En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

02.

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

03.

Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

07.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suits : Avocats sur mesure" : une série souvent haletante, mais un peu irrégulière, quelques épisodes sont décevants, en particulier la saison 7

il y a 9 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et Maintenant ?" de Eirin Forsberg et Gilles La Carbona : comment devient-on une femme battue alors que tout semblait si parfait ?

il y a 10 heures 16 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les propos de Clémentine Autain contre l'islamophobie ont été récupérés et détournés par un média proche des Frères musulmans
il y a 11 heures 46 min
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Covid, Chine, USA et l’absence d’Europe de l’investissement et de l’entrepreneuriat

il y a 15 heures 40 min
pépite vidéo > International
Liberté d'expression
Caricatures de Mahomet : les appels au boycott de produits français se multiplient
il y a 16 heures 44 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

il y a 17 heures 2 min
décryptage > Economie
Taxes

Dépenses publiques et fiscalité : plus ça change, moins ça change…

il y a 17 heures 21 min
décryptage > Economie
Panorama de la crise

COVID-19 : comment dire de faire attention ?

il y a 17 heures 47 min
décryptage > High-tech
12 CYBER-MENACES PRÉOCCUPANTES

Quand les cyberattaques menacent de faire dérailler les prochaines élections présidentielles, et pèsent au même titre que la pandémie de coronavirus sur nos démocraties

il y a 18 heures 43 min
décryptage > Politique
Crèdul*

Vous avez aimé les raffarinades de Raffarin ? Vous adorerez les lapalissades de Castex

il y a 19 heures 12 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Aiglon - le rêve brisé de Napoléon" de Laetitia de Witt : un portrait du fils de l'Empereur, historiquement fiable et chaleureusement humain

il y a 10 heures 4 min
pépites > France
Appel au calme
Le CFCM considère que les "musulmans ne sont pas persécutés" en France
il y a 11 heures 4 min
pépites > International
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine
La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France
il y a 12 heures 52 min
décryptage > Education
Samuel Paty

Vous avez dit liberté d'expression ?

il y a 16 heures 11 min
light > Economie
Transport
Le vélo de fonction payé par l'entreprise va-t-il devenir à la mode ?
il y a 16 heures 49 min
pépites > Politique
Elections
Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way
il y a 17 heures 19 min
pépites > Economie
Diplomatie
Appel au boycott de produits français : "Pas question de céder au chantage" Geoffroy Roux de Bézieux, solidaire du gouvernement français
il y a 17 heures 42 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Etats-Unis : ce n'est pas seulement une élection présidentielle. C'est un choix de civilisation

il y a 18 heures 26 min
décryptage > International
Guerre commerciale

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

il y a 18 heures 55 min
pépites > Santé
Coronavirus
"Autour de 100.000 cas" de Covid-19 par jour, en France selon Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique
il y a 19 heures 29 min
© Reuters
© Reuters
Techno-suicide

Retraites : le techno-suicide du gouvernement

Publié le 12 décembre 2019
Le gouvernement passera-t-il l’hiver ? Après le discours du Premier Ministre au CESE, ce midi, on peut en douter. Jamais la maladresse politique n’avait été poussée aussi loin, et jamais on avait montré autant d’efficacité à rallier contre soi tous ceux qui étaient prêts à soutenir un projet pourtant boiteux.
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le gouvernement passera-t-il l’hiver ? Après le discours du Premier Ministre au CESE, ce midi, on peut en douter. Jamais la maladresse politique n’avait été poussée aussi loin, et jamais on avait montré autant d’efficacité à rallier contre soi tous ceux qui étaient prêts à soutenir un projet pourtant boiteux.

Quand Edouard Philippe défie le bon sens

Il suffisait pourtant des dix doigts de la main pour calibrer la stratégie gouvernementale. Trois syndicats contestataires appellent à la grève : la CGT, FO et Sud. Quelques troupes supplétives les accompagnent, comme le SNES dans l’éducation ou la CGC dans le secteur privé. Deux grands syndicats représentatifs (l’UNSA et la CFDT) ne souhaitent pas appeler à la grève et posent une condition à leur ralliement : le renoncement à toute mesure d’âge immédiate, pour éviter de « polluer » le débat sur le système par points.

Le bon sens, après le succès du mouvement de jeudi dernier, consistait donc à accéder aux conditions posées par la CFDT et l’UNSA pour émousser les oppositions et construire une majorité. Il fallait éviter à tout prix d’évoquer un allongement de la durée de cotisation, sous peine de donner raison à tous ceux qui soupçonnent le gouvernement de vouloir réformer les retraites pour en durcir les conditions d’accès et de calcul.

Et patatras, dans une étrange psychorigidité caractéristique des élites technocratiques, Edouard Philippe est resté droit dans ses bottes. Il a fait ce qu’on lui avait précisément déconseiller de faire. En un mot, il n’a pas voulu lâcher de lest. Immédiatement, Laurent Berger a annoncé qu’il lâchait le gouvernement.

On reste sidéré par autant de maladresse, qui signe l’échec du curiaçage des partenaires sociaux.

Edouard Philippe porte la doctrine du Conseil d’Etat

Il faudrait s’interroger sur les raisons profondes de cette surdité des élites vis-à-vis de tout ce qui n’appartient pas à leurs rangs. On trouvera quelques éléments de réponse dans le discours du Premier Ministre, qui a triomphalement proclamé le renouement avec le pacte social de 1945. On passera ici sur l’inexactitude historique qui attribue la création de la CNAV et de la retraite par répartition au gaullisme, alors que nous les devons à Vichy. Rappelons seulement que le principe d’un régime universel fut porté dès les années 30 par un groupe de conseillers d’Etat devenus illustres par la suite, composé notamment d’Alexandre Parodi et de Pierre Laroque.

Depuis cette époque, on doit à de nombreux conseillers d’Etat l’ambition de parachever l’œuvre entreprise en 1941 avec la création de la CNAV et consolidée par le gouvernement provisoire de 1944. Cette ambition d’un régime universel a justifié la création de l’aberrant RSI, en 2005, par Philippe Bas et Renaud Dutreil, tous les deux ministres et conseillers d’Etat. De façon significative, elle est parachevée par Edouard Philippe, lui aussi conseiller d’Etat avant d’être maire, puis député, puis Premier Ministre.

Edouard Philippe nous donne ici un superbe exemple de réforme portée par la technostructure au pouvoir. Longtemps retardée, la création d’un régime universel a repris du poil de la bête au début des années 2000, au fur et à mesure que les élus étaient disqualifiés au profit d’une élite technocratique recrutée par concours.

Le pays réel se grippe

Dès 1945, l’idée d’un régime universel de retraites a suscité la résistance profonde du pays réel. C’est ce qui explique la survie des régimes spéciaux inventés dans les années 30 et bien plus avantageux que le système soviétisant proposé par les conseillers d’Etat depuis toujours.

Comme en 1945, l’ambition d’inclure tous les Français dans un système unique suscite une hostilité opiniâtre, y compris chez les adeptes de la solidarité si vivaces à la CGT. Le gouvernement en fait aujourd’hui l’amère expérience. Il est parvenu à fédérer tous les syndicats, à l’exception de la CFTC, contre cet objectif d’universalité. Cette unité syndicale retrouvée laisse planer peu de doutes sur l’issue du mouvement en cours qui devrait obtenir le retrait pur et simple du projet.

Toute la question est de savoir où s’arrêtera la colère de ceux qui sont sidérés par la méthode suivie, et qui consiste à vanter les mérites de la concertation pour ne surtout pas la pratiquer. Un simple retrait du texte suffira-t-il à apaiser les esprits ? On a un doute, tant la colère qui a besoin de se déverser, désormais, paraît profondément ancrée dans les esprits.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
gerint
- 13/12/2019 - 00:44
Je suis viscéralement contre un système universel
C’est enlever toute liberté aux citoyens
clo-ette
- 12/12/2019 - 18:52
La feuille de route
est suivie par Macron . tout est marqué, dans l'ordre pour préparer le pays à la "mondialisation" .
J'accuse
- 12/12/2019 - 16:19
Retrait du projet, dissolution, démission
La bêtise du gouvernement est incommensurable: tout ce qui doit être fait est ignoré, tout ce qui doit être évité est fait.
A ce niveau-là, c'est du crétinisme.
On a le sentiment qu'en 18 mois de négociation, rien n'a été fait: tout est à reprendre à zéro, y compris le principe de la réforme, y compris le besoin même d'une réforme. globale.
Mais qu'a donc fait Delevoye pendant tout ce temps, grassement payé avec notre argent (sans compter ses rémunérations annexes "oubliées" dans sa déclaration) pour arriver à un blocage total ?
Macron se tient en arrière pour ne pas s'exposer, mais tout le monde sait que c'est lui qui dirige tout... et son contraire en même temps.
On veut sa tête.