En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

07.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

05.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

06.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

01.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

02.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

03.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

04.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

ça vient d'être publié
light > Politique
Classe politique endeuillée
L'ancien ministre socialiste Michel Charasse est décédé à l'âge de 78 ans
il y a 40 min 57 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vie de Gérard Fulmard" de Jean Echenoz : un pastiche de polar, plaisant mais pas fracassant !

il y a 1 heure 59 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le noir passe au blanc et quand le design horloger est de retour : c’est l’actualité des montres à l’heure du Covid-19
il y a 2 heures 22 min
pépite vidéo > Europe
Lutte contre l'extrémisme
Attentats à Hanau : l'hommage émouvant des Allemands envers les victimes
il y a 3 heures 18 min
décryptage > Environnement
Inquiétudes

Fermeture de Fessenheim : vers une fragilisation à long terme des compétences de la filière nucléaire et notamment pour la construction des futurs EPR

il y a 4 heures 40 min
décryptage > Santé
Lutte contre l'épidémie

Coronavirus : pourquoi l’heure de la vraie fermeté avec la Chine est venue pour l’OMS

il y a 6 heures 7 min
décryptage > Terrorisme
Attentats en Allemagne

Le complotisme, moteur d’un terrorisme identitaire pointé du doigt par le FBI

il y a 7 heures 13 min
décryptage > Europe
(in)Stabilité politique

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

il y a 7 heures 49 min
pépite vidéo > Politique
engagement
Rencontre avec le plus jeune maire de France
il y a 21 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition : "Soulages au Louvre" de Pierre Soulages

il y a 21 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"What is love" d'Anne Buffet : un contrepied systématique et réjouissant des poncifs sur l’amour

il y a 1 heure 39 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Miroir de nos peines" de Pierre Lemaitre : un roman passionnant dont on regrette de tourner la dernière page...

il y a 2 heures 7 min
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Covid-19 : un expert chinois indique que des patients "guéris" pourraient toujours véhiculer le virus
il y a 2 heures 44 min
décryptage > Défense
Dissuasion

L’armement nucléaire français est incontournable à l'indépendance de la France

il y a 4 heures 22 min
rendez-vous > Religion
Géopolitico-scanner
Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"
il y a 5 heures 8 min
décryptage > Science
La menace fantôme

Vaisseaux spatiaux, fusées et débris divers : quand la NASA transforme l’espace en cimetière géant

il y a 6 heures 37 min
décryptage > Politique
Comme avant

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

il y a 7 heures 29 min
décryptage > Société
Divisions

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

il y a 8 heures 18 sec
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 19 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 21 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : "Trahison" de Harold Pinter : Pour Michel Fau et Harold Pinter

il y a 21 heures 55 min
© YOAN VALAT / POOL / AFP
© YOAN VALAT / POOL / AFP
Atlantico-Business

Edouard Philippe et Emmanuel Macron ont voulu une réforme de gauche mais acceptable par la droite. Pour l’instant, ils n’ont satisfait personne

Publié le 16 décembre 2019
Après avoir eu la droite la plus bête du monde, la résistance au plan retraite prouve qu‘on a aussi la gauche la plus bête du monde. D’un côté, un projet de retraite universelle et de l’autre des mesures d’équilibre financier. Techniquement, c’est compatible. Politiquement, ça paraît contradictoire.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après avoir eu la droite la plus bête du monde, la résistance au plan retraite prouve qu‘on a aussi la gauche la plus bête du monde. D’un côté, un projet de retraite universelle et de l’autre des mesures d’équilibre financier. Techniquement, c’est compatible. Politiquement, ça paraît contradictoire.

Le problème d’Edouard Philippe est qu’il présente un projet où cohabitent l'ambition d’universalité et l'objectif d’équilibre financier. La retraite par points et le report de l’âge à 64 ans. Techniquement, c’est parfaitement compatible. C’est même indispensable. Politiquement, c’est contradictoire. D’où le clash ! 

La réforme du système de retraite présentée par Edouard Philippe est sans doute l’une des plus ambitieuses qu‘un gouvernement ait proposé depuis un demi-siècle. L’architecture de cette réforme change tout le fonctionnement de la solidarité entre les générations. Cette réforme n’est ni de gauche, ni de droite. Ni étatiste sinon, il n‘aurait pas dépoussiéré le paritarisme. Mais elle n’est pas davantage libérale, sinon il aurait ouvert la porte aux fonds de pension. Le résultat, c’est qu’il est coincé entre des syndicats qui, au nom de la gauche, défendent en fait des corporatismes qui sont assez archaïques, des syndicats réformistes qui ne s‘y retrouvent pas, et une majorité politique qui se compose d’un courant de gauche très social-démocrate et un courant de droite libérale. 

La réforme systémique qui est au cœur du projet s’inscrit évidemment à gauche.  Les valeurs d’universalité et d’égalité sont évidemment des valeurs cardinales de la gauche. Cette réforme est distributive jusqu’à la caricature. Le régime universel, c’est un même régime pour tout le monde, ce principe-là supprimerait de facto les régimes spéciaux et obligerait le gouvernement à compenser les pertes subies par certains groupes. La réforme universelle par points et non plus par trimestres s’avère très favorable aux femmes et aux bas salaires. Parmi les perdants, on retrouve notamment les hauts salaires.

Ce système universel était déjà le rêve de Jean Jaurès, et avant lui de Napoléon 3 quand il a dessiné les prémices du modèle social français. Il a été défendu par la gauche socio démocrate depuis la Libération en 1945. C’est la mécanique qu'on a fabriquée pour gérer l’Agirc-Arrco avec les encouragements à l’époque de la CGT et de FO, c’est d’ailleurs un système qui a très bien fonctionné et qui continue de donner satisfaction. 

Ce système de retraite est de gauche dans la mesure où il donne le pouvoir de gérer aux partenaires sociaux. C’est donc un réveil du paritarisme.

Mais parallèlement, la reforme présentée par Edouard Philippe a l’ambition de mettre en place des mécanismes qui garantissent l’équilibre financier du système universel par répartition. Et pour ce faire, il ne peut qu’utiliser les facteurs paramétriques. Il ne peut toucher ni aux cotisations en les remontant, ni aux pensions en les baissant. Il ne peut que se rabattre sur l’allongement de la durée du travail à 64 ans, âge qui donnerait droit à une retraite à taux plein. Il est évident qu’en abordant cette composante de la réforme, il donne des gages aux partisans de l’orthodoxie financière, il donne des gages au courant libéral de sa majorité, mais il agite le chiffon rouge que les syndicats ne peuvent pas accepter sauf à se couper de leur base. 

Le projet tel qu’il a été présenté est à la fois très ambitieux et très prudent, mais il crée une situation syndicale et politique assez inextricable avec autant de contradictions que de paradoxes. 

Le premier paradoxe dans cette affaire, c’est que les syndicats n’adhèrent pas à un projet dont l‘ADN s’inscrit pourtant dans la culture de gauche et de progrès social. La CGT et FO se sont refait une santé en défendant les intérêts corporatistes des bénéficiaires des régimes spéciaux. Ils ne vont pas abandonner les cheminots et les salariés de la RATP en rase campagne. 

Mais les syndicats réformistes comme la CFDT et l’Unsa  qui étaient partisans de la réforme par points, se retrouvent opposés aux décisions paramétriques de l’âge, parce qu’ils considèrent que ça n’est pas à l’Etat d’imposer cette norme, mais aux partenaires sociaux de le décider.

Le gouvernement pensait satisfaire la gauche et cherchait à ne pas trop mécontenter la droite libérale.  Le problème est qu'en faisant le grand écart, il n'a convaincu personne.

Alors la situation n’est évidemment pas insoluble, parce qu‘il y a beaucoup de postures politiques dans la position des uns et des autres. Mais il va falloir encore négocier. C’est évidemment possible. 

D’abord, parce que la situation de blocage n’est pas durable et qu’elle arrive un moment où la crise est telle qu’elle rend intelligent , mais à quel prix et pour qui ? 

Ensuite, parce que tout le monde est d’accord pour restructurer le modèle social si on veut le conserver et la majorité du pays y est attachée. Il y a donc des faits, des chiffres qui obligent à accepter l’évidence et l’évidence en matière de retraites se cache dans la démographie. Tout dépend de l’équilibre entre les actifs et les inactifs. Le mur de la réalité est dans la croissance économique et la croissance dépend aussi de la démographie. 

Enfin, parce qu’à un moment, le changement n’est acceptable que si chacun y trouve son compte. Si le changement condamne ou pénalise une catégorie sociale qui profitaient d’acquis sociaux qui ne sont plus en phase avec l’écosystème, il faut nécessairement racheter ces acquis sociaux ou les échanger contre d’autres avantages.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

07.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

05.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

06.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

01.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

02.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

03.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

04.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Monde2Bestfriend
- 17/12/2019 - 23:34
Une bonne réforme faite par des personnes disqualifiées!
J'ai vu dans le détail que la réforme a été bien étudiée et apporte la justice sociale que les mafias syndicales ont empêché durant près de 30 ans! Bien entendu que ceux qui avaient des retraites peinard payées par les autres vont y perdre. Tant mieux! Ils ont déjà de la chance qu'on ne leur demande pas de rembourser ce qu'ils ont touché indument! Il y a qq cas à étudier comme les profs en début de carrière (les autres sont bien assez payés), mais il ne faudrait rien lâcher face au chantage d'une rue qui n'a aucune légitimité démocratique. Le problème est bien de voir que les politiques ont juste oublié de balayer devant leur porte et que le sommet de l'Etat reste bien trop dépensier et au profit d'une autre mafia étatique genre Develoye et compagnie (Voir sur www.monde2bestfriend.over-blog.com l'article "Chiraquie, le gratin de la Ripoublique).
PATRICKALAIN
- 17/12/2019 - 10:39
ni de gauche ni de droite
Monsieur Sylvestre que j'apprécie et que je lis avec bonheur fait une excellente analyse de la proposition des retraites et parle des postures politiques des uns et des autres mais il oublie je pense une autre contradiction ; on parle réforme des retraites aux français et ils répondent mécontentement général et opportunité de sa faire entendre donc dialogue de sourd
le gouvernement ne veut pas ou ne peut pas entendre le mécontentement qu'il provoque d'ailleurs plus par son attitude et le ton qu'il donne au dialogue que par les faits et donc ne peut pas isoler la réforme des retraites prise dans un amalgame inaudible ce a quoi il faut ajouter le choix de la période et les erreurs impardonnable s: on retiendra plus les mensonges du haut commissaire que le fond de la retraite En fait il faudrait reprendre à zéro dans le calme avec pédagogie promise mais non tenue le pourquoi de cette réforme et éviter les commentaires souvent contradictoires des membres du gouvernement un peu d'humilité et le dialogue pourrait repartir
Liberte5
- 16/12/2019 - 22:47
C'est vrai , il s'agit d'une réforme de gauche.....
acceptée par la 2ème gauche qu'on appelle la droite. Mais voilà l'extrême gauche n'en veut pas. Elle veut conserver tous les avantages indus qui arrosent tous ses militants. Cette réforme n'a qu'un seul objectif, maintenir un système qui coule. Le système par répartition est condamné, et tout le monde le sait ou le pressent. Mais voilà Macron a été élu pour maintenir la France dans le socialisme et pour cela sa mission est de rafistoler ce système et le maintenir à flot . Seulement voilà, il est bien tard et E. Macron sera peut-être le Gorbatchev Français.