En direct
Best of
Best of du 28 novembre au 4 décembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable

06.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

04.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

05.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

06.

Après des propos d'Emmanuel Macron, des syndicats de police appellent à l'arrêt des contrôles d'identité

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Les casseurs de sortie
Loi "sécurité globale" : 50.000 manifestants en France, des violences à Paris
il y a 3 heures 30 min
pépite vidéo > France
Vestiges
Sahara : des déchets français radioactifs enfouis sous le sable ?
il y a 10 heures 35 min
pépites > Société
Contrôles au faciès
Après des propos d'Emmanuel Macron, des syndicats de police appellent à l'arrêt des contrôles d'identité
il y a 10 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Art Nouveau" : un architecte visionnaire à Budapest juste avant les heures sombres de la guerre de 1914. Un roman dense, bien écrit mais un peu décevant

il y a 11 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le métier de mourir", Prix Renaudot des Lycéens 2020 : le roman inoubliable d'une histoire vraie

il y a 11 heures 30 min
pépites > International
Désengagement
Somalie : la "majorité" des troupes américaines vont se retirer, annonce le Pentagone
il y a 12 heures 2 min
pépites > Société
Droit à l'enfant
L'Assemblée nationale assouplit les conditions d'adoption
il y a 13 heures 5 min
décryptage > Media
L’innocence plus forte que la sagesse ?

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

il y a 14 heures 21 min
décryptage > Politique
Rien de nouveau

Emmanuel Macron chez Brut : le message, c’est le médium

il y a 14 heures 43 min
décryptage > High-tech
Deux poids, deux mesures

Des documents internes montrent que Facebook souhaite modérer les discours de haine contre les Noirs de manière plus agressive que les commentaires anti-blancs : gestion fine d'une réalité complexe ou délire d'apprentis-sorciers woke ?

il y a 15 heures 7 sec
pépites > Justice
Justice
Attentat de la rue des Rosiers : le suspect extradé de Norvège mis en examen et écroué
il y a 9 heures 32 min
pépite vidéo > International
My heart will go on
Une entreprise américaine veut proposer des visites touristiques sous-marines du "Titanic"
il y a 10 heures 47 min
pépites > Politique
Elections
Régionales : la candidature de Jean-Michel Blanquer en Ile-de-France se précise
il y a 11 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Retour à Martha’s Vineyard" : Trois vieux amis tentent de retrouver la magie du passé. Un beau récit romanesque et nostalgique

il y a 11 heures 28 min
light > Media
Sujet sensible
Royaume-Uni : Netflix accusé de "troller la famille royale" en promouvant un documentaire "mensonger" sur le mariage de Diana et Charles
il y a 11 heures 42 min
pépites > Europe
No deal
Brexit : "les conditions d'un accord ne sont pas réunies", notent les négociateurs
il y a 12 heures 25 min
décryptage > Science
La vérité est ailleurs

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

il y a 14 heures 11 min
décryptage > Santé
Pénurie

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

il y a 14 heures 34 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Consommation, Black Friday : adieu le bio, local ou circuit court, 3 Français sur 4 vont regarder d’abord le prix

il y a 14 heures 53 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex
il y a 15 heures 6 min
© AFP
© AFP
Avertissement

Après les manifestations, l'Iran à l'heure du choix

Publié le 08 décembre 2019
En Iran, la répression comme la contestation après l'augmentation des prix du pétrole ont été les plus violentes de ces dernières années. Les deux montrent la fragilité du régime.
Ardavan Amir-Aslani
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ardavan Amir-Aslani est avocat et essayiste, spécialiste du Moyen-Orient. Il tient par ailleurs un blog www.amir-aslani.com, et alimente régulièrement son compte Twitter: @a_amir_aslani.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En Iran, la répression comme la contestation après l'augmentation des prix du pétrole ont été les plus violentes de ces dernières années. Les deux montrent la fragilité du régime.

Le 15 novembre, sans annonce préalable, le gouvernement iranien décidait d'augmenter les prix du pétrole de près de 50%. La décision déclencha immédiatement une réaction à travers tout l'Iran, en particulier dans les petites villes et les quartiers pauvres. D'après les rapports officiels, 28 des 31 provinces de l'Iran et près de 100 villes se sont soulevées et ont manifesté leur colère contre le gouvernement. Pris de panique face à la menace populaire, le régime y répondit par un répression sans précédent, en coupant les accès Internet dans tout le pays de façon à empêcher les manifestants d'user des réseaux sociaux pour s'organiser, et en donnant carte blanche aux forces de sécurité pour « ramener l'ordre ».

Si, pour le ministère de l'Intérieur, les chiffres des dégradations observées sont très précis – 50 postes militaires, 731 banques, 140 espaces publics, 70 stations-services, 307 véhicules privés et 183 véhicules militaires auraient été brûlés ou attaqués – le nombre de pertes humaines est étrangement plus difficile à déterminer.

L'ONG Amnesty International a d'abord fait état de 143 morts, un chiffre contesté par les autorités iraniennes. Le comité parlementaire pour la sécurité nationale et la politique étrangère estimait quant à lui à 7000 le nombre d'arrestations. Mais dans le sud du pays, dans la seule ville à Mahshahr, dans la région du Khuzestan, entre 40 et 100 personnes auraient été massacrées par les Gardiens de la Révolution. Si ce cas n'est pas isolé, le bilan humain retenu serait alors bien en-dessous de la réalité.

Un fait reste incontestable : la répression comme la contestation ont été les plus violentes de ces dernières années. Depuis que les communications ont repris le 5 décembre, la réalité de la contre-attaque gouvernementale a été mise à jour, et les Iraniens ont largement témoigné de l'atmosphère de terreur et d'incertitude, mais aussi du profond sentiment d'humiliation, qu'ils ont ressenti.

Le régime a comme d'ordinaire expliqué l'origine des manifestations par l'ingérence « d'étrangers » et de contre-révolutionnaires, visant clairement l'opposition en exil, le Mouvement pour les Moudjahidines du Peuple ou encore les soutiens de la dynastie Pahlavi. C'est sous-estimer très fortement la puissance du ressentiment populaire face à une situation économique catastrophique. Ce que les manifestants ne comprennent et ne soutiennent plus, c'est une politique qui use de l'argent public pour servir ses intérêts à l'étranger, en Irak ou au Liban, au lieu d'améliorer le quotidien des Iraniens. Les politiques économiques du gouvernement ont entraîné la disparition de la classe moyenne. Désormais en Iran n'existent plus, pour reprendre les mots du sociologue Emad Afrough, « qu'une classe dirigeante minoritaire qui décide, et une classe populaire majoritaire qui n'a qu'à obéir. »

Hassan Rohani avait pourtant invoqué la justice sociale et la nécessité d'aider les Iraniens à faibles revenus pour justifier la hausse des prix du pétrole, ainsi que les impératifs environnementaux. La manne issue de cette hausse promettait d'être redistribuée chaque mois à près de 60 millions d'Iraniens. Mais la plupart des économistes ont critiqué ce plan, arguant que le régime aurait pu choisir de taxer davantage les plus hauts revenus, au lieu de faire peser le poids de la justice sociale sur ceux qui, précisément, sont censés en bénéficier. Même les économistes qui soutenaient la démarche de Rohani ont estimé que le dispositif aurait dû être progressif, avec une augmentation maximum du prix de l'essence de 20% par an. Bien que le gouvernement le nie, il est évident que cette décision visait à renflouer les caisses de l'Etat, rendues exsangues par près d'un an et demi de sanctions économiques et par la baisse dramatique des ventes de pétrole à l'étranger.

En outre, juristes et constitutionnalistes ont souligné que la décision d'augmenter les prix du pétrole a été prise par le Conseil suprême pour la coordination économique, un organe politique inexistant dans la Constitution iranienne et créé unilatéralement par le Guide Suprême, quelques semaines après le retrait américain de l'accord sur le nucléaire. La hausse a été décidée par trois entités – le Président Rohani, le Président de l'Assemblée nationale et le chef de la justice iranienne – alors qu'elle aurait dû nécessiter l'approbation du Parlement. Cela montre surtout son inquiétante faiblesse et l'absence de plus en plus criante de démocratie et de transparence dans le processus décisionnaire.

En réalité, le régime a clairement affiché sa vulnérabilité. Ses décisions malencontreuses et sa réaction violente face au mécontentement populaire le prouvent. Elles l'ont surtout encore un peu plus fragilisé tant sur la scène intérieure que sur la scène internationale, alors qu'il doit faire face à des enjeux colossaux.

Ainsi, à quelques mois des prochaines élections législatives, les récents évènements ont totalement détruit le peu de capital sympathie dont bénéficiait encore Rohani auprès de la classe populaire. Les conservateurs, qui n'en espéraient pas tant, se réjouissent de pouvoir exploiter une fois de plus les erreurs du Président et de critiquer la faiblesse et les mauvais choix politiques des réformateurs. Il est fort possible que cela leur profite dans les urnes en mars prochain.

En outre, cette décision a été prise au pire des moments, alors que le gouvernement poursuit son bras de fer contre les sanctions américaines. Du point de vue des Etats-Unis, l'éclatement des manifestations prouve que la « pression maximale » fonctionne et que le but officiel de leur manœuvre – pousser la population à évincer le gouvernement en place – pourrait in fine être atteint. Donald Trump n'aurait donc aucun intérêt à s'asseoir de nouveau à la table des négociations. Il n'a qu'à patienter, d'autant que les évènements ont également éloigné encore un peu plus les Européens de l'Iran.

Bien que le gouvernement iranien ait réprimé la contestation, le mécontentement n'a pas disparu pour autant et n'est certainement pas apaisé. Tout au plus est-il en sommeil, et prêt à se réveiller à tout moment. Le Gouvernement a promis que les prix des biens de première nécessité n'augmenteraient pas. Mais la réalité sur le terrain prouve déjà le contraire. La hausse des prix de l'essence entraîne mécaniquement une hausse des coûts de transports, qui se répercutent déjà sur les produits de grande consommation.

La sociologie des dernières manifestations est également très différente de celles qui avaient suivi les élections de 2009 – regroupant essentiellement la classe moyenne urbaine – : les manifestants de novembre 2019, comme ceux de décembre 2017, sont majoritairement issus des classes les plus pauvres. Ce sont aussi des jeunes sans emploi et sans aucune perspective d'avenir, qui n'ont donc rien à perdre. La seule faiblesse des manifestants réside dans un manque de leadership en leur sein et surtout, dans l'absence totale d'alternative crédible à offrir face à un système politique sans doute arrivé en bout de course, mais que nul pour l'heure ne sait comment remplacer. En outre, les souvenirs de la révolution de 1979 restent toujours aussi vifs dans la mémoire collective, même 40 ans après, et la crainte de la guerre civile retient encore beaucoup d'Iraniens, rendant la perpective d'un changement de régime à court terme bien incertaine.

Néanmoins, en l'absence d'un véritable plan de réformes économiques et politiques, l'Iran est vraisemblablement voué à connaître de nouveaux soulèvements. Et s'ils surviennent alors que Téhéran continue sa stratégie de désengagement de l'accord de Vienne, le pays risque grandement de voir sa stabilité et sa sécurité compromises. Si les relations de l'Iran avec les pays du Golfe Persique - qui avaient déjà entamé un rapprochement diplomatique depuis l'été - seront sans doute peu impactées par de nouvelles manifestations, celles-ci pourraient l'isoler encore davantage face aux Américains. Certes, la « pression maximale » ne menacera sans doute pas directement l'existence même de la République islamique, mais elle en ébranlera les fondations.

L'Iran est désormais face à un choix crucial pour son avenir : les manifestations du mois de novembre 2019, 40 ans après la Révolution, sont un premier avertissement invitant le régime à évoluer, sous peine d'un chaos grandissant. Sur le plan intérieur, cela l'obligerait à engager de véritables réformes. Sur le plan extérieur, à troquer les stratégies bellicistes pour une solution diplomatique et l'obtention d'une levée des sanctions. Reste à savoir si le régime est encore capable d'observer une telle mutation, ou s'il se trouve déjà en état de mort clinique.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires