En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

02.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

03.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

04.

Être contaminé dans la rue... ou agressé : Anne Hidalgo et la préfecture de police sont-ils capables de déterminer le plus grand risque statistique à Paris ?

05.

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

06.

L’Europe face au dilemme biélorusse

07.

L’Iran pourrait sortir vainqueur de la crise libanaise

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

06.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

03.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

04.

Orange mécanique, le retour : mais que cachent ces tabassages en série pour des histoires de masques ?

05.

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

06.

Liban : Emmanuel Macron lance un appel à un "profond changement" auprès de la classe politique

ça vient d'être publié
pépites > Santé
CORONAVIRUS
Les chiffres qui inquiètent en Ile-de-France
il y a 2 heures 47 min
pépites > Consommation
BILAN MITIGÉ
Soldes : un résultat décevant
il y a 3 heures 47 min
pépites > Faits divers
VAL-DE-MARNE
Vincennes : deux morts dans un incendie
il y a 4 heures 23 min
light > Loisirs
MIEUX VAUT TARD QUE JAMAIS
Elle se fait tatouer à 103 ans
il y a 6 heures 13 min
pépites > France
MOUVEMENT DE FOULE
Cannes : crise de panique après une rumeur de fusillade
il y a 6 heures 51 min
pépite vidéo > International
NIGER
Six humanitaires français tués au Niger
il y a 7 heures 45 min
décryptage > Santé
PANDÉMIE ET INSÉCURITÉ

Être contaminé dans la rue... ou agressé : Anne Hidalgo et la préfecture de police sont-ils capables de déterminer le plus grand risque statistique à Paris ?

il y a 9 heures 14 min
décryptage > Style de vie
ALIMENTATION

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

il y a 9 heures 48 min
décryptage > Politique
LIBAN ET BIÉLORUSSIE

L’Europe face au dilemme biélorusse

il y a 10 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "La Panthère des neiges" de Sylvain Tesson, le prix Renaudot 2019 vient récompenser ce très beau et rafraîchissant vagabondage philosophique sur le toit du monde

il y a 22 heures 2 min
décryptage > Société
Des mots qui viennent d’ailleurs

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

il y a 3 heures 35 min
pépites > France
DÉJÀ !
Les vendanges débutent avec plusieurs semaines d'avance
il y a 4 heures 6 min
light > France
AÏE
Méditerranée : un poisson mord les mollets des vacanciers
il y a 5 heures 58 min
pépites > Santé
VRAIMENT ?
Selon Poutine, la Russie aurait développé le "premier vaccin" contre le coronavirus
il y a 6 heures 34 min
pépites > France
ATTAQUE ARMÉE
Niger : qui étaient les victimes ?
il y a 7 heures 16 min
décryptage > Economie
ASSURANCES

L’autre test du Covid : les assurances seront-elles à la hauteur des promesses d’indemnisation de leurs polices face aux dégâts de l’épidémie

il y a 9 heures 4 min
décryptage > International
DOSSIER LIBANAIS

L’Iran pourrait sortir vainqueur de la crise libanaise

il y a 9 heures 34 min
décryptage > Economie
ATLANTICO BUSINESS

Bilan du tourisme français : bienvenue à Corona-beach, entre 30 et 45 milliards d’euros de pertes pour la saison 2020

il y a 10 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Lumière noire" de Lisa Gardner, bel hymne à l'instinct absolu de survie

il y a 21 heures 38 min
pépites > France
Violents orages
Plusieurs blessés, dont deux graves, dans le funiculaire reliant Lourdes au Pic du Jer après une panne d'électricité
il y a 22 heures 26 min
© Aleksey Nikolskyi / SPUTNIK / AFP
© Aleksey Nikolskyi / SPUTNIK / AFP
Vision politique

Changement climatique, conflit en Ukraine, Brexit, IA, contrôle des armements nucléaires : ce qu'il faut retenir de la conférence de presse de Vladimir Poutine

Publié le 20 décembre 2019
Le président russe Vladimir Poutine s'est exprimé sur de nombreux sujets jeudi comme l'Ukraine, les relations avec les Etats-Unis et la Chine ou bien encore sur le dossier du Brexit dans le cadre de la grande conférence de presse qu'il donne tous les ans. Cet exercice est toujours très attendu.
Florent Parmentier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Florent Parmentier est enseignant à Sciences Po et chercheur associé au Centre de géopolitique de HEC. Il a récemment publié La Moldavie à la croisée des mondes (avec Josette Durrieu) ainsi que Les chemins de l’Etat de droit, la voie étroite des pays...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le président russe Vladimir Poutine s'est exprimé sur de nombreux sujets jeudi comme l'Ukraine, les relations avec les Etats-Unis et la Chine ou bien encore sur le dossier du Brexit dans le cadre de la grande conférence de presse qu'il donne tous les ans. Cet exercice est toujours très attendu.

Conférence de presse annuelle après conférences de presse annuelle, Vladimir Poutine continue de ne pas laisser indifférent. Homme de l’année de Time en 2007, classé premier au classement Forbes 100 sur les personnes les plus puissantes du monde en 2013 et 2016, il en vient à personnifier à lui seul le plus grand pays du monde par la taille. Sujet d’agacement, de répulsion et de fascination, sa conférence de presse annuelle est suivie avec intérêt, à la recherche des intentions du Président russe jugé souvent rationnel mais parfois joueur. On y a vu, au cours des années, un Président combatif, ironisant sur le rôle respectif d’Obama et de Trump, critiquant les Etats-Unis comme l’Europe, intimidant ses adversaires politiques intérieurs, s’inquiétant des risques liés au terrorisme islamiste ou à la remise en cause de la souveraineté des Etats. 

En un mot, ce rendez-vous, le 15e du genre, est devenu un exercice incontournable d’explication de la politique (notamment internationale) du Président russe, à côté d’autres événements comme le Forum de Saint-Pétersbourg ou le Forum de Valdai. Il permet de mesurer la température à Moscou, Vladimir Poutine devant arbitrer entre différentes tendances au sein de l’appareil d’Etat et des forces sociales, ainsi que des priorités de long terme (le dérèglement climatique), les combats immédiats à la frontière (en Ukraine) et les risques de déstabilisation de grandes puissances (procédure de destitution de Donald Trump). 

Il a d’ailleurs bien été question de température, puisque le Président russe a affirmé que “personne ne sait à quoi est dû” le réchauffement climatique, suscitant une émotion à un moment où Greta Thunberg est devenue la personnalité de l’année pour le Time. Si l’assertion paraît pour le moins contestable, il a pourtant réaffirmé l’engagement de la Russie à réduire l’émission de gaz à effet de serre dans le respect de l’Accord de Paris. La place de la Russie est singulière. “Première en superficie, espace maritime, population, bases militaires, investissements pétro-gaziers, infrastructures portuaires, ou encore brise-glaces, la Russie est la puissance dominante du Grand Nord”, nous rappelle Mikaa Mered dans son ouvrage remarquable et récemment sorti, Les mondes polaires (p.477, PUF). La viabilisation de cet espace représente certes une priorité stratégique pour la Russie, mais non sans inquiétudes.

La situation de l’Ukraine n’a pas non plus manqué de faire partie des discussions, plus particulièrement l’année de l’arrivée du Président Zelensky, animé d’une volonté de finir le conflit dans le Donbass et de ne pas faire perdurer la situation actuelle. En effet, le conflit en Ukraine n’est toujours pas stabilisé (des soldats ukrainiens y périssent régulièrement), et la mise en place d’une solution politique s’avère très difficile, faute d’intérêts convergents. La tentative de rapprochement avec la Russie opérée par le Président français a permis d’organiser un Sommet décembre en mode “format Normandie” (Ukraine, Russie, France, Allemagne), mais ne résout pas les dissensions autour des accords de Minsk, notamment sur la question de la frontière. Il reste à voir si le transit du gaz russe par l’Ukraine pourra réchauffer les relations, dans un contexte de vote de sanctions par le Congrès contre le gazoduc Nord Stream II. 

Enfin, il a été question de Trump ; le Président russe en avait vanté les mérites avant son élection, laissant espérer un rapprochement entre les deux pays. Ce qu’on a appelé “l’enquête russe”, ainsi que l’existence de groupes d’influence hostiles à la Russie, n’a pas permis de rapprocher les positions, ni d’effectuer de percée. Peut-être n’était-ce pas l’objectif de départ : plutôt que de désigner un candidat pouvant lever les difficultés dans la relation bilatérale, l’idée était davantage d’immiscer le doute dans le fonctionnement de la démocratie américaine, de fragiliser le système politique dans son ensemble. Le soutien de Vladimir Poutine à Donald Trump, dans ce contexte, n’apparaît nullement surprenant, même si le Président russe ne souhaite pas nécessairement améliorer les relations bilatérales si rapidement. 

Il est sans doute difficile d’épuiser, ne serait-ce que tous les sujets internationaux, d’une conférence de presse de 4h19. La politique plus musclée de la Chine, Boris Johnson et le Brexit, l’ingérence internationale, le contrôle des armements nucléaires, le développement de l’IA en Russie (les voitures sans conducteurs de Yandex) ou la mise en place d’un internet souverain mériteraient sans doute de longs développements. Qu’à cela ne tienne, une même conférence de presse sera organisée l’an prochain. Et ce au moins jusqu’en 2024, puisque c’est la fin du mandat (envisagé) du Président Poutine… même si ce point devra être vérifié à l’avenir.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Onc Donald
- 25/12/2019 - 12:27
Changement climatique
Je n'ai aucune sympathie pour Mr Poutine, mais il lui arrive parfois d'avancer des vérités ! Il est juste de dire que personne ne sait à quoi est du le changement climatique, il suffit pour cela de s'informer auprès de scientifiques sceptiques sur les raisons du réchauffement ( ils existent même si on ne leur donne pas souvent la parole ) et de jeter un coup d'oeil sur le passé de la planète et sur les variations naturelles du climat avec ses cycles.
salamander
- 20/12/2019 - 21:25
mais non , imb.....
"le Président russe a affirmé que “personne ne sait à quoi est dû” le réchauffement climatique, suscitant une émotion à un moment où Greta Thunberg est devenue la personnalité de l’année pour le Time. SI L’ASSERTION PARAÎT POUR LE MOINS CONTESTABLE"
contestable en quoi?
c l'affirmation contraire qui est contestable bougre de ....
jipebe29
- 20/12/2019 - 16:56
Crédibilité des modèles numériques ? NULLE!
Le niveau de crédibilité des projections multidécadales des modèles numériques, est nul, pour plusieurs raisons.
a) Le GIEC avait dit, avec raison, dans son premier rapport, que le climat n’est pas modélisable.
b) Comme le climat est chaotique, son évolution dépend fortement des conditions initiales. Or il est impossible de les connaître avec une précision absolue.
c) Malgré nos moyens informatiques puissants, on ne sait pas résoudre un énorme système d’équations différentielles à coefficients inconnus, non linéaires et couplées entre elles.
d) On ne sait pas modéliser le cycle de l’eau, notamment l’ennuagement qui a une action forte sur la température.
e) On constate que les prévisions des modèles numériques divergent de plus en plus des observations, ce qui confirme qu’elles prévoient un monde imaginaire déconnecté du Réel. En clair, leurs projections multidécennales ont une crédibilité nulle et il est absurde de mettre en place des politiques climat-énergie qui ne serviront à rien, sauf à torpiller notre économie.