En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

07.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

05.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

06.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

01.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

02.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

03.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

04.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

ça vient d'être publié
light > Politique
Classe politique endeuillée
L'ancien ministre socialiste Michel Charasse est décédé à l'âge de 78 ans
il y a 42 min 59 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vie de Gérard Fulmard" de Jean Echenoz : un pastiche de polar, plaisant mais pas fracassant !

il y a 2 heures 1 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le noir passe au blanc et quand le design horloger est de retour : c’est l’actualité des montres à l’heure du Covid-19
il y a 2 heures 24 min
pépite vidéo > Europe
Lutte contre l'extrémisme
Attentats à Hanau : l'hommage émouvant des Allemands envers les victimes
il y a 3 heures 20 min
décryptage > Environnement
Inquiétudes

Fermeture de Fessenheim : vers une fragilisation à long terme des compétences de la filière nucléaire et notamment pour la construction des futurs EPR

il y a 4 heures 42 min
décryptage > Santé
Lutte contre l'épidémie

Coronavirus : pourquoi l’heure de la vraie fermeté avec la Chine est venue pour l’OMS

il y a 6 heures 9 min
décryptage > Terrorisme
Attentats en Allemagne

Le complotisme, moteur d’un terrorisme identitaire pointé du doigt par le FBI

il y a 7 heures 15 min
décryptage > Europe
(in)Stabilité politique

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

il y a 7 heures 51 min
pépite vidéo > Politique
engagement
Rencontre avec le plus jeune maire de France
il y a 21 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition : "Soulages au Louvre" de Pierre Soulages

il y a 21 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"What is love" d'Anne Buffet : un contrepied systématique et réjouissant des poncifs sur l’amour

il y a 1 heure 41 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Miroir de nos peines" de Pierre Lemaitre : un roman passionnant dont on regrette de tourner la dernière page...

il y a 2 heures 9 min
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Covid-19 : un expert chinois indique que des patients "guéris" pourraient toujours véhiculer le virus
il y a 2 heures 46 min
décryptage > Défense
Dissuasion

L’armement nucléaire français est incontournable à l'indépendance de la France

il y a 4 heures 24 min
rendez-vous > Religion
Géopolitico-scanner
Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"
il y a 5 heures 10 min
décryptage > Science
La menace fantôme

Vaisseaux spatiaux, fusées et débris divers : quand la NASA transforme l’espace en cimetière géant

il y a 6 heures 39 min
décryptage > Politique
Comme avant

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

il y a 7 heures 31 min
décryptage > Société
Divisions

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

il y a 8 heures 2 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 19 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 21 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : "Trahison" de Harold Pinter : Pour Michel Fau et Harold Pinter

il y a 21 heures 57 min
© KENZO TRIBOUILLARD / AFP
© KENZO TRIBOUILLARD / AFP
La grande illusion

Réforme des retraites : cette victoire du gouvernement qui se profile… mais pourrait bien ne rien lui rapporter

Publié le 13 décembre 2019
Un scénario similaire au mouvement des Gilets jaunes pourrait bien se reproduire dans un enchaînement crise, pourrissement, victoire par épuisement de l’adversaire. Mais à quel prix démocratique au regard de l’aggravation de la crise de défiance généralisée qui irait de pair ?
Bruno Cautrès est chercheur CNRS et a rejoint le CEVIPOF en janvier 2006. Ses recherches portent sur l’analyse des comportements et des attitudes politiques. Au cours des années récentes, il a participé à différentes recherches françaises ou européennes...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Boutin est un politologue français et professeur de droit public à l’université de Caen-Normandie, il a notamment publié Les grand discours du XXe siècle (Flammarion 2009) et co-dirigé Le dictionnaire du conservatisme (Cerf 2017), et le Le...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Cautrès
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Cautrès est chercheur CNRS et a rejoint le CEVIPOF en janvier 2006. Ses recherches portent sur l’analyse des comportements et des attitudes politiques. Au cours des années récentes, il a participé à différentes recherches françaises ou européennes...
Voir la bio
Christophe Boutin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Boutin est un politologue français et professeur de droit public à l’université de Caen-Normandie, il a notamment publié Les grand discours du XXe siècle (Flammarion 2009) et co-dirigé Le dictionnaire du conservatisme (Cerf 2017), et le Le...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Un scénario similaire au mouvement des Gilets jaunes pourrait bien se reproduire dans un enchaînement crise, pourrissement, victoire par épuisement de l’adversaire. Mais à quel prix démocratique au regard de l’aggravation de la crise de défiance généralisée qui irait de pair ?

Atlantico.fr : Selon un sondage Elabe daté du 12 décembre, 50% de la population française est favorable à la réforme des retraites et 49% y est opposée. Le projet de loi divise donc profondément la société et pourrait aggraver la crise de confiance envers le gouvernement. D'autant plus que ce même gouvernement pense pouvoir en tirer un capital politique e réformateur. 

Le gouvernement pense se diriger vers une victoire qui lui permettrait de gagner en capital politique en pariant notamment sur sa majorité au Parlement. Ne commet-il pas une erreur en pensant se trouver face à un scénario similaire à celui des Gilets jaunes, qui épuisés et faute de soutien avaient en majorité renoncé ? 

Bruno Cautrès : Oui, miser sur l’épuisement de ceux qui se mobilisent ou le « pourrissement » de la situation est un pari toujours possible pour les gouvernements qui se retrouvent face à une opposition forte sur un projet central pour eux. Mais ce pari est souvent une erreur car l’objectif d’une réforme qui porte sur un pilier du modèle sociétal est l’adhésion des citoyens. Dans ce cas précis, la crise des Gilets jaunes est bien sûr en toile de fond : elle a laissé des traces profondes dans la société française. A cet égard, il y a deux aspects des traces laissées par la crise : beaucoup de français ont retenu que seule l’explosion de colère avait permis d’obtenir des choses ; mais il est vrai que la « mouvement des gilets jaunes »  a fini par s’étioler. Il faut néanmoins nuancer l’idée d’un « mouvement des Gilets jaunes » qui aurait décliné : une partie des Gilets jaunes s’est mobilisée pendant presque un na tous les samedis. Dans le cas de la mobilisation contre le projet de réforme des retraites c’est très différent : si les Gilets jaunes ont tenu longtemps, ils ne sont pas parvenus à ce muter en mouvement politique et à faire émerger une gouvernance et un leadership de leur mouvement. Aujourd’hui ce sont les syndicats qui portent la mobilisation contre le projet de réforme des retraites même s’ils sont eux-mêmes confrontés à leurs bases très mobilisées et parfois plus fortement.

Christophe Boutin : La question que vous posez est en quelque sorte de savoir si l’opposition au gouvernement est bien la même entre les Gilets jaunes présents depuis plus d’un an dans les rues d'une part, et les syndicats qui mènent cette grève d'autre part. Mais la réponse ne porte pas uniquement sur ce que vous appelez « l'épuisement » des Gilets jaunes, non plus sur leur éventuel manque de soutien.

Su ce dernier point d’abord, si les Français sont actuellement favorables au mouvement de grève, on rappellera qu'ils l'ont été tout autant au mouvement des Gilets jaunes pendant sa quasi totalité. Il y avait donc un réel soutien. Quant à ce que vous appelez l'épuisement ensuite, on rappellera aussi que le mouvement des Gilets jaunes a maintenu une pression hebdomadaire sur les services de l’État pendant plus d'un an, et ce alors qu'il n'avait aucune de ces possibilités de blocage dont disposent les syndicats, qui peuvent par exemple interdire aux Français d'utiliser les transports en commun, et, en cas de blocage des raffineries, jusqu'à leur véhicule personnel.

Si « épuisement » il y a eu, c'est parce que le mouvement des Gilets jaunes a muté : récupération par des militants d'extrême gauche autrement plus habitués que les Gilets jaunes des ronds-points du début à maîtriser une assemblée ; perturbations liées aux violences commises lors des manifestations, essentiellement par les Black blocks mais auxquels se sont ajoutées des Gilets jaunes radicalisés ; violence de la répression enfin, autant sécuritaire que judiciaire. Voici autant d’éléments d’explication de « l’épuisement » d’un mouvement qui, en sus de cette mutation, a été incapable de stabiliser une plate-forme de revendications homogène, de faire apparaître des leaders crédibles, et d'intervenir politiquement en tant que mouvement structuré, aussi bien au cours de ce long monologue qu'a été le Grand débat que lors des élections européennes.

Rien de tout cela avec des syndicats eux bien structurés, largement financés par les fonds publics, habitués à la fois aux manifestations - y compris en prévoyant leur encadrement - et aux négociations avec les pouvoirs publics, et disposant d’un discours bien rodé comme d’un éventail de revendications toujours prêtes. Des syndicats dont, de plus, les pouvoirs publics ont besoin pour mettre en scène une négociation sociale crédible. Le gouvernement sait donc parfaitement qu'il n'a pas à faire aux mêmes opposants – et, d'ailleurs, on l’aura remarqué, les traite de manière fort différente. Il ne veut pour l’instant pas les épuiser dans une course de fond, mais parvenir à un deal qui serait profitable aux deux parties, un « win/win » comme on dit dans la « start-up nation ».

La majorité anticipe une victoire politique, la ratification presque inévitable malgré quelques concessions de la réforme, peut-elle grandir son capital politique malgré la crise ? 

Bruno Cautrès : Il est certain que si la réforme passe et notamment sur ses trois points fondamentaux (le passage au système des points, la fin des régimes spéciaux de retraites, l’âge pivot), l’image d’Emmanuel Macron restera associé à celle d’un réformateur. On voit bien que derrière cette réforme, c’est tout un message qu’Emmanuel Macron veut faire passer : le cœur de son projet politique c’est de redéfinir ce que veulent dire les termes de « justice » et « d’égalité » sociales. Son capital politique en sera grandi…à droite de l’échiquier politique. Les électeurs de centre-gauche et de la gauche de la gauche le perçoivent de plus en plus comme un homme de droite et en moyenne les Français le classent davantage au centre-droit qu’au centre. Le capital politique de l’image de réformateur d’Emmanuel Macron n’est donc pas un capital univoque dans son interprétation. L’image d’Emmanuel Macron dans l’opinion est d’ailleurs incroyablement clivée.

Christophe Boutin : La première victoire politique serait, pour le gouvernement comme pour le président de la République, que la majorité parlementaire n'explose pas avec cette crise. Cela prouverait en effet que la structure mise en place, ce parti encore nouveau et composé à la va-vite en 2017, ne se délite pas, et ce alors même pourtant que la thématique du conflit social actuel, celle des retraites, aurait pu conduire à une opposition entre ses membres venus de la gauche, a priori opposés à cette réforme, et ceux venus de la droite, qui y sont largement favorables.

La deuxième victoire politique, pour le gouvernement et le Président là encore, serait d’apparaître comme ceux qui ont pu imposer des réformes qui, jusque là, avaient fait sombrer ceux qui s’étaient risqués à seulement oser les évoquer. Ce serait une victoire politique non négligeable quand, s’il y a débat sur l’axe de réforme choisi, la nécessité de réformer  semble elle majoritaire dans la population.

Resterait alors une troisième victoire politique, qui concernera cette fois plus le Président que son gouvernement : celle d'apparaître, mais sur la scène internationale cette fois, comme l'homme qui a réussi à imposer des réformes contre la rue de son pays, et  fait triompher « la raison » contre les « passions tristes ». Cela permettrait à Emmanuel Macron de retrouver une certaine crédibilité internationale, et notamment au sein de cette Union européenne où il entend bien toujours, au travers d'un certain nombre de propositions touchant notamment à la défense, jouer un rôle moteur pour l’amener à une intégration toujours plus poussée.

Au contraire plutôt qu'un gain de capital politique et une étiquette de réformateur, Emmanuel Macron ne risque-t-il pas d'aggraver la crise de confiance actuelle entre le peuple et le gouvernement voir même d'augmenter les dissensions au sein de la société et l'archipellisation du pays ? 

Bruno Cautrès : Le pays ne va pas bien et la crise de confiance dans la politique et dans les institutions du système de gouvernement ne date pas de l’élection d’Emmanuel Macron. Mais lui qui a voulu en être le remède en est également un acteur. Si la réponse sociale à la crise des Gilets jaunes a été importante, la réponse au plan de la démocratisation de la France n’a, pour le moment, pas été aussi forte. Il faut partir de l’hypothèse de la sincérité des différents acteurs politiques et des Français qui revendiquent. Mais nous ne parvenons pas à améliorer de manière très forte notre système de résolution des crises politiques. Le « dialogue social » ne va pas si bien que cela non plus. Il faudrait rapidement agir sur ces questions. Il est vraiment étonnant qu’au bout de mois de concertations avec les syndicats, nous aboutissions à une nouvelle crise, une nouvelle épreuve de force, comme si cette dramaturgie nationale ne pouvait que se répliquer à intervalles réguliers. Cela alimente la machine à défiance politique et le sentiment que les élus n’écoutent pas et ne savent pas se mettre à place de ceux sur qui s’appliquent les réformes. Les dernières enquêtes d’opinion montrent d’ailleurs tous ces paradoxes : on soutient l’idée d’une réforme des retraites mais personne n’est convaincu des mesures proposées, beaucoup de Français ne croient pas que les promesses seront tenues (la valeur du point serait « sanctuarisée »).

Christophe Boutin : Augmenter les dissensions au sein de la société est un élément inévitable lorsque l'on traite, comme c'est le cas, de systèmes inégalitaires. On voit bien d’ailleurs certains arguments présentés par ceux qui soutiennent cette réforme, et qui ont une forte tendance à se contenter de pointer les avantages supposés de ceux qui s'y opposent, ces nantis que seraient les cheminots, mais aussi, de manière plus générale, tous les salariés du secteur public.

Alors, effectivement, insister sur ces spécificités de statuts pourrait aggraver cette archipellisation qui nous renvoie à l'analyse faite par Jérôme Fouquet de la situation française. Mais la lutte actuelle renvoie sans doute plus encore aux analyses de Jérôme Sainte-Marie, en ce qu’elle a tendance à cristalliser l’opposition entre un « bloc populiste » d'une part, celui des syndicats et des opposants à la réforme, et d’autre part un « bloc élitaire » dont participe de la manière la plus évidente le président de la République et son gouvernement.

Devenir le champion du bloc élitaire c'est avoir l'appui de tous ceux, dans l’économie ou les médias, qui défendent la thèse de la « mondialisation heureuse », et sa réalisation pratique, le mainmise du capitalisme financier, pas forcément majoritaires, certes, mais disposant de puissants relais. Mais c’est peut-être aussi attirer aussi derrière soi tous ceux qui soutiennent ce bloc bien que n’en faisant pas partie, de peur de subir le déclassement que serait à leurs yeux leur chute dans le « peuple ». C’est quelque part un pari sur les choix d’une partie de cette « classe moyenne » que l’on peine toujours à délimiter.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

07.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

05.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

06.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

01.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

02.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

03.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

04.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
salamander
- 14/12/2019 - 19:40
pourquoi ce pb a-t-il été résolu à peu près partout...
sauf en France?
En Allemagne (et toute l'Europe du nord) , non seulement la question a été traitée sans hystérie mais en plus ces pays affichent pour la plupart des excédents budgétaires (+1 % en Allemagne par ex) et donc une diminution de la dette de l'Etat.
Il faudrait que les media nous montrent les vrais chiffres de la question des retraites (situation actuelle et projection sur 30 ans sans changement) pour que nous puissions vraiment réaliser la chose.
Mais ne comptons pas sur eux.(les media...)
ajm
- 14/12/2019 - 14:08
Déficits faux et déficits véritables
Francisquinze: le déficit qui plombe les comptes publics sont ceux de l'état Français ( 80 milliards) pas celui des retraites privés, SC, régimes complémentaires du privé, salariés et indépendants. L'état veut tout globaliser dans une caisse unique et faire sa tambouille pour masquer son incurie et se servir sur la bête
francisquinze
- 14/12/2019 - 11:40
Assez de ces jérémiades d'enfants gâtés !
Et donc à vous entendre, il n'y avait absolument aucune urgence a remettre notre titre de champions du niveau des retraites / PIB, du coût de l'heure de travail et donc du chômage (qui sont en partie liés) et des déficits puisque la terre ne s'était pas encore arrêtée de tourner, c'est bien ça ?
Il vous faut quoi alors un scénario à la Grecque pour commencer à entendre raison ?