En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

02.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

03.

Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette

04.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

05.

Et non Monsieur Macron: le secret des Amishs pour rester en forme en vieillissant... n'a pas tout à voir avec leur refus de la modernité technologique

06.

Enquête administrative sur le PNF : utile ruée dans les brancards d’Éric Dupont Moretti ou taureau dans un magasin de porcelaine ?

07.

Alerte aux finances : le RN, un parti à la dérive

01.

L’inquiétant système chinois de notation sociale qui menace le monde

02.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

03.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

04.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

05.

Droit des arbres : ce danger insidieux qui nous guette quand l'humain n'est plus qu'un vivant parmi d'autres

06.

L’intelligence artificielle avait abîmé la beauté des échecs, voilà comment elle pourrait la renouveler

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

L’étude qui montre que la plus grande peur agitée pour 2022 n’est pas celle de l’insécurité

03.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

04.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

05.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

06.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le théorème du parapluie" : Le spectacle est permanent, émerveillons-nous !

il y a 1 min 53 sec
pépite vidéo > Insolite
Spiderman
Paris : un homme interpellé après avoir escaladé la tour Montparnasse à mains nues
il y a 48 min 15 sec
décryptage > Politique
Politisation de la justice

Enquête administrative sur le PNF : utile ruée dans les brancards d’Éric Dupont Moretti ou taureau dans un magasin de porcelaine ?

il y a 2 heures 11 min
décryptage > France
Gouverner, c'est prévoir

Les leçons de notre impréparation face au Covid ont-elles été tirées face aux autres risques majeurs identifiés par les livres blancs ?

il y a 3 heures 35 min
décryptage > International
Rival systémique

Marxiste dedans, ultralibérale dehors, la Chine fait perdre ses moyens à l'Europe

il y a 4 heures 12 min
décryptage > Politique
Le pelé, le galeux c’est lui

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

il y a 4 heures 31 min
décryptage > Défense
Bonnes feuilles

Les 100 mots de la guerre : de la guerre nucléaire à la paix en passant par la peur

il y a 4 heures 35 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’ère des victimes : le règne de la tyrannie des minorités et de la privatisation de la censure

il y a 4 heures 35 min
décryptage > Culture
Iegor Gran

"Les services compétents" de Iegor Gran : Tartuffe au pays des Soviets, une histoire vraie et un excellent récit romanesque

il y a 13 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La légende de Bruno et Adèle" de Amir Gutfreund : un auteur de choix pour s'initier à la littérature israélienne contemporaine

il y a 13 heures 44 min
pépite vidéo > Religion
Débat pas simple
Voile à l'Assemblée : pour Jean-Sébastien Ferjou, "le voile a une double nature, privée et politique",
il y a 7 min 3 sec
pépites > International
Disparition
États-Unis : Ruth Bader Ginsburg, juge à la Cour Suprême, est décédée
il y a 1 heure 21 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette
il y a 3 heures 15 min
décryptage > Société
La vérité est ailleurs

Et non Monsieur Macron: le secret des Amishs pour rester en forme en vieillissant... n'a pas tout à voir avec leur refus de la modernité technologique

il y a 3 heures 56 min
décryptage > Economie
Dépenses à crédit

Jusqu’à quand pourrons-nous financer nos dépenses de santé par la dette ?

il y a 4 heures 22 min
décryptage > Science
Bonnes feuilles

Comment les chiffres transforment les algorithmes en véritables menaces

il y a 4 heures 35 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’islamisme, cette lèpre qu'Emmanuel Macron ignore

il y a 4 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Turner – Peintures et Aquarelles- Collection de la Tate : la fascinante exposition d’un “Voyageur de Lumière”

il y a 13 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Où vont les vents sauvages ?" de Nick Hunt : un voyage qui marie intelligemment nature et culture… belle approche des lieux mais médiocre jugement sur les habitants

il y a 13 heures 25 min
light > Culture
Star du doublage et comédien inoubliable
L'acteur Roger Carel est mort à l'âge de 93 ans
il y a 20 heures 52 min
© Odd ANDERSEN / AFP
© Odd ANDERSEN / AFP
Une page se tourne ?

La fin de règne d’Angela Merkel se dessine dans le congrès du SPD

Publié le 06 décembre 2019
Le SPD se réunit en congrès. L'avenir de la coalition CDU-CSU-SPD sera abordé. Angela Merkel a annoncé l'an dernier qu'elle se retirerait de la vie politique à l'issue de son mandat, en 2021. Sa coalition gouvernementale, composée de son parti, la CDU, et des sociaux-démocrates du SPD, est en danger.
Jérôme Vaillant
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Vaillant est professeur émérite de civilisation allemande à l'Université de Lille et directeur de la revue Allemagne d'aujourdhui. Il a récemment publié avec Hans Stark "Les relations franco-allemandes: vers un nouveau traité de l'Elysée" dans le...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le SPD se réunit en congrès. L'avenir de la coalition CDU-CSU-SPD sera abordé. Angela Merkel a annoncé l'an dernier qu'elle se retirerait de la vie politique à l'issue de son mandat, en 2021. Sa coalition gouvernementale, composée de son parti, la CDU, et des sociaux-démocrates du SPD, est en danger.

Atlantico.fr : Le SPD se réunit en congrès à partir d’aujourd’hui, vendredi 6 décembre, jusqu’à dimanche 8 décembre. Doit être notamment discuté l’avenir de la grande coalition CDU-CSU-SPD derrière Angela Merkel. L’enjeu du week-end est-il la fin de cette coalition ?

Jérôme Vaillant : Je ne crois pas que ce soit l’enjeu. Compte tenu de mes connaissances de ce qui se passe au sein du SPD actuellement, je ne crois pas que le véritable enjeu soit déjà – et j’insiste sur ce déjà – l’avenir de la grande coalition. On a aujourd’hui affaire à un SPD profondément divisé. Il n’y a pas seulement au sein du SPD une nouvelle direction (encore faut-il qu’elle soit d’ailleurs confirmée par le congrès, ce qui devrait arriver), composée de Saskia Esken et de Norbert Walter-Borjans, il y a aussi une partie du SPD qui pense que quitter la grande coalition en claquant la porte ne rimerait pas à grand-chose, et que ce serait au contraire quelque chose qui pourrait précipiter le déclin du parti. Il ne faut pas perdre de vue le fait que ce duo n’est pas obligatoirement bien installé au sein du parti. Il ne le connaît pas dans toutes ses ramifications.

Les négociations qui ont été menées entre ce nouveau duo et le comité directeur du SPD a conduit à la mise en place d’une proposition qui sera soumise au Congrès à Berlin, proposition plutôt modérée, proposition de compromis entre les deux mouvements en présence au sein du parti. Cette proposition n’est pas l’expression des volontés des deux nouveaux dirigeants du parti. D’autant que ce duo est composé d’amateurs : Saskia Esken et Norbert Walter-Borjans ne sont pas des personnalités très connues en Allemagne et n’ont pas l’expérience du pouvoir fédéral.

Le compromis trouvé consiste en trois points : améliorer le pacte qui a été accepté par l’actuel gouvernement sur le climat, jugé insuffisant par une grande partie du SPD ; provoquer des investissements massifs dans les infrastructures ; augmenter le salaire minimum à 12€, alors qu’il est aujourd’hui en dessous de 10€. La tendance va donc plutôt à reconnaître la nécessité de réunir la grande coalition à mi-parcours, pour voir ce qui a été obtenu par le parti et ce qui pourrait être développé. Ces trois thèmes pourraient être l’objet de négociations avec la CDU et la CSU, qui pourraient être vigoureuses. Par conséquent, ce qui n’arrivera sans doute pas au Congrès de Berlin pourrait arriver par la suite.

 C’est aussi le sort d’un certain nombre de personnes qui va être réglé à Berlin, par exemple celui du ministre des Finances. Si Olaf Scholz décidait de démissionner de sa fonction, ce serait un geste qui pourrait davantage fragiliser la coalition actuellement.

Faut-il prévoir plutôt une rupture de cette coalition ou une réduction de la marge de manœuvre de la chancelière avant la fin de son mandat en 2021 ?

Je ne voudrais pas jouer au devin. L’objectif poursuivi par Angela Merkel et par les chrétiens démocrates, c’est de se maintenir au pouvoir au moins jusqu’en 2021. Si ce n’est pas au sein d’une coalition, ce serait, comme certains le suggèrent à la chancelière, avec un gouvernement minoritaire, ce que l’Allemagne n’a jamais connu véritablement au niveau fédéral.

On ne peut rien exclure, vu que le SPD n’est pas une garantie de stabilité. La faiblesse du parti est un élément de déstabilisation. Ce qui ne se produira pas dans les jours qui viennent, cela peut se produire à une autre occasion. C’est d’ailleurs redoutable pour la politique allemande, parce qu’on n’a pas le sentiment que le gouvernement soit capable de prendre de grandes décisions, mais plutôt qu’il est en train de louvoyer pour éviter les difficultés. Cela n’est pas une bonne chose.

Que ce soit au Royaume-Uni, en Italie ou en France, les gouvernements européens semblent ne plus avoir de majorité d’action pour mener à bien des politiques. Grâce aux coalitions, l’Allemagne a réussi à passer à travers les gouttes. Mais la nouvelle génération sociale-démocrate semble vouloir changer de cap. En cas de crise politique majeure, y aurait-il d’autres possibilités de coalition ? Vers quoi se dirigerait-on ?

Je fais partie de ceux qui ont regretté qu’après les élections fédérales de septembre 2017, l’expérience d’un gouvernement à trois, CDU-CSU, Verts et libéraux, n’ait pas abouti. Cela aurait été une expérience intéressante et utile qui aurait épargné à l’Allemagne cette nouvelle grande coalition pas très solide. Cela n’a pas marché à cause du retrait des libéraux. Je ne pense pas qu’on puisse imaginer, si jamais la grande coalition devait se défaire, que les libéraux souhaitent entrer dans une coalition du type de celle qu’ils ont refusée. On s’orientera sans doute vers des élections anticipées dans ce cas-là, élections lors desquelles les Verts auraient très certainement une carte à jouer. On peut imaginer une coalition après des élections anticipées qui serait faite de la CDU-CSU, de Verts, peut-être appuyée de libéraux.

Dans quelle mesure la faiblesse de la grande coalition fragilise Angela Merkel en Europe ?

La prédominance de l’Allemagne sur les sujets européens est déjà remise en cause depuis longtemps. C’est de toute façon une prédominance qui ne s’est manifestée que dans le domaine financier et économique. Sur le plan de la politique internationale et des opérations extérieures, ce qui a caractérisé les différents gouvernements Merkel, c’est plutôt la tendance à la prudence et au retrait, malgré quelques avancées par ci, par là. On sent que les chrétiens démocrates cherchent à aller plus loin que la chancelière Merkel sur l’Europe et sur la défense européenne. On oublie en France d’écouter ce qui se dit entre les lignes chez les chrétiens démocrates. Sans vouloir présager de l’avenir de l’actuelle ministre de la Défense et présidente de la CDU, Annegret Kramp-Karrenbauer, elle a une formule à laquelle on devrait s’intéresser : « Il faut rester transatlantique et devenir plus européen », a-t-elle expliqué.  Elle parlait de l’Europe de la Défense. Je pense qu’on n’a pas compris véritablement le positionnement de l’Allemagne et d’Angela Merkel sur l’Europe de la Défense et les relations transatlantiques.  Angela Merkel, dès l’arrivée de Trump au pouvoir, a dit qu’à l’évidence, on ne pouvait plus compter sur les amis d’hier comme on l’avait fait jusqu’alors. Le problème à mes yeux, c’est qu’elle semble avoir fait la bonne analyse mais qu’elle n’a pas suivi cette analyse de propositions concrètes, qui auraient pu aller au-devant des propositions de la France telles que formulées par Emmanuel Macron. Il y a là un déficit manifeste et il n’est pas sûr que l’actuel marasme politique favorise l’émergence de grands projets européens, à quelque niveau que ce soit, en Allemagne.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
evgueniesokolof
- 07/12/2019 - 21:58
Ce qui est assez étonnant
est que dans ce contexte de naufrage, l'électorat puisse encore donner une carte aux Verts pour accélérer la mort du Titanic! C'est bien l'Europe ( je parle du continent et s du cirque bruxellois) qui se suicide!