En direct
Best of
Best of du 18 au 24 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

02.

Coronavirus chinois : une carte permet de suivre l’évolution de l’épidémie à travers la planète

03.

Pourquoi nous devrions nous inquiéter que l’Etat veuille pousser à une hausse des salaires (alors même que la question se pose bel et bien)

04.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

05.

Ces pistes révolutionnaires que la BCE pourrait explorer pour sauver la zone euro de la japonisation

06.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

07.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

03.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

04.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

05.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

06.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

01.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

02.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

03.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

04.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

05.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

06.

Un vol pour Kharkov ( Ukraine) et vous revenez avec un bébé d’appellation controlée

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Faits divers
Catastrophe climatique
L'est de l'Espagne sous le choc de la tempête Gloria
il y a 5 min 54 sec
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Un immense populicide mondialisé ? : l’histoire tragique de la fin du communisme et des ultimes heures de la guerre froide

il y a 1 heure 7 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Le nouveau mal français : la baisse du niveau de vie

il y a 1 heure 10 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Grandeurs et misère de la vie politique : le regard et le jugement de Tocqueville sur son engagement

il y a 1 heure 13 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Laéticia Hallyday, nue sur Instagram, au ski avec Kev Adams : Pascal s'inquiète ; Pamela épouse, une (très) vieille flamme, Jennifer Aniston en prend le chemin avec Brad (?), Rihanna se rapproche de DEUX ex ; Patrick Bruel fait une chute
il y a 1 heure 27 min
décryptage > International
Donne moi ton signe, je te dirai ce que tu vas faire

Année du rat de métal : voilà comment les dirigeants chinois pourraient adapter leur stratégie en fonction de leurs horoscopes

il y a 2 heures 15 min
décryptage > Politique
Mission impossible

Retraites : pourquoi la complexité du système fiscal et social français fragilise la crédibilité des études d’impact

il y a 3 heures 27 min
pépites > Santé
2019-nVoC
Coronavirus chinois : une carte permet de suivre l’évolution de l’épidémie à travers la planète
il y a 11 heures 53 min
pépites > International
Vive inquiétude
L’association française SOS Chrétiens d’Orient a annoncé la disparition de quatre de ses collaborateurs en Irak
il y a 15 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"En couple (situation provisoire)" : un an après, la pièce à succès de Jean-Michel Ribes retrouve le haut de l'affiche

il y a 19 heures 26 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Make the Internet Great Again : le style Trump sur Twitter

il y a 1 heure 5 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Le pantouflage : un sport de masse chez les anciens élèves de l’ENA

il y a 1 heure 8 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Le peuple français est-il une fiction ? : la France face au spectre de l’identité

il y a 1 heure 11 min
décryptage > Politique
Debout les morts

Miracle à Jérusalem : Emmanuel Macron va rencontrer Yasser Arafat !

il y a 1 heure 19 min
décryptage > Economie
Raréfaction des ressources

Une économie beaucoup plus économe en matières premières : l’idée présentée à Davos par Ellen Mac Arthur qui pourrait vraiment faire la différence

il y a 1 heure 56 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

il y a 3 heures 4 min
décryptage > Politique
SOS contrat social

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

il y a 3 heures 56 min
pépite vidéo > Santé
Prévention
Trois premiers cas du coronavirus en France : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Agnès Buzyn
il y a 15 heures 5 min
pépites > Santé
Enrayer la progression du virus
Coronavirus chinois : Agnès Buzyn confirme trois premiers cas avérés en France, à Bordeaux et à Paris
il y a 16 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La jungle des océans. Crimes impunis, esclavage, ultraviolence, pêche illégale" de Ian Urbina : enquête percutante sur les mauvaises pratiques en mer

il y a 19 heures 35 min
© ludovic MARIN / POOL / AFP
© ludovic MARIN / POOL / AFP
Réforme

Retraites : Macron / Philippe, une dangereuse course à l’échalote technocratique

Publié le 13 décembre 2019
Il y a quelque chose de puéril dans la manière dont notre gouvernement gouverne : affirmation de fermeté à la Jupiter, refus d’obtempérer aux mouvements sociaux, et même, c’est ce qu’on voit en ce moment, une sorte de rivalité entre les deux têtes du gouvernement.
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Charles Weizmann est rédacteur au Courrier des stratèges. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr ...
Voir la bio
Charles Weizmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Charles Weizmann est rédacteur au Courrier des stratèges. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Il y a quelque chose de puéril dans la manière dont notre gouvernement gouverne : affirmation de fermeté à la Jupiter, refus d’obtempérer aux mouvements sociaux, et même, c’est ce qu’on voit en ce moment, une sorte de rivalité entre les deux têtes du gouvernement.

Il ne faut pas oublier qu’ils sont énarques tous les deux, membres de deux grands corps, Conseil d’Etat et Inspection des finances et que celui qui commande l’autre est plus jeune que lui de 7 ans ! ce qui dans ce milieu n’est pas anodin !

Certes le premier ministre ne contredit pas son président ; peut être même n’en dit-il pas du mal comme nombre de ses prédécesseurs (Fillon par rapport à Sarkozy, Hollande par rapport à Valls etc. ). Mais tout est dans la forme. Annonçant des mesures somme toute raisonnables, et peut-être susceptibles de lui valoir l’appui de certains syndicats, il les a annoncées de manière si butée qu’elle en était presque provocatrice.

Dangers du gouvernement technocrate

Vous remarquerez que l’on ne sait rien de la manière dont seront arbitrées les spécificités à mettre en œuvre pour les populations des régimes dits spéciaux, en tout cas ceux dont la grève dérange le plus, SNCF et RATP. D’une certaine manière on aurait pu dire, les régimes spéciaux seront conservés et mis en convergence progressive avec le régime universel. C’eût été la même chose : on allait peu à peu aligner l’âge de départ légal modulé selon la pénibilité (travail de nuit, week-end etc. comme pour les hôpitaux), l’objet de la négociation étant la durée de la période de transition. Les négociations laissées aux partenaires sociaux devant sans doute aboutir à ne pas trop désavantager les cheminots ou la RATP.

Mais non, Edouard Philippe voulait montrer qu’il est le plus fort, qu’il ne cède pas à la rue. Et peut-être a-t-il même voulu empêcher Emmanuel Macron de céder comme il avait déjà été tenté de le faire sur cette question. Et donc on instaure dans un système qui avait vocation à être souple, fluide, adapté aux fluctuations et instabilités de carrières qui sont et seront de plus en plus fréquentes, un système rigide, d’âge minimum de départ. On fait comme si l’on était en 1946, avec des carrières longues, dans le même établissement, au même poste. Et qu’il n’y aurait pas d’autre aspiration que de gagner chaque année plus que la précédente jusqu’à ce que mort s’en suive. Aucune interrogation sur les nouvelles formes de travail, l’aspiration à une certaine indépendance, les changements et remords de carrière (même l’éducation nationale a mis en place un concours de recrutement spécifique pour ces reconvertis). Aucune interrogation non plus sur la volonté de certains d’arbitrer pour moins de travail et moins d’argent.

Il y a quelque chose de dangereux chez les politiques qui sont aussi des technocrates, c’est qu’ils cumulent la boulimie de pouvoir des deux castes. Non contents d’affirmer leur légitimité par l’élection, ils veulent de plus « avoir raison », raison sur tout, raison de tout et de tous.

Alain Juppé dont la réforme si raisonnable satisfaisait droite et gauche réformatrice avait déjà montré quelle opposition suscite cette attitude « droit dans mes bottes » ! Emmanuel Macron a réitéré l’exercice avec les gilets jaunes et Edouard Philippe vient de nous en donner un bel exemple.

Mais ce n’est pas que l’arrogance et l’appétit de pouvoir que provoque ce rationalisme morbide.

Pour une autre vision de la société

Il conduit aussi à occulter toute autre vision de la société qu’économique et budgétaire.

Entre le COR et ses calculs aussi sûrs d’eux qu’ils peuvent être infirmés par les mêmes à tout moment, le ministère des finances obsédé des économies à effectuer, partout, sans aucune vision à long terme et un premier ministre et un président formatés dans le même monde, il n’y a place pour aucune autre vision de la société qu’économico-sociale. La richesse n’est que matérielle, la pauvreté ne se mesure que par le revenu et la retraite est réduite à une pension.

Aucun autre modèle de répartition entre le temps de travail, le temps familial (envers ses enfants, envers ses aînés) le temps du bénévolat, le temps de loisir etc. n’est envisagé que le modèle actuel : une très longue adolescence, une période de vie active courte et intense, une mise à la retraite couperet.

Aucune autre conception du travail et des conditions dans lesquelles il s’exerce n’est explorée qui permettrait pourtant dans nombre de cas d’inciter les personnes à travailler plus longtemps. Il faut quand même constater que les enseignants du supérieur, les conseillers d’Etat et à la Cour des comptes peuvent partir et partent effectivement bien plus tard que l’âge légal. Que dans bon nombre de professions plus créatives on ne connaît même pas la notion de retraite : professions artistiques, intellectuelles, mais également libérales : médecins, avocats.

Il n’y a pas que la pénibilité physique qui conduit à vouloir prendre sa retraite plus tôt ; si l’on peut comprendre aisément qu’un ouvrier du bâtiment, un employé d’un centre d’appel téléphonique, une aide-soignante peuvent aspirer légitimement au repos ou à un travail moins intense au bout d’une trentaine d’années, il faut être interpelé par tous ces jeunes, enseignants, infirmiers, travailleurs sociaux qui dès leur entrée dans la profession n’auraient qu’une hâte, la quitter. Alors même qu’il s’agit d’une profession choisie, même si les pénuries de main d’œuvre conduisent de plus en plus à recruter des personnes ayant fait ce choix par défaut.

On ne comprend pas qu’un ministre de l’éducation, dans un pays que les classements internationaux désignent comme ayant une politique de l’éducation profondément inégalitaire, produisant chaque année 100 à 150 000 jeunes « sortis sans diplôme ni qualification » n’ait rien d’autre à proposer à ses troupes qu’une amélioration minime de leur paye et la promesse que leur retraite serait inchangée. Soit on pense que les enseignants sont responsables des échecs de leurs élèves et on change radicalement leur mode de recrutement, d’affectation, de promotion ; soit on comprend qu’il faut changer de modèle, et notamment inventer une formation-éducation différente pour différents types d’élèves et de familles. Ne faudrait-il pas revoir les conditions de scolarisation, l’implantation des établissements dans leurs quartiers, le travail collaboratif avec les autres services publics du quartier, l’autonomie des établissements avec un vrai projet collectif, auquel adhèrent tous les enseignants, recrutés par leur employeur direct (le proviseur) sur la base de ce projet élaboré en commun etc. sans parler de la nécessité de réhabiliter l’enseignement professionnel, de l’ancrer dans les métiers, dans les corporations professionnelles, de mener avec les parents et les proches des enfants un travail social communautaire permettant une vraie co-éducation.

Le rétrécissement technocratique françaisgouve

Rien de tout cela n’est même évoqué ! Il faut dire que c’est peut-être moins technique que les calculs d’actuariat, mais sûrement aussi difficile à élaborer, surtout qu’il ne s’agir pas de rester entre jeunes gens de bonne famille formés dans les mêmes écoles et n’ayant pas idée de ce qu’est véritablement la pénibilité de ces métiers auxquels leur excellence scolaire, scolariste a-t-on envie de dire, leur a permis d’échapper. N’oublions pas qu’une grande partie des normaliens utilisent leur salaire d’élève normalien, payé par les contribuables pour échapper à l’enseignement et préparer l’ENA ! Dans nombre d’établissements scolaires, tous les personnels, direction comprise, ne pensent qu’à une chose, obtenir un autre poste. Ne nous étonnons pas que les jeunes enseignants jetés dans ces cages aux fauves pensent dès leur entrée dans la profession à calculer leurs droits à la retraite.

On pourrait analyser le même rétrécissement technocratique pour tous les problèmes de conditions d’activité. Pourquoi nombre de femmes prennent-elles leur retraite de manière anticipée pour s’occuper de leurs parents ou travaillent-elles moins pour s’occuper de leurs enfants ? pourquoi le travail à temps partiel est-il considéré comme un travail moindre ? pourquoi l’allocation de congé parentale a-t-elle été honteusement rognée (de moitié) par le gouvernement précédent, au nom d’une prétendue désincitation au travail ? faut-il vraiment que dès lors que les deux parents travaillent, ils le fassent dans les mêmes conditions que lorsqu’il n’y en avait qu’un ?

Enfin, ne devrait-on pas envisager le vieillissement au travail non seulement dans son aspect usure, mais également accumulation d’expérience. Malgré tous les discours sur ce sujet, force est de constater que en tout cas dans le service public, il n’y a aucune transmission possible, les rares pistes ouvertes dans l’enseignement supérieur (éméritat), dans l’hôpital, (consultations sous forme de vacations) étant peu attractives et inexistantes dans la plupart des autres services.

Ce sont toutes ces questions, qui tiennent tant à l’organisation du travail dans les services et les entreprises qu’à la conception des politiques sociales et familiales qui devraient être posées quand on s’interroge sur les rapports entre générations et pas seulement celles du financement des retraites. Car rien n’est moins pérenne qu’un pur calcul économique et rien n’est moins réel qu’une vision purement objective et économiciste !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

02.

Coronavirus chinois : une carte permet de suivre l’évolution de l’épidémie à travers la planète

03.

Pourquoi nous devrions nous inquiéter que l’Etat veuille pousser à une hausse des salaires (alors même que la question se pose bel et bien)

04.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

05.

Ces pistes révolutionnaires que la BCE pourrait explorer pour sauver la zone euro de la japonisation

06.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

07.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

03.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

04.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

05.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

06.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

01.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

02.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

03.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

04.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

05.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

06.

Un vol pour Kharkov ( Ukraine) et vous revenez avec un bébé d’appellation controlée

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
gerint
- 14/12/2019 - 10:03
Cet article montre un idéal
Si on procédaitvde la sorte, il y aurait sans doute un débat prolongé mais la grosse masse de la société serait intéressée et nous n’aurions pas l’impression que la réforme est faite contre le peuple. Elle se ferait en continu, émaillée de mouvements de contestation démocratique sans doute, bénins et utiles s’il y avait un vrai dialogue social avec des règles claires, de manière beaucoup plus adaptée. Mais elle ne risque pas d’arriver en l’état actuel, car beaucoup de volets évoqués ici exigeraient qu’on garde une autonomie nationale et qu’on ne soit pas soumis aux diktats de l’Union européenne qui elle vise au contraire à supprimer l’autonomie des peuples et à leur imposer des restrictions budgétaires pour favoriser les gagnants du Grand marché. Autrement dit, il faudrait commencer par réformer l’Europe ce qui paraît impossible surtout à 27, ou, comme les Anglais, en sortir avec le poids pour nous de la sortie de l’euro qui n’est absolument pas prévue dans les traités et qui serait difficile. Ceci dit ce n’est pas la première fois qu’on abandonnerait une monnaie impériale. L’Histoire nous le montre. Et Des économistes de renom nous montre le chemin
gerint
- 14/12/2019 - 10:03
Cet article montre un idéal
Si on procédaitvde la sorte, il y aurait sans doute un débat prolongé mais la grosse masse de la société serait intéressée et nous n’aurions pas l’impression que la réforme est faite contre le peuple. Elle se ferait en continu, émaillée de mouvements de contestation démocratique sans doute, bénins et utiles s’il y avait un vrai dialogue social avec des règles claires, de manière beaucoup plus adaptée. Mais elle ne risque pas d’arriver en l’état actuel, car beaucoup de volets évoqués ici exigeraient qu’on garde une autonomie nationale et qu’on ne soit pas soumis aux diktats de l’Union européenne qui elle vise au contraire à supprimer l’autonomie des peuples et à leur imposer des restrictions budgétaires pour favoriser les gagnants du Grand marché. Autrement dit, il faudrait commencer par réformer l’Europe ce qui paraît impossible surtout à 27, ou, comme les Anglais, en sortir avec le poids pour nous de la sortie de l’euro qui n’est absolument pas prévue dans les traités et qui serait difficile. Ceci dit ce n’est pas la première fois qu’on abandonnerait une monnaie impériale. L’Histoire nous le montre. Et Des économistes de renom nous montre le chemin
Bobby Watson
- 14/12/2019 - 09:27
Enfin !
Enfin un article qui dépasse l'analyse superficielle de la crise que nous vivons. Effectivement, s'il s'agissait d'une vision strictement financière et comptable, autant laisser le COR organiser la réforme ! Mais les technocrates qui nous gouvernent , mauvais pédagogues qui ne comprennent pas qu'on puisse ne pas se rendre à leurs arguments , ont oublié que les Français ne sont pas seulement des statistiques qu'on manie au gré des alternances politiques. Mais pour avoir une telle conception de leur devoir, faudrait-il que nous ayons des hommes et des femmes d'Etat. La professeur de Lycée qui a laissé bouche bée Philippe a bien montré par ses simples paroles la médiocrité, pour employer un euphémisme, de ce personnel politicien sans envergure. Quand il n'est pas malhonnête, comme l'inénarrable Delevoye qui ne pense qu'à se gaver ...