En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

02.

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

03.

Catherine Deneuve achète tout en liquide, Laura Smet encaisse le cash de Laeticia, Patrick Bruel dépense le sien pour Clémence; Paris Hilton pour son chien; Jean-Michel Blanquer quitte sa (2ème) femme, Johnny Depp cassait les affaires de Vanessa Paradis

04.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

05.

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

06.

Energie : l’Allemagne prend le risque mal maîtrisé de l’hydrogène

07.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

01.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

02.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

03.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

04.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

05.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

06.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

05.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Mort du conducteur agressé
Bayonne : Gérald Darmanin promet des mesures pour les chauffeurs de bus de toute la France
il y a 8 min 3 sec
décryptage > Société
Bonnes feuilles

L’instinct de survie : cet atout majeur de l’espèce humaine pour surmonter ses peurs, les obstacles et les accidents de la vie

il y a 6 heures 59 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Retour de l’Etat de droit : la difficile et délicate mission de la lutte contre le narcobanditisme

il y a 8 heures 6 min
décryptage > Economie
Marché du travail

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

il y a 8 heures 52 min
décryptage > Santé
Lutte contre la Covid-19

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

il y a 10 heures 6 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Catherine Deneuve achète tout en liquide, Laura Smet encaisse le cash de Laeticia, Patrick Bruel dépense le sien pour Clémence; Paris Hilton pour son chien; Jean-Michel Blanquer quitte sa (2ème) femme, Johnny Depp cassait les affaires de Vanessa Paradis
il y a 10 heures 48 min
007
L'espion égyptien qui travaillait dans l'entourage d'Angela Merkel a été démasqué
il y a 1 jour 2 heures
light > Science
Une vie de chien
Non, l'âge humain de votre chien ne se multiplie pas par sept
il y a 1 jour 3 heures
pépites > Economie
L'euro fort
L'Irlandais Paschal Donohoe prend la tête de l'Eurogroupe
il y a 1 jour 5 heures
pépites > France
Sécurité
En déplacement à Dijon, Jean Castex dénonce des comportements "inadmissibles"
il y a 1 jour 7 heures
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Elections municipales 2020 : comment la candidature de Rachida Dati a assuré la survie de la droite à Paris

il y a 6 heures 29 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Comment le coronavirus a bouleversé et totalement relancé la course à la Maison Blanche entre Joe Biden et Donald Trump

il y a 7 heures 42 min
décryptage > Environnement
Stratégie gouvernementale

La récession économique n’empêchera pas le gouvernement de mettre en oeuvre son programme (de punition) écologique

il y a 8 heures 28 min
décryptage > Environnement
Carburant du futur ?

Energie : l’Allemagne prend le risque mal maîtrisé de l’hydrogène

il y a 9 heures 23 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

il y a 10 heures 36 min
décryptage > Environnement
Gaspillages

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

il y a 11 heures 2 min
pépites > Justice
Le retour de la justice
Le parquet de Paris enquête sur les fraudes au "chômage partiel"
il y a 1 jour 3 heures
pépites > France
Rénovation vintage
C’est officiel : la flèche de Notre-Dame de Paris sera reconstruite à l’identique
il y a 1 jour 5 heures
pépites > France
Fin de partie
L'état d'urgence sanitaire prend fin aujourd'hui, qu'est ce que cela signifie ?
il y a 1 jour 6 heures
pépite vidéo > France
Reconnaissance
Lors du défilé du 14 juillet, l'armée de l'air rendra hommage au personnel soignant
il y a 1 jour 8 heures
© Thomas SAMSON / AFP
© Thomas SAMSON / AFP
Jeudi noir

5 décembre : la première bataille remportée, les syndicats peuvent-ils gagner la guerre ?

Publié le 06 décembre 2019
La journée du jeudi 5 décembre a été marquée par une forte mobilisation. Selon le ministère de l'Intérieur, 806.000 personnes ont manifesté lors de cette journée de protestation contre la réforme des retraites.
Sylvain Boulouque
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sylvain Boulouque est historien, spécialiste du communisme, de l'anarchisme, du syndicalisme et de l'extrême gauche. Il est l'auteur de Mensonges en gilet jaune : Quand les réseaux sociaux et les bobards d'État font l'histoire (Serge Safran éditeur) ou...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La journée du jeudi 5 décembre a été marquée par une forte mobilisation. Selon le ministère de l'Intérieur, 806.000 personnes ont manifesté lors de cette journée de protestation contre la réforme des retraites.

Atlantico.fr : Selon le ministère de l'Intérieur, 806.000 personnes ont manifesté ce jeudi dans toute la France, la CGT fait quant à elle état de 1.5 millions de manifestants. Si l'on s'attendait à une mobilisation importante, ces chiffres ne dépassent-ils pas les prévisions ? Que penser d'une aussi forte mobilisation au premier jour du mouvement social ? 

Sylvain Boulouque : Effectivement, ce jeudi 5 décembre la mobilisation était très forte et dépassait les espérances des différentes centrales syndicales. On retiendra notamment la mobilisation très forte dans les villes de petite et de moyenne taille.A titre de comparaison, il y a avait hier trois fois plus de manifestants dans les rues qu'au plus fort du mouvement des Gilets jaunes. Ceci montre donc qu'il y a un mécontentement relativement fort dans l'ensemble de la population et un vrai soutien à la contestation syndicale alors même que le projet de réforme des retraites du gouvernement n'a pas été révélé dans sa version finale. On peut donc parler d'un réel succès.

Il est toujours difficile de se prononcer sur le début d'un mouvement et sur son évolution possible. Est-ce que c'est d’emblée la maximum qui est atteint ou est-ce que le mouvement peut gagner en ampleur ? Il est encore trop tôt pour trancher, cela dépendra du travail des organisations syndicales et du projet de loi et de l'attitude qu'adoptera le gouvernement. On ne sait pas encore ce qu'il adviendra, mais au premier jour c'est vraisemblablement un succès pour les syndicats.

Ce succès montre également qu'il y a une mobilisation qui s'est faite par les vecteurs syndicaux traditionnels et donc par les corps intermédiaires. On ne peut pas encore parler de victoire des corps intermédiaires mais les syndicats sont à nouveau mis-en-lumière. Dès lors, cela démontre que les syndicats ne sont pas condamnés tel qu'on pouvait le dire et le penser jusqu'alors au vu du désintérêt de la population pour les corps intermédiaires. C'est extrêmement important dans la mesure aussi où toutes les mouvances syndicales -la CFDT par exemple- n'appelaient pas à  la grève. Ainsi, si les négociations avec le gouvernement n’aboutissaient pas et dans la mesure où tous les syndicalistes ne se sont pas mobilisés, le mouvement pourrait donc prendre davantage d'ampleur. 

Comme lors des manifestations des Gilets jaunes, les black blocks et les émeutiers étaient présents au sein des cortèges ce vendredi, 87 arrestations ont été relevées à Paris. Le monument de la République a par exemple été tagué, que penser de ces débordements, sont-ils désormais le fait commun de toute manifestation ? Jean-Luc Mélenchon a aussi pointé du doigt la réponse des forces de l'ordre, note-t-on également ce jeudi des débordements du côté de la police ? 

La tradition émeutière avait quasiment disparue en France entre les années 1980 et 2000, avant de revenir en force avec la loi El Khomri (loi travail) et davantage encore avec le mouvement des Gilets jaunes. Il y a de fortes chances que cette tendance progresse dans les mois et années à venir. Il y a donc de fortes chances que ces émeutiers soient présents de manifestations en manifestations d'autant plus, que si l'on regarde les chiffres -3000 gardes à vue et 2000 condamnations- ils ne semblent pas avoir peur de la justice. Si les menaces judiciaires ne les arrêtent pas, il y a donc fort à parier que le mouvement émeutier enfle. Cette tendance doit également être mise en parallèle avec le fait que 20% de la population est favorable ou du moins n'est pas opposée à l'usage de la violence dans les mouvements sociaux. Ceci ne veut bien sûr pas dire que 20% de la population usera de la violence, simplement que ce soutien aux émeutiers est réel.

Parallèlement, il y a une tendance de plus en importante de la part des forces de l'ordre à se montrer violentes. Il y a des interventions policières qui sont de plus en plus violentes dans les manifestations. Il y a même certains cas -à Nantes ce jeudi par exemple alors que les manifestants ne faisaient que danser- dans lesquels la police intervient et charge sur les manifestants sans aucune raison apparente. Il y a donc aussi de la part de la police une tendance à être beaucoup plus répressive et violente dans ses réactions ce qui dans certains cas entraîne la réponse des manifestants. Dans ce cas précis, Mélenchon constate une réalité : toute personne qui regarde les manifestations peut observer une montée des "violences" policières. La dégradation des rapports sociaux -ici entre manifestants et police- entraînent des réactions violentes de part et d'autres. La police, par exemple, réagi de plus en plus rapidement au moindre débordement même le plus petit. 

Cette tactique policière et gouvernementale -puisque cette stratégie émane du ministère de l'Intérieur- n'est pas nouvelle. On peut dresser une comparaison avec tentation insurrectionnelle des années 1920 et la réponse assez similaire du gouvernement Clémenceau. Bien que les tactiques étaient différentes et le seuil de violence ait été bien supérieur à l'époque, la stratégie était quelque part la même : mater les tentations insurrectionnelles par une réponse forte des forces de l'ordre.

Ce qui est intéressant aujourd'hui, c'est que d'un côté la société est bien moins violente -on n'est pas dans le même rapport à la violence que dans les année 20, par exemple- et pourtant le rapport à la violence est plus important, de part et d'autre, qu'il ne l'était il y a une vingtaine d'années. Et ce phénomène n'est pas restreint à la France il se constate aux quatre coins du monde.

Si le parallèle a été dressé à plusieurs reprises, à la suite de la forte mobilisation de ce jeudi et notamment à la grève d'ores et déjà reconduite par la RATP, doit -on s'attendre à un mouvement aussi soutenu et durable qu'en 1995 ? 

Le départ du mouvement est plus important qu'en 1995, mais il faut également prendre en compte les 15 jours de préparation dont ont disposé les syndicats cette fois-ci. En effet, la grève a été annoncée 15 jours à l'avance et les médias en ont beaucoup parlé, or en 1995 il n'y avait pas eu ce laps de temps de préparation. Il faut également prendre en compte le fait qu'il n'y pas eu, depuis 1995, de victoires ou de résultats positifs pour les syndicats. Cela peut également traduire, dans le cas présent, une volonté d'aller jusqu'au bout. Pour l'heure on est dans une configuration similaire à  celle de 1995, l'opinion est plutôt favorable au mouvement mais on ne sait pas encore ce qui adviendra dans les jours qui viennent. 

C'est toujours difficile de savoir si le mouvement tiendra sur la durée. En 1995, le mouvement avait duré parce que le gouvernement avait tardé à répondre. Mais 1995 est un contre-modèle, aujourd'hui on ne sait pas quelle stratégie le pouvoir en place choisira d'adopter. Pour l'heure, on sait que jusqu'à lundi prochain la situation restera bloquée, mais il est impossible de se prononcer sur l'après lundi. 

Il est difficile de se prononcer sur la question, est-ce que le mouvement ira crescendo ou restera-t-il stable ? On ne sait pas. Ce que l'on peut dire, c'est que si le gouvernement cède face à la contestation il risque de perdre sa base qui retournera vers Les Républicains. A contrario, s'il ne cède pas on ne sait absolument pas quelle tournure le mouvement peut prendre.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires