En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

02.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

03.

Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste

04.

L’Allemagne mobilise 1300 milliards d’euros pour se sortir de la crise... La France 3 fois moins, cherchez l’erreur

05.

La France, paradis des squatteurs et qui entend bien le rester

06.

Les troubles obsessionnels compulsifs d’Erdogan : Le panislamisme, la résurgence de la grandeur ottomane… et incidemment attaquer la France

07.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

01.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

02.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

05.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

06.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

04.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

05.

"Le plaisir sexuel est simplement divin" a déclaré le pape François. Il nous étonnera toujours…

06.

L’islamisme, cette lèpre qu'Emmanuel Macron ignore

ça vient d'être publié
light > Santé
Des propos "à l'emporte-pièce"
Olivier Véran répond à Nicolas Bedos suite à son appel sur l'arrêt du port du masque et des gestes barrières
il y a 5 heures 14 min
pépites > Santé
Désengorger les SERVICES
Covid-19 : les Hôpitaux de Paris vont reporter 20% des opérations chirurgicales dès ce week-end
il y a 7 heures 17 min
pépites > Santé
Health Data Hub
Santé : l’Assurance maladie met son avis en suspens sur le mégafichier de données individuelles
il y a 8 heures 15 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste
il y a 9 heures 58 min
décryptage > France
Loi

La France, paradis des squatteurs et qui entend bien le rester

il y a 11 heures 15 min
décryptage > France
Drame humain

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

il y a 12 heures 13 min
pépite vidéo > Société
Fermeture des bars et des restaurants
Covid-19 : l'incompréhension de la maire de Marseille, Michèle Rubirola, suite aux annonces d'Olivier Véran
il y a 12 heures 41 min
décryptage > Economie
Industrie

Sauver Bridgestone à tout prix ? Et si on parlait de ces emplois industriels qui ne trouvent pas preneurs...

il y a 13 heures 29 min
décryptage > Santé
Lutte contre le virus

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

il y a 14 heures 15 min
pépites > Santé
Lutte contre le virus
Olivier Véran dévoile de nouvelles mesures dans le cadre de la lutte contre la Covid-19 et précise que "la situation continue globalement de se dégrader"
il y a 1 jour 2 heures
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Comédies françaises" de Eric Reinhardt : un magnifique roman d’initiation, itinéraire d’un millénial gâté

il y a 6 heures 57 sec
light > Culture
Ministère de la Culture
Gabriel Matzneff est définitivement privé d'aide publique
il y a 7 heures 49 min
pépites > Europe
Vers de nouvelles sanctions de l'UE ?
Biélorussie : l'Union européenne refuse de reconnaître Alexandre Loukachenko comme président malgré sa "prestation de serment"
il y a 9 heures 35 min
pépites > Justice
Justice
Financement libyen : la cour d'appel de Paris rejette les recours de Nicolas Sarkozy et de ses proches
il y a 10 heures 11 min
décryptage > International
Influence de la Turquie

Les troubles obsessionnels compulsifs d’Erdogan : Le panislamisme, la résurgence de la grandeur ottomane… et incidemment attaquer la France

il y a 11 heures 58 min
décryptage > France
Il m’a démasqué

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

il y a 12 heures 30 min
décryptage > Environnement
Transition écologique

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

il y a 13 heures 13 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’Allemagne mobilise 1300 milliards d’euros pour se sortir de la crise... La France 3 fois moins, cherchez l’erreur

il y a 13 heures 58 min
décryptage > Politique
Candidat idéal ?

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

il y a 14 heures 38 min
light > Culture
Icône de la chanson française
La chanteuse Juliette Gréco est morte à l'âge de 93 ans
il y a 1 jour 3 heures
© ERIC PIERMONT / AFP
© ERIC PIERMONT / AFP
Envie de vacances ?

Cette technique pour acheter des billets d’avions moins chers qui fait enrager les compagnies aériennes

Publié le 26 décembre 2019
Alors que la grève dans les transports se poursuit, certains voyageurs privilégient l'avion. Il existe un moyen pour réduire le coût de son billet. Le fait de rajouter des escales à son vol permet de faire baisser significativement le prix du billet d'avion.
Morgan Bourven
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Morgan Bourven est journaliste pour le magazine Que choisir.  Il a également un blog de voyages.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que la grève dans les transports se poursuit, certains voyageurs privilégient l'avion. Il existe un moyen pour réduire le coût de son billet. Le fait de rajouter des escales à son vol permet de faire baisser significativement le prix du billet d'avion.

Atlantico.fr : La compagnie allemande Lufthansa a poursuivi un passager en justice, au motif que celui-ci aurait réservé un vol avec escale pour payer son trajet moins cher, sans voler jusqu’à la destination finale. En quoi consiste cette pratique dite du "skiplagging" ?

Morgan Bourven : Le concept du « skiplagging » consiste tout simplement à rajouter des escales à son vol pour payer son billet d’avion moins cher. Cela peut sembler contre-intuitif, mais le prix d’un billet d’avion n’est absolument pas lié à la distance parcourue et rajouter une escale après sa destination finale peut drastiquement faire baisser le prix. Ainsi, le passager visé par la plainte de Lufthansa a réservé un vol entre Oslo et Seattle, avec escale à Francfort. A l’aller, il a bien effectué le trajet Oslo-Francfort-Seattle, mais au retour, il s’est arrêté à Francfort et a pris un autre vol pour rentrer chez lui à Berlin. La raison ? Le trajet Oslo-Seattle coûtait 657 euros, tandis que l’aller-retour Francfort-Seattle était à 2769 euros. Le passager, qui habite en Allemagne, a donc fait une économie substantielle en rajoutant une étape. A l’aller, il a peut-être pris un vol à bas coût pour rejoindre Oslo, mais puisqu’il a économisé plus de 2000 euros sur son billet, cet inconvénient était rentable. Personnellement, j’ai déjà réservé un vol Mahé-Paris-Francfort, car il coûtait 200€ de moins que le Mahé-Paris : à l’embarquement à Mahé, j’ai simplement demandé à étiqueter mon bagage pour Paris, où je suis descendu.

Ces différences de prix s’expliquent pour trois raisons principales :
- les taxes ne sont pas les mêmes entre aéroports, certains (notamment les aéroports français) étant plus chers que d’autres pour les compagnies. En partant ou en arrivant d’un aéroport moins cher, le coût du billet baisse.
- la concurrence entre compagnies au sein d’un même aéroport. Si elle est élevée vers une destination en particulier, les tarifs auront tendance à baisser, alors que si une compagnie est seule sur un créneau ou en position de monopole, ils augmenteront. L’exemple Oslo-Seattle est particulièrement révélateur, puisque la compagnie low-cost propose justement ce trajet à petit-prix : cela a sans doute poussé Lufthansa à baisser ses tarifs sur ce trajet ; alors que sur le Francfort-Seattle, la concurrence est moins importante.
- le type de clientèle présent sur la destination. Certains trajets sont surtout prisés par la clientèle affaires, qui achète des billets à un tarif plus élevé que la clientèle loisir. C’est pour cela par exemple qu’un Paris-Washington coûtera plus cher qu’un Paris-New-York.

Quelle est l’ampleur du phénomène ?

Soyons honnête, elle est assez limitée. Cette astuce n’est connue que des voyageurs aguerris, et même parmi eux, tous ne l’utilisent pas car elle est relativement contraignante. D’une part, elle oblige à faire d’importantes recherches pour trouver les escales qui vont faire baisser le prix du billet (même si certains sites comme Skiplagged.com, ou dans une moindre mesure voyagespirates.fr ou secretflying.com permettent de gagner du temps). De plus, cette astuce fonctionne principalement sur les aller simple, ou pour les aller-retour, seulement sur le vol retour. En effet, les compagnies prévoient quasiment toute une clause de « no-show », qui annule le reste de votre voyage si vous manquez un segment. Si vous sautez la dernière escale, ce n’est pas bien grave car il n’y a plus rien à annuler (comme l’a fait le passager allemand), mais si vous manquez la première, tout le reste du voyage est perdu (c’est bien pour cela qu’il a dû se rendre d’abord à Oslo). Enfin, cette pratique rajoute souvent du temps de vol : est-ce que cela vaut vraiment la peine de passer 15 heures à attendre dans un aéroport perdu au milieu de nulle part pour gagner 100, 200 ou 300 euros ?

Pour quelle raison les compagnies s'attaquent-elles à cette pratique ? Qu'ont-elles à perdre face à cette astuce ?

De l’argent, tout simplement. Au-delà des taxes, sur lesquelles elles n’ont pas la main, les compagnies font aussi varier le prix du billet en fonction des destinations. Et il est dans leur intérêt d’avoir un taux de remplissage maximal. Dans le cas de notre passager allemand, il est évident que Lufthansa aurait préféré vendre le Francfort-Seattle à 2759 euros à Herr Müller et, en plus, l’Oslo-Francfort pour XX euros à monsieur Septime, plutôt que simplement le Seattle-Francfort-Oslo à 657 euros à Herr Müller.

Cela dit, même si les compagnies n’apprécient pas cette pratique, qu’elles pourraient facilement détecter (notamment en analysant vos vols passés pour savoir où vous habitez et détecter si vous réservez un trajet qui ne correspond pas à vos habitudes), rares sont celles qui agissent, et encore moins en allant en justice comme vient de le faire Lufthansa. En effet, elles ont aussi beaucoup à perdre : comme je le disais plus tôt, cette pratique est marginale et est utilisée par des gens qui, à la base, voyagent beaucoup. Il est donc plutôt dans l’intérêt des compagnies de fermer les yeux plutôt que de perdre de très bons clients.

Cette pratique est-elle illégale ou proscrite par les conditions d'utilisation des compagnies aériennes ?

Oui, les conditions générales de ventes de Lufthansa précisent expressément que « si le transport correspondant à un itinéraire prédéfini n’est pas effectué, ou s’il n’est pas effectué dans l’ordre séquentiel établi par les coupons de vols, nous recalculons le prix du billet conformément au nouvel itinéraire ». Lufthansa a été débouté en première instance par un tribunal de Berlin, mais ce n’était pas au motif que cette clause était abusive : les juges ont simplement estimé que la compagnie n’a pas réussi à justifier le tarif de 2769 euros réclamé a posteriori au passager. Lufthansa a annoncé qu’elle ferait appel, et la procédure est en cours. Si elle venait à emporter la bataille, ce serait une régression flagrante des droits des passagers, dans la mesure où le billet a été payé en bonne et due forme. Dans quel autre secteur une entreprise se permettrait-elle de poursuivre un client car il n’a pas utilisé complètement le service ou le produit pour lequel il a payé ?

Cet entretien a été publié initialement sur le site d'Atlantico en mars 2019. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
gerint
- 29/12/2019 - 11:22
On se fait aussi plumer par les compagnies
Comme avec l’overbooking qui vous fait parfois rester à terre si les défections ne sont pas assez nombreuses, même si on peut nous proposer une “compensation”. Quant à moi je n’ai jamais pu me faire rembourser 1900 euros d’un vol pour la Réunion prévu en Juillet et annulé pourtant en Avril malgré une assurance annulation car je devais, malgré la précocité de l’annulation et la facilité de revendre le billet, fournir des documents confidentiels détaillés concernant l’état de santé d’un frère brutalement très malade et pas seulement un certificat. Si bien qu’écoeuré j’ai changé depuis plusieurs projets de vacances avec avion en projets sans avion entraînant avec moi famille et amis qui pour prendre leurs congés avec moi ont fait de même. Au total les compagnies ont perdu de l’argent potentiel d’autant plus qu’ordinairement je voyage en période creuse.