En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le monde de l’Arabie saoudite s’effondre

02.

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

03.

Déconfinement à Wuhan : les acheteurs chinois semblent avoir perdu le goût de la consommation

04.

La France en récession : les trois conditions pour que ça reparte très vite. Et c’est possible

05.

Les diplômes pour tous et sans examens ! C’est ce que réclame l’UNEF, syndicat résolument révolutionnaire

06.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

07.

Ces 5 maux français qui nous entravent face à la crise du Coronavirus

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

03.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

04.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

03.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

04.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

05.

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

06.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

ça vient d'être publié
light > Culture
Emotion des fans
Le chanteur Christophe serait en réanimation à Brest
il y a 27 min 19 sec
pépite vidéo > International
Rêve de nombreux pays
Thaïlande : des distributeurs automatiques de masques ont été installés à Bangkok
il y a 1 heure 41 min
décryptage > Europe
Epicentre de l'épidémie

Une crise migratoire que cette crise sanitaire ne saurait nous faire oublier

il y a 3 heures 21 min
décryptage > Politique
Principales leçons

En France, le virus tue. Et les Amateurs apprennent la communication…

il y a 4 heures 22 min
décryptage > Santé
Contrefaçon

La crise du Coronavirus fait flamber la circulation de faux médicaments

il y a 4 heures 54 min
décryptage > Economie
Or noir

Le monde de l’Arabie saoudite s’effondre

il y a 5 heures 27 min
décryptage > France
Obstacles

Ces 5 maux français qui nous entravent face à la crise du Coronavirus

il y a 6 heures 29 min
décryptage > France
Solidité

Résilience : oui, la crise est profonde, non l’apocalypse occidentale n’est pas en cours

il y a 7 heures 19 min
pépites > Europe
Solidarité européenne
Manuel Valls alerte sur le risque d’effondrement de l’Europe face à la crise du coronavirus
il y a 17 heures 22 min
pépites > Europe
Combat contre le Covid-19
Coronavirus : le Premier ministre britannique Boris Johnson est sorti des soins intensifs
il y a 18 heures 39 min
pépites > Défense
Alerte générale
Coronavirus : cinquante cas positifs ont été recensés à bord du porte-avions Charles-de-Gaulle
il y a 1 heure 10 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand Mademoiselle lève le doigt et quand la tortue se prépare à voyager : c’est l’actualité pascalement confinée des montres
il y a 2 heures 46 min
décryptage > Europe
Même sans corona-bonds

Réponse économique au Coronavirus : l’Europe avance plus qu’il n’y paraît

il y a 3 heures 37 min
décryptage > Défense
Silence des armes après le déluge de feu ?

Le Coronavirus, candidat au prix Nobel de la Paix ?

il y a 4 heures 38 min
décryptage > Education
Peut mieux faire

Les diplômes pour tous et sans examens ! C’est ce que réclame l’UNEF, syndicat résolument révolutionnaire

il y a 5 heures 15 min
décryptage > Economie
Nouvelle étape dans la guerre commerciale ?

Dé-mondialisation passagère ou profonde ? Les entreprises américaines ont commencé à se désengager de Chine

il y a 6 heures 3 min
décryptage > Politique
Entretien

David Lisnard : "A Cannes, nous nous sommes très vite inspirés des exemples étrangers pour pallier les défaillances de la bureaucratie d’Etat"

il y a 6 heures 56 min
pépites > Europe
Tournant dans la crise ?
Coronavirus : les pays de l'Union européenne trouvent un accord pour une réponse économique commune face à l'épidémie
il y a 16 heures 46 min
pépites > Finance
Espoir…
Le FMI estime que le coronavirus provoque les "pires conséquences économiques depuis la Grande Dépression" de 1929
il y a 17 heures 44 min
pépite vidéo > Culture
Chansons pour le personnel soignant
"Et demain ?" : 350 personnalités mobilisées pour une chanson caritative au profit de la lutte contre le Covid-19
il y a 19 heures 14 min
© REUTERS/Benoit Tessier
© REUTERS/Benoit Tessier
Atlantico-Business

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

Publié le 12 décembre 2019
Il va falloir écouter tous ceux qui râlent contre les râleurs contre le projet parce que les chefs syndicaux continuent le combat en dépit d’un projet très ambitieux, mais accessible et prudent.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Il va falloir écouter tous ceux qui râlent contre les râleurs contre le projet parce que les chefs syndicaux continuent le combat en dépit d’un projet très ambitieux, mais accessible et prudent.

L’erreur du Premier ministre a peut-être été de s’adresser à l’ensemble de l’opinion publique, à toutes les catégories professionnelles qui se sentaient menacées par un projet qui n’apportait pas, c’est vrai, les garanties d’équilibre ou de sécurité nécessaire. Édouard Philipe a déroulé un discours qui reprend tous les sujets porteurs d’incertitude et répondu à chaque catégorie professionnelle et sociale. Il a éclairé le fonctionnement de la retraite par points, la sanctuarisation de la valeur du point, le respect des partenaires sociaux en leur confiant la responsabilité de la gestion du nouveau système et des évaluations du point, la condition des femmes et des veuves, la situation particulière des enseignants. Édouard Philippe aurait pu dérouler un discours aussi accessible et prudent il y a deux ou trois mois, on aurait certes gagné du temps et peut-être un blocage de la société française. 

Ceci étant, le projet est très important, très sociétal puisqu’il propose un système qui refonde le modèle de solidarité entre les générations. C’est du même ordre que ce qu’avait fait le général de Gaulle à la Libération en refondant le modèle social. Le projet n’est ni libéral, ni étatique. Il s’inscrit dans la tradition d’équité et d’égalité sociale du gaullisme social. Dans cette logique idéologique, Édouard Philippe s’engage à confier aux partenaires sociaux la gestion du système comme ils le font très correctement à l'Agirc-Arcco. Ils gèrent les retraites complémentaires des cadres ( par points ) sans s’en plaindre. 

Le Premier ministre est très honnête, puisqu‘il ne cache pas la nécessité prochaine de faire évoluer la date de départ effective à la retraite jusqu'à 64 ans, ce que tout le monde sait. Mais après tout, ce sera la encore de la responsabilité des partenaires sociaux. C’est très honnête de sa part, mais ça ne peut-être pas très habile politiquement parce que c’est une ligne rouge dont les syndicats ne voulaient pas qu’elle soit franchie. 

L’autre habileté politique, c’est de ne pas avoir dit un seul mot sur la retraite par capitalisation qui aurait pu apporter un complément à la répartition. Mais l’annonce d’un âge d’équilibre à 64 ans constituait déjà un chiffon rouge, alors les fonds de pension à la française ne pouvaient pas apparaître au grand jour. C’est une faute technique que de laisser cette épargne sans mission, mais la convoquer dans la réforme aurait provoqué un cataclysme dans un pays où les fonds de pension sont pestiférés.  

Le projet est bardé de tellement de mécanismes de protection qu'on voit mal une majorité le rejeter. Les seules catégories sociales qui ressortent perdantes de cette nouvelle architecture sont les cadres supérieurs qui gagnent plus de 120 000 euros et qui seront mis à contribution pour assurer l’équilibre financier du régime universel. Il va donc falloir attendre la réaction des consommateurs, des clients, des salariés du privé et du public. 

Parce que, dès la fin du discours du Premier ministre, les chefs syndicaux ont réagi très négativement. Les critiques des uns se combinant à la colère des autres prônent une poursuite du blocage. 

Alors la question va être d’observer la réaction des usagers citoyens à l’ostracisme des chefs syndicaux et d’essayer de comprendre ce qui motive ces réactions. 

1ère raison. Les syndicats souffrent d’une très mauvaise représentativité. Ils ont donc intérêt à développer des positions très dures, voire radicales, et même de se déplacer sur le terrain politique pour exister. 

2e raison, la base de leurs adhérents est vent debout pour les mêmes raisons, c’est à dire pour se faire entendre. Le stress des dirigeants syndicaux est donc de ne pas se faire déborder. L’épisode des gilets jaunes les a tellement surpris et humiliés pendant dix-huit mois, parce que pour la CGT, FO ou Sud, le succès des gilets jaunes marquait leur impuissance. 

3e raison, les syndicats ont réussi à mobiliser leurs troupes, ils vont chercher à capitaliser un maximum pour les conserver et accroitre leur influence. Y compris en ignorant les avances et les prudences du projet qui tient compte de la majorité des critiques. 

4e raison, les syndicats, pas tous, ont sans doute un projet politique, celui de s’opposer au gouvernement, au président et à sa majorité. Ils tiennent lieu d’opposition au régime, ce qui leur vaut un certain soutien de l’opinion.

Maintenant, il faudra bien sortir des contradictions et des ambiguïtés, reconnaître que le système actuel ne fonctionne pas, reconnaître qu’il faudra reculer l’âge de la retraite, reconnaître que le système actuel est très inégalitaire, reconnaître que le projet ne dépossède pas les partenaires sociaux de leur responsabilité de gérants du modèle. Reconnaître ensuite que les régimes spéciaux le sont pour répondre à des particularités qu'il va falloir prendre en compte. 

Reconnaître enfin que, si les syndicats ont beaucoup de pouvoir actuellement, c’est parce qu’ils ont la possibilité de bloquer le fonctionnement des entreprises de transport public, Sncf et Ratp. Donc une infime minorité de salariés peut imposer une situation difficile à une grande majorité de salariés et de chefs d’entreprise qui ne font pas grève. 

C’est cette majorité silencieuse qu'il va falloir écouter parce qu’elle peut se faire entendre et se mette à râler contre ceux qui bloquent tout.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le monde de l’Arabie saoudite s’effondre

02.

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

03.

Déconfinement à Wuhan : les acheteurs chinois semblent avoir perdu le goût de la consommation

04.

La France en récession : les trois conditions pour que ça reparte très vite. Et c’est possible

05.

Les diplômes pour tous et sans examens ! C’est ce que réclame l’UNEF, syndicat résolument révolutionnaire

06.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

07.

Ces 5 maux français qui nous entravent face à la crise du Coronavirus

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

03.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

04.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

03.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

04.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

05.

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

06.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
De Clem
- 13/12/2019 - 21:58
Adhésion en vue
Monsieur SYLVESTRE peut prendre sa carte à LREM . Il y sera bienvenu, sûrement !
Après, qu'il vienne faire un tour dans les manifestations "en province", dans les petites ville "moyennes ",
dont les grands médias ne parlent jamais, même quand les mobilisations y sont très importantes !
Les salariés de la SNCF ne constitue pas la majorité des manifestants ( ceux de la RATP encore moins ! )

clo-ette
- 12/12/2019 - 21:21
Je viens de galèrer
tout l'après midi sans transports pour le retour pour cause de manifestations et de grèves, eh bien la majorité silencieuse ne râlait pas et était étonnamment patiente ,même dans le froid et la pluie .
spiritucorsu
- 12/12/2019 - 15:22
s'il n'en reste qu'un...
Sil n'en reste qu'un mr Sylvestre sera celui là après cette cette brillante charge contre les opposants(très majoritaires.) au projet de réforme confiscatoire sur les retraites,il a en effet bien mérité comme dernier soutien de la macronie et à ce titre peut-il même espérer une place dans le futur gouvernement du monarque président si l'actuel premier sinistre s'entête à vouloir infliger aux futurs retraités sa punition mortifère du;travailler plus longtemps pour avoir une retraite encore plus misérable.