En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

02.

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

03.

Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

07.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suits : Avocats sur mesure" : une série souvent haletante, mais un peu irrégulière, quelques épisodes sont décevants, en particulier la saison 7

il y a 9 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et Maintenant ?" de Eirin Forsberg et Gilles La Carbona : comment devient-on une femme battue alors que tout semblait si parfait ?

il y a 9 heures 35 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les propos de Clémentine Autain contre l'islamophobie ont été récupérés et détournés par un média proche des Frères musulmans
il y a 11 heures 5 min
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Covid, Chine, USA et l’absence d’Europe de l’investissement et de l’entrepreneuriat

il y a 14 heures 59 min
pépite vidéo > International
Liberté d'expression
Caricatures de Mahomet : les appels au boycott de produits français se multiplient
il y a 16 heures 3 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

il y a 16 heures 21 min
décryptage > Economie
Taxes

Dépenses publiques et fiscalité : plus ça change, moins ça change…

il y a 16 heures 39 min
décryptage > Economie
Panorama de la crise

COVID-19 : comment dire de faire attention ?

il y a 17 heures 5 min
décryptage > High-tech
12 CYBER-MENACES PRÉOCCUPANTES

Quand les cyberattaques menacent de faire dérailler les prochaines élections présidentielles, et pèsent au même titre que la pandémie de coronavirus sur nos démocraties

il y a 18 heures 2 min
décryptage > Politique
Crèdul*

Vous avez aimé les raffarinades de Raffarin ? Vous adorerez les lapalissades de Castex

il y a 18 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Aiglon - le rêve brisé de Napoléon" de Laetitia de Witt : un portrait du fils de l'Empereur, historiquement fiable et chaleureusement humain

il y a 9 heures 23 min
pépites > France
Appel au calme
Le CFCM considère que les "musulmans ne sont pas persécutés" en France
il y a 10 heures 23 min
pépites > International
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine
La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France
il y a 12 heures 10 min
décryptage > Education
Samuel Paty

Vous avez dit liberté d'expression ?

il y a 15 heures 30 min
light > Economie
Transport
Le vélo de fonction payé par l'entreprise va-t-il devenir à la mode ?
il y a 16 heures 8 min
pépites > Politique
Elections
Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way
il y a 16 heures 38 min
pépites > Economie
Diplomatie
Appel au boycott de produits français : "Pas question de céder au chantage" Geoffroy Roux de Bézieux, solidaire du gouvernement français
il y a 17 heures 54 sec
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Etats-Unis : ce n'est pas seulement une élection présidentielle. C'est un choix de civilisation

il y a 17 heures 44 min
décryptage > International
Guerre commerciale

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

il y a 18 heures 14 min
pépites > Santé
Coronavirus
"Autour de 100.000 cas" de Covid-19 par jour, en France selon Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique
il y a 18 heures 48 min
© ludovic MARIN / POOL / AFP
© ludovic MARIN / POOL / AFP
Réforme

Retraites : Macron / Philippe, une dangereuse course à l’échalote technocratique

Publié le 13 décembre 2019
Il y a quelque chose de puéril dans la manière dont notre gouvernement gouverne : affirmation de fermeté à la Jupiter, refus d’obtempérer aux mouvements sociaux, et même, c’est ce qu’on voit en ce moment, une sorte de rivalité entre les deux têtes du gouvernement.
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr ...
Voir la bio
Charles Weizmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Charles Weizmann est rédacteur au Courrier des stratèges. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Il y a quelque chose de puéril dans la manière dont notre gouvernement gouverne : affirmation de fermeté à la Jupiter, refus d’obtempérer aux mouvements sociaux, et même, c’est ce qu’on voit en ce moment, une sorte de rivalité entre les deux têtes du gouvernement.

Il ne faut pas oublier qu’ils sont énarques tous les deux, membres de deux grands corps, Conseil d’Etat et Inspection des finances et que celui qui commande l’autre est plus jeune que lui de 7 ans ! ce qui dans ce milieu n’est pas anodin !

Certes le premier ministre ne contredit pas son président ; peut être même n’en dit-il pas du mal comme nombre de ses prédécesseurs (Fillon par rapport à Sarkozy, Hollande par rapport à Valls etc. ). Mais tout est dans la forme. Annonçant des mesures somme toute raisonnables, et peut-être susceptibles de lui valoir l’appui de certains syndicats, il les a annoncées de manière si butée qu’elle en était presque provocatrice.

Dangers du gouvernement technocrate

Vous remarquerez que l’on ne sait rien de la manière dont seront arbitrées les spécificités à mettre en œuvre pour les populations des régimes dits spéciaux, en tout cas ceux dont la grève dérange le plus, SNCF et RATP. D’une certaine manière on aurait pu dire, les régimes spéciaux seront conservés et mis en convergence progressive avec le régime universel. C’eût été la même chose : on allait peu à peu aligner l’âge de départ légal modulé selon la pénibilité (travail de nuit, week-end etc. comme pour les hôpitaux), l’objet de la négociation étant la durée de la période de transition. Les négociations laissées aux partenaires sociaux devant sans doute aboutir à ne pas trop désavantager les cheminots ou la RATP.

Mais non, Edouard Philippe voulait montrer qu’il est le plus fort, qu’il ne cède pas à la rue. Et peut-être a-t-il même voulu empêcher Emmanuel Macron de céder comme il avait déjà été tenté de le faire sur cette question. Et donc on instaure dans un système qui avait vocation à être souple, fluide, adapté aux fluctuations et instabilités de carrières qui sont et seront de plus en plus fréquentes, un système rigide, d’âge minimum de départ. On fait comme si l’on était en 1946, avec des carrières longues, dans le même établissement, au même poste. Et qu’il n’y aurait pas d’autre aspiration que de gagner chaque année plus que la précédente jusqu’à ce que mort s’en suive. Aucune interrogation sur les nouvelles formes de travail, l’aspiration à une certaine indépendance, les changements et remords de carrière (même l’éducation nationale a mis en place un concours de recrutement spécifique pour ces reconvertis). Aucune interrogation non plus sur la volonté de certains d’arbitrer pour moins de travail et moins d’argent.

Il y a quelque chose de dangereux chez les politiques qui sont aussi des technocrates, c’est qu’ils cumulent la boulimie de pouvoir des deux castes. Non contents d’affirmer leur légitimité par l’élection, ils veulent de plus « avoir raison », raison sur tout, raison de tout et de tous.

Alain Juppé dont la réforme si raisonnable satisfaisait droite et gauche réformatrice avait déjà montré quelle opposition suscite cette attitude « droit dans mes bottes » ! Emmanuel Macron a réitéré l’exercice avec les gilets jaunes et Edouard Philippe vient de nous en donner un bel exemple.

Mais ce n’est pas que l’arrogance et l’appétit de pouvoir que provoque ce rationalisme morbide.

Pour une autre vision de la société

Il conduit aussi à occulter toute autre vision de la société qu’économique et budgétaire.

Entre le COR et ses calculs aussi sûrs d’eux qu’ils peuvent être infirmés par les mêmes à tout moment, le ministère des finances obsédé des économies à effectuer, partout, sans aucune vision à long terme et un premier ministre et un président formatés dans le même monde, il n’y a place pour aucune autre vision de la société qu’économico-sociale. La richesse n’est que matérielle, la pauvreté ne se mesure que par le revenu et la retraite est réduite à une pension.

Aucun autre modèle de répartition entre le temps de travail, le temps familial (envers ses enfants, envers ses aînés) le temps du bénévolat, le temps de loisir etc. n’est envisagé que le modèle actuel : une très longue adolescence, une période de vie active courte et intense, une mise à la retraite couperet.

Aucune autre conception du travail et des conditions dans lesquelles il s’exerce n’est explorée qui permettrait pourtant dans nombre de cas d’inciter les personnes à travailler plus longtemps. Il faut quand même constater que les enseignants du supérieur, les conseillers d’Etat et à la Cour des comptes peuvent partir et partent effectivement bien plus tard que l’âge légal. Que dans bon nombre de professions plus créatives on ne connaît même pas la notion de retraite : professions artistiques, intellectuelles, mais également libérales : médecins, avocats.

Il n’y a pas que la pénibilité physique qui conduit à vouloir prendre sa retraite plus tôt ; si l’on peut comprendre aisément qu’un ouvrier du bâtiment, un employé d’un centre d’appel téléphonique, une aide-soignante peuvent aspirer légitimement au repos ou à un travail moins intense au bout d’une trentaine d’années, il faut être interpelé par tous ces jeunes, enseignants, infirmiers, travailleurs sociaux qui dès leur entrée dans la profession n’auraient qu’une hâte, la quitter. Alors même qu’il s’agit d’une profession choisie, même si les pénuries de main d’œuvre conduisent de plus en plus à recruter des personnes ayant fait ce choix par défaut.

On ne comprend pas qu’un ministre de l’éducation, dans un pays que les classements internationaux désignent comme ayant une politique de l’éducation profondément inégalitaire, produisant chaque année 100 à 150 000 jeunes « sortis sans diplôme ni qualification » n’ait rien d’autre à proposer à ses troupes qu’une amélioration minime de leur paye et la promesse que leur retraite serait inchangée. Soit on pense que les enseignants sont responsables des échecs de leurs élèves et on change radicalement leur mode de recrutement, d’affectation, de promotion ; soit on comprend qu’il faut changer de modèle, et notamment inventer une formation-éducation différente pour différents types d’élèves et de familles. Ne faudrait-il pas revoir les conditions de scolarisation, l’implantation des établissements dans leurs quartiers, le travail collaboratif avec les autres services publics du quartier, l’autonomie des établissements avec un vrai projet collectif, auquel adhèrent tous les enseignants, recrutés par leur employeur direct (le proviseur) sur la base de ce projet élaboré en commun etc. sans parler de la nécessité de réhabiliter l’enseignement professionnel, de l’ancrer dans les métiers, dans les corporations professionnelles, de mener avec les parents et les proches des enfants un travail social communautaire permettant une vraie co-éducation.

Le rétrécissement technocratique françaisgouve

Rien de tout cela n’est même évoqué ! Il faut dire que c’est peut-être moins technique que les calculs d’actuariat, mais sûrement aussi difficile à élaborer, surtout qu’il ne s’agir pas de rester entre jeunes gens de bonne famille formés dans les mêmes écoles et n’ayant pas idée de ce qu’est véritablement la pénibilité de ces métiers auxquels leur excellence scolaire, scolariste a-t-on envie de dire, leur a permis d’échapper. N’oublions pas qu’une grande partie des normaliens utilisent leur salaire d’élève normalien, payé par les contribuables pour échapper à l’enseignement et préparer l’ENA ! Dans nombre d’établissements scolaires, tous les personnels, direction comprise, ne pensent qu’à une chose, obtenir un autre poste. Ne nous étonnons pas que les jeunes enseignants jetés dans ces cages aux fauves pensent dès leur entrée dans la profession à calculer leurs droits à la retraite.

On pourrait analyser le même rétrécissement technocratique pour tous les problèmes de conditions d’activité. Pourquoi nombre de femmes prennent-elles leur retraite de manière anticipée pour s’occuper de leurs parents ou travaillent-elles moins pour s’occuper de leurs enfants ? pourquoi le travail à temps partiel est-il considéré comme un travail moindre ? pourquoi l’allocation de congé parentale a-t-elle été honteusement rognée (de moitié) par le gouvernement précédent, au nom d’une prétendue désincitation au travail ? faut-il vraiment que dès lors que les deux parents travaillent, ils le fassent dans les mêmes conditions que lorsqu’il n’y en avait qu’un ?

Enfin, ne devrait-on pas envisager le vieillissement au travail non seulement dans son aspect usure, mais également accumulation d’expérience. Malgré tous les discours sur ce sujet, force est de constater que en tout cas dans le service public, il n’y a aucune transmission possible, les rares pistes ouvertes dans l’enseignement supérieur (éméritat), dans l’hôpital, (consultations sous forme de vacations) étant peu attractives et inexistantes dans la plupart des autres services.

Ce sont toutes ces questions, qui tiennent tant à l’organisation du travail dans les services et les entreprises qu’à la conception des politiques sociales et familiales qui devraient être posées quand on s’interroge sur les rapports entre générations et pas seulement celles du financement des retraites. Car rien n’est moins pérenne qu’un pur calcul économique et rien n’est moins réel qu’une vision purement objective et économiciste !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
gerint
- 14/12/2019 - 10:03
Cet article montre un idéal
Si on procédaitvde la sorte, il y aurait sans doute un débat prolongé mais la grosse masse de la société serait intéressée et nous n’aurions pas l’impression que la réforme est faite contre le peuple. Elle se ferait en continu, émaillée de mouvements de contestation démocratique sans doute, bénins et utiles s’il y avait un vrai dialogue social avec des règles claires, de manière beaucoup plus adaptée. Mais elle ne risque pas d’arriver en l’état actuel, car beaucoup de volets évoqués ici exigeraient qu’on garde une autonomie nationale et qu’on ne soit pas soumis aux diktats de l’Union européenne qui elle vise au contraire à supprimer l’autonomie des peuples et à leur imposer des restrictions budgétaires pour favoriser les gagnants du Grand marché. Autrement dit, il faudrait commencer par réformer l’Europe ce qui paraît impossible surtout à 27, ou, comme les Anglais, en sortir avec le poids pour nous de la sortie de l’euro qui n’est absolument pas prévue dans les traités et qui serait difficile. Ceci dit ce n’est pas la première fois qu’on abandonnerait une monnaie impériale. L’Histoire nous le montre. Et Des économistes de renom nous montre le chemin
gerint
- 14/12/2019 - 10:03
Cet article montre un idéal
Si on procédaitvde la sorte, il y aurait sans doute un débat prolongé mais la grosse masse de la société serait intéressée et nous n’aurions pas l’impression que la réforme est faite contre le peuple. Elle se ferait en continu, émaillée de mouvements de contestation démocratique sans doute, bénins et utiles s’il y avait un vrai dialogue social avec des règles claires, de manière beaucoup plus adaptée. Mais elle ne risque pas d’arriver en l’état actuel, car beaucoup de volets évoqués ici exigeraient qu’on garde une autonomie nationale et qu’on ne soit pas soumis aux diktats de l’Union européenne qui elle vise au contraire à supprimer l’autonomie des peuples et à leur imposer des restrictions budgétaires pour favoriser les gagnants du Grand marché. Autrement dit, il faudrait commencer par réformer l’Europe ce qui paraît impossible surtout à 27, ou, comme les Anglais, en sortir avec le poids pour nous de la sortie de l’euro qui n’est absolument pas prévue dans les traités et qui serait difficile. Ceci dit ce n’est pas la première fois qu’on abandonnerait une monnaie impériale. L’Histoire nous le montre. Et Des économistes de renom nous montre le chemin
Bobby Watson
- 14/12/2019 - 09:27
Enfin !
Enfin un article qui dépasse l'analyse superficielle de la crise que nous vivons. Effectivement, s'il s'agissait d'une vision strictement financière et comptable, autant laisser le COR organiser la réforme ! Mais les technocrates qui nous gouvernent , mauvais pédagogues qui ne comprennent pas qu'on puisse ne pas se rendre à leurs arguments , ont oublié que les Français ne sont pas seulement des statistiques qu'on manie au gré des alternances politiques. Mais pour avoir une telle conception de leur devoir, faudrait-il que nous ayons des hommes et des femmes d'Etat. La professeur de Lycée qui a laissé bouche bée Philippe a bien montré par ses simples paroles la médiocrité, pour employer un euphémisme, de ce personnel politicien sans envergure. Quand il n'est pas malhonnête, comme l'inénarrable Delevoye qui ne pense qu'à se gaver ...