En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"

02.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

La dette européenne s’arrache comme des petits pains. Mais il y a une très mauvaise nouvelle derrière la bonne

05.

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

06.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

07.

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
Pollution
La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus
il y a 6 min 59 sec
décryptage > Environnement
Effet bénéfique ?

Si vous pensez que la pollution des villes va décroître grâce au télétravail cet hiver, vous vous trompez

il y a 41 min 11 sec
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

La nouvelle bataille de France

il y a 55 min 48 sec
décryptage > Economie
Diversions budgétaires

La dette européenne s’arrache comme des petits pains. Mais il y a une très mauvaise nouvelle derrière la bonne

il y a 1 heure 16 min
light > Culture
Enchères
Une oeuvre de Banksy parodiant Monet a été vendue 8,5 millions d'euros chez Sotheby's à Londres
il y a 15 heures 15 min
pépites > Santé
46 millions de personnes concernées
Covid-19 : Jean Castex annonce l'instauration du couvre-feu pour 38 nouveaux départements et la Polynésie dès samedi
il y a 16 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Man Ray et la mode" : quand un photographe surréaliste magnifie les femmes... Une exposition d'une suprême élégance

il y a 17 heures 17 min
pépites > International
Réformes attendues
Liban : Saad Hariri a été officiellement désigné Premier ministre
il y a 18 heures 49 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Boualem Sansal alerte sur la guérilla islamiste qui nous menace, le recteur de la mosquée de Paris sur l’entrisme des radicaux; Bertrand cherche à s’attirer les bonnes grâces de Sarkozy, Bayrou ménage Le Maire; Le Drian organise les macronistes de gauche
il y a 20 heures 13 min
décryptage > France
Séparatisme

Les impensés de l’attentat terroriste de Conflans

il y a 22 heures 11 min
décryptage > Santé
Inquiétudes face à la pandémie

Covid-19 : faut-il que les parents se testent lorsque leurs enfants ont (peut-être juste) un rhume ?

il y a 19 min 34 sec
pépites > Politique
Immigration
L'ex-ministre de la Justice souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage
il y a 42 min 39 sec
décryptage > Politique
Un effort SVP

Monsieur le président, pourriez vous - de temps en temps au moins - dire "France" au lieu de "République" ?

il y a 1 heure 4 min
décryptage > Politique
Maison Blanche

Trump Biden : vers une élection beaucoup plus serrée qu’il n’y paraît ?

il y a 1 heure 32 min
pépites > Politique
Calendrier électoral
François Bayrou, haut-commissaire au Plan, est favorable à un report des élections régionales
il y a 15 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Féministe pour Homme" de Noémie de Lattre : rira bien qui rira la dernière

il y a 16 heures 55 min
pépites > International
Tensions
Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"
il y a 18 heures 20 min
pépite vidéo > Politique
Idéologie
Jean-Michel Blanquer : "Ce qu'on appelle l'islamo-gauchisme fait des ravages"
il y a 19 heures 37 min
décryptage > International
Campagne électorale

Election présidentielle en Côte d’Ivoire : ne pas rejouer les luttes du passé

il y a 21 heures 54 min
décryptage > Politique
A l’Ouest, rien de nouveau

Le terrorisme fait-il encore bouger les lignes chez les électeurs ?

il y a 22 heures 35 min
© Reuters
© Reuters
Ville de demain

Bâtiment, immobilier, transports : ces vraies initiatives pour une ville plus durable

Publié le 12 décembre 2019
Depuis 2006, Novaxia cherche à transformer les villes et de remédier à la pénurie de logement. Joachim Azan, Président-Fondateur de Novaxia, répond aux questions d'Atlantico et évoque ce à quoi pourrait ressembler la ville de demain.
Joachim Azan
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Joachim Azan est le Président-Fondateur de Novaxia. Il est diplômé d'expertise comptable et a plus de 20 ans d'expérience en banque, conseil et investissement sur des problématiques patrimoniales complexes, en fusions-acquisitions et au sein de Family...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis 2006, Novaxia cherche à transformer les villes et de remédier à la pénurie de logement. Joachim Azan, Président-Fondateur de Novaxia, répond aux questions d'Atlantico et évoque ce à quoi pourrait ressembler la ville de demain.

Atlantico : Comment travaillez-vous sur la transformation urbaine ?

Joachim Azan : Nous nous sommes construits sur une idée simple : il y a une pénurie de logements et une sur-offre de bureaux dans les villes. De ce fait, nous avons choisi de transformer des bureaux obsolètes, énergivores, inadaptés à leur environnement, en logements. Nous tenons compte de la rareté du foncier et évitons l'étalement urbain en transformant la ville sur elle-même. Transformer la ville c’est aussi apporter des solutions à de nouveaux besoins, de nouveaux usages. C’est, par exemple,  le cas du co-working et du co-living, qui sont apparus dans les villes il y a moins de dix ans. 

Comment la lutte contre l'obsolescence des bâtiments permet d’améliorer leur empreinte écologique ? 

Prenons quelques chiffres : le bâtiment produit un tiers des émissions de CO2 et 85% des déchets. Concrètement, nous ne détruisons pas les bâtiments, nous les conservons : c'est notre premier acte écologique ; car la phase de démolition d'un bâtiment est très gourmande en CO2. Nous avons choisi de conserver  l'Hôtel du département du 92 au lieu de le démolir. Ce choix nous a permis d’économiser 1350 mètres cubes de sable, une ressource épuisable, non renouvelable et en voie de raréfaction. 1350 mètres cubes de sable, c'est l'équivalent d'une plage de 13 mètres de long - la largeur des champs Élysées. De plus, la réhabilitation d'un bâtiment permet d'avoir près de 40% d'économie de CO2 par rapport à sa démolition.

Donc pour vous la ville de demain est une ville où l'économie circulaire sera au cœur des préoccupations ? 

La ville de demain sera circulaire. On ne sera plus dans la logique de jeter, démolir et repartir d'une copie blanche. Les permis de démolir seront probablement remplacés par des permis de transformation, il nous faut travailler sur l’existant. L'enjeu de la ville de demain sera aussi la concentration plutôt que l'étalement urbain. Enfin, la ville de demain sera également responsable à travers un ensemble de pratiques chez les investisseurs qui vont concilier les créations de valeurs sociétales et écologiques, avec la création de valeur économique. 

Comment allier économie circulaire et accessibilité immobilière ? 

Quand on parle d'économie circulaire et de réemploi de matériaux, on s’approche d'une forme de location. Aujourd'hui on achète les matériaux de construction, mais demain on pourrait les louer et les rendre à la fin de l'exploitation comme  on le fait déjà pour des biens de consommation courante. Michelin le fait d’ailleurs en louant ses pneus. Le foncier pourrait ne plus être lié au bâti. Les deux pourraient ne plus appartenir au même propriétaire. C’est déjà le cas à Londres.  Cette pratique est inscrite dans une proposition de loi du député Jean-Luc Lagleize. Concrètement, les communes et les établissements publics seraient propriétaires de la terre, tandis que les ménages ne le seraient que du bâti. La raréfaction du foncier n'engendrerait plus un coût exponentiel pour les ménages :  ils ne financeraient que les logements qu'ils occupent et donc plus la terre. De tels dispositifs existent déjà, comme les baux à construction, mais ils sont sous-exploités.

Quelles sont les autres pistes qui pourraient permettre de concilier écologie et approche sociale de la ville ? 

La première piste consiste à développer l’urbanisme temporaire. Cela signifie exploiter les 1,5 million de mètres carrés qui sont vides, plutôt que fabriquer de nouvelles structures. Produisons des occupations temporaires dans les mètres carrés vides. Deuxième piste : il faut travailler sur le taux d'utilisation des bâtiments. Les collèges et les lycées sont fermés le week-end, les soirs, et les vacances scolaires. On pourrait trouver un usage aux friches industrielles. Il pourrait être envisager de mettre des bâtiments publics au service des associations, lorsqu'ils sont disponibles. Cela augmenterait leur taux d'utilisation. Troisième piste : nous pourrions développer des plateformes pour le recyclage et la revente des matériaux de construction. Enfin, même si certains l’intègrent déjà, il faut continuer à acculturer la nouvelle génération d'architectes à intégrer la réversibilité des bâtiments dès leur conception. 

La ville est-elle dépendante des évolutions sociétales ? 

La ville est le reflet des changements d’usage et des mentalités. A quoi ça rime de faire des heures de transport alors qu'on pourrait travailler près de chez soi dans un cadre dédié ? Le télétravail va-t-il devenir la norme dans 30 ou 40 ans ? Dans quelle mesure aurons-nous encore besoin de bureaux ? Où travaillera-t-on ? dans un centre de co-working ? près de chez soi ? Le salariat sera-t-il encore la norme dans 30 ans ou sera-t-on dans le free-lance comme nouveau modèle ? Tout cela aura des impacts très forts sur la ville, son organisation ses modes de transport.

Le salon international de l'immobilier se tient en ce moment. Quelle est la priorité de Novaxia qui y participe ?

Notre priorité est d’améliorer notre empreinte écologique. Nos  investisseurs sont de plus en plus en attente de projets qui ont une dimension responsable. Notre  outil "d'impact-investing" qui comprend une grille de 15 critères environnementaux nous permet de parfaitement évoluer l’impact de nos activités.  Dans le cadre de l'Hôtel du département du 92, si l'on vous dit simplement que cela économise du CO2, vous ne visualisez pas forcément l’intérêt. Cela équivaut pourtant en économie carbone à un aller-retour Paris-Barcelone pour tous les habitants de la ville de Nanterre, rien qu'en transformant plutôt qu'en détruisant. La quantification est un moyen de véritablement mettre en avant les actes plutôt que les paroles. Il faut maintenant diffuser ces pratiques dans le secteur de l'immobilier : donner le réflexe aux professionnels de penser à l'écologie. Pour cela, on pourrait étendre les clauses environnementales et sociales dans les marchés publics, qui pour l'heure ne sont présentes que dans 8% des offres publiques. Cela serait un bon message d'exemplarité. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
tatouzou
- 12/12/2019 - 14:54
Publireportage?
À l'évidence cet article n'est pas une information, il se résume à la promotion du projet de son auteur qui se positionne pour essayer de profiter des modes actuelles.