En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

07.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

05.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

06.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

01.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

02.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

03.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

04.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

ça vient d'être publié
light > Culture
7e art
"Soumission" : le roman de Michel Houellebecq sera bientôt adapté au cinéma par le réalisateur Guillaume Nicloux
il y a 6 min 54 sec
light > Politique
Classe politique endeuillée
L'ancien ministre socialiste Michel Charasse est décédé à l'âge de 78 ans
il y a 1 heure 50 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vie de Gérard Fulmard" de Jean Echenoz : un pastiche de polar, plaisant mais pas fracassant !

il y a 3 heures 9 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le noir passe au blanc et quand le design horloger est de retour : c’est l’actualité des montres à l’heure du Covid-19
il y a 3 heures 32 min
pépite vidéo > Europe
Lutte contre l'extrémisme
Attentats à Hanau : l'hommage émouvant des Allemands envers les victimes
il y a 4 heures 28 min
décryptage > Environnement
Inquiétudes

Fermeture de Fessenheim : vers une fragilisation à long terme des compétences de la filière nucléaire et notamment pour la construction des futurs EPR

il y a 5 heures 50 min
décryptage > Santé
Lutte contre l'épidémie

Coronavirus : pourquoi l’heure de la vraie fermeté avec la Chine est venue pour l’OMS

il y a 7 heures 17 min
décryptage > Terrorisme
Attentats en Allemagne

Le complotisme, moteur d’un terrorisme identitaire pointé du doigt par le FBI

il y a 8 heures 22 min
décryptage > Europe
(in)Stabilité politique

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

il y a 8 heures 59 min
pépite vidéo > Politique
engagement
Rencontre avec le plus jeune maire de France
il y a 22 heures 27 min
pépites > Justice
Affaire Griveaux
Piotr Pavlenski indique être à l'origine du vol des vidéos sur l'ordinateur d'Alexandra de Taddeo
il y a 1 heure 2 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"What is love" d'Anne Buffet : un contrepied systématique et réjouissant des poncifs sur l’amour

il y a 2 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Miroir de nos peines" de Pierre Lemaitre : un roman passionnant dont on regrette de tourner la dernière page...

il y a 3 heures 17 min
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Covid-19 : un expert chinois indique que des patients "guéris" pourraient toujours véhiculer le virus
il y a 3 heures 54 min
décryptage > Défense
Dissuasion

L’armement nucléaire français est incontournable à l'indépendance de la France

il y a 5 heures 32 min
rendez-vous > Religion
Géopolitico-scanner
Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"
il y a 6 heures 18 min
décryptage > Science
La menace fantôme

Vaisseaux spatiaux, fusées et débris divers : quand la NASA transforme l’espace en cimetière géant

il y a 7 heures 47 min
décryptage > Politique
Comme avant

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

il y a 8 heures 39 min
décryptage > Société
Divisions

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

il y a 9 heures 10 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 19 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 22 heures 41 min
© Reuters
© Reuters
Mauvais résultats

Les mauvais chiffres de l’industrie réveillent les craintes sur la croissance allemande

Publié le 09 décembre 2019
La production industrielle allemande aurait chuté de 1,7% sur le mois d'octobre, alors qu'on attendait une croissance de l'indice de 0,1%. Les incertitudes planent sur la capacité de l'Allemagne d'éviter une récession qui aurait des répercussions importantes en Europe.
Rémi Bourgeot est économiste, chercheur associé à l’IRIS et spécialiste des marchés de capitaux. Il a poursuivi une double carrière de stratégiste de marché dans le secteur financier et d’expert économique sur la zone euro et les marchés émergents pour...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rémi Bourgeot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rémi Bourgeot est économiste, chercheur associé à l’IRIS et spécialiste des marchés de capitaux. Il a poursuivi une double carrière de stratégiste de marché dans le secteur financier et d’expert économique sur la zone euro et les marchés émergents pour...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La production industrielle allemande aurait chuté de 1,7% sur le mois d'octobre, alors qu'on attendait une croissance de l'indice de 0,1%. Les incertitudes planent sur la capacité de l'Allemagne d'éviter une récession qui aurait des répercussions importantes en Europe.

Atlantico : L'économie allemande est souvent présentée comme une économie d'exportation. Qu'est-ce qui, de ce côté-là, peut expliquer ce résultat ? Comment le secteur manufacturier allemand est-il impacté par les tensions commerciales ?

Rémi Bourgeot : La production industrielle allemande a chuté de 1,7 % sur le mois d’octobre mais est, au final, plus basse de 5,3 % par rapport à octobre 2018. Et les carnets de commande continuent à chuter sur le même mois, excluant toute reprise significative à court terme, malgré la stabilisation de certains indicateurs avancés. L’Allemagne se trouve ainsi au cœur d’une récession industrielle, qui ne s’est certes pas encore traduite par une récession générale grâce à une modeste stabilisation en septembre, mais qui indique un essoufflement marqué de son modèle de croissance dans tous les cas. La chute du mois d’octobre se concentre sur les biens d’équipement (véhicules, outils, machines, etc.), à hauteur de 4,4 %.

La production de véhicules a chuté de 5,6 % de septembre à octobre et de 14,4 % sur un an. Le cœur de l’industrie allemande est touché à la fois par la crise commerciale mondiale et ses limites intrinsèques, en ayant progressivement épuisé ses moteurs de croissance par les exportations. Le secteur automobile est central de ce point de vue, aussi bien du fait de la chute des exportations et des pertes de débouchés mondiaux que des craintes de relégation technologique avec l’essor de l’électrique.

Qu'est-ce qui est l'ordre du structurel dans cette petite crise de l'industrie allemande ?

Il s’agit d’une crise profonde. La dépendance aux exportations pour porter la croissance allemande est en elle-même structurelle. De nombreux économistes ont expliqué depuis la crise de l’euro que la consommation intérieure allemande prenait petit à petit le relai des exportations, mais, au-delà du message politique, les signes statistiques allant dans ce sens restaient très limités. Le modèle repose non seulement sur les exportations mais en réalité, de façon à la fois plus massive et plus inquiétante, sur un considérable système d’import-export régissant des chaînes de production devenues tentaculaires, sur fond de marketing poussé, et pénalisant de plus en plus les gains de productivité et l’adaptation technologique aux divers défis, notamment environnementaux. Si l’on critique à juste titre le niveau de l’excédent commercial allemand, en réalité son niveau d’importation est tout aussi inquiétant que son niveau d’exportation, certes encore plus massif.

Quel est le risque de voir l'économie allemande entrer en récession au début de l'année 2020 ?

L’Allemagne est d’ores et déjà en récession industrielle. On a vu quelques signes de stabilisation à un peu plus long terme au cours des derniers mois, qui ont contredit la tendance à la récession générale de l’économie, et quelque peu limité l’impact sur l’emploi. Dans tous les cas, il s’agit d’une remise en cause profonde du modèle de croissance allemand, qui en retour pèse sur l’ensemble de la conjoncture européenne, avec en première ligne les pays les plus intégrés aux chaînes de production allemandes.

L’Allemagne conserve des capacités productives et ingénieuriales appréciables, en comparaison de la situation d’un certain nombre de ces voisins qui ont en partie sacrifié leurs capacités industrielles pour un ensemble de raisons autant économiques que politiques et sociologiques. Cependant pour l’Allemagne la sortie de ce modèle très dépendant de la conjoncture commerciale mondiale et d’une relative rigidité technologique relève d’un défi considérable. Dans l’automobile par exemple, l’idée politique consistant à orchestrer soudainement une transition vers l’électrique montre diverses limites, ne serait-ce que sur le plan du marché domestique, où le surplus de consommation électrique est en bonne partie assurée par le recours au charbon.

La grande coalition CDU/CSU-SPD est aujourd'hui sous tension. Peut-elle répondre aux enjeux économiques actuels ? Comment ?

En termes relatifs, l’industrie allemande a moins souffert de l’implication des milieux politiques qu’un pays comme la France. Ce qui, dans un contexte de déclin assez général des connaissances technologiques et industrielles dans ces milieux, a permis d’éviter un certain nombre de dommages industriels. Pour autant, la classe politique allemande s’est profondément impliquée dans l’orientation plus générale, macroéconomique, qui a consisté à creuser un nouveau type de dépendance aux exportations au moyen de la compression salariale, orchestrée par les autorités depuis Gerhard Schröder, qui disposait des relais nécessaires dans les grandes centrales syndicales, logique qu’Angela Merkel n’a eu qu’à perpétuer.

L’élection de la nouvelle direction du SPD signale la mort politique effective de la grande coalition et de la logique économique sous-jacente. Rien n’indique à ce stade que ces nouveaux responsables aient développé une stratégie de réorientation économique qualitative, mais ils ont sifflé la fin du compromis CDU-SPD sur la compression de la demande (privée et publique), qui est essentiel au modèle focalisé sur les excédents commerciaux. La focalisation sur l’excédent budgétaire au moyen d’une politique de baisse des investissements publics, notamment d’infrastructure, a été au cœur de l’envolée de l’excédent commercial allemand depuis la crise de l’euro. Cette dynamique insoutenable est arrivée à son terme, avec l’arrêt de la croissance économique et l’accélération de la décomposition politique du pays, comme en atteste la crise politique en cours depuis l’élection fédérale de 2017.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

07.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

05.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

06.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

01.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

02.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

03.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

04.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ullman
- 09/12/2019 - 16:06
INDUSTRIE (DU POGNON)
En France comme en Allemagne, des « élites » imbéciles ont bousillé l’industrie pour des raisons politiques, sociologiques ou idéologiques.
En d’autres termes, on a cassé ce qui faisait gagner des sous aux salariés comme aux nations sans bénéfice et sans solutions de remplacement.
Par exemple, la filière automobile européenne a développé pendant 25 ans une technique qui produit des véhicules thermiques extrêmement vertueux (rien à voir avec ce qui se faisait il y 20 ans) : et on dynamite le marché au profit des bagnoles électriques dont le bilan global n’est pas meilleur et qui enrichissent… la Chine !
En plus, de notoriété publique, la Chine extrait les minerais et les traite de façon dégueulasse.
L’Environnement va être content ! Ceux qui ont été soudoyés aussi !
brennec
- 09/12/2019 - 13:15
raison
Ah bon il y a une ou des raisons qui expliqueraient qu'un pays sacrifie son industrie? Ce serait donc un sacrifice raisonnable? Qui n'aurait rien a voir avec l'ignorance, l'aveuglement, le j'm'en foutisme, le post délugisme, la civilisation des loisirs, le mépris de l'économie et pour finir la bêtise des élites sacrificatrices? No way.