En direct
Best of
Best of du 25 au 31 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled !

02.

Liban : les images de la catastrophe et des explosions au port de Beyrouth

03.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

04.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

05.

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

06.

Dérèglement climatique : une nouvelle étude écarte le scénario du pire. Mais aussi le meilleur…

07.

Une nouvelle souche plus contagieuse du coronavirus aurait été identifiée au Vietnam

01.

Ce que son opposition au projet ITER révèle de la véritable nature de Greenpeace

02.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

03.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled !

04.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

05.

Jerusalema : ça fait longtemps que ça n’était pas arrivé mais 2020 s’est trouvée un tube de l’été planétaire

06.

Pères et maris dangereux ? Quand Alice Coffin oublie opportunément les guerres judiciaires sans fondements menées par des mères sans scrupules

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

03.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

04.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

05.

Quelles mesures rapides pour stopper la multiplications des violences au quotidien ?

06.

Statues déboulonnées : la Martinique est-elle encore en France ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Eva" de Simon Liberati

il y a 9 heures 27 min
pépites > International
Catastrophe
Liban : des dégâts importants et de nombreux morts après deux fortes explosions au port de Beyrouth
il y a 11 heures 18 min
pépites > Politique
Travaux parlementaires
Benjamin Griveaux sera chargé d'une mission parlementaire sur l'alimentation des jeunes
il y a 15 heures 1 min
pépites > High-tech
Failles exploitées
Covid-19 : Interpol alerte sur une hausse des cyberattaques "exploitant la peur"
il y a 15 heures 56 min
décryptage > International
Tensions entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan

Haut-Karabagh : plaidoyer d’un député français pour la paix et l’avenir

il y a 17 heures 15 min
décryptage > Culture
À la recherche du tube de l'été

Foxylight, avec son dernier titre "Past Vision", ouvre la voie au rock néo-psychédélique français. Et c'est très réussi

il y a 19 heures 33 min
décryptage > France
C’est la faute du confinement

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled !

il y a 20 heures 14 min
décryptage > Europe
Politique migratoire

Immigration illégale : traduire Matteo Salvini devant les tribunaux est-il vraiment une bonne idée ?

il y a 21 heures 1 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Malgré la pandémie, les entreprises françaises devraient maintenir les projets d’augmentations de salaires prévues avant le Covid

il y a 21 heures 44 min
décryptage > Société
IMG

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

il y a 22 heures 19 min
pépite vidéo > International
Scènes de chaos
Liban : les images de la catastrophe et des explosions au port de Beyrouth
il y a 10 heures 17 min
light > Media
Délai supplémentaire
France Télévisions : confirmation de l'arrêt de France Ô "à compter du 23 août", la fin de France 4 est reportée d'un an
il y a 14 heures 20 min
pépite vidéo > Europe
Deux ans après le drame
Italie : les images de l'inauguration du nouveau pont de Gênes
il y a 15 heures 37 min
pépites > Politique
Soutien du chef de l'Etat
Emmanuel Macron annonce le versement de la prime Covid pour les aides à domicile
il y a 16 heures 32 min
décryptage > Politique
Antifascisme de pacotille

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

il y a 18 heures 23 min
décryptage > Santé
Bienfaits salvateurs

Au temps du Covid, le sourire aussi est contagieux, mais pour notre plaisir !

il y a 19 heures 52 min
décryptage > Consommation
COCKTAIL & TERROIR

Les idées cocktails originales de l’été : avec le Cassis Colosseum, la crème de cassis trouve sa place au premier rang de la photo de classe

il y a 20 heures 42 min
décryptage > High-tech
Données personnelles

Pourquoi TikTok vous menace même si vous ne l’utilisez jamais

il y a 21 heures 18 min
décryptage > Environnement
Politiques énergétiques

Dérèglement climatique : une nouvelle étude écarte le scénario du pire. Mais aussi le meilleur…

il y a 22 heures 1 min
pépites > Santé
Lutte contre la pandémie
Une nouvelle souche plus contagieuse du coronavirus aurait été identifiée au Vietnam
il y a 1 jour 8 heures
© ALBERTO PIZZOLI / AFP
© ALBERTO PIZZOLI / AFP
Eglise

Ce qui nous manque le plus chez le pape François : la capacité à incarner une figure paternelle

Publié le 27 décembre 2019
Le pape François a adressé son message "urbi et orbi" à Rome le mercredi 25 décembre. Mardi, il a célébré la messe de Noël en la basilique Saint-Pierre.
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le pape François a adressé son message "urbi et orbi" à Rome le mercredi 25 décembre. Mardi, il a célébré la messe de Noël en la basilique Saint-Pierre.

Tous les 22 décembre, le retour du Père Fouettard

Au Saint-Siège, il est un moment que l’on redoute désormais, quand l’on travaille à la Curie: celui du discours de Noël du pape François. Personne n’a oublié le 22 décembre 2014, lorsque le pape Bergoglio avait humilié le gouvernement de l’Eglise devant le monde entier en dénonçant ce qu’il appelait « les quinze maladies » de la Curie, énumérant, pêle-mêle: « le fantasme de l’immortalité »; le « marthalisme » ou « activité excessive » (en référence au passage de l’Evangile où le Christ loue l’esprit de contemplation de Marie-Madeleine, aux dépens de sa soeur Marthe); la « pétrification mentale et spirituelle »; la « planification excessive »; la « mauvaise coordination »; « l’Alzheimer spirituelle »; la « rivalité et la vanité »; la « schizophrénie existentielle »; la rumeur, la médisance et le commérage; la maladie de diviniser les chefs; l’indifférence aux autres; le « visage lugubre »; l’accumulation; les « cercles fermés »; la maladie du profit mondain et des exhibitionnismes. Relue à froid, cette liste provoque un effet comique, tant elle est fourre-tout, mélangeant des notions psychiatriques, des termes de l’analyse des moralistes classiques, des mots de la vie quotidienne et des inventions verbales du pape. Mais les collaborateurs du Saint-Siège étaient repartis consternés quand ils n’étaient pas terrifiés. Deux ans plus tard, le pape avait été apparemment plus sobre dans les propos mais non moins inquiétant pour ses auditeurs, lorsqu’il avait dénoncé trois types de résistances à la réforme de la Curie: résistances ouvertes, « naissant souvent de la bonne volonté »; résistances cachées, naissant de « coeurs effrayés ou pétrifiés »; résistances malveillantes, se réfugiant « dans les traditions, dans les apparences, dans les formalités ». En 2017, le pape avait dénoncé les « traitres » au sein de la Curie et comparé son effort de réforme à la tentative de «nettoyer le sphinx d’Egypte avec une brosse à dents ». 

Si le pape actuel n’avait pas, selon un postulat a priori, aussi bonne presse dans les milieux intellectuels occidentaux ou dans les médias, cela fait longtemps que des psychanalystes auraient dû s’interroger sur la fascination du Saint-Père pour le personnage du Père Fouettard. Noël, plus grand fête chrétienne après Pâques, est traditionnellement un temps de paix et de réconciliation. C’est le moment des retrouvailles familiales - or, loin de se comporter en bon papa des fidèles et en protecteur bienveillant de la Curie, François aime morigéner. L’édition 2019 n’a pas manqué à ce qu’on ose pas appeler sans risquer d’être ironique concernant Bergoglio, la tradition. Peut-être certains auront-ils trouvé le contenu plus modéré que les années précédentes. Disons que la critique s’adresse cette fois-ci à l’Eglise dans son ensemble: citant la dernière entrevue médiatique, accordée en août 2012, par le Cardinal Martini (au Corriere della Sera) peu avant sa mort, François a reproché à l’institution qu’il dirige, d’avoir « deux-cents ans de retard ». 

Conflit de générations 

Quand on s’interroge sur le fil directeur du discours, on voit bien certains des thèmes habituels du pontificat: comme si ses prédécesseurs n’en avaient pas pris acte, le souverain pontife martèle, que l’Eglise doit comprendre que la « chrétienté », c’est-à-dire une société imprégnée de christianisme, appartient au passé: non seulement le christianisme n’est plus la référence centrale de la plupart des sociétés mais les chrétiens sont désormais souvent marginalisés. D’autres ont l’initiative des débats culturels, des définitions de valeur etc....Or, selon François, l’Eglise n’arrive pas à s’adapter, elle n’accepte pas le changement. Elle est paralysée: « Il faut mettre ici en garde », a-t-il expliqué le 22 décembre 2019, « contre la tentation de prendre une attitude de rigidité. La rigidité qui nait de la peur du changement et qui finit par disséminer des piquets et des obstacles sur le terrain du bien commun, en le transformant en champ miné d’incommunicabilité et de haine. Rappelons-nous toujours que derrière toute rigidité se trouve un certain déséquilibre. La rigidité et le déséquilibre s’alimentent mutuellement dans un cercle vicieux. Et aujourd’hui, cette tentation de rigidité est devenue trop actuelle ». 

Pour qui s’est habitué à la rhétorique à peine cryptée de François, on a bien, comme les années précédentes, une violente attaque. Elle s’est simplement déplacée de la Curie vers l’Eglise en général; vers le camp « conservateur » et tous ceux qui sont attachés à la Tradition. Rigidité, pharisaïsme, passéisme, peur du changement: le Saint-Père trace de plus en plus clairement une ligne de front. Les polémiques qui ont entouré le synode pour l’Amazonie l’ont renforcé dans sa conviction qu’il a des ennemis au sein de l’Eglise, apparemment de plus en plus nombreux. Au risque de tomber dans les clichés, on soulignera que, latino-américain, le pape est particulièrement obsédé par le conservatisme de l’Eglise des Etats-Unis; il avait même lâché, avant le synode, qu’il n’avait pas peur d’un « schisme ». Mais le rejet clair par de nombreux fidèles de ce qui s’est passé à Rome au mois d’octobre - réhabilitation sous couvert d’écologisme de la théologie de la libération marxiste des années 1980;  mise en valeurs d’idoles andines (les Pachamama) lors d’une cérémonie dans les Jardins du Vatican puis à Saint Pierre de Rome et Santa Maria in Traspontina; absence de véritable débat dans une assemblée épiscopale largement choisie pour faire avancer la cause du mariage des prêtres et de l’ordination des femmes; organisation à Rome, comme pour mieux  peser sur les débats de l’Eglise universelle, de ce qui aurait dû être une assemblée épiscopale locale - a mis le pape sur la défensive. 

Le fait que les laïcs et les jeunes générations occidentales soient le vivier d’une minorité de militants catholiques attachés à la Tradition, soucieux d’un renouveau liturgique qui inclut l’attrait pour la messe en latin, fidèles à Jean-Paul II et Benoît XVI, est un démenti flagrant à la dénonciation fréquente par François du cléricalisme: si enfermement sur soi il y a de la part du clergé, ce n’est pas comme le Cardinal Martini le prétendait avant sa mort, le fait d’un attachement aux rites du passé; c’est au contraire le résultat d’une incapacité à se remettre en cause de beaucoup des prêtres qui ont cru dans un certain progressisme de l’après-concile Vatican II. François est très représentatif de cette tendance progressiste qui voudrait verrouiller une interprétation tendancieuse de Vatican II (un concile en vérité parfaitement dans la Tradition de l’Eglise ) avant de mourir.  L’année 2019 aura vu s’affronter, spectaculairement, le vieux pape progressiste et un jeune Autrichien assumant parfaitement d’être un chrétien fidèle à Jean-Paul II et Benoît XVI, c’est-à-dire à la continuité bimillénaire de l’Eglise: Alexander Tschugguel, qui a jeté dans le Tibre les idoles andines en bois qui avaient été exposées à Santa Maria in Traspontina. 

Cette Eglise toujours lucide sur les modes intellectuelles et les tyrannies

Alors, Très Saint Père, deux-cents ans de retard, l’Eglise? N’est-ce pas une question qui fait étrangement écho à la vieille formule du camarade Joseph Djougachvili, dit Staline, de sinistre mémoire? « Le Pape, combien de divisions? ».  Que reste-t-il aujourd’hui du régime soviétique qui non seulement a fait autant de martyrs que tous les régimes persécuteurs qui l’avaient précédé? Vous rappelez-vous qu’il y a trente ans le monde entier fêtait Jean-Paul II pour avoir contribué de façon décisive à l’effondrement du communisme? Trente ans plus tôt, en 1958, Pie XII, dont la mémoire subit aujourd’hui les conséquences d’une opération de désinformation montée sur ordre de Staline et Khrouchtchev, était fêté par tous ceux qui admiraient son courage intransigeant face à Hitler et Staline. L’Eglise avait servi de repère aux heures les plus sombres de l’Europe. Un demi-siècle plus tôt, les papes Pie X et Benoît XV avaient fait preuve d’une grande lucidité, contre leur époque, en essayant d’arrêter la Première Guerre mondiale, boucherie sans nom, suicide quasi-réussi de l’Europe. 

Remontons encore un demi-siècle plus tôt et vous allez penser, Très Saint Père, tenir un argument imparable: le Syllabus, la proclamation de l’infaillibilité pontificale, ne sont-ils pas la preuve du bien-fondé de la formule du Cardinal Martini? Eh bien, une fois retombées les passions de l’époque, tout historien sérieux sait que la définition de «l’infaillibilité » est en fait, dans la grande tradition occidentale, une limitation des pouvoirs du Souverain Pontife - et c’est aujourd’hui la meilleure défense contre toute innovation que vous prendriez sur un coup de tête, en oubliant le corpus de vos prédécesseurs; quant à la lutte de l’Eglise contre l’idéologie libérale, rien ne la définit mieux que l’insistance mise par Pie IX et le Premier Concile du Vatican sur la capacité de la raison humaine (contre Kant et toute la philosophie allemande) à voir au-delà des phénomènes, à saisir l’essence des choses. Et je crains bien que le regretté Cardinal Martini et vous-même confondiez, précisément, l’apparence  - la forme quelquefois désuète qu’emprunte l’Eglise - et le fond des choses, la défense intransigeante, contre toutes les tyrannies, de la liberté et de la dignité de la personne. En retard de « deux-cents ans »? L’interview du Cardinal Martini, qui date de 2012, nous mène en 1812, lorsque le pape Pie VII était prisonnier de Napoléon à Fontainebleau, symbole de l’oppression que le régime napoléonien faisait peser sur l’Europe. Non, vraiment, la formule des « deux-cents ans de retard » qu’aurait prétendument l’Eglise sur notre époque ne veut rien dire, sauf à renier la lutte pour la liberté de conscience contre les tyrannies, la doctrine sociale inventée très tôt dans la Première révolution industrielle pour attirer l’attention sur le sort des ouvriers -avant même le socialisme -, la défense de l’intégrité de la personne, la dénonciation des totalitarismes, les avertissements sur les tentations eugénistes (nazisme hier, transhumanisme aujourd’hui). 

Le père absent

Surtout, ce qui a caractérisé l’Eglise durant les deux derniers siècles, marqués par tant de guerres civiles et internationales, c’est le souci de rassembler, de réconcilier, de panser les plaies. Et c’est sans aucun doute ce qui nous manque le plus, chez vous, pape François, au-delà des embardées philosophiques, des formulations théologiques imprudentes ou des petites phrases à l’emporte-pièce, que nous serions prêts à vous pardonner - nous savons bien que les Jésuites se sont laissés aller en terme de formation ces cinquante dernières années : mais ce qui nous frappe, c’est votre difficulté, depuis six ans, à incarner la figure paternelle que doit être un souverain pontife. « Pape » est, à l’accent près, le même mot que « Papa » en italien. Comme vos prédécesseurs, on vous appelle « Saint Père ». Nous aimerions tant vous voir assumer le rôle du «Pasteur », de celui qui fait baisser les tensions et réconcilie ses enfants qui s’affrontent. C’est à cela que l’on reconnaît un pape. Dans notre monde d’où l’individualisme absolu veut bannir complètement la figure du père, vous ne feriez qu’accroître le désarroi des individus à ne pas vouloir assumer l’essence de votre fonction, la paternité spirituelle d’un milliard de fidèles catholiques - et même, au-delà des schismes, de deux milliards de chrétiens. C’est cette paternité spirituelle que les non-chrétiens critiquent toujours, mais dont ils savent bien, secrètement, qu’elle leur manquerait car l’affrontement avec un père est éminemment structurant pour la personnalité. 

Pape François, ne vous trompez pas d’époque. Ecoutez tous vos fidèles, les conservateurs comme les autres, pour lire les signes des temps; apprenons à voir ensemble le désarroi d’une époque certes très déchristianisée mais assoiffée de repères et de réenracinement. Vous ne pouvez pas continuer à jouer le père absent. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
hoche38
- 29/12/2019 - 10:28
Encore un effort François...
Et on pourra enfin marier deux prêtres homosexuels devant l'autel de Saint-Pierre au chant du Veni Creator et dans les fumées du cannabis.
Le gorille
- 28/12/2019 - 07:48
Merci M Husson
Oui, merci. Je ne commente que les "deux cents ans de retard". Qu'est-ce que ça veut dire, de fait ? Par rapport à quoi ? Moi qui croyais justement que l'Eglise avait la qualité de temporiser, et donc de ne pas se plier à mode... Pire, d'apporter un îlot de stabilité spirituelle dans ce tourbillon vaguement métaphysique mais particulièrement nocif et erroné que connaît notre époque. Je crois qu'au contraire l'Eglise a pris trop d'avance : l'homme (fatigué ?) n'a pas suivi. Il est "descendu" et il faut le remettre d'aplomb, le requinquer : le Décalogue a été un peu "oublié", d'où la haine envers l'Eglise qui a front de le rappeler.
Scarabas
- 27/12/2019 - 18:00
Un excellent article
Magnifique article qui réussit à pointer toutes les erreurs de ce pape gauchiste et islamiste tout en restant digne et respectueux. La culture chrétienne et la connaissance qu'a Husson des arcanes du Vatican et de l'Eglise en général me sidèrent d'admiration.