En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

02.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

03.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

04.

Tentative de main basse sur Hong Kong et l’Asie : les Chinois profitent du Coronavirus pour lancer une inquiétante offensive

05.

Alerte météo : Climat pourri pour les chasseurs homosexuels musulmans de droite

06.

Alberto Alesina, l’économiste qui mettait les pieds dans le plat des sujets qui fâchent

07.

Génération loose (salariale) : les diplômés de 2020 se préparent à des années de galère

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

05.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

04.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

05.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

06.

Euro-miracle ? Comment ne pas louper le tournant historique que Macron et Merkel proposent à l’Europe

ça vient d'être publié
light > People
"Cauchemar"
Le ténor Andrea Bocelli révèle avoir été atteint par le coronavirus
il y a 3 heures 40 min
pépites > Economie
"Se battre pour l’emploi et l’industrie"
Emmanuel Macron dévoile un plan de soutien "massif" envers le secteur automobile et annonce la hausse des primes à l'achat de voitures électriques
il y a 5 heures 52 min
pépites > Santé
Immunité
Coronavirus : les malades faiblement atteints pourraient être immunisés, selon une nouvelle étude
il y a 7 heures 11 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’empreinte du dieu" (Tome 4 de la saga "Gens du Nord") de Maxence Van der Meersch : cet été 2020 marchez en Flandres dans les empreintes du dieu

il y a 8 heures 21 min
pépites > Politique
Bataille pour Paris
LREM : Agnès Buzyn annonce qu'elle est toujours candidate pour le second tour des municipales à Paris
il y a 9 heures 19 min
pépite vidéo > International
Menace pour les récoltes
L’Inde fait face à une invasion de criquets
il y a 10 heures 27 min
décryptage > Economie
Politique industrielle

Les Etats moyens d’Asie, ces alliés "naturels" pour la France et l’Europe

il y a 12 heures 24 min
décryptage > Sport
Activité physique

L’avenir en demi-teinte pour le sport en ville par temps de pandémie

il y a 13 heures 19 min
décryptage > Economie
Génération Covid-19

Génération loose (salariale) : les diplômés de 2020 se préparent à des années de galère

il y a 13 heures 58 min
décryptage > International
Stratégie

Tentative de main basse sur Hong Kong et l’Asie : les Chinois profitent du Coronavirus pour lancer une inquiétante offensive

il y a 14 heures 45 min
pépite vidéo > Economie
Plan de soutien "massif"
Soutien au secteur automobile : retrouvez l’intégralité du discours d’Emmanuel Macron
il y a 4 heures 51 min
Relance de la consommation
Le Printemps Haussmann à Paris va pouvoir rouvrir ses portes suite à une décision de justice
il y a 6 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Mandela, une philosophie en actes" de Jean-Paul Jouary : un essai intéressant qui appelle néanmoins pas mal de réserves…

il y a 8 heures 6 min
pépites > Politique
"Agir ensemble"
Création d’un 10e groupe politique, situé dans la majorité, à l’Assemblée nationale
il y a 8 heures 42 min
pépites > High-tech
Atout contre le virus
StopCovid : la Cnil autorise l’application de traçage pour lutter contre le coronavirus
il y a 9 heures 57 min
décryptage > France
Monde d'après

Alerte météo : Climat pourri pour les chasseurs homosexuels musulmans de droite

il y a 12 heures 13 min
décryptage > Europe
Le point de vue de Dov Zerah

La BCE et la Cour de Karlsruhe

il y a 13 heures 2 min
décryptage > Economie
Disparition

Alberto Alesina, l’économiste qui mettait les pieds dans le plat des sujets qui fâchent

il y a 13 heures 49 min
décryptage > France
Danger public

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

il y a 14 heures 26 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les entreprises aspirent à plus de Made in France, moins de CO2... mais surtout pas à la décroissance

il y a 15 heures 6 min
© ludovic MARIN / AFP / POOL
© ludovic MARIN / AFP / POOL
Impuissance collective

Impuissance collective : mais qui disposerait encore en France du capital politique pour réussir des réformes d’ampleur ?

Publié le 29 décembre 2019
Une grande majorité des Français étaient favorables à ce que le système des retraites soit réformé. Et pourtant, la réforme actuelle ne passe pas. Serait-ce différent avec un autre gouvernement ? Qui en France peut encore faire des réformes d'envergure ?
Chloé Morin est ex-conseillère Opinion du Premier ministre de 2012 à 2017, et Experte-associée à la Fondation Jean Jaurès.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Chloé Morin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Chloé Morin est ex-conseillère Opinion du Premier ministre de 2012 à 2017, et Experte-associée à la Fondation Jean Jaurès.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une grande majorité des Français étaient favorables à ce que le système des retraites soit réformé. Et pourtant, la réforme actuelle ne passe pas. Serait-ce différent avec un autre gouvernement ? Qui en France peut encore faire des réformes d'envergure ?

Atlantico : Récemment, 76% des Français se disaient favorables à une réforme des retraites mais 64% d'entre eux disaient aussi ne pas faire confiance à Emmanuel Macron pour la mener à bien. Si les réformes de fonds sont perçues comme absolument nécessaires par les Français pourquoi ce blocage ?

Chloé Morin : Dans un sondage réalisé pour France 2 début décembre, 83% des Français interrogés nous disaient que le système de retraites devait être changé - dont 32% « à la marge » et 51% « en profondeur ». Dès lors, le statu quo n’a jamais semblé représenter une option viable pour une majorité. En revanche, derrière cette apparente majorité appelant un « changement » peuvent se trouver de multiples chemins de réformes, et c’est bien là le premier sujet : selon que l’on est salarié du public ou du privé, retraité ou actif, jeune ou plus âgé, les options et les priorités ne sont pas forcément les mêmes. Le premier défi de tout gouvernement souhaitant réformer les retraites était bien celui là : fédérer non pas seulement « contre » le statu quo, mais autour d’une option de réforme précise. Certes, il existe un assentiment ou une résignation majoritaire à certains paramètres de réforme, par exemple pour la suppression des statuts spécifiques, vécus comme des privilèges. Mais une addition de mesures populaires ne font pas forcément une réforme, encore moins une réforme populaire…

Le second défi du gouvernement - mais qui n’est pas propre à ce gouvernement - est le déficit de confiance : dès lors que, comme vous le soulignez, une majorité ne faisait pas confiance à Emmanuel Macron ou Edouard Philippe pour mener à bien une réforme conforme aux souhaits et aux intérêts de la majorité, toute mesure est vue comme suspecte, toute annonce vécue comme un « coup de com’ » ou de l’enfumage… Savoir recréer la confiance est un des plus grands défis lancés à la classe politique, et il faut avouer que personne, chez nos voisins européens comme en France, n’a su trouver la recette capable de restaurer durablement la confiance nécessaire pour mener des réformes de fond - réformes dont on sait qu’il faut du temps pour les négocier, et encore plus pour qu’elles soient mises en oeuvre et portent pleinement leurs fruits…

Avec cette réforme, la conjonction de la défiance vis à vis des élus et de la complexité des mesures - qui découle de leur technicité et de la multiplicité des cas spécifiques à traiter et faire évoluer - forment un terreau propice à la contestation. Une contestation dont la force n’a d’égale que la diversité des revendications, et qui peine donc à se coaliser derrière une option alternative unique. L’on voit bien, en effet, que les critiques et propositions de la droite de gouvernement n’ont rien à voir avec celles du RN, ou les propositions du PS avec celles de LFI… Derrière le front de la contestation, on peine à voir une réforme alternative majoritaire émerger, et c’est sans doute là un atout pour le gouvernement, qui conserve un socle réformateur relativement solide derrière lui.

Peu importe le gouvernement et son orientation, il semblerait que les réformes de fonds, bien que jugées nécessaires, ne soient pas acceptées. Qui aujourd'hui, au regard de l'évolution des sondages électorat par électorat, qui pourrait disposer d'une base suffisante pour mener des réformes d'ampleur ? 

Les retraites font en effet partie de ces réformes que l’on ne souhaite pas, mais que l’on juge inévitables. Dans le sondage cité plus haut, 41% des Français jugent le report de l’âge légal de départ à 62 ans « non souhaitable, mais inévitable », et 47% jugent qu’il est non souhaitable mais inévitable d’allonger la durée de cotisations pour avoir une retraite à taux plein. Au final, une majorité relative consent, à regret, à une réforme dont 47% (chiffres de début décembre, mais dont il sera très interessant de suivre l’évolution prochaine…) estiment qu’elle aboutira pour eux à une situation moins enviable que le système actuel. 

Plus que l’existence ou non d’un « socle » suffisant, ou d’une coalition politique de « réformistes », c’est cette résignation, ce consentement « à regret » à la réforme qui me frappe. Cette résignation repose sur une conscience de notre vulnérabilité économique et financière individuelle et collective, acquise peu à peu depuis dix ans, à force de réformes plus ou moins abouties, de crises (individuelles - licenciement, etc - ou collectives - 2008…) et de débats récurrents sur le poids de la dette publique. Mais il est vrai que tout se passe comme si « réforme » ne pouvait désormais plus signifier que « recul » des droits et acquis sociaux, et n’était plus synonyme d'un « progrès » social que d’aucuns considèrent comme désormais impossible.

Maintenant, vous posez la question de la « base » nécessaire à la réforme. Si l’on vit dans l’illusion que l’unanimité, ou même une majorité, seraient nécessaires à faire avancer le pays, alors la réponse est sans doute que de tels socles réformistes n’existent pas, ou du moins par pour la plupart des réformes aujourd’hui envisagées. L’assentiment peut être majoritaire pour une mesure spécifique, mais souvent celles-ci se retrouvent noyées dans une complexité technique et politique qui jette un voile de suspicion sur l’ensemble du projet… Mais en réalité, notre culture n’est pas celle du compromis et ne l’a jamais été, et nos institutions nous permettent justement d’avancer sur la base d’un assentiment minoritaire à une réforme. Nous avançons, depuis toujours, par affrontement, par dispute politique. Voire par révolution. Pas par longs débats raisonnables et compromis longuement mûris… Et les institutions de la Ve république ont été conçues pour générer des majorités parlementaires larges et des gouvernements stables, même à partir de paysages politiques fragmentés et volatils. 

Donc techniquement, la réponse à votre question est : oui, nous sommes très divisés, et aucune alternative claire et puissante ne semble se dessiner à la voie du gouvernement actuel. Mais nous sommes dotés d’institutions capables de gouverner malgré un tel contexte...

Que faire si aucun parti ou candidat ne rencontre d'adhésion suffisante pour réformer le pays ? Est-ce à dire que tout en prétendant être favorables aux réformes les Français y sont opposés ? 

Jusqu’ici, tous les Présidents ont peu ou prou eu les moyens de leur politique - malgré la fronde sous Hollande, chacun était doté d’une majorité votant la majorité des réformes souhaitées par le gouvernement. Mais il est vrai que l’onction populaire n’a sans doute plus la même force qu’avant. La force propulsive d’une élection présidentielle semble s’essouffler de plus en plus tôt, si bien que l’argument autrefois imparable du « c’était dans mon programme » ne suffit plus pour justifier une réforme aux yeux de la majorité de l’opinion. 

A cela s’ajoute la grande défiance qui marque le paysage politique, et qui très vite - un an à peine après l’élection présidentielle - empêche les gouvernants de trouver des majorités de circonstance, tant à l’Assemblée nationale que dans l’opinion. Pourtant, en théorie de telles majorités pourraient exister : selon les sujets, un Emmanuel Macron encore doté de la popularité de ses débuts eût pu recueillir le soutien d’une partie de la droite - sur le financement des retraites, par exemple -, ou de la gauche. 

Cela semble désormais impossible, et les mesures et propositions qu’ils approuvent en principe, nos concitoyens le refusent quand un représentant d'un autre camp le leur propose. Ce qui nous condamne sans doute non pas à renoncer à réformer, mais à avancer en permanence malgré ou « contre » 50, 70, 80% de l’opinion du pays…

Si l’on prend la réforme des retraites comme exemple, on constate que de nombreuses mesures sont populaires, parmi lesquelles la suppression des régimes spéciaux, ou le principe d’égalité sur lequel est bâtie la réforme initialement. Pourtant, en opinion comme en économie, la mauvaise monnaie chasse la bonne, et ici les « mauvaises » mesures, c’est à dire les mesures jugées injustes comme l’âge pivot à 64 ans, chassent les bonnes… et l’ensemble de la réforme se trouve jugée négative. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
moneo
- 31/12/2019 - 16:13
comment changer? démocratiquement ?
Honnêtement ? je ne vois pas . une société aussi fragmentée ,aussi conditionnée par les droits acquis ,ne pourra jamais accepter que certains aient plus et d'autres moins ;En clair changer le rapport actuel ou les protégés de la mondialisation inexorable auraient moins et les autres ,plus. Le seul fait d'énoncer clairement la situation montre l'impossibilité de le résoudre. En plus la déformation de la notions de Démocratie fait ,qu'au soir de son élection chaque nouveau President se croit obliger de dire qu il va trahir ses idées pour ne pas faire de peine aux perdants....alors qu ils devraient dire j'ai gagné sur mes idées et je vais coûte que' coûte les mettre en application Bref nous aurions besoin de Thatcher et pas deChirac et de ses enfants. ..conclusion il n' y aura que des réformettes ou nous aurons un jour ou l'autre une dictature mais vu les progammes et les idées de la société française nous pourrions avoir une perte de liberté et une catastrophe économique en prime
bonne année 2020
gerard JOURDAIN
- 31/12/2019 - 11:24
reformer la France.
Compte tenue de notre constitution, et de l'esprit "état providence" de ce pays, il n'y a que deux solutions pour réformer.
La première.
Tout faire passer par décret dès la nomination du président.Grèves pendant des mois; mais c'est fait.
La deuxième.
Guerre ou financent impossible des dépenses.
pauldu44300
- 31/12/2019 - 01:14
Emancipation Collective
La retraite publique est une assurance sociale qui ne doit pas imiter la retraite par capitalisation. Elle doit assurer un niveau de retraite satisfaisant à tous les actifs et effacer les accidents de carrière. Les risques sur la santé de repousser sans cesse le départ en retraite. Le report de l’âge légal de départ en retraite de 60 à 62 ans a par exemple fait exploser le nombre d’arrêts maladie chez les plus âgés.
En travaillant moins longtemps, la production va nécessairement diminuer et les émissions de gaz à effet de serre aussi.
Benoit Borrits propose une consultation de l’ensemble des citoyennes et citoyens pour construire un système de retraites universel au travers de quelques questions comme « A quel âge a-t-on le droit de toucher la retraite ? » et « Comment compenser la pénibilité ? »

Je vous mets ici le lien de notre boîte à idées à propos d'une activité pour tous épanouissante:
https://www.emancipation-collective.fr/boite-a-idees-une-activite-pour-tous-qui-nous-epanouit