En direct
Best of
Best of du 18 au 24 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

02.

Coronavirus chinois : une carte permet de suivre l’évolution de l’épidémie à travers la planète

03.

Pourquoi nous devrions nous inquiéter que l’Etat veuille pousser à une hausse des salaires (alors même que la question se pose bel et bien)

04.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

05.

Ces pistes révolutionnaires que la BCE pourrait explorer pour sauver la zone euro de la japonisation

06.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

07.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

01.

L'inspecteur Barnaby est-il raciste ?

01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

03.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

04.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

05.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

06.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

01.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

02.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

03.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

04.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

05.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

06.

Un vol pour Kharkov ( Ukraine) et vous revenez avec un bébé d’appellation controlée

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Faits divers
Catastrophe climatique
L'est de l'Espagne sous le choc de la tempête Gloria
il y a 10 min 27 sec
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Un immense populicide mondialisé ? : l’histoire tragique de la fin du communisme et des ultimes heures de la guerre froide

il y a 1 heure 11 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Le nouveau mal français : la baisse du niveau de vie

il y a 1 heure 15 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Grandeurs et misère de la vie politique : le regard et le jugement de Tocqueville sur son engagement

il y a 1 heure 18 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Laéticia Hallyday, nue sur Instagram, au ski avec Kev Adams : Pascal s'inquiète ; Pamela épouse, une (très) vieille flamme, Jennifer Aniston en prend le chemin avec Brad (?), Rihanna se rapproche de DEUX ex ; Patrick Bruel fait une chute
il y a 1 heure 32 min
décryptage > International
Donne moi ton signe, je te dirai ce que tu vas faire

Année du rat de métal : voilà comment les dirigeants chinois pourraient adapter leur stratégie en fonction de leurs horoscopes

il y a 2 heures 19 min
décryptage > Politique
Mission impossible

Retraites : pourquoi la complexité du système fiscal et social français fragilise la crédibilité des études d’impact

il y a 3 heures 32 min
pépites > Santé
2019-nVoC
Coronavirus chinois : une carte permet de suivre l’évolution de l’épidémie à travers la planète
il y a 11 heures 57 min
pépites > International
Vive inquiétude
L’association française SOS Chrétiens d’Orient a annoncé la disparition de quatre de ses collaborateurs en Irak
il y a 15 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"En couple (situation provisoire)" : un an après, la pièce à succès de Jean-Michel Ribes retrouve le haut de l'affiche

il y a 19 heures 30 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Make the Internet Great Again : le style Trump sur Twitter

il y a 1 heure 10 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Le pantouflage : un sport de masse chez les anciens élèves de l’ENA

il y a 1 heure 13 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Le peuple français est-il une fiction ? : la France face au spectre de l’identité

il y a 1 heure 16 min
décryptage > Politique
Debout les morts

Miracle à Jérusalem : Emmanuel Macron va rencontrer Yasser Arafat !

il y a 1 heure 23 min
décryptage > Economie
Raréfaction des ressources

Une économie beaucoup plus économe en matières premières : l’idée présentée à Davos par Ellen Mac Arthur qui pourrait vraiment faire la différence

il y a 2 heures 1 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

il y a 3 heures 8 min
décryptage > Politique
SOS contrat social

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

il y a 4 heures 52 sec
pépite vidéo > Santé
Prévention
Trois premiers cas du coronavirus en France : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Agnès Buzyn
il y a 15 heures 10 min
pépites > Santé
Enrayer la progression du virus
Coronavirus chinois : Agnès Buzyn confirme trois premiers cas avérés en France, à Bordeaux et à Paris
il y a 16 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La jungle des océans. Crimes impunis, esclavage, ultraviolence, pêche illégale" de Ian Urbina : enquête percutante sur les mauvaises pratiques en mer

il y a 19 heures 40 min
© Odd ANDERSEN / AFP
© Odd ANDERSEN / AFP
Une page se tourne ?

La fin de règne d’Angela Merkel se dessine dans le congrès du SPD

Publié le 06 décembre 2019
Le SPD se réunit en congrès. L'avenir de la coalition CDU-CSU-SPD sera abordé. Angela Merkel a annoncé l'an dernier qu'elle se retirerait de la vie politique à l'issue de son mandat, en 2021. Sa coalition gouvernementale, composée de son parti, la CDU, et des sociaux-démocrates du SPD, est en danger.
Jérôme Vaillant est professeur émérite de civilisation allemande à l'Université de Lille et directeur de la revue Allemagne d'aujourdhui. Il a récemment publié avec Hans Stark "Les relations franco-allemandes: vers un nouveau traité de l'Elysée" dans le...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Vaillant
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Vaillant est professeur émérite de civilisation allemande à l'Université de Lille et directeur de la revue Allemagne d'aujourdhui. Il a récemment publié avec Hans Stark "Les relations franco-allemandes: vers un nouveau traité de l'Elysée" dans le...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le SPD se réunit en congrès. L'avenir de la coalition CDU-CSU-SPD sera abordé. Angela Merkel a annoncé l'an dernier qu'elle se retirerait de la vie politique à l'issue de son mandat, en 2021. Sa coalition gouvernementale, composée de son parti, la CDU, et des sociaux-démocrates du SPD, est en danger.

Atlantico.fr : Le SPD se réunit en congrès à partir d’aujourd’hui, vendredi 6 décembre, jusqu’à dimanche 8 décembre. Doit être notamment discuté l’avenir de la grande coalition CDU-CSU-SPD derrière Angela Merkel. L’enjeu du week-end est-il la fin de cette coalition ?

Jérôme Vaillant : Je ne crois pas que ce soit l’enjeu. Compte tenu de mes connaissances de ce qui se passe au sein du SPD actuellement, je ne crois pas que le véritable enjeu soit déjà – et j’insiste sur ce déjà – l’avenir de la grande coalition. On a aujourd’hui affaire à un SPD profondément divisé. Il n’y a pas seulement au sein du SPD une nouvelle direction (encore faut-il qu’elle soit d’ailleurs confirmée par le congrès, ce qui devrait arriver), composée de Saskia Esken et de Norbert Walter-Borjans, il y a aussi une partie du SPD qui pense que quitter la grande coalition en claquant la porte ne rimerait pas à grand-chose, et que ce serait au contraire quelque chose qui pourrait précipiter le déclin du parti. Il ne faut pas perdre de vue le fait que ce duo n’est pas obligatoirement bien installé au sein du parti. Il ne le connaît pas dans toutes ses ramifications.

Les négociations qui ont été menées entre ce nouveau duo et le comité directeur du SPD a conduit à la mise en place d’une proposition qui sera soumise au Congrès à Berlin, proposition plutôt modérée, proposition de compromis entre les deux mouvements en présence au sein du parti. Cette proposition n’est pas l’expression des volontés des deux nouveaux dirigeants du parti. D’autant que ce duo est composé d’amateurs : Saskia Esken et Norbert Walter-Borjans ne sont pas des personnalités très connues en Allemagne et n’ont pas l’expérience du pouvoir fédéral.

Le compromis trouvé consiste en trois points : améliorer le pacte qui a été accepté par l’actuel gouvernement sur le climat, jugé insuffisant par une grande partie du SPD ; provoquer des investissements massifs dans les infrastructures ; augmenter le salaire minimum à 12€, alors qu’il est aujourd’hui en dessous de 10€. La tendance va donc plutôt à reconnaître la nécessité de réunir la grande coalition à mi-parcours, pour voir ce qui a été obtenu par le parti et ce qui pourrait être développé. Ces trois thèmes pourraient être l’objet de négociations avec la CDU et la CSU, qui pourraient être vigoureuses. Par conséquent, ce qui n’arrivera sans doute pas au Congrès de Berlin pourrait arriver par la suite.

 C’est aussi le sort d’un certain nombre de personnes qui va être réglé à Berlin, par exemple celui du ministre des Finances. Si Olaf Scholz décidait de démissionner de sa fonction, ce serait un geste qui pourrait davantage fragiliser la coalition actuellement.

Faut-il prévoir plutôt une rupture de cette coalition ou une réduction de la marge de manœuvre de la chancelière avant la fin de son mandat en 2021 ?

Je ne voudrais pas jouer au devin. L’objectif poursuivi par Angela Merkel et par les chrétiens démocrates, c’est de se maintenir au pouvoir au moins jusqu’en 2021. Si ce n’est pas au sein d’une coalition, ce serait, comme certains le suggèrent à la chancelière, avec un gouvernement minoritaire, ce que l’Allemagne n’a jamais connu véritablement au niveau fédéral.

On ne peut rien exclure, vu que le SPD n’est pas une garantie de stabilité. La faiblesse du parti est un élément de déstabilisation. Ce qui ne se produira pas dans les jours qui viennent, cela peut se produire à une autre occasion. C’est d’ailleurs redoutable pour la politique allemande, parce qu’on n’a pas le sentiment que le gouvernement soit capable de prendre de grandes décisions, mais plutôt qu’il est en train de louvoyer pour éviter les difficultés. Cela n’est pas une bonne chose.

Que ce soit au Royaume-Uni, en Italie ou en France, les gouvernements européens semblent ne plus avoir de majorité d’action pour mener à bien des politiques. Grâce aux coalitions, l’Allemagne a réussi à passer à travers les gouttes. Mais la nouvelle génération sociale-démocrate semble vouloir changer de cap. En cas de crise politique majeure, y aurait-il d’autres possibilités de coalition ? Vers quoi se dirigerait-on ?

Je fais partie de ceux qui ont regretté qu’après les élections fédérales de septembre 2017, l’expérience d’un gouvernement à trois, CDU-CSU, Verts et libéraux, n’ait pas abouti. Cela aurait été une expérience intéressante et utile qui aurait épargné à l’Allemagne cette nouvelle grande coalition pas très solide. Cela n’a pas marché à cause du retrait des libéraux. Je ne pense pas qu’on puisse imaginer, si jamais la grande coalition devait se défaire, que les libéraux souhaitent entrer dans une coalition du type de celle qu’ils ont refusée. On s’orientera sans doute vers des élections anticipées dans ce cas-là, élections lors desquelles les Verts auraient très certainement une carte à jouer. On peut imaginer une coalition après des élections anticipées qui serait faite de la CDU-CSU, de Verts, peut-être appuyée de libéraux.

Dans quelle mesure la faiblesse de la grande coalition fragilise Angela Merkel en Europe ?

La prédominance de l’Allemagne sur les sujets européens est déjà remise en cause depuis longtemps. C’est de toute façon une prédominance qui ne s’est manifestée que dans le domaine financier et économique. Sur le plan de la politique internationale et des opérations extérieures, ce qui a caractérisé les différents gouvernements Merkel, c’est plutôt la tendance à la prudence et au retrait, malgré quelques avancées par ci, par là. On sent que les chrétiens démocrates cherchent à aller plus loin que la chancelière Merkel sur l’Europe et sur la défense européenne. On oublie en France d’écouter ce qui se dit entre les lignes chez les chrétiens démocrates. Sans vouloir présager de l’avenir de l’actuelle ministre de la Défense et présidente de la CDU, Annegret Kramp-Karrenbauer, elle a une formule à laquelle on devrait s’intéresser : « Il faut rester transatlantique et devenir plus européen », a-t-elle expliqué.  Elle parlait de l’Europe de la Défense. Je pense qu’on n’a pas compris véritablement le positionnement de l’Allemagne et d’Angela Merkel sur l’Europe de la Défense et les relations transatlantiques.  Angela Merkel, dès l’arrivée de Trump au pouvoir, a dit qu’à l’évidence, on ne pouvait plus compter sur les amis d’hier comme on l’avait fait jusqu’alors. Le problème à mes yeux, c’est qu’elle semble avoir fait la bonne analyse mais qu’elle n’a pas suivi cette analyse de propositions concrètes, qui auraient pu aller au-devant des propositions de la France telles que formulées par Emmanuel Macron. Il y a là un déficit manifeste et il n’est pas sûr que l’actuel marasme politique favorise l’émergence de grands projets européens, à quelque niveau que ce soit, en Allemagne.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

02.

Coronavirus chinois : une carte permet de suivre l’évolution de l’épidémie à travers la planète

03.

Pourquoi nous devrions nous inquiéter que l’Etat veuille pousser à une hausse des salaires (alors même que la question se pose bel et bien)

04.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

05.

Ces pistes révolutionnaires que la BCE pourrait explorer pour sauver la zone euro de la japonisation

06.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

07.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

01.

L'inspecteur Barnaby est-il raciste ?

01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

03.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

04.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

05.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

06.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

01.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

02.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

03.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

04.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

05.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

06.

Un vol pour Kharkov ( Ukraine) et vous revenez avec un bébé d’appellation controlée

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
evgueniesokolof
- 07/12/2019 - 21:58
Ce qui est assez étonnant
est que dans ce contexte de naufrage, l'électorat puisse encore donner une carte aux Verts pour accélérer la mort du Titanic! C'est bien l'Europe ( je parle du continent et s du cirque bruxellois) qui se suicide!