En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

04.

Coronavirus : Italie, Corée du Sud et contaminations non détectées, la France se prépare-t-elle assez à une potentielle pandémie ?

05.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

06.

Yassine Belattar trouve que Jean Messiha a "une tête de chameau". Et SOS racisme applaudit !

07.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

01.

Cuba se dote de sa propre encyclopédie collaborative sur Internet

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

ça vient d'être publié
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture fonce sur la foule lors d'un carnaval de la ville de Volkmarsen
il y a 8 min 31 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le chemin de la Garenne" de Michel Onfray : pèlerinage lucide et sombre sur le chemin de l’enfance

il y a 1 heure 27 min
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Le centre ? Quel centre ? Le socialisme gagne les USA et le centre quitte la vie politique mondiale. Pourquoi ?

il y a 2 heures 56 min
pépite vidéo > Europe
Zones d'ombre
Inquiétudes en Europe : comment le coronavirus a-t-il pu arriver en Italie si rapidement ?
il y a 4 heures 28 min
décryptage > Politique
Qu'est-ce qu'on se marre avec lui…

Yassine Belattar trouve que Jean Messiha a "une tête de chameau". Et SOS racisme applaudit !

il y a 5 heures 34 min
décryptage > Santé
Lutte contre le Covid-19

Coronavirus : Italie, Corée du Sud et contaminations non détectées, la France se prépare-t-elle assez à une potentielle pandémie ?

il y a 6 heures 6 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Et si le principal obstacle sur la route des voitures autonomes était… la neige et la pluie ?
il y a 6 heures 56 min
décryptage > Politique
Paysage politique

Etiquettes partisanes : le paradoxe des municipales

il y a 7 heures 25 min
décryptage > Justice
"Penelope Gate"

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

il y a 8 heures 3 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'Agence spatiale européenne vous propose de passer des mois dans un lit en apesanteur ; Seti met en ligne deux pétaoctets de données pour la recherche extraterrestre
il y a 1 jour 3 heures
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Mégère apprivoisée" de William Shakespeare : féministe ou pas, telle est la question !

il y a 1 heure 17 min
pépites > Justice
Renvoi
Grève des avocats : le procès de François Fillon et de son épouse Penelope est renvoyé au mercredi 26 février
il y a 1 heure 44 min
pépites > Justice
Terrorisme
Nicole Belloubet révèle qu'une quarantaine de djihadistes vont sortir de prison en 2020 et près de 300 d'ici 2023
il y a 3 heures 11 min
décryptage > Economie
Diplomatie

L'euro au plus bas par rapport au dollar : pourquoi, jusqu’où ?

il y a 5 heures 18 min
décryptage > Economie
Disraeli Scanner

La République une et indivisible d’Emmanuel Todd

il y a 5 heures 51 min
décryptage > Terrorisme
Etat islamique

Vous pensiez Daesh battu ? Revoyez votre copie

il y a 6 heures 36 min
décryptage > Politique
Leçons

Le Fillonisme, ce deuil non accompli qui revient hanter la droite

il y a 7 heures 8 min
décryptage > Environnement
Atlantico Business

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

il y a 7 heures 48 min
pépites > France
Drame
Suicide des agriculteurs : un député LREM chargé de faire un état des lieux
il y a 22 heures 15 min
décryptage > Economie
Négociations

Brexit : vers une bataille de poissonniers

il y a 1 jour 4 heures
© BBC / AFP
© BBC / AFP
Bonnes feuilles

Le courage des femmes qui ont suivi de Gaulle après l’appel du 18 juin 1940

Publié le 28 décembre 2019
Sébastien Albertelli publie "Elles ont suivi de Gaulle" aux éditions Perrin. Première unité militaire féminine dans l'histoire de l'armée française, le Corps féminin, créé à Londres en 1940 et rebaptisé l'année suivante Corps des Volontaires françaises (CVF), fut exceptionnel. Extrait 1/2.
Sébastien Albertelli, agrégé et docteur en histoire, est spécialiste de l'histoire de la France libre, de la Résistance et des services secrets. Il a publié chez Perrin Les Services secrets du général de Gaulle. Le BCRA 1940-1944 (2009, rééd. " Tempus "...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sébastien Albertelli
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sébastien Albertelli, agrégé et docteur en histoire, est spécialiste de l'histoire de la France libre, de la Résistance et des services secrets. Il a publié chez Perrin Les Services secrets du général de Gaulle. Le BCRA 1940-1944 (2009, rééd. " Tempus "...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sébastien Albertelli publie "Elles ont suivi de Gaulle" aux éditions Perrin. Première unité militaire féminine dans l'histoire de l'armée française, le Corps féminin, créé à Londres en 1940 et rebaptisé l'année suivante Corps des Volontaires françaises (CVF), fut exceptionnel. Extrait 1/2.

Brusquement, en mai 1940, le front occidental, immobile depuis des mois, s’anime : le Reich lance son armée contre les Pays‑Bas, la Belgique, le Luxembourg et la France. Comme beaucoup, Tereska Szwarc s’en réjouit : « Enfin, mieux vaut mille fois cette période active que la période mortelle de tout cet hiver, à attendre sans bouger. » Elle ne peut imaginer que, de tous les pays attaqués, la France va connaître le sort le plus déroutant : son armée, héritière de celle victorieuse vingt ans plus tôt, est balayée en six semaines faute d’avoir su s’adapter à la guerre moderne. Celles qui vivent cet inconcevable effondre‑ ment parlent de « débâcle ». Hélène Terré, plus tard, préférera évoquer une « tornade » ayant tout emporté sur son passage et laissé le pays en état de choc. 

Le traumatisme de la défaite est encore accentué par le spectacle et l’expérience de l’exode. À l’approche de la Wehrmacht, des millions de civils, à commencer par ceux de Belgique et du nord de la France, se massent sur les routes dans un inextricable maelström. La solidarité s’organise pour leur venir en aide à Paris. Janine Serreulles travaille au centre d’accueil de la gare de l’Est. Tereska Szwarc, soucieuse de « servir à quelque chose », quitte le lycée pour aider les réfugiés qui affluent gare Saint‑Lazare. Elle y découvre « un véritable bétail humain, affolé, sale, affamé […] traînant des paquets hétéroclites, enveloppés de journaux, fice‑ lés à la hâte, et des troupeaux d’enfants en loques qui pleurent autour des mères ». Au même moment, Nicole Flach réside avec sa mère près de Dieppe, en Normandie. « Tous les soirs nous avons reçu les Belges, les Hollandais qui arrivaient vers 5 h.

Nous les logions, les nourrissions et, le lendemain, ils repartaient. Nous avons fait cela jusqu’au moment où nous‑mêmes avons reçu l’ordre d’évacuer. » Après une petite semaine d’activité, Tereska Szwarc doit elle aussi évacuer Paris à l’approche des Allemands. Elle devient à son tour « une réfugiée sans maison, fuyant son pays, rassemblant tous les restes du passé dans une valise ». Beaucoup des femmes qui rallieront plus tard les rangs de la France libre connaissent ce triste sort. 

Bientôt, toutes les routes menant vers l’ouest et le sud du pays sont encombrées par une foule de militaires défaits et de civils hébétés. Janine Serreulles quitte Paris, se réfugie un temps dans une propriété de ses parents près de Chartres et repart plus au sud. « L’exode m’a conduite à Nîmes et à Bordeaux », confiera‑ t‑elle dans une formule qui dit bien son sentiment de n’être plus que le jouet d’événements qui la dépassent. Ève Curie, la plus jeune fille de Marie et Pierre Curie, est alors grand reporter pour Paris‑Soir et le New York Herald Tribune. Dans la soirée du 11 juin, elle quitte elle aussi la capitale et suit les autorités françaises dans leur retraite vers le Sud‑Ouest. Elle se souviendra avoir été « un de ces millions de réfugiés que l’ennemi poussait le long des routes de France, d’une France hagarde devant sa propre défaite ». Il faut prendre la mesure de ce chaos pour comprendre le soulagement que suscite la décision du maréchal Pétain d’appeler à la fin des combats et de signer l’armistice : épuisés, des millions de Français lui savent gré d’œuvrer pour une forme de retour à la normale.

Premiers départs

De l’autre côté de la Manche, le 18 juin, le général de Gaulle prend la parole à la BBC pour appeler à poursuivre le combat. Bien peu de Français le connaissent. Il s’adresse à ceux – officiers, soldats, ingénieurs et ouvriers – qui se trouvent en Grande‑Bretagne, mais ne mentionne pas les femmes. Certaines, pourtant, choisissent très tôt de répondre à son appel.

Dans le chaos ambiant, quitter la France n’a rien de facile. Pour une femme encore moins que pour un homme. Une centaine des six cents femmes qui s’engageront dans le Corps des Volontaires y parviennent néanmoins au moment de la débâcle. Leurs récits alimenteront longtemps les conversations, chacune s’imaginant volontiers avoir vécu l’aventure la plus extraordinaire et la plus tragique. 

Les premières réfugiées en Grande‑Bretagne arrivent des Pays‑Bas et de Belgique dès le mois de mai. Paulette Baud, une gouvernante française qui travaille à Harlem, est invitée par les autorités consulaires à rejoindre un convoi de Français qui embarque sur un destroyer anglais. Au même moment, des paquebots réquisitionnés assurent l’évacuation des ports de Belgique et du Nord. Juliette Prior, Hélène Héroufosse ou Irène Jennings partent ainsi d’Ostende et débarquent à Folkestone, même si elles ne souhaitent pas toujours se rendre en Angleterre et encore moins y rester. Lorsque Marie Hélin embarque à Boulogne‑sur‑Mer sur le Monte Carlo, elle pense qu’il longera la côte jusqu’à Bordeaux. Mais un tel périple est devenu trop dangereux et tous les navires sont déroutés vers l’Angleterre. Elle débarque donc à Weymouth, en face de Cherbourg. À Boulogne, toujours, les Sœurs de la Charité décident d’éva‑ cuer vers Valognes, dans la Manche, les orphelines dont elles s’occupent. L’une des sœurs, restée sur place, explique quelques semaines plus tard :

L’avance des Allemands a été si rapide, si imprévue qu’il était impossible de fuir, sauf en bateau. Elles se sont donc embarquées le mercredi 22 mai et après avoir été quelque temps bien inquiètes à leur sujet, nous avons appris qu’elles étaient arrivées heureusement en Angleterre. Nous ignorons si elles y sont restées ou si elles ont pu gagner la Normandie.

Un officier britannique immortalise la scène en prenant en photo le groupe de vingt‑six jeunes filles en uniforme, accompagnées de sœurs coiffées de leur cornette et de deux jeunes enseignantes, à bord du destroyer britannique Venomous. Finalement, bloquées en Angleterre, les enfants resteront huit mois à Londres avant d’être transférées en Écosse. Deux d’entre elles rejoindront les Volontaires françaises en 1944 : Julienne Blondeel, âgée de 14 ans en 1940, et Andrée Daguebert. Âgée de 17 ans, orpheline depuis 1934, cette dernière apprenait la couture. En Écosse, elle s’occupera des enfants avec les sœurs avant de devenir femme de chambre puis élève‑infirmière. 

Dans la panique, ne pas se perdre tient de la gageure. Jeanne Kidd et son mari, Alexandre, un soldat britannique qu’elle a épousé en 1919, en font la dure expérience. Ils vivent à Boulogne avec leurs sept enfants, dont un fils de 3 ans et deux filles, Suzanne et Janine, âgées de 14 et 16 ans. Lorsqu’ils décident de partir, ils se dirigent vers le sud, constatent à Amiens que les ponts sur la Somme ont été détruits, et doivent donc rebrousser chemin. De retour à Boulogne, ils cherchent à embarquer sur le Mona’s Queen, un paquebot transformé en transport de troupes. Au dernier moment, Alexandre est arrêté par un soldat qui lui demande… des tickets. Le mari part donc à la recherche des précieux sésames, mais sa femme et ses enfants réussissent finalement à embarquer et, quand il revient, le navire est parti sans lui. Par chance, il réussit à monter sur un autre bateau. Peu après, Andrée Griffin, l’épouse d’un banquier britannique, franchit la Seine avec ses trois enfants quand elle est séparée de son aîné, Jean, âgé de 16 ans. On peut seulement imaginer dans quelle détresse le couple embarque sur un petit charbonnier avec ses deux autres enfants. Finalement, Jean parviendra un an et demi plus tard à passer en Espagne et à rejoindre ses parents en Angleterre.

Extrait du livre de Sébastien Albertelli, "Elles ont suivi de Gaulle, Histoire du Corps des Volontaires françaises",  aux éditions Perrin.

Lien vers la boutique Amazon : ICI

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

04.

Coronavirus : Italie, Corée du Sud et contaminations non détectées, la France se prépare-t-elle assez à une potentielle pandémie ?

05.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

06.

Yassine Belattar trouve que Jean Messiha a "une tête de chameau". Et SOS racisme applaudit !

07.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

01.

Cuba se dote de sa propre encyclopédie collaborative sur Internet

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires