En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

07.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

05.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

06.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

01.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

02.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

03.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

04.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

ça vient d'être publié
pépites > Justice
Affaire Griveaux
Piotr Pavlenski indique être à l'origine du vol des vidéos sur l'ordinateur d'Alexandra de Taddeo
il y a 28 min 15 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"What is love" d'Anne Buffet : un contrepied systématique et réjouissant des poncifs sur l’amour

il y a 2 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Miroir de nos peines" de Pierre Lemaitre : un roman passionnant dont on regrette de tourner la dernière page...

il y a 2 heures 43 min
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Covid-19 : un expert chinois indique que des patients "guéris" pourraient toujours véhiculer le virus
il y a 3 heures 19 min
décryptage > Défense
Dissuasion

L’armement nucléaire français est incontournable à l'indépendance de la France

il y a 4 heures 58 min
rendez-vous > Religion
Géopolitico-scanner
Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"
il y a 5 heures 44 min
décryptage > Science
La menace fantôme

Vaisseaux spatiaux, fusées et débris divers : quand la NASA transforme l’espace en cimetière géant

il y a 7 heures 12 min
décryptage > Politique
Comme avant

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

il y a 8 heures 5 min
décryptage > Société
Divisions

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

il y a 8 heures 36 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 19 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 22 heures 6 min
light > Politique
Classe politique endeuillée
L'ancien ministre socialiste Michel Charasse est décédé à l'âge de 78 ans
il y a 1 heure 16 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vie de Gérard Fulmard" de Jean Echenoz : un pastiche de polar, plaisant mais pas fracassant !

il y a 2 heures 35 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le noir passe au blanc et quand le design horloger est de retour : c’est l’actualité des montres à l’heure du Covid-19
il y a 2 heures 58 min
pépite vidéo > Europe
Lutte contre l'extrémisme
Attentats à Hanau : l'hommage émouvant des Allemands envers les victimes
il y a 3 heures 54 min
décryptage > Environnement
Inquiétudes

Fermeture de Fessenheim : vers une fragilisation à long terme des compétences de la filière nucléaire et notamment pour la construction des futurs EPR

il y a 5 heures 16 min
décryptage > Santé
Lutte contre l'épidémie

Coronavirus : pourquoi l’heure de la vraie fermeté avec la Chine est venue pour l’OMS

il y a 6 heures 43 min
décryptage > Terrorisme
Attentats en Allemagne

Le complotisme, moteur d’un terrorisme identitaire pointé du doigt par le FBI

il y a 7 heures 48 min
décryptage > Europe
(in)Stabilité politique

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

il y a 8 heures 25 min
pépite vidéo > Politique
engagement
Rencontre avec le plus jeune maire de France
il y a 21 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition : "Soulages au Louvre" de Pierre Soulages

il y a 22 heures 17 min
© Ben STANSALL / AFP
© Ben STANSALL / AFP
"Get Brexit Done"

4 ans pour une révolution : comment Boris Johnson a transformé radicalement le Royaume-Uni

Publié le 15 décembre 2019
Boris Johnson vient de remporter un "succès historique" lors des élections législatives au Royaume-Uni. Le Premier ministre britannique va pouvoir mener à bien le projet du Brexit dans les semaines et les mois à venir.
Joe Greenwood est chercheur à la London School of Economics. Il a rejoint cette institution après avoir travaillé pour Yougov, plusieurs instituts de sondage, et avoir complété un doctorat à l'université d'Essex. Il s'intéresse au comportement politique...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Chloé Morin est ex-conseillère Opinion du Premier ministre de 2012 à 2017, et Experte-associée à la Fondation Jean Jaurès.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Joe Greenwood
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Joe Greenwood est chercheur à la London School of Economics. Il a rejoint cette institution après avoir travaillé pour Yougov, plusieurs instituts de sondage, et avoir complété un doctorat à l'université d'Essex. Il s'intéresse au comportement politique...
Voir la bio
Chloé Morin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Chloé Morin est ex-conseillère Opinion du Premier ministre de 2012 à 2017, et Experte-associée à la Fondation Jean Jaurès.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Boris Johnson vient de remporter un "succès historique" lors des élections législatives au Royaume-Uni. Le Premier ministre britannique va pouvoir mener à bien le projet du Brexit dans les semaines et les mois à venir.

Atlantico.fr : Quel a été le rôle de Boris Johnson dans le référendum sur le maintien du Royaume-Uni comme membre de l'Union européenne ? Comment a-t-il soutenu le Brexit ? 

Joe Greenwood : Le rôle de Boris Johnson dans la campagne en faveur d'un départ du Royaume-Uni de l'Union européenne était importante ; il a été un des hommes politiques les plus connus, si ce n'est le plus connu, à soutenir ouvertement le "leave".  Il était alors, comme il l'est encore aujourd'hui, apprécié par beaucoup dans le corps électoral, donc son soutien officiel pour le Brexit est susceptible d'avoir fait gagner des appuis supplémentaires pour cette option. Il a activement fait campagne pour le "Leave", à la vieille du référendum, et a été donc fortement associé avec la fameuse et imprécise revendication que le départ de l'Union européenne permettrait d'économiser 350 millions de livres par semaine (ce qu'il soutient encore). Il y a ceux qui soupçonnent que son soutien en faveur du "Leave" ait été motivé car cela pouvait alors bénéficier à sa carrière ; mais d'autres considèrent que sa position est sincère. II a maintenu une position forte et pro-Brexit depuis le référendum, et cela est apparu comme lui bénéficiant dans l'élection générale de ce jeudi.  

Chloé Morin : Dès le début de la campagne pour le Brexit, de nombreux commentateurs ont vu le choix de Boris Johnson comme purement opportuniste : ce pari risqué était à leurs yeux un simple choix de carrière en vue de se positionner dans la guerre de succession à Theresa May, et n’aurait strictement rien eu à voir avec les valeurs et convictions de l’intéressé (si tant est, selon certain, qu’il en ait jamais eu…). De ce point de vue, il s’est révélé un formidable stratège politique, car bien peu pariaient sur une victoire du Brexit à l'orée de la campagne de 2016…

De fait, depuis cette campagne pour le Brexit, Boris Johnson incarne à sa manière un paradoxe : par son parcours, par sa famille et son éducation à Eton, il fait pleinement partie de l’élite à laquelle ont appartenu la plupart des leaders conservateurs depuis des décennies. Mais par son style, qu’il a notamment affirmé à partir de 2016, il passe pour une figure atypique, changeante, opportuniste, clownesque parfois au risque souvent de ne pas être pris au sérieux. Il y a quelques jours encore, on le voyait chausser des gants de boxe pour illustrer sa détermination à mener à bien le Brexit, ou échapper à des journalistes en se cachant dans un congélateur… 

Il n’a pas reculé devant un certain nombre de « faits alternatifs », pour reprendre les mots de Donald Trump, dans sa campagne pour le Brexit : le plus connu fut le slogan, démenti par les faits mais maintes fois répété par Johnson, selon lequel l’Europe priverait le système de santé britannique de ressources conséquentes. Il a également répété maintes fois des idées telles que le fait que l’UE empêcherait le Royaume uni de vendre les bananes par lot de plus de 2 ou 3, ou de vendre les bananes « anormalement » tordues… 

Cette tendance à prendre ses distances avec le réel, surfant ainsi sur des erreurs de perception répandues  se confirme aujourd’hui : il y a quelques jours, le Mirror publiait un article recensant « 60 mensonges » de Boris Johnson, parmi lesquels l’idée que chaque fois que le Brexit était reporté d’un mois, cela coûtait 1 milliard au Royaume Uni, ou le fait que la dépense publique pour le système de santé n’a jamais été autant revalorisée que sous le mandat des conservateurs. Celui qui fut renvoyé de son poste en 2004 par le leader conservateur de son parti Michael Howard pour avoir menti sur une relation extra-conjugale a toujours nié avoir jamais pris des libertés avec la vérité. Et il faut avouer que ce rapport assez étrange qu’il entretient avec le réel lui réussit, puisque les électeurs ne lui en ont pas tenu rigueur lors du scrutin de cette semaine… même si, à l’orée de l’élection, il n’était pas plus populaire, dans l’absolu, que Theresa May juste avant sa démission. Dominer ses concurrents de la tête et des épaules, de ce point de vue, lui a suffi. 

Certes, le choix du « Brexit » est sans doute un des actes lourds de Johnson, un choix décisif pour sa carrière. Mais au delà des valeurs, propositions, ou de la vision défendue par ce personnage, qui ont considérablement varié au cours de sa carrière, c’est donc bien le « style » de « BoJo » qui est remarquable. Assez nombreux furent les responsables publics à faire campagne pour le Brexit, mais bien peu surent se faire remarquer comme il le fit… et en tirer un capital politique semblable au sien, que nulle pitrerie, nulle distorsion de la réalité, ou nul revirement ne semblent véritablement entamer. En quelques sortes, il défie les lois de la gravité politique, à la manière de certaines figures - Trump, par exemple - politiques qui semblent de plus en plus nombreuses dans la nouvelle ère politique dans laquelle nous sommes entrés depuis quelques années.

Sous le gouvernement de Theresa May, quel fut son rôle ? A-t-il réussi à changer le positionnement politique des conservateurs ?

Joe Greenwood : L'interprétation dominante est que Boris Johnson était un piètre ministre des affaires étrangères pendant son sa participation au gouvernement de Theresa May ; cela principalement en raison de son incapacité fréquente à faire preuve de tact et à user d'un langage approprié dans les rencontres avec les dignitaires étrangers, ou lorsqu'il visitait des pays étrangers. Sa démission de son cabinet, puis ses critiques de l'approche portée par Theresa May vis-à-vis du Brexit n'ont pas été décisive sur le moment, mais il a depuis l'extérieur du gouvernement rendu plus difficile le travail de la première ministre, et a par conséquent a contribué à sa chute dans le long terme. Le rôle qu'il a joué dans ce processus a renforcé la position pro-Bexit à l'intérieur du parti conservateur, ce qu'il a encore plus affermi depuis sa prise de fonction en tant que premier ministre, et pendant la campagne pour les élections générales. 

Chloé Morin : Johnson fut longtemps considéré comme un trublion, qui ne cachait pas ses ambitions primo-ministérielles. Il n’a donc nullement facilité la tâche d’une May qui peinait à tenir sa majorité, et à réconcilier les « hard Brexiters » et les partisans d’une ligne plus conciliante avec l’UE dans sa propre majorité. 

S’agissant du positionnement politique des conservateurs, il faut bien mesurer que la personnalité des leaders politiques compte de plus en plus, y compris dans un système parlementaire comme le système britannique. Quand on mesure la popularité des partis, le Labour et le parti conservateurs font en effet plus ou moins jeu égal. Pourtant, le différentiel de popularité entre Corbyn (leader du Labour) et Johnson (leader des conservateurs), est très élevé.

De même, la marque imprimée par Johnson sur son parti depuis son accession au pouvoir a été assez considérable et romp avec l’héritage de ses prédécesseurs sur certains points clé : par son style, évoqué plus haut, mais aussi par ses choix politiques, il tranche avec une Theresa May jugée sérieuse, rigide, au risque de paraître insensible - on se souvient les critiques virulentes dont ses choix fiscaux sur les soins aux personnes âgées furent l'objet, ses opposants l’ayant baptisée « death tax ». Boris Johnson n’a pas adopté la ligne de rigueur budgétaire qui était celle d’un Cameron ou d’une May. Il a fait passer l’économie, pourtant traditionnellement domaine où les conservateurs sont crédités par l’opinion davantage que les travaillistes, au second plan par rapport au sujet de la souveraineté. Surtout, il a fait preuve d’une discipline de message - « get Brexit done » était son mantra - qui tranchait nettement avec la dispersion de son opposant principal. En effet, Jeremy Corbyn a fait campagne sur la base d’un message ambigu sur le Brexit (renégocier, puis revoter?), et d’un catalogue de proposition si fourni qu’il en est devenu impossible à mémoriser : gratuité de l’université, vote à 16 ans, nationalisations massives, gratuité des soins pour les personnes âgées dépendantes, etc… Aujourd’hui, le positionnement politique des conservateurs paraît relativement clair, leur mission est connue, alors que celui du Labour paraît beaucoup plus flou.

Tant au niveau de sa personnalité que de ses méthodes, comment Boris Johnson a-t-il affecté et modifié l'idéologie du parti conservateur ? 

Joe Greenwood : Une part importante de l'effet produit par Boris Johnson sur la vie politique britannique est lié à son conseiller Dominic Cummings. Le slogan de campagne des conservateurs, "Get Brexit Done" (Faire le Brexit) rappelle le "Take Back Control" (reprenez le contrôle) qui était le slogan de campagne du "Leave" (que Monsieur Cummings dirigeait), et est symbolique du succès de la campagne conservatrice. C'était un slogan particulièrement bon parce qu'il pouvait parler à la fois aux votants préoccupés par le Brexit et les votants qui veulent passer à autre chose et ont des intérêts pour d'autres politiques publiques – ou sont simplement fatigués du processus du Brexit. Pour revenir à Johnson lui-même, il est plutôt populaire chez beaucoup de votants du fait de son image de franc-tireur qui dit ce qui doit être honnête (selon leurs points de vue), sans considération pour ce qui est politiquement correct. En effet, beaucoup dans l'électorat l'aime lui et son caractère, sans forcément lui faire confiance, et ils le préfèrent sans doute par défaut par rapport aux principales alternatives, comme Corbyn. Comme tel, son influence sur la campagne est qu'il est apparu comme le moins formaté et le plus décomplexé (même si en vérité, il était fortement managé en coulisse) ; dans le jeu de la campagne cela pu séduire plusieurs votants. De plus, son charisme lui permet de faire accepter à ses électeurs des positions politiques qu'ils n'auraient pas forcément acceptées d'autres hommes politiques. Par exemple, à l'exception de sa position sur l'Irlande du Nord, la proposition de Boris Johnson pour l'accord de Brexit est plutôt similaire à celui de Theresa May, mais il est maintenant en bonne voie pour le faire passer dans ce parlement nouvellement élu. C'est l'affaire d'une même pilule administrée par un docteur différent. 

Chloé Morin : On s’attache souvent à souligner le style, dont je viens de montrer qu’il était atypique, mais il a également introduit des changements sur le plan des politiques. 

D’une part, en tranchant un noeud qui embarrassait et divisait son parti depuis des années : l’Europe. L’essor du parti euro sceptique UKIP, qui a reçu 16% des voix aux élections européennes de 2004, et jusqu’à 26,6% en 2014, a contribué à mettre la pression sur les conservateurs, sommés de sortir d’une forme d’ambiguïté consistant à critiquer l’Europe, mais de l’intérieur. Mais Cameron, qui avait proposé le référendum, n’avait pas pour autant fait campagne pour la sortie de l’Union. May s’était trouvée dans la position de plaider pour l’accord arraché avec l’UE par son gouvernement, après avoir fait campagne pour la sortie en 2016. Aussi loin que l’on regarde, l’histoire du parti conservateur avec l'Europe a été compliquée. Leur tendance à trop se focaliser sur ce sujet lors de la campagne des élections générales de 2001 est d’ailleurs pour beaucoup rendue responsable de leur échec... Il semble donc que pour la première fois depuis longtemps, la position du parti conservateur sur le sujet européen soit nette et simple. 

D’autre part, bien qu’il n’ait pas beaucoup dévié du sujet européen lors de sa campagne, il semble que les options de Johnson en terme de politique intérieure soient quelque peu distinctes de celles de ses prédécesseurs. J’évoquais le sujet de « l’austérité », à laquelle ses prédécesseurs s’étaient identifiés (surtout depuis la crise de 2008), mais qui n’est plus du tout un élément central du discours de Johnson. Il sera intéressant de voir comment, dans les mois qui viennent et à mesure que le sujet du Brexit va éventuellement céder la place à d’autres débats de politique intérieure, Johnson opère ou non un aggiornamento du logiciel de son parti. Son style et sa plasticité idéologique semblent en tout cas indiquer qu’il pourrait faire opérer à son parti des virages stratégiques supplémentaires, si ceux-ci lui apparaissaient politiquement opportuns. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

07.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

05.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

06.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

01.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

02.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

03.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

04.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Benvoyons
- 17/12/2019 - 10:07
Hiris: Vos propos reflètent totalement les réalités du RU
....
Hiris
- 16/12/2019 - 09:37
L ennemi n est ni l Europe ni Boris
L ennemi c est eux même. Ils ont voté le Brexit pour de mauvaises raisons ,et ce n est pas moi qui le dit mais des experts bien plus qualifiés, vouloir le retour du grand empire britannique,arrêter l immigration massive (!!!!)récupérer le fric donné abusivement à L UE ce qu on leur a fait croire a grands cris ! Lorsque l on a connu l Angleterre avant L UE et après il y a un cratère entre les deux ,le pays est devenu superbe ,dynamique ,la City reignait en maître, l économie était flamboyante ,oui je n hésite pas à le dire car je l ai vu . L Europe à été un énorme accélérateur pour eux ,un marché préférentiel qui a profité à tous les anglais . Que l on soit où non contre l Europe n est pas le problème ce qui est un problème c est quand on la rends responsable d une mauvaise gestion nationale et d erreurs commises par un gouvernement trop content de se planquer derrière la responsabilité unique de l UE . C est ce qu' ils ont fait ,ce que la France fait et d autres pays européens. Je ne défends pas l Europe mais l entité perfectible et la force phénoménale qu' elle représente face à l international .Car s il faut absolument un ennemi ,un rival c est bien le marché international !
Liberte5
- 15/12/2019 - 16:29
B. Johnson vient de réussir un exploit, alors que......
tout le politiquement correct de France et de l'union européenne le voyait battu. Les britanniques ne se sont pas laissés intimidés par tous ceux qui voulaient les faire revoter pour un nouveau référendum. Le peuple a repris l'initiative contre les élites européistes. Bravo B. Johnson. La commission européenne va devoir tenir compte de tout cela.