En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

02.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

03.

Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"

04.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

05.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

06.

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

07.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
light > Sport
Monde du rugby en deuil
Mort de Christophe Dominici à l’âge de 48 ans
il y a 26 min 18 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 2 heures 9 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 2 heures 42 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 4 heures 7 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 4 heures 44 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 5 heures 41 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 6 heures 14 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 6 heures 36 min
décryptage > Environnement
Anticipation

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

il y a 7 heures 11 min
pépites > Politique
Etats-Unis
Donald Trump finit par débloquer le processus de transmission du pouvoir à Joe Biden
il y a 7 heures 56 min
pépites > Politique
Premier ministre
Loi "sécurité globale" : Jean Castex va saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 24
il y a 38 min 21 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 2 heures 23 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 3 heures 17 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 4 heures 33 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 5 heures 13 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 5 heures 44 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 6 heures 18 min
pépites > Santé
Coronavirus
Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"
il y a 7 heures 1 sec
décryptage > International
Prévisions

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

il y a 7 heures 50 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bercy force les assureurs à couvrir les risques de pandémie mais pas ceux du Covid. Ce n’est pas gagné

il y a 8 heures 18 min
© PATRICK HERTZOG / AFP
© PATRICK HERTZOG / AFP
Bonnes feuilles

Comment la violence a envahi l'espace public face à la faiblesse de ceux qui conservent le monopole de la force

Publié le 08 décembre 2019
Joseph Macé-Scaron publie "Eloge du libéralisme" aux éditions de L’Observatoire. Le libéralisme n'a pas, aujourd'hui, bonne presse. Or, il n'a jamais autant été une idée neuve. Jamais il n'est autant apparu comme le meilleur des remèdes au cynisme politique, aux passions extrémistes, au politiquement correct et aux folies identitaires. Extrait 2/2.
Joseph Macé-Scaron
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Joseph Macé-Scaron est écrivain et essayiste. Dernier ouvrage paru : Eloge du libéralisme, Editions de L'Observatoire. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Joseph Macé-Scaron publie "Eloge du libéralisme" aux éditions de L’Observatoire. Le libéralisme n'a pas, aujourd'hui, bonne presse. Or, il n'a jamais autant été une idée neuve. Jamais il n'est autant apparu comme le meilleur des remèdes au cynisme politique, aux passions extrémistes, au politiquement correct et aux folies identitaires. Extrait 2/2.

Violence partout, force nulle part. La violence a envahi depuis quelques années l’espace public au fur et à mesure que grandissait la faiblesse de ceux qui gardent – en théorie – le monopole de la force. Elle s’est même coiffée des lauriers de la légitimité, trouvant les arguties les plus illogiques pour justifier son existence et le recours systématique à ce mode d’expression. On a pu le mesurer avec ces épisodes paroxystiques de la crise des Gilets jaunes s’accompagnant de violences physiques, de dévastations et de dégradations. On a vu des citoyens obligés de porter le gilet jaune avec le même enthousiasme que Louis XVI coiffant le bonnet phrygien ou qu’Ambroise Paré épinglant à son chapeau la cocarde blanche, un fameux soir de Saint-Barthélemy. Sous la bonhomie apparente d’une foule tirant le courage de son nombre et empêchant la libre circulation des personnes sous l’air des lampions, la menace est là et ne demande qu’à trouver un prétexte pour ne pas sauter à la gorge du premier impétrant. À cet égard, on ne peut être que frappé par la similitude des situations dans ces périodes d’agitation révolutionnaire où la rue se déclare seule souveraine et que, d’emblée, elle opte pour des formes d’action illégales, refusant par principe d’obéir aux injonctions des forces de l’ordre. 

Cette fois encore, on a atteint des sommets de mauvaise foi pour justifier l’injustifiable. Le criminaliste Alain Bauer estime dans un entretien au Figaro du 12 septembre 2019 que « l’homicide devient un substitut à toute autre forme de discussion ou de négociation ». On se croirait presque revenu à la fin du XIXe siècle dans une logique du « tout ou rien », quand Georges Sorel justifiait la violence, la cajolait un peu comme l’enfant spartiate pressant contre sa poitrine le renard avant d’être dévoré par lui.

À quel moment intervient l’utilisation perverse de cette violence ? À partir de novembre 2018, au fur et à mesure que les actions en marge des cortèges devenaient de plus en plus agressives, on a entendu se développer le raisonnement suivant : la violence est de la colère et la colère se nourrit du désespoir. Donc, la manifestation de la violence est la preuve de la légitimité de la revendication portée par les Gilets jaunes.

Notons qu’il y a quelques années, le gouvernement aurait immédiatement dissous une organisation politique ou syndicale ayant recours aux mêmes exactions et aux mêmes menaces. Un Raymond Marcellin passe… 

Un des arguments présentés par les adeptes de cette violence afin de la relativiser est que cette dernière cessera pour peu que leurs ennemis arrêtent de s’opposer à leurs délires. Il est étonnant que cette grosse ficelle soit encore employée. L’Histoire montre à satiété que, même quand elle n’est pas réprimée, la violence, une fois qu’elle est apparue, s’intensifie avec le temps sans se soucier du contexte politique dans lequel elle évolue. 

Dans son livre, L’Essence du totalitarisme. À propos de Hannah Arendt, Raymond Aron a sérieusement réglé son compte à cet argument en traitant des régimes totalitaires. Parlant de l’URSS de Staline, il écrit : « C’est en 1937-1938 que la grande purge jeta en prison entre cinq et sept millions de citoyens, parmi lesquels une fraction importante des cadres techniques et militaires à un moment où la résistance paysanne avait été brisée et où l’édification industrielle avait surmonté les difficultés initiales. La terreur est l’essence du régime totalitaire, terreur d’un style encore inconnu. » 

La violence telle qu’elle est pratiquée, revendiquée, assumée, choyée même, par une partie de la gauche ou de la droite radicale a bien un air de famille comme les enfants de Vélasquez.

Extrait du livre de Joseph Macé-Scaron, "Eloge du libéralisme", publié aux éditions de L’Observatoire

Lien vers la boutique Amazon : ICI

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires