En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause

02.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

03.

Yassine Belattar trouve que Jean Messiha a "une tête de chameau". Et SOS racisme applaudit !

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Vous pensiez Daesh battu ? Revoyez votre copie

06.

Coronavirus : Italie, Corée du Sud et contaminations non détectées, la France se prépare-t-elle assez à une potentielle pandémie ?

07.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Coronavirus : Italie, Corée du Sud et contaminations non détectées, la France se prépare-t-elle assez à une potentielle pandémie ?

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

ça vient d'être publié
light > Culture
Généreux donateurs
Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause
il y a 9 heures 38 min
light > Culture
"Lucky 7"
Justin Bieber a détrôné le record d'Elvis Presley sur le marché musical américain avec son septième album numéro un des charts
il y a 12 heures 52 min
pépites > Santé
Multiplication de cas
Selon l'OMS, le monde doit se préparer à une "éventuelle pandémie"
il y a 14 heures 5 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture fonce sur la foule lors d'un carnaval de la ville de Volkmarsen
il y a 15 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le chemin de la Garenne" de Michel Onfray : pèlerinage lucide et sombre sur le chemin de l’enfance

il y a 16 heures 46 min
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Le centre ? Quel centre ? Le socialisme gagne les USA et le centre quitte la vie politique mondiale. Pourquoi ?

il y a 18 heures 15 min
pépite vidéo > Europe
Zones d'ombre
Inquiétudes en Europe : comment le coronavirus a-t-il pu arriver en Italie si rapidement ?
il y a 19 heures 47 min
décryptage > Politique
Qu'est-ce qu'on se marre avec lui…

Yassine Belattar trouve que Jean Messiha a "une tête de chameau". Et SOS racisme applaudit !

il y a 20 heures 53 min
décryptage > Santé
Lutte contre le Covid-19

Coronavirus : Italie, Corée du Sud et contaminations non détectées, la France se prépare-t-elle assez à une potentielle pandémie ?

il y a 21 heures 25 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Et si le principal obstacle sur la route des voitures autonomes était… la neige et la pluie ?
il y a 22 heures 15 min
light > France
Liberté religieuse
Asia Bibi va être reçue par Emmanuel Macron vendredi 28 février dans le cadre de sa demande d'asile
il y a 10 heures 34 min
light > Justice
Conséquences judiciaires de la vague #MeToo
Harvey Weinstein a été reconnu coupable à New York d'agression sexuelle et de viol
il y a 13 heures 33 min
light > Media
Disparition d'une grande figure des médias
Mort d'Hervé Bourges à l'âge de 86 ans
il y a 14 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Mégère apprivoisée" de William Shakespeare : féministe ou pas, telle est la question !

il y a 16 heures 36 min
pépites > Justice
Renvoi
Grève des avocats : le procès de François Fillon et de son épouse Penelope est renvoyé au mercredi 26 février
il y a 17 heures 3 min
pépites > Justice
Terrorisme
Nicole Belloubet révèle qu'une quarantaine de djihadistes vont sortir de prison en 2020 et près de 300 d'ici 2023
il y a 18 heures 30 min
décryptage > Economie
Diplomatie

L'euro au plus bas par rapport au dollar : pourquoi, jusqu’où ?

il y a 20 heures 37 min
décryptage > Economie
Disraeli Scanner

La République une et indivisible d’Emmanuel Todd

il y a 21 heures 10 min
décryptage > Terrorisme
Etat islamique

Vous pensiez Daesh battu ? Revoyez votre copie

il y a 21 heures 54 min
décryptage > Politique
Leçons

Le Fillonisme, ce deuil non accompli qui revient hanter la droite

il y a 22 heures 27 min
© TIMOTHY A. CLARY, ROBYN BECK / AFP
© TIMOTHY A. CLARY, ROBYN BECK / AFP
Bonnes feuilles

Elections 2020 : les enjeux du combat face à Donald Trump

Publié le 07 décembre 2019
Jean-Eric Branaa publie "Joe Biden : le 3e mandat de Barack Obama" (VA Editions). A travers le parcours de Barack Obama et Joe Biden, les nombreuses facettes de leurs réalisations communes sont exposées et remises en contexte, afin de comprendre ce que Joe Biden compte proposer au peuple américain en 2020. Extrait 1/2.
Jean-Eric Branaa est spécialiste des Etats-Unis et maître de conférences à l’université Assas-Paris II. Il est chercheur au centre Thucydide et chercheur associé à l’institut l'IRIS. Il est notamment l'auteur de Hillary, une présidente des Etats-Unis ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Eric Branaa
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Eric Branaa est spécialiste des Etats-Unis et maître de conférences à l’université Assas-Paris II. Il est chercheur au centre Thucydide et chercheur associé à l’institut l'IRIS. Il est notamment l'auteur de Hillary, une présidente des Etats-Unis ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Eric Branaa publie "Joe Biden : le 3e mandat de Barack Obama" (VA Editions). A travers le parcours de Barack Obama et Joe Biden, les nombreuses facettes de leurs réalisations communes sont exposées et remises en contexte, afin de comprendre ce que Joe Biden compte proposer au peuple américain en 2020. Extrait 1/2.

Joe Biden s’est déjà présenté à la présidence en 2008, et la politique étrangère avait dominé le débat politique cette année-là. Cela convenait parfaitement au président de la commission sénatoriale des Affaires étrangères qu’il était jusqu’alors et, bien que Joe Biden ait abandonné la course de 2008 après l’Iowa, sa réputation d’expert en politique étrangère lui avait permis de se rendre incontournable et d’être choisi par Barack Obama pour figurer dans le « ticket » avec lui.  

Le scrutin de 2020 se présente très différemment. La politique étrangère ne représente pas grand-chose dans la campagne électorale actuelle et, s’il devait y avoir un événement majeur qui se produisait, il y a de grandes chances pour que cela favorise plutôt Donald Trump, parce qu’il est aux commandes. Cette année, les électeurs démocrates sont plutôt préoccupés par des questions qui touchent leur quotidien comme les soins de santé ou les inégalités des revenus, ou qui engagent l’avenir comme le changement climatique. Par-dessus tout, il y a le défi de vaincre Donald Trump, qui est placé comme priorité absolue par une grande part de l’électorat. C’est dans ce contexte qu’une des toutes premières choses que Joe Biden a dites en entrant en campagne a été une phrase également prononcée par Elizabeth Warren : « En 2019, la politique étrangère est de la politique intérieure. Et la politique intérieure est la politique étrangère. Les deux sont profondément liés. » Joe Biden a ajouté un élément de plus par rapport à la déclaration de la sénatrice du Massachusetts : « Le premier pilier de la politique étrangère est de réparer et de revigorer notre propre démocratie ». Cette déclaration résume à elle seule la plate-forme de politique étrangère de Joe Biden et indique que le thème principal de sa campagne est de restaurer ce que l’administration Trump a passé ces deux dernières années et demie à déchirer. Mais elle cristallise aussi la manière dont la dynamique politique s’est modifiée, tant au sein du pays qu’à l’étranger, depuis que Joe Biden a quitté son poste. Si Elizabeth Warren et Bernie Sanders entendent développer la politique étrangère du pays dans le prolongement des réformes économiques, Joe Biden veut parler de choses très élémentaires, allant de la refonte du système éducatif à l’amélioration de la démocratie ou à la transparence du système politique. 

S’il y a des points à prendre avec la politique étrangère, Joe Biden les gagnera certainement. Dès le début de sa campagne, il a multiplié les discours dénonçant ce président qui « sape les alliances démocratiques du pays tout en embrassant les dictateurs qui font appel à sa vanité. » « Et ne vous y trompez pas, a-t-il ajouté dans un discours important prononcé à New York sur ce même sujet durant l’été 2019, « le monde voit Trump pour ce qu’il est : hypocrite, mal informé et impulsif. Parfois corrompu. Dangereusement incompétent, et incapable de diriger le monde et de diriger même sa propre maison. » On l’a dit : le président Trump a fait de l’annulation du bilan de l’administration Obama en matière de politique étrangère l’une de ses principales priorités. Il n’est donc pas surprenant que l’ancien vice-président Joe Biden – qui a joué un rôle clé dans la mise en œuvre d’accords aujourd’hui abandonnés comme l’Accord de Paris sur le climat et l’accord nucléaire iranien – considère la politique étrangère de Trump comme une catastrophe. Juste avant son discours de New York, l’équipe de l’ancien vice-président a publié une vidéo en ligne reprenant ses principaux objectifs. La vidéo commence par l’image de l’Assemblée générale des Nations Unies qui se moque du Président Trump lors d’un discours qu’il a prononcé dans cette enceinte en septembre 2017.  

L’avenir du monde 

Le tableau que Joe Biden brosse du monde sous Trump est d’une instabilité de plus en plus flagrante. Il explique à chaque fois que possible qu’il est rendu encore plus instable par la politique étrangère de l’administration Trump, que l’on connaît sous le titre-chapeau de « l’Amérique d’Abord ». Comme de nombreux autres démocrates, il estime que la confiance dans les institutions du monde entier est en baisse, et que la peur de l’autre est bien plus grande. Joe Biden analyse qu’il y a de dangereuses résurgences du nationalisme extrême et de l’illibéralisme, du protectionnisme et de la xénophobie. Cela est bien entendu dû au travail de Donald Trump et aux démagogues du monde entier qui agissent comme lui. 

Le cœur du programme de politique étrangère de Biden est de reconstruire les alliances mondiales que Trump a négligées ou mises à mal et d’utiliser ces coalitions pour repousser l’autoritarisme, le changement climatique et les autres menaces qui planent sur les États-Unis et le monde. Joe Biden est très clair sur certains points précis, tel celui de rejoindre l’Accord de Paris sur le climat – ce qui se fera sans délai –, de donner aux négociateurs les moyens de poursuivre les pourparlers visant à supprimer les capacités nucléaires de la Corée du Nord et de reprendre les pourparlers diplomatiques avec l’Iran pour tenter de sauver l’accord nucléaire de l’administration Obama.  

Dans la continuité du discours qui était celui du gouvernement auquel il a appartenu, il s’est également engagé à mettre fin aux « guerres éternelles » en Afghanistan, en Irak et ailleurs, et à se concentrer plus spécifiquement sur la lutte contre le terrorisme. Plus qu’une promesse de Barack Obama, dont c’était effectivement l’un des principaux axes, c’est la poursuite de ses propres objectifs que l’on retrouve. On se souvient que ces points étaient déjà très présents dans sa campagne présidentielle de 2008. Les reprendre tels quels peut sembler surprenant puisque les critiques lui reprochent toujours d’avoir retiré les troupes de combat américaines de l’Irak, ce qui aurait permis à Daech de se développer.  

Quant à l’Afghanistan plus spécifiquement, deux mandats de quatre ans n’ont pas permis au gouvernement auquel il a appartenu de retirer les troupes du terrain : elles sont toujours sur place aujourd’hui. Donald Trump a lui aussi échoué dans la finalisation d’un accord avec les talibans en septembre 2019, qui devait permettre de ramener le nombre de soldats américains sur place à 8500. Il le fera toutefois certainement avant les élections, même sans accord formel, car il lui faut un succès sur ce terrain pour contrer Joe Biden.  

Enfin, les opposants de Joe Biden lui reprochent aussi son vote en faveur de l’intervention en Irak, qui est fréquemment rappelé, même s’il était rapidement revenu dessus, ce qui est tout aussi régulièrement passé sous silence. Donald Trump saura appuyer sur cette question le moment venu. 

Extrait du livre de Jean-Eric Branaa, "Joe Biden : le 3e mandat de Barack Obama", publié chez VA Editions. 

Lien vers la boutique : ICI

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause

02.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

03.

Yassine Belattar trouve que Jean Messiha a "une tête de chameau". Et SOS racisme applaudit !

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Vous pensiez Daesh battu ? Revoyez votre copie

06.

Coronavirus : Italie, Corée du Sud et contaminations non détectées, la France se prépare-t-elle assez à une potentielle pandémie ?

07.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Coronavirus : Italie, Corée du Sud et contaminations non détectées, la France se prépare-t-elle assez à une potentielle pandémie ?

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires