En direct
Best of
Best of du 23 au 29 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Donald Trump annonce que les Etats-Unis mettent fin à leur relation avec l'Organisation mondiale de la santé

02.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

03.

Pakistan : le témoignage d'un survivant du crash d'un avion de ligne à Karachi

04.

Réouverture du Puy du Fou : oui mais que pensaient les Chouans des Noirs et des Arabes ?

05.

Onfray, Bigard, Zemmour et compagnie… La folle peur des bien-pensants

06.

Face à la crise économique violente et les critiques, Riyad accélère son projet de ville pharaonique "NEOM"

07.

Le RN servi par des critiques paresseux

01.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

02.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

03.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

04.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

05.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

06.

Tempête d’argent gratuit… et de prélèvements en vue

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

04.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

05.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

06.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

ça vient d'être publié
pépites > International
Vers une nouvelle guerre froide ?
Donald Trump annonce que les Etats-Unis mettent fin à leur relation avec l'Organisation mondiale de la santé
il y a 7 heures 22 min
pépite vidéo > Insolite
Visage humain
Covid-19 : une entreprise indienne propose des masques avec la photo du visage des clients
il y a 8 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Moura, la mémoire incendiée" d'Alexandra Lapierre : épique, palpitant, et romanesque en diable

il y a 11 heures 14 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les couleurs éclatent et quand les sportives rayonnent : c’est l’actualité des montres en mode prairial
il y a 12 heures 20 min
pépites > Justice
Secret des sources
Affaire Geneviève Legay : suspension à Nice d'un policier soupçonné d'avoir renseigné Mediapart
il y a 13 heures 31 min
pépites > Economie
Inquiétudes pour l'emploi
Renault a l’intention de supprimer 15.000 emplois dans le monde, dont 4.600 en France
il y a 14 heures 22 min
décryptage > International
Mirage ?

Face à la crise économique violente et les critiques, Riyad accélère son projet de ville pharaonique "NEOM"

il y a 16 heures 31 min
décryptage > France
Atout pendant le confinement

Risques du télétravail : les techniques des négociateurs antiterroristes au secours des chefs d’entreprise sur la sellette

il y a 17 heures 3 min
décryptage > Santé
Méthode efficace

Radioscopie des armes rhétoriques des discours anti-establishment à la Raoult

il y a 17 heures 50 min
décryptage > Science
Crew Dragon

Premier vol de SpaceX: le lancement qui risque de révolutionner le voyage spatial

il y a 18 heures 18 min
pépite vidéo > Media
Scène surréaliste
Emeutes à Minneapolis : des journalistes de CNN ont été arrêtés en plein direct
il y a 7 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le vieil homme qui vendait du thé. Excentricité et retrait du monde dans le Japon du XVIIIe siècle" de François Lachaud : le confinement volontaire d’un sage japonais, plein de surprises et de poésie

il y a 10 heures 54 min
pépites > Politique
Lyon
Elections municipales : LREM retire son investiture à Gérard Collomb
il y a 11 heures 47 min
Embellie pour le commerce
Les Galeries Lafayette à Paris vont pouvoir rouvrir dès ce samedi 30 mai
il y a 12 heures 48 min
pépites > International
Tensions maximales
Mort de George Floyd : nouvelle nuit d’émeutes à Minneapolis, un commissariat a été incendié
il y a 13 heures 58 min
pépite vidéo > Consommation
Grands magasins
Les images de la réouverture du Printemps Haussmann à Paris
il y a 15 heures 21 min
décryptage > Politique
État gadget

Inciter à faire du vélo plutôt que d’empêcher qu’on les vole : SOS fonctions régaliennes disparues

il y a 16 heures 47 min
décryptage > Media
Internet Protocol Television

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

il y a 17 heures 29 min
décryptage > France
Roman national ?

Réouverture du Puy du Fou : oui mais que pensaient les Chouans des Noirs et des Arabes ?

il y a 18 heures 6 min
décryptage > France
Table des négociations

Démocratie sociale: monde d’après ou pas, le gouvernement conserve les mêmes travers

il y a 18 heures 43 min
© Eric BARADAT / AFP
© Eric BARADAT / AFP
Environnement

Semi échec de la COP25 : Greta Thunberg finira-t-elle de se convertir au principe de la (re) colonisation des récalcitrant?

Publié le 17 décembre 2019
Si l’hypothèse paraît évidemment absurde, la conclusion de la COP25 invalide le postulat de la jeune suédoise sur ce système patriarcal et colonialiste qui aggraverait le dérèglement climatique.
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Si l’hypothèse paraît évidemment absurde, la conclusion de la COP25 invalide le postulat de la jeune suédoise sur ce système patriarcal et colonialiste qui aggraverait le dérèglement climatique.

Atlantico : Les pays d’Europe font partis des bons élèves en termes d’émission de carbone et de transition énergétique mais ce sont également les anciens colonisateurs. Cette double réalité ne vient-elle pas directement contredire les propos tenus il y a quelque temps par Greta Thunberg ?

 
Eric Verhaeghe : On ne dit pas assez que le véritable substrat idéologique de l'écologie superficielle telle qu'elle est prônée par Greta Thunberg repose sur la dénonciation de l'homme blanc. Celui-ci est jugé comme l'auteur de tous les méfaits de la planète, et comme la principale menace pour la diversité naturelle. Il existe plusieurs versions de cette théorie, mais la plus courante consiste à expliquer que l'homme blanc est celui qui a mis la planète en coupe réglée pour assouvir une volonté de puissance cachée derrière un rationalisme destructeur. De cette pelote, on peut tirer de nombreuses croyances, notamment celle selon laquelle la disparition de l'homme blanc, ou sa mise sous tutelle, sont des conditions essentielles pour protéger la diversité des espèces, y compris humaines. D'où l'idée que la décolonisation est une condition préalable à toute protection efficace de la nature. 
 
Vous avez raison de noter qu'il existe une contradiction majeure dans la position de Greta Thunberg. Car nulle part on ne voit émerger une écologie portée par des personnalités racialisées ou colonisées. L'écologie est une idéologie de blanc, défendue pour l'essentiel par des blancs. Greta Thunberg, avec son air de Jeanne d'Arc, avec ses yeux bleus et ses cheveux blonds, en est une caricature. On peut dès lors s'interroger sur le post-colonialisme qui consiste à attribuer à l'homme blanc tous les maux de la planète, comme si, renonçant à être le favori de la création, l'homme blanc se pensait désormais en favori de sa négation et déresponsabilisait tous les autres foyers de peuplement. 
 
On peut donc se demander dans quelle mesure l'obsession aujourd'hui portée sur l'idéologie patriarcale et colonisatrice ne dissimule pas une volonté de placer celle-ci au centre de l'histoire, et la volonté de graver dans le marbre la supériorité historique de l'homme blanc.
 
A contrario, les pays qui ont été colonisé, notamment en Afrique et en Asie du Sud-Est, font partis des pays les plus émetteurs et les plus polluants. En proposant d’agir vigoureusement,  et si l'on suit le raisonnement absurde de la jeune écologiste en le poussant à l'extrême, cela ne revient-il pas à dire qu'il faudrait – in fine- recoloniser ces pays ? Ou du moins instaurer un mouvement de colonisation verte ?
 
Eric Verhaeghe : Je suis bien d'accord, et je le répète. Il existe, dans l'anti-colonialisme affiché par les écologistes superficiels à la Greta Thunberg, une nostalgie non dite pour le colonialisme, qu'on pourrait presque qualifier de post-colonialisme. Le projet politique qui nous est proposé consiste effectivement à vouloir organiser la planète autour d'une idéologie de décroissance et de pénurie choisie essentiellement d'origine européenne ou anglo-saxonne. On peut analyser cette vision du monde à deux niveaux de compréhension.
 
Au premier niveau, il y a bien entendu l'idée que la pensée de l'homme blanc doit rester universelle, même lorsqu'elle prône le relativisme. Tout le monde sur cette terre doit vivre à l'heure de nos idées, qui sont forcément les meilleures. Alors que l'universalisme cartésien ou rousseauiste apparaît comme impossible aujourd'hui à porter compte tenu des "crimes" de la colonisation, l'idéologie de la diversité paraît mieux adaptée. Il faut déblanchir le monde pour le rendre plus vert, plus propre. Mais, dans le même temps, on constate que seuls les Blancs, avec sans doute les Chinois, sont les vecteurs de ce "green washing". Et ce sont les intellectuels occidentaux, rangés derrière Greta Thunberg, qui portent cette idée. 
 
Au second niveau, pour l'Occident, prendre la main sur la transition énergétique est la meilleure façon de la garder sur la division internationale du travail. Ce n'est pas un hasard si un capitaliste comme George Soros finance Extinction Rébellion, et si des proches de Bill Gates sont très investis dans ce sujet. L'économie de la transition est un enjeu colossal, probablement le marché captif de demain, et Greta Thunberg constitue une VRP de premier ordre pour porter ces intérêts en neutralisant les consciences. 
 
La parole de Greta semble de moins écologique et de plus en plus révolutionnaire. De quoi est-elle le nom selon vous ?
 
Eric Verhaeghe : Incontestablement d'une écologie superficielle dont l'objectif n'est pas vraiment de se rapprocher de la nature, mais de préserver un modèle de croissance qui serait simplement moins polluant que le modèle ancien. Il faudra un jour reprendre l'histoire de l'Occident depuis cent ou cent cinquante ans en interrogeant la notion de progrès et les conséquences qu'elle a eues. Dans la pratique, Greta Thunberg ne sort pas vraiment de ce modèle, en considérant que l'Occident doit simplement se mettre entre parenthèses pour laisser les pays pauvres vivre leur croissance économique. C'est ce que le philosophe norvégien Arne Ness appelait l'écologie superficielle, par opposition à l'écologie profonde qui vise à modifier la place de l'homme, et ses comportements dans la compréhension de la nature et du monde. Arne Ness a proposé un retour à la pensée platonicienne en promouvant l'idée d'un cosmos au sens grec, c'est-à-dire de la nature comme tout ordonné. Dans cette vision du monde, l'homme doit se recentrer sur l'esprit, sur la pensée, et consacrer beaucoup moins d'importance au matérialisme et à la consommation. 
 
Dans la vision de Ness, l'écologie n'est pas une affaire de politique, mais de comportement individuel. On pourrait que Ness porte une écologie conservatrice et libérale. A l'inverse, une Thunberg et son écologie superficielle pensent que la solution fondamentale est d'abord politique, collective. On prend quelques mesures dans un Parlement, et le problème est réglé. On est loin de l'idéologie de l'homme nouveau que, d'une façon ou d'une autre, l'écologie profonde porte en elle et qui emporte un autre rapport de l'homme à la nature. 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Donald Trump annonce que les Etats-Unis mettent fin à leur relation avec l'Organisation mondiale de la santé

02.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

03.

Pakistan : le témoignage d'un survivant du crash d'un avion de ligne à Karachi

04.

Réouverture du Puy du Fou : oui mais que pensaient les Chouans des Noirs et des Arabes ?

05.

Onfray, Bigard, Zemmour et compagnie… La folle peur des bien-pensants

06.

Face à la crise économique violente et les critiques, Riyad accélère son projet de ville pharaonique "NEOM"

07.

Le RN servi par des critiques paresseux

01.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

02.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

03.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

04.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

05.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

06.

Tempête d’argent gratuit… et de prélèvements en vue

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

04.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

05.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

06.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Marie Esther
- 23/12/2019 - 15:21
vous ne pensez pas
que quand on n'est pas abonne, on ne peut pas lire tous les articles, et surtout qu'on ne peut pas commenter
salamander
- 18/12/2019 - 20:38
oui c étonnant
tjrs les mêmes commentaire dt votre serviteur et effectivement 40 au maximum.
cela veut-il dire que les millions de lecteurs présumés ne lisent que les titres? et donc non abonnés?
evgueniesokolof
- 18/12/2019 - 13:58
POUR REVENIR AU SUJET
Je regarde régulièrement Zemmour sur C News.Il est très inégal mais enfin, c'est un acte de résisance!
Cependant, lorsqu'il tombe sur un couillon évoquant "l'enjeu climatique" (pas seulement Boniface mais aussi les blaireaux de LR) il est extrèmement tétanisé! Etonnant de la part de quelqu'un qui passe son temps à dénoncer la dictature merdiatique ! Et démoralisant car cela veut dire que l'escroquerie climatique et la mise à sac des catégories populaires au nom de ce mantra n'est pas terminée!