En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"

03.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

Trop manger est mauvais pour la santé. Jeûner souvent aussi

06.

L'étrange sous-entendu de l'accusation lors de l'ouverture du procès Fillon

07.

Le Coronavirus, occasion forcée de se "débarrasser" de la mondialisation ? Petits contre-arguments pour ne pas jeter le bébé (de notre prospérité) avec l’eau du virus

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

06.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

ça vient d'être publié
pépites > Environnement
Justice
La société Lubrizol a été mise en examen pour "atteinte grave" à la santé et à l’environnement suite à l'incendie de son site de Rouen
il y a 1 heure 12 min
light > Culture
Grande famille du cinéma français ?
45e cérémonie des César : Brigitte Bardot publie un message de soutien à Roman Polanski qui "sauve le cinéma de sa médiocrité"
il y a 2 heures 27 min
light > Economie
Nominations
Nicolas Sarkozy et Guillaume Pepy vont entrer au conseil de surveillance de Lagardère
il y a 3 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Hokusai, Hiroshige, Utamaro. Les grands maîtres du Japon" : splendeurs du Japon à Aix-en-Provence: Les Maîtres de l’époque Edo (1600-1867)

il y a 6 heures 51 min
pépites > Santé
Etat de santé
L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"
il y a 9 heures 2 min
pépites > Santé
Virus en sommeil
Une femme japonaise contracte le coronavirus une seconde fois après avoir été guérie
il y a 12 heures 3 min
pépite vidéo > Politique
Double langage ?
Didier Guillaume arrache le micro d'un journaliste après une question sur l'abattoir Sobeval
il y a 13 heures 53 sec
décryptage > Société
Réaction politique

Injustice intergénérationnelle : les dangers d'une génération extorquée

il y a 13 heures 55 min
décryptage > Politique
A mort !

Ecoutez l'autocritique (sincère ?) des candidats LREM qui s'étaient prononcés contre le mariage pour tous et contre la PMA. Mais le peuple, très vigilant, ne sera pas dupe de leur double langage…

il y a 14 heures 45 min
décryptage > Politique
Tri sélectif

Chasse aux ex-LR "trop conservateurs" : le pari politique risqué des LREM à Paris

il y a 15 heures 38 min
pépites > Justice
Centre hospitalier de Mont-de-Marsan
Claude Sinké, l’auteur présumé des coups de feu à la mosquée de Bayonne, est mort
il y a 1 heure 45 min
pépites > Santé
Nouveau bilan
38 cas de coronavirus ont été identifiés en France dont 12 liés au patient infecté dans l’Oise
il y a 3 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Russie et la France, de Pierre Le Grand à Lénine" de Hélène Carrère d’Encausse, de l’Académie française : une mine d’informations sur le passé… avec une trop brève réflexion sur l’avenir !

il y a 6 heures 42 min
pépite vidéo > Santé
Difficultés du monde hospitalier
Emmanuel Macron interpellé par un médecin sur la crise des hôpitaux
il y a 8 heures 20 min
pépites > Justice
"Pendaison" et Ancien Régime
L'étrange sous-entendu de l'accusation lors de l'ouverture du procès Fillon
il y a 11 heures 7 min
pépites > Santé
Coronavirus
Emmanuel Macron à la Pitié-Salpêtrière : "On a devant nous une épidémie" qu'il va falloir "affronter au mieux"
il y a 12 heures 36 min
décryptage > Politique
Réforme(s)

Edouard Philippe, patron de Licence IV, Bruno Le Maire, gérant d’auto-école

il y a 13 heures 36 min
décryptage > Politique
Passage en force

Recours au 49-3 : cet ultime baril de poudre qu'Emmanuel Macron roule dans la fabrique d'allumettes

il y a 14 heures 27 min
décryptage > Défense
Graal du XXIeme siècle ?

Défense : le retard technologique de la France s’accumule

il y a 15 heures 3 min
décryptage > Politique
Casse-tête

Retraites : 49.3, retrait ou "bidouille", quel chemin de sortie de crise serait le moins dommageable pour Macron ?

il y a 15 heures 56 min
© BERTRAND GUAY / AFP
© BERTRAND GUAY / AFP
Retrait de la réforme

Blocage de Noël, le fusil à un coup des syndicats

Publié le 18 décembre 2019
Les syndicats ont décidé, mardi 17 décembre, la poursuite du mouvement contre la réforme des retraites. Ils ont annoncé des "actions locales le 19 et jusque fin décembre" et l'absence de trêve "jusqu'au retrait" du projet du gouvernement. Ces actions pénalisantes pour les Français vont-elles profiter à Emmanuel Macron ?
Guillaume Labbez, après avoir été conseiller ministériel préside l’agence de conseil en conseil en communication et analyse politique CommStrat.fr . Il est également Maître de Conférences et directeur pédagogique à Sciences Po
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guillaume Labbez
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guillaume Labbez, après avoir été conseiller ministériel préside l’agence de conseil en conseil en communication et analyse politique CommStrat.fr . Il est également Maître de Conférences et directeur pédagogique à Sciences Po
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les syndicats ont décidé, mardi 17 décembre, la poursuite du mouvement contre la réforme des retraites. Ils ont annoncé des "actions locales le 19 et jusque fin décembre" et l'absence de trêve "jusqu'au retrait" du projet du gouvernement. Ces actions pénalisantes pour les Français vont-elles profiter à Emmanuel Macron ?

Atlantico.fr : Hormis la CFDT, certains syndicats ont déjà annoncé qu'ils entendaient continuer la grève durant la période de Noël et donc ne pas faire de trève. Cette action, pénalisante pour les voyageurs, pourrait-elle profiter à Emmanuel Macron et son gouvernement ?

Guillaume Labbez : Les grands perdants de cette grève, comme toujours, serais-je tente de dire, ce sont les travailleurs et les entreprises : l’impact économique des grèves sur cette fin d’annee est dévastatrice, après les dégâts occasionnés par les gilets jaunes et les black blocks tout au long de l’année 2019.

Les employés du privé, qui depuis deux semaines galerent a cause des syndicats de la SNCF, de la RATP ou de l’éducation nationale se demandent pdésormais comment ils pourront rejoindre leur famille à Noel. 

La France est un pays latin, où notre culture du rapport de force pousse à polariser le débat. L'extrémisme de la CGT qui « ose » violer la coutume de la « trêve des confiseurs » est en train de polariser la France en deux groupes. D’un côté ceux que Nicolas Sarkozy appelait « la France qui se lève tôt le matin, de l’autre celle des derniers syndiqués, qui sont prêts à pourrir la vie de leurs concitoyens, pour entraver l’action d’un Gouvernement qui ne fait, au fond, que mettre en œuvre son programme. 

En réalité, par son extrémisme, la CGT et l’extrême- gauche rassemblent le monde du privé autour du Premier Ministre et du Président de République, devenus les champions de la réforme.

Jeudi auront lieu les négociations entre les syndicats et le gouvernement. Il est aujourd'hui probable que les syndicats maintiennent leur position au regard de l'absence de trève sur la période de Noël. En adopant cette position ne jouent-ils pas leur plus grosse carte ? Ne sous-estiment-ils pas ici le capital politique que se construit le gouvernement grâce à la grève des transports ?

« Pour que seuls les rapports de force ne commandent plus les relations sociales, il faudrait, d'abord, que cesse la culture de la grève, la gréviculture, de certaines entreprises publiques » disait Michel Godet dans Le courage du bon sens en 2009. A la veille de 2020, alors que la mondialisation, l’IA, la robotisation, le big data remettent en cause les fondements du monde du travail et bouleversent notre société, on se retrouve avec un conflit social qui nous renvoie à l’époque de Georges Marchay. 

Dans les transports parisiens, dans les centres-villes, on ressent un fort sentiment d’injustice. Les employés du privé, les indépendants, les commerçants, se sentent les dindons d’une farce qui se joue entre des syndicats qui ne les représentent plus depuis des années et un gouvernement qui est bien loin de leurs préoccupations quotidiennes. Tout cela pour une réforme des retraites qui leur paraît obscure et dont ils sentent qu’ils ne sortiront pas gagnants.

Le gouvernement est conscient qu'une réforme des retraites est nécessaire et qu'elle doit se faire maintenant puisque faite plus tard elle risquerait de poser problème en 2022 au moment des élections présidentielles. Pourrait-il ainsi faire passer la réforme en force, contre des syndicats affaiblis, à la Thatcher ? 

J’étais dans l’équipe de campagne d’Alain Juppé pour les primaires de 2016. À l'époque mon analyse est qu'être « droit dans ses bottes » en 1995 était une tare, alors qu’en 2017 ce serait un atout majeur. Qu’on le veuille ou non, notre époque est celle des leaders forts, voire autoritaires. En Occident désormais, les citoyens élisent des leaders comme Bolsonaro, Trump ou Johnson. Vladimir Poutine fascine en France alors que son bilan politique est très contestable. En se caricaturant comme il le fait, le syndicalisme français donne envie à une grande partie des citoyens que l’exécutif les défendent, voire même les vengent des humiliations des deux dernières semaines.

Ce n’est pas rassurant pour l'unité nationale, mais le Gouvernement a tout intérêt maintenant à aller au bout de sa réforme et d’assumer un affrontement contre les syndicats avec par exemple des mesures de réquisition. L'idée de privatisation des transports publics n’a sans doute jamais été aussi populaire !

Si le conflit s'envenime, Emmanuel Macron pourrait-il être tenté d'utiliser Edouard Philippe comme un "fusible" c'est-à-dire de s'en débarasser pour apaiser l'opinion publique ? Ou alors pourrait-on aller vers un scénario similaire à la 95 où une partie du gouvernement a dû démissionner ? 

Le paradoxe, par rapport à 95, c’est que la grève n’est pas du tout soutenue par l’opinion publique. Le « mouvement social interprofessionnel » est soutenu par les électeurs du Rassemblement national et de la France Insoumise, et rejetée par les électeurs du centre gauche à la droite -définis par les sondeurs par leur votes pour Emmanuel Macron ou François Fillon en 2017-. En réalité c’est un « troisième tour social » qui se joue en ce moment. 

Est-ce qu’Emmanuel Macron doit en tirer des conséquences sur son Gouvernement ?

Ce serait une immense erreur de sacrifier Edouard Philippe, qui a su apporter une force réformatrice à un quinquennat qui risquait de se perdre dans une forme de « pensée complexe », ni de droite ni de gauche, qui commencait à réellement perdre les citoyens. C’est un premier ministre remarquable, qui a su être le visage rassurant de l’exécutif. 

Le Gouvernement pour autant mériterait d’être adapté à cette nouvelle situation politique. La pathétique mésaventure Delevoye prouve la nécessité d’en finir avec l’ancien monde, et aller de l’avant. 

Si Emmanuel Macron allait au bout de sa logique et assumait qu’il est un président réformateur de centre droit, et remaniait son Gouvernement dans ce sens,  cela clarifierait le débat pour les prochaines échéances. Les prochains mois seront des moments de vérité.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"

03.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

Trop manger est mauvais pour la santé. Jeûner souvent aussi

06.

L'étrange sous-entendu de l'accusation lors de l'ouverture du procès Fillon

07.

Le Coronavirus, occasion forcée de se "débarrasser" de la mondialisation ? Petits contre-arguments pour ne pas jeter le bébé (de notre prospérité) avec l’eau du virus

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

06.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 19/12/2019 - 15:51
grève et bobos parisiens.
Liberté 5: les bobos de Paris utilisent des deux-roues, des trottinettes et pour certains leurs pieds pour se rendre pas très loin à Paris ou dans des banlieues très, très proches comme la Défense. Ceux qui sont vraiment gênés ce sont les banlieusards en voiture ( heures d'embouteillages) ou mieux sans voiture, femmes le plus souvent, pressées comme des sardines dans les rares autobus ou métros qui circulent.
Patrick LOUVET
- 19/12/2019 - 07:28
iNEPTIES
comment Atlantico un journal d'ordinaire modéré, peut-il se laisser allé a publié un article de "communicant" à la fois servile et abetiissant pour le petit peu^le que nous sommes ?
Liberte5
- 18/12/2019 - 18:53
La CGT joue son va -tout pour défendre les régimes spéciaux
car ces régimes sont une source importante de revenus pour la CGT au travers les comités d'entreprise et notamment EDF. Pour le reste peu importe aux syndicats les difficultés des autres travailleurs, des commerçants, des artisans, des entreprises. De cela ils s'en moquent. Le seul point où je me réjouis sincèrement, c'est pour les parisiens, qui pour la plupart bobos sans voiture, vont devoir galérer pour les fêtes.