine un certains nombres de particularités dans les systèmes de retraite qui apparaissent comme des privilèges à ceux qui ne peuvent pas en bénéficier, et améliore le sort du plus grand nombre. Parallèlement, il sécurise l’équilibre financier. Cela étant, la gauche soutient le mouvement de grève alors que beaucoup de ses sympathisants sont épuisés par les difficultés qu’entrainent les grèves.

Toute la gauche n’est pas au diapason avec la même ferveur. Les socio-démocrates, proches de la CFDT, sont d’accord pour défendre le projet de réforme et suspendre la grève qui n’a plus de sens. Mais la gauche extrême de la France insoumise ou du parti communiste sont derrière les mouvements de contestation sans d’ailleurs avoir de projet alternatif. 

Curieusement, les mouvements écologistes sont très discrets parce que embarrassés. Ils travaillent les municipales et ces questions de retraites sont pour eux très secondaires. La plupart des écolos considèrent que là plupart des difficultés seraient solubles dans une réforme globale du système économique mondial. En clair, suspendons le fonctionnement du capitalisme et l'action de la croissance, et nous règlerons à la fois le réchauffement climatique et la question des retraites. Autant dire que les écolos n’ont aucune idée ou projet pragmatique pour régler les problèmes de fond de la société. 

Du côté de la droite ça n’est pas plus clair, les macronistes qui ne sont pas tous de droite, s’arrangent vaguement pour soutenir le projet de réforme dont ils sentent bien qu‘il est fondamental pour le quinquennat et donc pour leur propre avenir. Les députes Macronistes sont de doux rêveurs sympathiques mais dès que leur avenir personnel est en cause, ils ont tendance à renouer avec le bon vieux cynisme électoral. En dehors des députes macronistes donc, la droite et le centre sont très partagés. Tous ont compris que le projet de réforme porté par Edouard Philippe était de gauche. Tous auraient sans doute voulu défendre un projet plus libéral, c’est à dire un projet qui reconnaissent que le régime par répartition aurait toujours des fragilités liées à la démographie, et qu’il faudra bien un jour ou l’autre entrer dans le monde de la capitalisation. 

Mais comme la majorité de ces députés de droite et du centre ne sont pas des modèles de courage intellectuel, ils manieront des idées de capitalisation avec la plus extrême des prudences. 

Bref, les fonds de pensions sont absents du débat. Alors que tout le monde sait qu’ils sont très présents dans la vie quotidienne des Français qui veulent (et qui peuvent sécuriser leur avenir). C’est vrai des droites patronales et libérales qui ont fait le succès des régimes Madelin, mais c’est vrai aussi des milieux de la fonction publique un peu éclairés qui ont su et savent encore profiter de la Prefon. Bref la classe politique n’en parle pas, mais les outils de la capitalisation sont très présents dans les choix individuels de retraites.

Cette affaire de retraite montre à quel point l’opinion publique française est torturée entre ses besoins profonds (assurer sa retraite) et ses convictions morales et politiques (sauver le service public qui tombe en faillite).  Entre le sentiment qu’on éprouve sur la situation et la réalité de cette situation. 

Il n’existe dans la classe politique aucun courant majoritaire capable d’accoucher d’une réforme durable et sécurisée.

Dans ces conditions, on ne voit pas comment le gouvernement va pouvoir s’en sortir sauf à acheter tous ceux qui s’opposent à la modernisation qu’elle s’inscrive à gauche ou à droite. Les mouvements sociaux qui sont animés par une infime minorité des salariés mais soutenus par une partie de l’opinion plus large qui nourrit une colère sourde pour de multiples raisons, vont donc planter le projet de réforme.

Ce plantage va couter cher au budget, environ 17 milliards d’euros soit l’équivalent de ce qu’a coûté le retour au calme des gilets jaunes. Il ne va pas résorber le problème des retraites sur le système public.
Mais le plantage va forcer les portes qui bloquent les fonds d’assurance et de pensions. 

Les Français sont de formidables épargnants et cette épargne (l’assurance-vie) sert actuellement à financer les déficit publics. Lesquels sont creusés en partie par le modèle social dont les retraites. L’usine à gaz du système économique français fabrique le gaz qui revient pour le faire tourner. 

Il doit y avoir des systèmes moins couteux et plus simples. Les Français qui sont intelligents vont quand même un jour comprendre qu’il serait plus efficace que leur épargne sert à financer leur retraite via des fonds de capitalisation, plutôt que par le biais d’un déficit budgétaire. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Corona : la production de la célèbre bière va s’interrompre suite aux mesures de restriction au Mexique

04.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

05.

Voilà comment se passe le déconfinement à Wuhan (et ce que ça nous apprend sur la réalité de la violence de l’épidémie)

06.

Bayonne : le journaliste Christophe Hondelatte déplore les nuisances sonores du 1er RPIMa en plein confinement

07.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

05.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

04.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

05.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

06.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 31/12/2019 - 11:56
État éternel
Pauldu44300: détrompez -vous il y a des états qui ont fait faillite, même des grands. Il y en a même qui ont disparu, des nations aussi d'ailleurs, comme des peuples.
pauldu44300
- 31/12/2019 - 01:06
Emancipation Collective
La dette doit toujours être mise en comparaison avec le patrimoine public qu'on détient et qu'elle a été inventée pour promouvoir des réformes libérales et des coupes dans les dépenses sociales.
L’Etat est une entité économique et financière différente des autres. Il ne meurt pas, il ne fait pas faillite.

Venez lire notre revue de presse sur le refus du chantage à la dette publique:
https://www.emancipation-collective.fr/refuser-le-chantage-a-la-dette-publique/
hoche38
- 30/12/2019 - 12:30
La reconnaissance est une qualité évangélique.
À défaut de Monsieur de Castre qui avait présidé AXA et avait fort malencontreusement soutenu François Fillon, les avis éclairés de Jean-Marc Sylvestre en faveur des fonds de capitalisation, devraient lui attirer le soutien moral des dirigeants de Blackrock, plus proche des préoccupations sociales macroniennes.