En direct
Best of
Best of du 18 au 24 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

02.

Coronavirus chinois : une carte permet de suivre l’évolution de l’épidémie à travers la planète

03.

Pourquoi nous devrions nous inquiéter que l’Etat veuille pousser à une hausse des salaires (alors même que la question se pose bel et bien)

04.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

05.

Ces pistes révolutionnaires que la BCE pourrait explorer pour sauver la zone euro de la japonisation

06.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

07.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

03.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

04.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

05.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

06.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

01.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

02.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

03.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

04.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

05.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

06.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Faits divers
Catastrophe climatique
L'est de l'Espagne sous le choc de la tempête Gloria
il y a 2 min 23 sec
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Un immense populicide mondialisé ? : l’histoire tragique de la fin du communisme et des ultimes heures de la guerre froide

il y a 1 heure 3 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Le nouveau mal français : la baisse du niveau de vie

il y a 1 heure 7 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Grandeurs et misère de la vie politique : le regard et le jugement de Tocqueville sur son engagement

il y a 1 heure 10 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Laéticia Hallyday, nue sur Instagram, au ski avec Kev Adams : Pascal s'inquiète ; Pamela épouse, une (très) vieille flamme, Jennifer Aniston en prend le chemin avec Brad (?), Rihanna se rapproche de DEUX ex ; Patrick Bruel fait une chute
il y a 1 heure 24 min
décryptage > International
Donne moi ton signe, je te dirai ce que tu vas faire

Année du rat de métal : voilà comment les dirigeants chinois pourraient adapter leur stratégie en fonction de leurs horoscopes

il y a 2 heures 11 min
décryptage > Politique
Mission impossible

Retraites : pourquoi la complexité du système fiscal et social français fragilise la crédibilité des études d’impact

il y a 3 heures 24 min
pépites > Santé
2019-nVoC
Coronavirus chinois : une carte permet de suivre l’évolution de l’épidémie à travers la planète
il y a 11 heures 49 min
pépites > International
Vive inquiétude
L’association française SOS Chrétiens d’Orient a annoncé la disparition de quatre de ses collaborateurs en Irak
il y a 15 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"En couple (situation provisoire)" : un an après, la pièce à succès de Jean-Michel Ribes retrouve le haut de l'affiche

il y a 19 heures 22 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Make the Internet Great Again : le style Trump sur Twitter

il y a 1 heure 2 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Le pantouflage : un sport de masse chez les anciens élèves de l’ENA

il y a 1 heure 5 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Le peuple français est-il une fiction ? : la France face au spectre de l’identité

il y a 1 heure 8 min
décryptage > Politique
Debout les morts

Miracle à Jérusalem : Emmanuel Macron va rencontrer Yasser Arafat !

il y a 1 heure 15 min
décryptage > Economie
Raréfaction des ressources

Une économie beaucoup plus économe en matières premières : l’idée présentée à Davos par Ellen Mac Arthur qui pourrait vraiment faire la différence

il y a 1 heure 53 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

il y a 3 heures 34 sec
décryptage > Politique
SOS contrat social

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

il y a 3 heures 52 min
pépite vidéo > Santé
Prévention
Trois premiers cas du coronavirus en France : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Agnès Buzyn
il y a 15 heures 2 min
pépites > Santé
Enrayer la progression du virus
Coronavirus chinois : Agnès Buzyn confirme trois premiers cas avérés en France, à Bordeaux et à Paris
il y a 16 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La jungle des océans. Crimes impunis, esclavage, ultraviolence, pêche illégale" de Ian Urbina : enquête percutante sur les mauvaises pratiques en mer

il y a 19 heures 32 min
© JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP
© JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP
Bonnes feuilles

Le débat public peut-il se passer des Libéraux ?

Publié le 07 décembre 2019
Joseph Macé-Scaron publie "Eloge du libéralisme" aux éditions de L’Observatoire. Le libéralisme n'a pas, aujourd'hui, bonne presse. Or, il n'a jamais autant été une idée neuve. Jamais il n'est autant apparu comme le meilleur des remèdes au cynisme politique, aux passions extrémistes, au politiquement correct et aux folies identitaires. Extrait 1/2.
Essayiste et romancier, Joseph Macé-Scaron a dirigé des rédactions (Figaro Magazine, Magazine Littéraire, Marianne) et a collaboré à de nombreuses émissions audiovisuelles. Il a publié notamment La Tentation communautaire (Plon), Montaigne notre nouveau...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Joseph Macé-Scaron
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Essayiste et romancier, Joseph Macé-Scaron a dirigé des rédactions (Figaro Magazine, Magazine Littéraire, Marianne) et a collaboré à de nombreuses émissions audiovisuelles. Il a publié notamment La Tentation communautaire (Plon), Montaigne notre nouveau...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Joseph Macé-Scaron publie "Eloge du libéralisme" aux éditions de L’Observatoire. Le libéralisme n'a pas, aujourd'hui, bonne presse. Or, il n'a jamais autant été une idée neuve. Jamais il n'est autant apparu comme le meilleur des remèdes au cynisme politique, aux passions extrémistes, au politiquement correct et aux folies identitaires. Extrait 1/2.

Le débat public peut-il se passer de libéraux ? La question paraît iconoclaste, mais on doit la poser tant il est rare de voir ou d’entendre une voix défendre l’idée que nos sociétés occidentales ne sont pas responsables de toute la misère du monde, qu’avec le retrait progressif du politique, le consommateur-citoyen demande, aujourd’hui, aux entreprises d’intervenir dans des domaines qui ne relèvent pas forcément de leurs compétences. De même, on n’entend guère que l’état de droit est préférable aux droits de l’État ou au tribunal de l’opinion (ces deux-là peuvent s’entendre parfois comme larrons en foire pour prendre en tenaille la liberté d’opinion et la liberté d’expression), que les contre-pouvoirs sont une condition essentielle d’une bonne santé démocratique, que le contrat est préférable au rapport de forces et enfin (mais la liste n’est pas exhaustive) que, si des biens collectifs (pensons aux océans, aux forêts, à l’air) sont, aujourd’hui, menacés, c’est en raison de leur gratuité, parce qu’ils sont sans propriétaire… 

La réponse sera que, quitte à avoir un point de vue matérialiste, un expert fera l’affaire. Et cela tombe bien puisqu’il y a des experts en tout, y compris en expertologie, qui peuvent traiter de la dernière saillie d’un ministricule du gouvernement inexistant. Ils font très bien l’affaire pour traiter ces questions sur un ton docte surtout quand l’on aborde les questions économiques. C’est l’astuce de cette dernière décennie : remplacer le libéral par l’expert en prétextant de la supposée neutralité de ce dernier. Et puis la cause est entendue pour ceux qui lui sont le moins hostiles : si le libéral est un modéré, quoi de plus « modéré », en théorie, qu’un expert ? 

Le problème est que le libéral ne se contente pas d’analyser les conséquences immédiates d’une décision ou d’une réforme. Pour reprendre le titre d’un des derniers écrits de Frédéric Bastiat, un pamphlet qui analyse le rôle de la subjectivité dans l’économie, le libéral garde toujours en tête ce qu’on voit et ce qu’on ne voit pas : « Dans la sphère économique, écrit-il, un acte, une habitude, une institution, une loi n’engendrent pas seulement un effet, mais une série d’effets. De ces effets, le premier seul est immédiat ; il se manifeste simultanément avec sa cause, on le voit. Les autres ne se déroulent que successivement, on ne les voit pas ; heureux si on les prévoit. […] Mais cette différence est énorme, car il arrive presque toujours que, lorsque la conséquence immédiate est favorable, les conséquences ultérieures sont funestes, et vice versa. » Avoir un libéral dans la salle ne peut donc pas se résumer au seul souci de respecter la diversité des opinions. La volonté de préserver l’hygiène du débat devient fondamentale. 

Hélas, trois fois hélas, aux libéraux on préférera, pour le « buzz », les amis du peuple, tendance Marat, premier de Corday, les bigots intellectuels et les goitreux de la bonne conscience claudiquant comme dans un tableau de Jérôme Bosch au bras des chaisières aigries et autres tricoteuses. Car il est clair désormais que ces phalangistes du néant, ces grotesques déguisés en tribuns, ces enragées contemporaines à faire frémir Michelet, plus froides que des statues sulpiciennes mais bouillant d’une haine intérieure, ont placé désormais le messianisme à portée des caniches. 

Écoutez-les japper. Regardez-les chasser en meute dès qu’ils croient lever un lièvre libéral dans l’actualité et qui n’est la plupart du temps qu’un leurre comme celui lancé lors d’une course de lévriers. Un libéral dans les parages ? Sus à lui ! Aussitôt, la grande battue médiatique se lance puisqu’il y va, selon leurs délires, du salut du genre humain et, depuis peu, du salut de notre planète. 

Pourtant, ces délires n’étaient pas écrits d’avance. Davantage que l’histoire politique, l’histoire des idées ne se répète pas, elle bégaie.

Extrait du livre de Joseph Macé-Scaron, "Eloge du libéralisme", publié aux éditions de L’Observatoire

Lien vers la boutique Amazon : ICI

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

02.

Coronavirus chinois : une carte permet de suivre l’évolution de l’épidémie à travers la planète

03.

Pourquoi nous devrions nous inquiéter que l’Etat veuille pousser à une hausse des salaires (alors même que la question se pose bel et bien)

04.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

05.

Ces pistes révolutionnaires que la BCE pourrait explorer pour sauver la zone euro de la japonisation

06.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

07.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

03.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

04.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

05.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

06.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

01.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

02.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

03.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

04.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

05.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

06.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 07/12/2019 - 14:08
Fraternité citoyenne
La question essentielle, c'est : le Libéralisme est-il un système économique qui peut se comparer au Communisme ?
Le Communisme soviétique s'est effondré, suite à d'épouvantables dérives, qui l'avaient emmené vraiment très loin de ses buts originels.
A mon avis, c'est pire : tout comme le Nazisme, le Libéralisme repose, dès le départ sur une base crapuleuse et répugnante.
Adolf Hitler avait une vision assez objective de la situation économique de son pays à son époque, mais l'hypothèse qu'il proposait, le racisme anti-juif, était inacceptable.
Le Libéralisme est proche du Nazisme.
Ou, du moins, ce mouvement, la revanche des riches sur les pauvres, initiée par Reagan, Thatcher, puis Mitterrand en 1983, repose sur la négation d'une avancée fondamentale de la Révolution de 1789 : la Fraternité.
Mon pari, et mon espoir, c'est que le 21ème siècle nous verra progresser dans la Fraternité.
Mais, en respectant un autre principe fondamental : l'unité de chaque nation, reposant sur la citoyenneté.