En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause

02.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

03.

Yassine Belattar trouve que Jean Messiha a "une tête de chameau". Et SOS racisme applaudit !

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Vous pensiez Daesh battu ? Revoyez votre copie

06.

Coronavirus : Italie, Corée du Sud et contaminations non détectées, la France se prépare-t-elle assez à une potentielle pandémie ?

07.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

01.

Halte aux régimes

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Coronavirus : Italie, Corée du Sud et contaminations non détectées, la France se prépare-t-elle assez à une potentielle pandémie ?

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

ça vient d'être publié
light > Culture
Généreux donateurs
Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause
il y a 9 heures 57 min
light > Culture
"Lucky 7"
Justin Bieber a détrôné le record d'Elvis Presley sur le marché musical américain avec son septième album numéro un des charts
il y a 13 heures 11 min
pépites > Santé
Multiplication de cas
Selon l'OMS, le monde doit se préparer à une "éventuelle pandémie"
il y a 14 heures 24 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture fonce sur la foule lors d'un carnaval de la ville de Volkmarsen
il y a 15 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le chemin de la Garenne" de Michel Onfray : pèlerinage lucide et sombre sur le chemin de l’enfance

il y a 17 heures 4 min
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Le centre ? Quel centre ? Le socialisme gagne les USA et le centre quitte la vie politique mondiale. Pourquoi ?

il y a 18 heures 33 min
pépite vidéo > Europe
Zones d'ombre
Inquiétudes en Europe : comment le coronavirus a-t-il pu arriver en Italie si rapidement ?
il y a 20 heures 5 min
décryptage > Politique
Qu'est-ce qu'on se marre avec lui…

Yassine Belattar trouve que Jean Messiha a "une tête de chameau". Et SOS racisme applaudit !

il y a 21 heures 11 min
décryptage > Santé
Lutte contre le Covid-19

Coronavirus : Italie, Corée du Sud et contaminations non détectées, la France se prépare-t-elle assez à une potentielle pandémie ?

il y a 21 heures 44 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Et si le principal obstacle sur la route des voitures autonomes était… la neige et la pluie ?
il y a 22 heures 34 min
light > France
Liberté religieuse
Asia Bibi va être reçue par Emmanuel Macron vendredi 28 février dans le cadre de sa demande d'asile
il y a 10 heures 52 min
light > Justice
Conséquences judiciaires de la vague #MeToo
Harvey Weinstein a été reconnu coupable à New York d'agression sexuelle et de viol
il y a 13 heures 52 min
light > Media
Disparition d'une grande figure des médias
Mort d'Hervé Bourges à l'âge de 86 ans
il y a 14 heures 58 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Mégère apprivoisée" de William Shakespeare : féministe ou pas, telle est la question !

il y a 16 heures 55 min
pépites > Justice
Renvoi
Grève des avocats : le procès de François Fillon et de son épouse Penelope est renvoyé au mercredi 26 février
il y a 17 heures 21 min
pépites > Justice
Terrorisme
Nicole Belloubet révèle qu'une quarantaine de djihadistes vont sortir de prison en 2020 et près de 300 d'ici 2023
il y a 18 heures 49 min
décryptage > Economie
Diplomatie

L'euro au plus bas par rapport au dollar : pourquoi, jusqu’où ?

il y a 20 heures 56 min
décryptage > Economie
Disraeli Scanner

La République une et indivisible d’Emmanuel Todd

il y a 21 heures 29 min
décryptage > Terrorisme
Etat islamique

Vous pensiez Daesh battu ? Revoyez votre copie

il y a 22 heures 13 min
décryptage > Politique
Leçons

Le Fillonisme, ce deuil non accompli qui revient hanter la droite

il y a 22 heures 45 min
© Ben STANSALL / AFP
© Ben STANSALL / AFP
Brexit

Il est possible de sortir de l’affrontement stérile entre "élitisme" et "populisme". La preuve par Boris Johnson

Publié le 13 décembre 2019
Le parti conservateur britannique a obtenu la majorité absolue lors des élections législative de jeudi. Le Premier ministre Boris Johnson va être en mesure de mettre en oeuvre le Brexit d'ici au 31 janvier 2020.
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le parti conservateur britannique a obtenu la majorité absolue lors des élections législative de jeudi. Le Premier ministre Boris Johnson va être en mesure de mettre en oeuvre le Brexit d'ici au 31 janvier 2020.

Jubilatoire ! Il est rare qu’une élection donne une telle satisfaction intellectuelle et politique. Tant d’éléments convergeaient pour faire anticiper la victoire de Boris Johnson. Mais rien n’est sûr tant que les bureaux de vote ne sont pas fermés et les bulletins dépouillés. Ce matin, nous avons la confirmation de l’immense victoire de Boris Johnson et des conservateurs. Et toutes les analyses électorales d’anticipation sont confirmées: le nord de l’Angleterre a basculé en faveur des Tories. La défaite du Labour de Jeremy Corbyn signifie la fin du blairisme, ce curieux croisement de la tradition travailliste avec le néolibéralisme. Mais il y a aussi Jo Swinson, présidente des LibDems, qui est défaite par un candidat nationaliste écossais. Il y a la défaite de Dominic Grieve et de tous les Remainers du parti conservateur qui avaient déclaré la guerre à Johnson et voulaient se faire réélire comme « indépendants ». 

Jubilatoire, parce que les journalistes de la plupart des chaînes de télévision britanniques, hier soir, avaient du mal à camoufler leur déception ou leur stupéfaction. La politique est un art simple et tout d’exécution, pourrait-on dire à propos de Boris Johnson, en détournant la célèbre formule de Napoléon sur la guerre. Les chansonniers, et même ses amis politiques, se sont moqués, dans la dernière semaine de la campagne, de la manière dont le Premier Ministre martelait sans se lasser les trois mêmes mots: « Get Brexit Done ! ». Passait-il plus de cinq minutes sans les prononcer? Eh bien, la campagne de 2019 restera comme un modèle du genre dans les écoles de sciences politiques et, espérons-le, dans les partis politiques. Ce n’est pas seulement la célèbre « Oneness of mind », la capacité britannique à se concentrer sur un objectif simple et pratique, qui est ici illustrée. C’est aussi le fait qu’il est possible de sortir de la crise de la démocratie sans être populiste. Boris Johnson a répondu, si l’on ose dire, à l’anticipation et au souhait de David Goodhart dans son livre The Road to Somewhere. Il a forgé un pacte, un compromis entre une partie des élites et les classes moyennes en déclassement ainsi que les classes populaires. 

Jubilatoire mais aussi réconfortant pour l’avenir de l’Europe. Boris Johnson montre qu’il est possible de sortir de l’affrontement entre « élitisme » et « populisme ». C’est un homme qui appartient aux élites européennes, qui a fait Eton et Oxford, qui a été le maire de l’une des métropoles les plus mondialisées du monde, Londres, qui vient de faire respecter le vote de 2016 sur le Brexit, c’est-à-dire de faire respecter la voix de tous les « enracinés », les « déplorables », les plus fragiles, qui avaient voté Brexit et assistaient, impuissants, à la tentative de hold up d’une partie des parlementaires, des hauts fonctionnaires britanniques et des technocrates bruxellois sur le résultat. Il s’agit d’un immense résultat électoral; aussi important que la césure de 1979, qui avait lancé le déclin du socialisme dans le monde. Il ne faudra pas oublier l’assurance, l’arrogance même, avec laquelle à Paris, à Berlin ou à Bruxelles, on nous assurait que les Britanniques ne savaient pas ce qu’ils faisaient, qu’on allait les ramener dans le droit chemin. Une absence, un moment de folie? On aura eu droit, finalement, pendant trois ans à un immense déni de réalité des élites européennes. 

Il y a quelques jours, Boris Johnson en campagne était aux commandes d’un tracteur-pelleteuse repeint aux couleurs de l’Union Jack, où l’on lisait « Get Brexit Done! »; et il s’est fait filmer en train de renverser un mur avec son solide engin. C’est bien un mur que Johnson a renversé, celui de tous les conformismes bâtis par une élite dirigeante qui avait fait sortir le libéralisme de Margaret Thatcher de son cadre national (modérateur) pour un faire une immense machine à financiariser et désindustrialiser les économies. Les Britanniques ont saisi l’occasion du Brexit, voici trois ans et demi, pour réclamer un changement de politique. Malgré trois ans et demi d’immobilisme d’une partie du monde dirigeant, ce souhait sera finalement respecté. 

Nous avions appris dans nos manuels d’histoire qu’on ne s’oppose pas à la volonté d’un peuple, que les nations sont des réalités. Encore faut-il qu’il y ait une personnalité politique capable de porter les aspirations profondes d’une société, les expliciter, les rendre efficaces politiquement. La Grande-Bretagne a la chance d’avoir Boris Johnson. Elle a la chance, aussi, d’avoir, au sein du parti conservateur, un certain nombre de personnalités qui allient le courage à l’intelligence. De telles personnalités existent aussi chez les travaillistes mais elles ont été écartées par Jeremy Corbyn. Au bout du compte, c’est à la fois un nouveau conservatisme qui a fait élire Boris Johnson (les Tories tournent la page du néolibéralisme) et, en fait, un retour aux sources du parti de Benjamin Disraeli: One-Nation Conservatism, démocratie Tory, Toryisme rouge ou radical: Johnson a emprunté à ces courants qui sans doute n’en font qu’un puisqu’ils ont pour but de réaliser le mot d’ordre disraelien depuis les années 1840, rassembler, réconcilier, ressouder les « deux nations », l’Angleterre des métropoles et l’Angleterre périphérique.  

Et l’Ecosse, dira-t-on, qui a voté massivement pour le parti nationaliste SNP? N’est-ce pas là un nouvel antagonisme de « deux nations », qui vient se substituer à l’affrontement social de ces dernières années?  Je suis prêt à prendre le pari qu’il y aura, une fois de plus dans l’histoire britannique, un compromis. D’abord parce qu’à Londres et à Edimbourg on parle désormais le même idiome, celui de l’identité; ensuite parce que le rapport de forces est disproportionné. En position de force, Boris Johnson va négocier un accord très favorables aux intérêts britanniques. Et il n’oubliera pas l’Ecosse dans ses revendications. 

En fait, on pourrait sous-estimer la portée de ce qui vient de se passer. Non seulement la Grande-Bretagne impose sa volonté à l’Union Européenne; mais le prestige de Londres va désormais remonter à grande vitesse dans les affaires du monde. Le conservatisme johnsonien va faire école dans un monde confronté, partout, à la montée des inégalités et à la tentation des élites de confisquer la démocratie. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause

02.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

03.

Yassine Belattar trouve que Jean Messiha a "une tête de chameau". Et SOS racisme applaudit !

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Vous pensiez Daesh battu ? Revoyez votre copie

06.

Coronavirus : Italie, Corée du Sud et contaminations non détectées, la France se prépare-t-elle assez à une potentielle pandémie ?

07.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

01.

Halte aux régimes

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Coronavirus : Italie, Corée du Sud et contaminations non détectées, la France se prépare-t-elle assez à une potentielle pandémie ?

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Le gorille
- 14/12/2019 - 05:05
Et l'anglais ?
Eh bé ! Quelle langue va-t-on parler en Europe maintenant ? J'vous dis pas l'incohérence de l'Europe ! Sûr qu'ils vont parler anglais, ces gonzes ! Et l'Angleterre n'y est plus. Ah! quelle double victoire pour l'Angleterre ! Elle va maîtriser l'Europe sans y être... Dire que l'on parle aujourd'hui de zone marchande spécifique, alors que c'était évident depuis le début ! Quels idiots ces technocrates de Bruxelles. Pauvre MB ! il va devenir le fusible de l'échec ! Je le plains sincèrement.
Le gorille
- 14/12/2019 - 05:00
Merci le Brexit !
Un bol d'air ! C'est le signal contre l'Europe telle qu'elle nous est servie. Reprenons chacun notre souveraineté, et créons des Nations Unies d'Europe, avec un Secrétaire aux ordres des Chefs d'Etat, et non plus un "président". Et Bruxelles, réduisons-la à peau de chagrin, avec une émanation des parlementaires de chaque pays, siégeant en de rares sessions (une par an ?), et surtout pas des parlementaires élus spécifiquement : dans l'ambiance, ils oublient leur pays. Éliminons la cour de Justice Européenne. Le Droit ne doit pas être supra-national. Il a fallu 1000 ans pour réunir la France, laissons le temps agir pour réunir l'Europe multilinguiste. Et au final, merci M Husson.
evgueniesokolof
- 13/12/2019 - 17:32
Bon cela étant
Je lis, je ne sais plus où que dès ce matin aurait été annoncé que la priorité du gouvernement sera......la lute contre le réchauffement climatique! Ca jette....un froid!
L'escroquerie climatique est l'arme favorite des partisans de la mondialisation, ceux qui plaident pour la fin de la démocratie au nom de la survie de Gaia!
Si on veut bien entendre par ailleurs que la nécessaire réindustrialisation (le ru est encore plus mal en point que la France ) ce qui ne veut pas dire ressusciter le textile mais avoir l'avantage dans les nouvelles technologies- avait été annoncée par Theresa May , on voit ml comment elle est compatible avec les diktats écologiques qui dénoncent comme dangereuse toute recherche qui ne soit pas décroissante!!!! ( j'entends toute technologie qui augmente la productivité).... Oui gueule de bois en perspective! mais enfin, le personnage est un peu "trumpien"...