En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

02.

Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

05.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

06.

Covid 19 : Macron n’avait pas d’autre choix que de mettre les Français en liberté provisoire

07.

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

03.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

04.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
Effets de la parole présidentielle
Déconfinement : la SNCF a connu une hausse de 400% des ventes de billets de train juste après les annonces d’Emmanuel Macron
il y a 2 heures 33 min
light > Sport
"El Pibe de Oro"
Mort de la légende du football argentin, Diego Maradona, à l’âge de 60 ans
il y a 4 heures 49 min
pépites > Politique
"Le changement, c’est maintenant"
François Hollande propose "Socialistes" comme nouveau nom pour le Parti Socialiste
il y a 6 heures 23 min
pépites > France
Séparatisme
Le Conseil d'Etat confirme la dissolution de l'association BarakaCity et la fermeture de la Grande mosquée de Pantin
il y a 8 heures 5 min
décryptage > France
Chantier titanesque

Notre-Dame de Paris : vers un divorce symbolique et économique ?

il y a 10 heures 27 min
Farce
Le Premier ministre canadien piégé par l'appel téléphonique d'une fausse Greta Thunberg
il y a 10 heures 48 min
décryptage > Sport
Bryson DeChambeau

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

il y a 11 heures 11 min
light > People
Santé
Dans une contribution publiée dans le New York Times, Meghan Markle raconte qu'elle a fait une fausse couche cet été
il y a 11 heures 35 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

il y a 11 heures 51 min
pépites > International
Avion
Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens
il y a 12 heures 13 min
Futur best-seller
L'enquête fleuve de Society sur l’affaire Xavier Dupont de Ligonnès va être publiée sous le format d’un livre accessible dès le 9 décembre
il y a 3 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Madre" de Rodrigo Sorogoyen : un thriller bouleversant sur une mère en deuil de son fils…

il y a 5 heures 49 min
pépites > Economie
Changement de stratégie
IBM envisagerait la suppression de près d’un quart de ses effectifs en France
il y a 7 heures 34 min
Big Brother
Comment passer inaperçu sur l'avenue du Bonheur, truffée de caméras, à Pékin
il y a 9 heures 8 min
décryptage > Politique
Elus locaux

Radicalisation : pour un meilleur partage de l'information

il y a 10 heures 37 min
décryptage > France
Contradictions

Covid et terrorisme : deux poids, deux mesures. Pourquoi le Conseil constitutionnel s’est placé dans une contradiction qui risque de lui porter préjudice

il y a 10 heures 52 min
pépites > Politique
Désaveu
Loi sécurité globale : 30 abstentions, 10 votes contre chez LREM, la majorité envoie un avertissement à Gérald Darmanin
il y a 11 heures 15 min
décryptage > Consommation
Alimentation

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

il y a 11 heures 37 min
décryptage > International
Big Brother

Un QR code santé pour voyager : bienvenue dans le monde selon Xi Jinping

il y a 12 heures 10 min
pépite vidéo > Economie
"Quoi qu’il en coûte"
Bruno Le Maire : "Nous nous fixons 20 années pour rembourser cette dette Covid"
il y a 12 heures 33 min
© JOEL SAGET / AFP
© JOEL SAGET / AFP
Répartie

Retraites : on peut être de droite et préférer la répartition

Publié le 14 décembre 2019
Julien Aubert, député LR du Vaucluse, a souhaité répondre à un article de Mathieu Mucherie publié sur Atlantico cette semaine.
Julien Aubert
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Julien Aubert est député LR dans la 5e circonscription de Vaucluse. Il est secrétaire général de l'Association des députés gaullistes de l'Assemblée nationale.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Julien Aubert, député LR du Vaucluse, a souhaité répondre à un article de Mathieu Mucherie publié sur Atlantico cette semaine.

Dans une tribune parue dans Altantico, Mathieu Mucherie, conseiller en produits financiers dans un grand établissement bancaire [NDLR : il dirige les études économiques d’une grande banque], a pris la liberté de pilonner le débat actuel sur les retraites, griffant au passage votre serviteur. Le fait de critiquer le système par capitalisation suffit visiblement à être dépeint en « adversaire du grand Kapital », c’est à dire en marxiste. 

Si la teneur humoristique de cette description ne m’a pas échappé, elle dissimule cependant une philosophie de la Droite, qui dans l’esprit de l’auteur, doit être forcément favorable à sa paroisse bancaire, au système marchand, à l’individualisation du revenu financier, bref au Nouveau Monde annoncé par Emmanuel Macron. Sinon, on est un avatar de Georges Marchais. Il n’y a pas d’entre-deux. 

On sent d’ailleurs dans la rédaction que M.Mucherie serait presque tenté de traiter le Président-banquier de dégonflé qui n’ose pas assumer une belle réforme avec Blackrock en joyau de la couronne. 

Confessons en introduction qu’il n’y a pas que des absurdités dans les arguments de M. Mucherie, même si son argumentation est parfois embrouillée. Par exemple, qu’on parle de répartition ou de capitalisation, cela ne change pas grand chose au fait que ce sont bel et bien les revenus de l’année n qui payent les pensions de l’année n. La fiction est cependant différente : dans le cas de la capitalisation, ce que je perçois est ce que j’ai placé ; dans le cas de la répartition, ce que je perçois est le produit de la solidarité nationale de la génération qui me suit. 

Il ne s’agit donc pas seulement d’un arbitrage technique, mais d’une conception politique de la société : le primat de l’individu ou la solidarité de la collectivité. 

Il ne faut bien évidemment pas abuser du mot solidarité qui, à gauche, rime souvent avec impôts, spoliation ou double-peine (on cotise plus que les autres pour toucher proportionnellement moins). Reste que contrairement à M.Mucherie, je ne me réjouis pas que les Français se sentent obligés de trouver par eux-mêmes des compléments de retraite (immobilier, préfon, etc...) car c’est bel et bien le signe qu’émerge un système à deux vitesses qui laissera sur le carreau ceux qui n’ont pas eu la chance de faire l’ENA ou de briller dans les salles de marché de la BNP Paribas. 

Il y a une marge entre le système actuel où l’on a la liberté d’arrondir sa retraite avec des à-cotés, et le système formidable par M. Mucherie, où ce serait une condition sine qua none, au risque de se retrouver avec un système à points dépréciés. Quelque chose me dit du reste que plus on encouragera le niveau par capitalisation, plus les classes aisées essaieront de réduire leur part contributive au premier niveau. C’est normal : aucune personne un tantinet égoïste n’a envie de de payer pour les autres. 

Sauf que voilà, en démocratie, le vote du pauvre a le même poids que le vote du riche, et qu’une réforme doit viser l’intérêt général. 

Sinon, on détricote une Nation. 

Du reste, même au plan technique, la retraite par capitalisation est un objet à double-tranchant. Comment ne pas parler des taux d’intérêt déprimés qui sont la principale caractéristique des marchés mondiaux ? Ils sont la preuve d’un surplus de capital qui ne trouve pas preneur, c’est à dire d’épargne. M. Mucherie pense que plus on augmente l’épargne disponible pour les investisseurs, plus cela rapporte. C’est oublier que la finance n’est pas un objet autonome et qu’aux dernières nouvelles, c’est l’économie réelle qui permet de nourrir les rendements. 

Or, l’arbitrage systématique opéré en faveur de la rémunération du capital a laminé les classes moyennes occidentales, tout en organisant la désindustrialisation massive de ces économies autrefois productives. Aujourd’hui, l’économie réelle est déprimée car les fondamentaux sont minés, l’économie financière totalement déconnectée des fondamentaux économiques (il n’y a qu’à voir la capitalisation ahurissante de Facebook ou le fait que la dette mondiale est de 230 000 milliards d’euros, trois fois supérieure au PIB mondial) et la situation politique des pays occidentaux de plus en plus instable, conduisant à une démondialisation rampante qui va à mon sens s’accélerer dans les années à venir (blocage OMC, mesures protectionnistes). 

Bref, je ne suis pas aussi optimiste que les analystes marchés sur les « performances » de fonds alimentés par la capitalisation. 

Quelqu’un qui aurait plaidé pour les fonds de pension avant la crise de 2008 aurait sans doute été un bien mauvais prophète. Qu’est-il arrivé ? En 2007, juste avant la crise, la valeur des fonds de pension atteignait 27 000 milliards de dollars. Selon la Banque mondiale, le PIB mondial s’élevait alors à 55 000 milliards.
Après cinq années d’augmentation régulière, la Bourse s’est effondrée en 2008, tout comme les marchés immobiliers, entraînant une chute de 3 500 milliards de la valeur des actifs des fonds de pension.

C’est dans mes souvenirs à peu près à ce moment que tous nos banquiers talentueux, libéraux et plus à l’aise à Londres qu’à Paris, sont venus faire la queue à l’Elysée pour supplier que l’Etat les sauve, avec l’argent du contribuable. Que c’est beau la solidarité nationale ! 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
clo-ette
- 15/12/2019 - 16:44
baisse y compris pour les retraités actuels
qu'on laissera certes sous l'ancien régime, mais qu'on ponctionnera par des soudaines CSG quand il faudra palier aux dommages des crises financières et aider les banques ,et qui auront lieu tout de même malgré l'argent de la capitalisation .
clo-ette
- 15/12/2019 - 16:37
oui
on retient que" l'économie financière est complètement déconnectée des fondamentaux économiques ," et source de la désindustrialisation du pays, du chômage et la conséquence est un financement de ce chômage par les impôts . et aussi ," je ne suis pas aussi optimiste que les analystes marchés sur les performances de fonds alimentés par la capitalisation. " . Uniformiser le régime des retraites est une injustice , les professions libérales ne coutent rien à la collectivité, elles vont y perdre, les salariés du privé et les fonctionnaires aussi, la réforme se pare d'un principe "d'universalité ", un mot bien ronflant dont on devrait se méfier !! La vérité sera une baisse des pensions pour tout le monde .
salamander
- 14/12/2019 - 19:30
quantitative easing bien sûr...
$