En direct
Best of
Best of du 22 au 28 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : ces très sérieux effets secondaires des quarantaines

02.

Selon Aurélien Taché, Caroline Fourest a gravement fauté en qualifiant les étudiants de "bande de petits cons". Il n'a pas tort : elle aurait dû dire "bande de sales cons"

03.

Nouvelle vague de migrants syriens : l’épreuve de trop pour l’unité de l’Union européenne ?

04.

“Il ne faut pas que le Brexit réussisse” : Le pari perdant perdant d’Emmanuel Macron

05.

L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"

06.

Ségolène Royal amoureuse d’un banquier belge; Laeticia Hallyday devient américaine; Céline Dion veut adopter une petite fille; La fille adoptive de Spielberg se lance dans le porno; Genoux ou glouglou ? Johnny Depp ne tient plus debout, Madonna à peine

07.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

03.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

06.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Ecoutez l'autocritique (sincère ?) des candidats LREM qui s'étaient prononcés contre le mariage pour tous et contre la PMA. Mais le peuple, très vigilant, ne sera pas dupe de leur double langage…

03.

“Il faut sauver l’hôpital” : mais comment expliquer la pénurie dénoncée par les soignants au regard du montant des dépenses publiques ?

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

06.

L'étrange sous-entendu de l'accusation lors de l'ouverture du procès Fillon

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
Ensemble contre le virus
Coronavirus : l'union sacrée du monde politique est-elle possible ?
il y a 19 min 16 sec
pépites > International
Déferlante
Erdogan assure que 18.000 migrants ont traversé la frontière vers l'Europe en une journée
il y a 2 heures 12 min
light > Culture
Fête du cinéma
César 2020 : "Les Misérables" grand gagnant, Roman Polanski sacré meilleur réalisateur
il y a 3 heures 19 min
décryptage > France
La Gare de Lyon, c'est aussi de leur faute…

On sait que 79% des Français éprouvent de la méfiance ou du dégoût à l’égard des politiques. Les principaux - mais pas les seuls - responsables de ce chiffre angoissant : les macronistes !

il y a 3 heures 52 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Premier "flic" de France : le jour où Christophe Castaner est devenu ministre de l’Intérieur

il y a 5 heures 48 min
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

"Le Bouquet de tulipes" : la provocation de Jeff Koons face à un marché démesuré de l’art contemporain et un pied de nez à la mairie de Paris

il y a 5 heures 48 min
décryptage > International
Victimes

Syrie : qui peut sauver les populations civiles d’Idlib ?

il y a 5 heures 48 min
décryptage > Société
Nuances

Tempête sur les César : ces fondamentaux de la nature humaine que ne comprennent pas les guérilleros de la justice morale

il y a 5 heures 48 min
décryptage > Science
Un jour de plus

29 février : si vous pensez savoir à quoi nous devons les années bissextiles, voilà pourquoi l’explication réelle est plus complexe

il y a 5 heures 49 min
pépite vidéo > Social
Violence
Incendies déclenchés à Paris lors d'affrontement entre manifestants et force de l'ordre
il y a 20 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le muguet de Noël" : Un pur divertissement

il y a 1 heure 55 min
pépite vidéo > Culture
Polémique
"Bravo la pédophilie !" Adèle Haenel quitte cérémonie des César lors du sacre de Polanski
il y a 2 heures 45 min
décryptage > Santé
Solution PAS miracle

Coronavirus : ces très sérieux effets secondaires des quarantaines

il y a 3 heures 45 min
décryptage > International
Epée de Damoclès

Nouvelle vague de migrants syriens : l’épreuve de trop pour l’unité de l’Union européenne ?

il y a 4 heures 25 sec
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment la crise des Gilets jaunes a conduit Emmanuel Macron à s’appuyer sur le soutien des maires de France et à renouer le dialogue avec les citoyens et les élus à travers le Grand débat national

il y a 5 heures 48 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Le discours de François Fillon au Trocadéro : un des tournants majeurs de la campagne présidentielle de 2017

il y a 5 heures 48 min
décryptage > Europe
Stratégie de communication

Voiture bélier au carnaval de Volkmarsen : le silence risqué des autorités allemandes

il y a 5 heures 48 min
décryptage > International
Bon côté des choses

Politique, économie, progrès scientifique : la crise du coronavirus va peut être nous rendre intelligents et chasser les sorciers et autres porteurs de fake news

il y a 5 heures 49 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Ségolène Royal amoureuse d’un banquier belge; Laeticia Hallyday devient américaine; Céline Dion veut adopter une petite fille; La fille adoptive de Spielberg se lance dans le porno; Genoux ou glouglou ? Johnny Depp ne tient plus debout, Madonna à peine
il y a 5 heures 49 min
pépites > Consommation
Consommation
Les steaks hachés bio de supermarché épinglés par 60 millions de consommateurs
il y a 21 heures 6 min
© LUDOVIC MARIN / AFP
© LUDOVIC MARIN / AFP
Souvent Macron varie, bien fol qui s’y fie ?

Emmanuel Macron : une réforme des retraites très politique

Publié le 19 décembre 2019
Si la conception de la réforme des retraites d'Edouard Philippe est très claire, la position d'Emmanuel Macron a pu évoluer notamment par rapport à sa campagne.
Maxime Tandonnet est historien, auteur de nombreux ouvrages dont Histoire des présidents de la République (2013) et André Tardieu, l'incompris (2019) aux éditions Perrin.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Maxime Tandonnet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Maxime Tandonnet est historien, auteur de nombreux ouvrages dont Histoire des présidents de la République (2013) et André Tardieu, l'incompris (2019) aux éditions Perrin.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Si la conception de la réforme des retraites d'Edouard Philippe est très claire, la position d'Emmanuel Macron a pu évoluer notamment par rapport à sa campagne.

Atlantico.fr : Si la conception de la réforme des retraites d'Edouard Philippe est très claire, celle d'Emmanuel Macron l'est nettement moins. A-t-on une idée précise de ce que veut Macron ?

Que disait Emmanuel Macron de la réforme des retraites et de la façon de la concevoir durant sa campagne ? 

Maxime Tandonnet : Son programme disait précisément : « Après plus de vingt ans de réformes successives, le problème des retraites n’est plus un problème financier […] pour la première fois depuis des décennies, les perspectives financières permettent d'envisager l'avenir avec « une sérénité raisonnable ». L’enjeu aujourd'hui n’est donc pas de repousser l’âge ou d'augmenter la durée de cotisation […] L'opacité des règles conduit à ce que notre système de retraite par répartition, qui est l'expression de la solidarité entre générations, ne fournisse pas à chacun la sécurité qu’il est en droit d’attendre. » 

On voit donc bien que le projet actuel, dont l’essentiel consiste à fondre 42 statuts en un seul, le régime à points, est directement issu du programme présidentiel. L’inspiration principale de ce texte est politique, idéologique, et non financière ou économique. Il vise à l’uniformisation égalitariste et au nivellement dans une logique jacobine et socialiste, qui nie les particularités entre les professions et l’autonomie de chacune pour organiser ses retraites en fonction de ses réalités démographiques.  La question ultra-passionnelle des cheminots est l’arbre qui cache la forêt. Sont tout autant concernés les agriculteurs, les notaires, les médecins, les avocats, les mineurs, etc.

Cet été Emmanuel Macron avait annoncé qu'il était opposé à la définition d'un âge pivot.  Ces évolutions sont-elles dues à la réalité du pouvoir ?

Oui, il est probable que ces évolutions sont dues à la prise en compte de nouvelles études qui ont révélé qu’à terme, l’équilibre du système des retraites n’était pas assuré. Quitte à réaliser une réforme extrêmement lourde, le gouvernement devait aussi prendre en compte cette dimension du sujet. Et puis on voit bien l’évolution politique du quinquennat actuel. Au moins dans le discours, il a rompu les amarres avec sa source de gauche. Son principal soutien aujourd’hui, et de plus en plus, est constitué de la bourgeoisie libérale de droite, nous dirions la droite « orléaniste ». Vis-à-vis de cet électorat potentiel, il n’était pas possible de négliger la question de l’équilibre financier du futur régime des retraites. 

D’où l’infléchissement qui s’est produit avec l’introduction de l’âge pivot à 64 ans, qui n’était pas prévu dans la campagne électorale. Peut-être que l’influence des hommes de droite libérale de l’équipe au pouvoir, en particulier le Premier ministre et le ministre de l’Economie et des finances, a été déterminante sur ce point. Toutefois, il semble que la négociation reste ouverte sur cette question qui ne serait pas centrale, tout au moins aux yeux du chef de l’Etat, ne figurant pas parmi ses promesses.

Aujourd'hui son gouvernement défend l'âge pivot. Pourquoi ce nouveau changement ? Que pense réellement Macron de la réforme des retraites ? A coup d'hésitations multiples connaît-on vraiment son projet ? 

L’approche présidentielle de la réforme des retraites me semble être avant tout politique et tournée vers l’objectif de 2022. En effet, nous avons en ce moment en face des yeux la quintessence de l’absurdité d’un régime politique. J’entends bien d’un régime, d’un système, au-delà des hommes qui le servent ou qui s’en servent. Cette réforme, dont les fondements sont politiques et idéologiques, met en œuvre une promesse de campagne présidentielle. Elle a été conçue, en 2017, comme toute promesse de campagne, dans une logique électoraliste : gagner l’élection présidentielle à n’importe quel prix. La priorité absolue est désormais de la mettre en œuvre, d’une manière ou d’une autre. Pour le bien de la France ? Non. Pour espérer être réélu en 2022. La clé de la réélection présidentielle consiste à pouvoir dire : j’ai tenu ma promesse. Que cette réforme soit bonne ou nuisible pour l’intérêt général et pour le pays n’est pas la question. 

Aux origines de la Ve république, le président de la République est un arbitre et un protecteur au-dessus de la mêlée politicienne en charge notamment de fixer un cap, de la diplomatie et de la défense. Les réformes économiques et sociales devaient procéder d’une majorité parlementaire et d’un Premier ministre, seul chargé de « gouverner ». L’évolution des institutions, le quinquennat, a fait du chef de l’Etat, presque par nature, un super-démagogue irresponsable – c’est-à-dire à l’abri de toute sanction politique – prêt à toutes les promesses pour être élu et à tous les coups pour être réélu, quitte à jeter le pays dans le chaos. Le caractère, la responsabilité personnelle des hommes au pouvoir sont évidemment eux aussi en cause. Mais au-delà des personnalités individuelles, d’élection en élection, le régime politique, tel qu’il est devenu, est à la source d’une dramatique dérive narcissique que personne ne veut voir mais qui explique une bonne part de la tragédie française.  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : ces très sérieux effets secondaires des quarantaines

02.

Selon Aurélien Taché, Caroline Fourest a gravement fauté en qualifiant les étudiants de "bande de petits cons". Il n'a pas tort : elle aurait dû dire "bande de sales cons"

03.

Nouvelle vague de migrants syriens : l’épreuve de trop pour l’unité de l’Union européenne ?

04.

“Il ne faut pas que le Brexit réussisse” : Le pari perdant perdant d’Emmanuel Macron

05.

L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"

06.

Ségolène Royal amoureuse d’un banquier belge; Laeticia Hallyday devient américaine; Céline Dion veut adopter une petite fille; La fille adoptive de Spielberg se lance dans le porno; Genoux ou glouglou ? Johnny Depp ne tient plus debout, Madonna à peine

07.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

03.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

06.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Ecoutez l'autocritique (sincère ?) des candidats LREM qui s'étaient prononcés contre le mariage pour tous et contre la PMA. Mais le peuple, très vigilant, ne sera pas dupe de leur double langage…

03.

“Il faut sauver l’hôpital” : mais comment expliquer la pénurie dénoncée par les soignants au regard du montant des dépenses publiques ?

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

06.

L'étrange sous-entendu de l'accusation lors de l'ouverture du procès Fillon

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
clo-ette
- 19/12/2019 - 20:25
ce totem idéologique
ne masque rien, la volonté de paupérisation se voit comme le nez au milieu de la figure . En effet, ce n'est plus le bon temps de" travailler plus pour gagner plus" mais "travailler plus pour gagner moins", les électeurs imprévoyants qui ont élu l'assemblée nationale de godillots n'ont pas fini de s'en mordre les doigts.
spiritucorsu
- 19/12/2019 - 18:34
Quand le totem idéologique masque la volonté d'appauvrissement.
Avec le génial système du locataire de l'Elysée,nous passerons donc définitivement de la retraite médiocre à la retraite du pauvre.les restos du coeur vont avoir du souci à se faire pour endiguer la vague de dénutrition qui va en résulter.A moins que d'ici là,l'émule jupiterrienne,jamais à court d'idées quand il s'agit de faire trimer les autres ne pense à rendre obligatoire l'usage d'un exosquelette pour les travailleurs usés par leur dur labeur.Une grande réforme en perspective qui devrait beaucoup lui plaire.Après le travailler pour vivre voici le travailler jusqu'à en mourir,et là bien sûr plus de problème pour payer les pensions.Toute la macronie et son chef avec elle en rêve.
spiritucorsu
- 19/12/2019 - 18:20
Quand le totem idéologique masque la volonté d'appauvrissement.
Réduire l'actuel projet d'appauvrissement des futurs retraités à un totem idéologique est un peu court..Le simple quidam à très bien compris qu'il s'agit dans cette affaire de parachever la politique globale de désengagement de l'Etat voulu par l'oligarchie au détriment des plus fragiles,des plus vulnérables et des plus faibles,à savoir les salariés modestes,les petits artisans et commerçants et entrepreneurs,petits retraités...En fait les classes défavorisées et moyennes qui comme l'a éructé si élégamment notre bon prince toujours rempli d'empathie pour autrui qui coûterait un pognon de dingue.Avec la méthode jupitérienne,nous voici rendu à l'ère du travailler plus longtemps pour avoir moins.En effet le chômage de masse fait du salarié lambda un futur chômeur à 50 ans,d'où une carrière hachée et chaotique qui va faire fondre comme neige au soleil les futurs pensions et dont le calcul sur l'ensemble de la carrière et le malus de l'âge pivot seront autant de facteurs aggravants.