En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

02.

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

03.

Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

07.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

L’Union soviétique s’est effondrée, Ségolène Royal veut la reconstituer

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suits : Avocats sur mesure" : une série souvent haletante, mais un peu irrégulière, quelques épisodes sont décevants, en particulier la saison 7

il y a 9 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et Maintenant ?" de Eirin Forsberg et Gilles La Carbona : comment devient-on une femme battue alors que tout semblait si parfait ?

il y a 10 heures 24 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les propos de Clémentine Autain contre l'islamophobie ont été récupérés et détournés par un média proche des Frères musulmans
il y a 11 heures 55 min
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Covid, Chine, USA et l’absence d’Europe de l’investissement et de l’entrepreneuriat

il y a 15 heures 49 min
pépite vidéo > International
Liberté d'expression
Caricatures de Mahomet : les appels au boycott de produits français se multiplient
il y a 16 heures 52 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

il y a 17 heures 10 min
décryptage > Economie
Taxes

Dépenses publiques et fiscalité : plus ça change, moins ça change…

il y a 17 heures 29 min
décryptage > Economie
Panorama de la crise

COVID-19 : comment dire de faire attention ?

il y a 17 heures 55 min
décryptage > High-tech
12 CYBER-MENACES PRÉOCCUPANTES

Quand les cyberattaques menacent de faire dérailler les prochaines élections présidentielles, et pèsent au même titre que la pandémie de coronavirus sur nos démocraties

il y a 18 heures 51 min
décryptage > Politique
Crèdul*

Vous avez aimé les raffarinades de Raffarin ? Vous adorerez les lapalissades de Castex

il y a 19 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Aiglon - le rêve brisé de Napoléon" de Laetitia de Witt : un portrait du fils de l'Empereur, historiquement fiable et chaleureusement humain

il y a 10 heures 12 min
pépites > France
Appel au calme
Le CFCM considère que les "musulmans ne sont pas persécutés" en France
il y a 11 heures 12 min
pépites > International
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine
La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France
il y a 13 heures 27 sec
décryptage > Education
Samuel Paty

Vous avez dit liberté d'expression ?

il y a 16 heures 20 min
light > Economie
Transport
Le vélo de fonction payé par l'entreprise va-t-il devenir à la mode ?
il y a 16 heures 58 min
pépites > Politique
Elections
Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way
il y a 17 heures 27 min
pépites > Economie
Diplomatie
Appel au boycott de produits français : "Pas question de céder au chantage" Geoffroy Roux de Bézieux, solidaire du gouvernement français
il y a 17 heures 50 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Etats-Unis : ce n'est pas seulement une élection présidentielle. C'est un choix de civilisation

il y a 18 heures 34 min
décryptage > International
Guerre commerciale

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

il y a 19 heures 4 min
pépites > Santé
Coronavirus
"Autour de 100.000 cas" de Covid-19 par jour, en France selon Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique
il y a 19 heures 37 min
© Paul J. RICHARDS / AFP
© Paul J. RICHARDS / AFP
Bonnes feuilles

Le plan de Joe Biden face à Donald Trump dans le cadre d'une élection qui ne ressemblera à aucune autre dans l'histoire des Etats-Unis

Publié le 08 décembre 2019
Jean-Eric Branaa publie "Joe Biden : le 3e mandat de Barack Obama" (VA Editions). Les nombreuses facettes des réalisations communes de Joe Biden et Barack Obama sont exposées et remises en contexte, afin de comprendre ce que Joe Biden compte proposer au peuple américain en 2020. Extrait 2/2.
Jean-Eric Branaa
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Eric Branaa est spécialiste des Etats-Unis et maître de conférences à l’université Assas-Paris II. Il est chercheur au centre Thucydide et chercheur associé à l’institut l'IRIS. Il est notamment l'auteur de Hillary, une présidente des Etats-Unis ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Eric Branaa publie "Joe Biden : le 3e mandat de Barack Obama" (VA Editions). Les nombreuses facettes des réalisations communes de Joe Biden et Barack Obama sont exposées et remises en contexte, afin de comprendre ce que Joe Biden compte proposer au peuple américain en 2020. Extrait 2/2.

L’ancien vice-président Joe Biden cherche donc une voie solide qu’il pourrait emprunter pour contrer le président sortant. Son premier mouvement a été de marteler que Donald Trump n’a rien fait : « Il a reçu en héritage le bon bilan économique du gouvernement auquel j’ai appartenu ; d’ailleurs il n’a jamais rien fait par lui-même et a toujours tout reçu en héritage ».  

On va beaucoup l’entendre répéter ce slogan pendant les mois de la campagne, car il a l’avantage d’attaquer son vis-à-vis et de glorifier en même temps le bilan de Barack Obama. Lorsque le premier président noir a accédé à la fonction suprême, personne n’avait eu le temps de voir arriver la crise : emporté par une campagne totalement folle, au cours de laquelle les cris répétés de « Yes, We can » donnaient à chacun l’illusion que tous les problèmes collectifs et individuels allaient être dépassés, l’atterrissage avait été brutal. À peine élu, Barack Obama n’avait pas encore pris ses fonctions43, que la crise s’imposait à tous : on annonçait une vague sans précédent de faillites et de la mise au chômage de millions de gens. Après le « chaud bouillant » de la campagne, c’est un froid glacial qui enveloppait le pays : rapidement, un tiers des Américains ont été pris à la gorge par des prêts hypothécaires, alors que les difficultés de leur entreprise ou la perte d’un emploi les mettaient dans l’impossibilité de rembourser. Le spectre de 1929 est revenu dans les esprits et la grande peur a été que plus personne ne puisse rembourser et que le système bancaire ne s’écroule. Le tandem Obama-Biden a mis toute son énergie pour sortir le pays de cette crise majeure. Aucune autre question ne pouvait être prise en considération. C’est par un plan de relance très ambitieux, de 800 milliards de dollars, que le nouvel exécutif a tenté son va-tout. Le chômage avait déjà bondi à 7,6 % au moment de l’investiture. L’avenir s’annonçait bien sombre alors que la liste des entreprises annonçant des suppressions d’emplois ne cessait de s’allonger : Caterpillar, Home Depot, Microsoft, Sprint Nextel, United Airlines… Obama a ajouté des suppressions d’impôts à son plan : une déduction fiscale de 1000 dollars pour chaque famille gagnant moins de 200 000 dollars par an, soit 95 % des Américains.  

La partie a été rude au Congrès, mais avec l’aide efficace de Nancy Pelosi, qui était déjà Speaker de la Chambre des représentants, Obama a fait adopter son plan en six semaines. Malheureusement, si une chute est généralement rude et rapide, les effets de la reprise sont loin d’être aussi immédiats. Des milliers d’Américains ont continué à perdre leur emploi ou ont vu soudainement chuter la valeur de leur maison de 50 %, voire de 100 %. L’administration Obama, et tous les démocrates avec eux, ont alors travaillé pour reconstruire le secteur bancaire, grâce à la loi Dodd-Franck, largement soutenue d’ailleurs par Elizabeth Warren, aujourd’hui en campagne. 

Biden peut donc prétendre qu’il porte une partie de ce bon bilan en économie et contredire Donald Trump qui assure être le seul à avoir obtenu cet excellent résultat. Mais ce n’est pas la meilleure des stratégies, car elle donne l’impression d’être un mauvais perdant en ne reconnaissant pas ce qui a été accompli depuis qu’il n’est plus aux affaires. L’ancien vice-président a donc opté pour une autre voie, en insistant sur ce risque de récession dont tout le monde parle depuis l’élection de Donald Trump et qui n’arrive toujours pas. L’économie est cyclique et une récession, mais si elle n’est pas forte, est inévitablement attendue pour un jour ou l’autre. Le pari est donc que le retournement se produise avant l’élection et crédibilise ainsi la défiance qui a été affichée dès le départ. Joe Biden y ajoute un aspect moral, pour pouvoir inscrire cette question dans un débat plus large, et pouvoir changer de conversation si rien ne se produit : « l’économie et l’âme de ce pays s’effondrent à cause des politiques du président Donald Trump », a-t-il déclaré à de nombreuses reprises. Les propos de Joe Biden s’inscrivent ainsi à la fois dans le cadre de la défense de l’héritage de l’ancien président Barack Obama, que de la perspective plus générale du danger moral que représente ce président à ses yeux. « Le Président Trump a tout chamboulé sur le plan économique. Les gens souffrent beaucoup. Il n’y a pas de réponse, » a poursuivi le candidat démocrate. 

Mais, en réalité, ni lui ni Donald Trump n’ont fait de cette question la pierre angulaire de leur campagne. L’enjeu est ailleurs ; ce qui fera voter les Américains sera encore une fois une question de mur, de frontière et d’immigration. Car la question de l’identité américaine sera une nouvelle fois posée, comme en 2016. 

À la croisée des chemins 

Le scrutin de 2020 ne ressemblera à aucun autre dans l’Histoire des États-Unis : deux facteurs en seront la cause, la colère du camp démocrate et la transformation profonde de la structure de la société. 

La victoire de Trump en 2016 a été le plus souvent analysée comme étant une réponse apportée par la société blanche, qui se sentait étouffée depuis 50 ans par une révolution qu’elle avait perdue dans les années soixante. En 1968, la commission Kerner prédisait pour le futur une société divisée entre les blancs et les noirs. L’Amérique a hérité, en réalité, d’une situation un tout petit peu plus complexe, car la division d’aujourd’hui est d’une autre nature. 

Une société qui change 

Un long chemin a été parcouru depuis ces années soixante, celui-là même qui a tant déstabilisé celles et ceux qui sont devenus la base électorale solide de Donald Trump. Le mandat du 45e président n’a pourtant rien pu changer à cette évolution, qui s’est poursuivie et s’est même renforcée. La place de la femme dans la société, en premier lieu, ne cesse de progresser et va continuer d’évoluer, d’autant qu’elles sont de plus en plus nombreuses ; les projections annoncent qu’il y aura 7,5 millions de femmes de plus que d’hommes aux États-Unis en 2050.  

Pour autant, bien au-delà de cet avantage quantitatif, le rôle, la place et l’importance des femmes au sein de la société étatsunienne ne peuvent plus régresser désormais : les mouvements tels que « Me Too » ou « Time’s Up » se sont multipliés sous le mandat de Donald Trump et on les a aussi vus peser de plus en plus dans le débat public, portant la demande des féministes qui veulent faire évoluer le corpus législatif pour atteindre l’égalité entre les genres. En 1960, les mères étaient le principal soutien de famille, quand elles n’en étaient pas le seul, et les lois tendaient à figer cette situation. Or, au cours des cinquante dernières années, le taux d’activité des femmes américaines a augmenté régulièrement. Cela ne pouvait qu’apporter une aspiration nouvelle et un changement qui s’inscrit aussi dans les lois du pays, d’où cette fracture qui est nette aujourd’hui et qui génère une inquiétude profonde auprès d’une partie de la population. 

Extrait du livre de Jean-Eric Branaa, "Joe Biden : le 3e mandat de Barack Obama", publié chez VA Editions. 

Lien vers la boutique : ICI

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Hiris
- 08/12/2019 - 21:00
"L économie et l âme de ce pays s effondrent à cause
du président Trump " c est à mourir de rire ,la technique est vieille comme le monde ,accuser les autres d avoir fait ce qu' on a fait ! L économie américaine s est écroulée à cause de la mauvaise gestion du gouvernement Obama et surtout du manque de confiance des milieux financiers envers ce gouvernement d allumés. En deux mandats il n a pas été foutu de redresser la barre et maintenant il s attribuerait les résultats de Trump ? Non seulement ils ont été catastrophiques pour leur pays et tous leur alliés mais maintenant ils se drapent encore comme les défenseurs de la morale !!!!A vomir cette bande de mafieux minables .