En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Les entrepreneurs parlent aux Français

La vertu française, un puritanisme venu d’ailleurs ? Liberté française ubérisée ?

il y a 6 heures 44 min
pépites > Société
Mobilisation
Appel des taxis parisiens à manifester vendredi devant la Gare de Lyon
il y a 7 heures 46 min
light > Sport
Solidarité
Racisme : le monde du football apporte son soutien à Moussa Marega
il y a 8 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Evguénie Sokolov, une pièce de théatre d'après le conte de Serge Gainsbourg

il y a 9 heures 28 min
pépites > International
Chevaux de Troie
Des soldats israéliens dupés par la ruse téléphonique des fausses femmes du Hamas
il y a 11 heures 12 min
décryptage > Environnement
Écologiste de plus en plus radicale

Écologie : vers un joli totalitarisme à visage humain

il y a 12 heures 19 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Signal, enfin une messagerie réellement cryptée pour protéger vos messages ?
il y a 13 heures 38 min
décryptage > Politique
Dure traversée de l'hiver ?

L’hiver noir du macronisme : quels lendemains pour LREM ?

il y a 14 heures 15 min
décryptage > Politique
Discours présidentiel

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

il y a 14 heures 51 min
décryptage > Politique
Grève

Grève dans les transports : que reste-t-il vraiment sur la réforme des retraites ?

il y a 16 heures 14 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Allemagne : Le gouvernement condamne des projets d’attentats « effrayants » contre plusieurs mosquées
il y a 7 heures 8 min
pépites > International
Coronavirus
Le marathon de Tokyo annulé pour les amateurs
il y a 8 heures 12 min
Quel avenir pour la viande classique?
Steak in vitro, insectes,: quelle viande mangerons-nous demain?
il y a 8 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Minute antique", des excellentes courtes chroniques

il y a 9 heures 43 min
pépite vidéo > Politique
Affaire Griveaux
Juan Branco: "J'ai accompagné Piotr Pavlenski en tant qu'avocat et je continue à le faire"
il y a 11 heures 47 min
décryptage > International
Chiffre mensonger

Combien de contaminés par le Coronavirus, maintenant nommé : COVID-19 ? Des chiffres médicaux, politiques, économiques ou financiers ?

il y a 12 heures 48 min
décryptage > Politique
Rappel à l'ordre

Concurrence : quand Mario Monti rappelle sèchement aux Etats de l’UE leurs propres responsabilités dans l’absence de champions industriels européens

il y a 13 heures 59 min
décryptage > Economie
Disparition des classes moyennes ?

Daniel Markovits : “L’élitisme managérial a tué les classes moyennes.”

il y a 14 heures 41 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Mutuelles de santé : l‘UFC-Que choisir alerte sur la hausse des tarifs mais se garde d’en donner la raison

il y a 15 heures 51 min
pépites > Justice
Coupure de courant
Le PDG d'EDF annonce avoir déposé "entre 80 et 90" plaintes pour des coupures intempestives
il y a 1 jour 7 heures
© DR / Renoma Paris
© DR / Renoma Paris
Bonnes feuilles

Comment Charles de Gaulle a été envoûté par Brigitte Bardot lors de sa visite à l'Elysée

Publié le 08 décembre 2019
Christine Kerdellant publie "De Gaulle et les femmes" chez Robert Laffont. Les idées fausses abondent lorsque l'on évoque les relations de Charles de Gaulle avec la gent féminine. Plus féministe qu'on ne le croit, ce président qui aimait les femmes a aussi accordé aux Françaises le droit de voter, de détenir un carnet de chèques ou de prendre la pilule. Extrait 2/2.
Christine Kerdellant est journaliste économique et directrice de la rédaction de L'Usine nouvelle. Elle a été directrice adjointe de la rédaction de L'Express et directrice de la rédaction du Figaro magazine. Elle a écrit une quinzaine d'essais et de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christine Kerdellant
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christine Kerdellant est journaliste économique et directrice de la rédaction de L'Usine nouvelle. Elle a été directrice adjointe de la rédaction de L'Express et directrice de la rédaction du Figaro magazine. Elle a écrit une quinzaine d'essais et de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christine Kerdellant publie "De Gaulle et les femmes" chez Robert Laffont. Les idées fausses abondent lorsque l'on évoque les relations de Charles de Gaulle avec la gent féminine. Plus féministe qu'on ne le croit, ce président qui aimait les femmes a aussi accordé aux Françaises le droit de voter, de détenir un carnet de chèques ou de prendre la pilule. Extrait 2/2.

Brigitte Bardot ne se montrera pas aussi félonne que Jackie Kennedy. Cette grande admiratrice du général n’a pourtant partagé qu’un dîner au Château, lors de la soirée annuelle des Arts et des Lettres, le 5 décembre 1967, où elle se rend en compagnie de son mari de l’époque, Gunther Sachs. De Gaulle a d’ailleurs imposé que le carton portât le nom civil de l’actrice, c’est-à-dire « Mme Gunther Sachs » et non « Brigitte Bardot ». Ce jour-là, le chef du service de presse Pierre-Louis Blanc est harcelé de coups de fil de journalistes : va-t-elle venir ou non ? Sera-t-il possible de la photographier lorsqu’elle sera présentée au général ?

Tout le monde a conseillé à la jeune femme de venir en petite robe noire, sa crinière blonde disciplinée dans un chignon sage. Mais, la veille, elle a tenu à faire une répétition chez Georges Pompidou – c’est un ami, elle le tutoie –, et elle portait une tenue moins protocolaire. Le Premier ministre, qui connaît les goûts de celui à qui il est appelé à succéder, lui conseille de porter à nouveau cette tenue originale le lendemain : il est sûr que de Gaulle appréciera. Elle se rend donc au palais de l’Élysée en uniforme de hussard, pantalon large et veste à brandebourgs, les cheveux détachés !

La star s’avance, rayonnante, au-devant d’un de Gaulle qui apprécie autant les formes que les uniformes, surtout quand ils sont aussi bien portés. « Il nous l’a rappelé plusieurs fois en famille avec une satisfaction évidente », se souvient Philippe, qui ajoute : « sans que ma mère en parût agacée car elle trouvait même la chose plutôt amusante ». La rumeur, comme toujours, prétend le contraire : Yvonne aurait refusé d’inviter « cette chose qui se promène toute nue » et son mari le lui aurait imposé – version fort improbable.

André Malraux, ministre de la Culture, rapporte qu’en voyant apparaître Brigitte Bardot, élancée et ravissante dans sa veste de hussard, de Gaulle lui donne un coup de coude : « Veine, un soldat ! » À l’actrice, le général glisse d’un ton malicieux : « Quelle chance, madame ! Vous êtes en militaire et je suis en civil. » Ou plutôt, selon la version de l’aide de camp François Flohic, dont la mémoire est plus précise : « Madame, je suis militaire et je suis en civil. Et vous qui êtes civile, vous êtes en militaire ! » Flohic raconte que le président entraîne ensuite la jeune femme vers le buffet à travers la salle des fêtes, comme il l’a fait avec Jackie Kennedy, devant une assistance subjuguée.

« En fait, tout le monde s’était demandé comment se déroulerait ce duel singulier », se souvient Pierre-Louis Blanc, qui observait la scène avec gourmandise. Qui retiendrait le plus l’attention ? Le général rebelle ou l’actrice de cinéma ? Ils étaient à cette époque les deux Français les plus connus dans le monde. Et tellement habitués à être le pôle d’attraction de toute manifestation qu’ils honoraient de leur présence… Mais le combat annoncé n’eut pas lieu : Brigitte Bardot, fine mouche, choisit délibérément de l’esquiver. Elle se mit dans les pas du général et le suivit de groupe en groupe, marquant ainsi que dans l’échelle du vedettariat, elle se situait bien au-dessous de lui. « La star devenue petit page, l’anecdote n’a de valeur que pour nous Français… », conclut le diplomate.

Depuis ce soir-là, Brigitte Bardot a toujours regretté de ne pas avoir mieux connu « le dernier grand homme qu’ait hanté la France », comme disait Malraux. Trois ans plus tard disparaissait cette statue du Commandeur qui, malgré son impassibilité apparente et sa grandeur marmoréenne, aura, sa vie durant et de diverses façons, passionnément aimé les femmes… qui le lui auront bien rendu.

Extrait du livre de Christine Kerdellant, "De Gaulle et les femmes", publié chez Robert Laffont. 

Lien vers la boutique Amazon : ICI

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
hoche38
- 08/12/2019 - 16:08
Et en plus...
Le vieux gentilhomme aurait dit à ses ministres, un peu dépassés, qu'elle rapportait plus de devises à la France que la régie Renault.