En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

02.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

03.

Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste

04.

L’Allemagne mobilise 1300 milliards d’euros pour se sortir de la crise... La France 3 fois moins, cherchez l’erreur

05.

La France, paradis des squatteurs et qui entend bien le rester

06.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

07.

Les troubles obsessionnels compulsifs d’Erdogan : Le panislamisme, la résurgence de la grandeur ottomane… et incidemment attaquer la France

01.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

02.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

05.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

06.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

04.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

05.

"Le plaisir sexuel est simplement divin" a déclaré le pape François. Il nous étonnera toujours…

06.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

ça vient d'être publié
light > Santé
Des propos "à l'emporte-pièce"
Olivier Véran répond à Nicolas Bedos suite à son appel sur l'arrêt du port du masque et des gestes barrières
il y a 5 heures 7 min
pépites > Santé
Désengorger les SERVICES
Covid-19 : les Hôpitaux de Paris vont reporter 20% des opérations chirurgicales dès ce week-end
il y a 7 heures 10 min
pépites > Santé
Health Data Hub
Santé : l’Assurance maladie met son avis en suspens sur le mégafichier de données individuelles
il y a 8 heures 8 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste
il y a 9 heures 51 min
décryptage > France
Loi

La France, paradis des squatteurs et qui entend bien le rester

il y a 11 heures 8 min
décryptage > France
Drame humain

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

il y a 12 heures 6 min
pépite vidéo > Société
Fermeture des bars et des restaurants
Covid-19 : l'incompréhension de la maire de Marseille, Michèle Rubirola, suite aux annonces d'Olivier Véran
il y a 12 heures 34 min
décryptage > Economie
Industrie

Sauver Bridgestone à tout prix ? Et si on parlait de ces emplois industriels qui ne trouvent pas preneurs...

il y a 13 heures 22 min
décryptage > Santé
Lutte contre le virus

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

il y a 14 heures 8 min
pépites > Santé
Lutte contre le virus
Olivier Véran dévoile de nouvelles mesures dans le cadre de la lutte contre la Covid-19 et précise que "la situation continue globalement de se dégrader"
il y a 1 jour 2 heures
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Comédies françaises" de Eric Reinhardt : un magnifique roman d’initiation, itinéraire d’un millénial gâté

il y a 5 heures 54 min
light > Culture
Ministère de la Culture
Gabriel Matzneff est définitivement privé d'aide publique
il y a 7 heures 42 min
pépites > Europe
Vers de nouvelles sanctions de l'UE ?
Biélorussie : l'Union européenne refuse de reconnaître Alexandre Loukachenko comme président malgré sa "prestation de serment"
il y a 9 heures 28 min
pépites > Justice
Justice
Financement libyen : la cour d'appel de Paris rejette les recours de Nicolas Sarkozy et de ses proches
il y a 10 heures 4 min
décryptage > International
Influence de la Turquie

Les troubles obsessionnels compulsifs d’Erdogan : Le panislamisme, la résurgence de la grandeur ottomane… et incidemment attaquer la France

il y a 11 heures 51 min
décryptage > France
Il m’a démasqué

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

il y a 12 heures 24 min
décryptage > Environnement
Transition écologique

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

il y a 13 heures 6 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’Allemagne mobilise 1300 milliards d’euros pour se sortir de la crise... La France 3 fois moins, cherchez l’erreur

il y a 13 heures 51 min
décryptage > Politique
Candidat idéal ?

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

il y a 14 heures 31 min
light > Culture
Icône de la chanson française
La chanteuse Juliette Gréco est morte à l'âge de 93 ans
il y a 1 jour 3 heures
© Reuters
© Reuters
Same old, same old ?

1995 - 2019 : le jeu des 7 différences d’une France en crise

Publié le 04 décembre 2019
De la fracture sociale à la grande inquiétude post Gilets jaunes, les Français semblent de plus en plus désemparés, faisait-il meilleur être Français en 1995 ? Un sondage YouGov vient de montrer que 58% des Français redoutent un effondrement de notre civilisation.
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
De la fracture sociale à la grande inquiétude post Gilets jaunes, les Français semblent de plus en plus désemparés, faisait-il meilleur être Français en 1995 ? Un sondage YouGov vient de montrer que 58% des Français redoutent un effondrement de notre civilisation.

Atlantico : Allons-nous vers une preuve de force ce jeudi 5 novembre ? Doit-on s'attendre à un "grand matin" ?

Jean-Paul Betbeze : Oui, la France se prépare à un « grand matin » le 5 décembre, jour où entendent se réunir toutes les expressions des insatisfactions, revendications, peurs, interrogations, comme on voudra, qui nous secouent – pour freiner le gouvernement et Emmanuel Macron, il n’est presque plus question des « patrons ». Comme toujours, nous sommes dans la politique, à quelques semaines de Noël (comme par hasard), à quatre mois des municipales et au milieu du mandat Présidentiel, moment sensible, multipolitique où le principal disparaît, la croissance et l’emploi sur longue période, les intérêts catégoriels pouvant avancer masqués. Les mots sont des prétextes : les Français sont majoritairement « favorables aux réformes » nous dit-on, tous les politiques aussi, à condition qu’elles soient claires, bien et longuement expliquées et justes. Bien sûr ! 

S’agissant du régime des retraites, qui est le cœur du débat avec la modification des « régimes spéciaux », l’équation est pourtant toujours la même, et simple : dans un système par répartition, les actifs cotisent pour les retraités. Pour que ce système s’équilibre dans la durée, objectif crucial et oublié, il faut donc plus de cotisations d’un côté, avec plus de salariés cotisant plus longtemps, et une maîtrise des pensions de l’autre. Evidemment, s’il y avait plus de croissance et d’emploi, autrement dit plus de productivité et de compétitivité, résoudre l’équation serait plus facile, sachant que la durée de vie augmente.

La réforme des retraites telles qu'elle est posée actuellement par le gouvernement tombe donc, selon vous, à côté ? Ce n'est pas comme ça que la question devrait posée par le gouvernement ? 

Bien sûr que non, et vous le savez. La question centrale de la croissance qui permettra à long et très long terme le régime de retraite (tous les régimes en fait) n’est pas posée, autrement dit celle des conditions de compétitivité, formation, investissement, donc de profitabilité qui permettront aujourd’hui d’avancer. La Chine fait peut-être peur, mais nous lui achetons de plus en plus. Nous aimons nos agriculteurs, mais notre balance et devenue déficitaire, sachant qu’on leur demande de produire de manière plus écologique, dans des unités petites, et moins cher qu’en Allemagne, aux Pays-Bas ou en Pologne. Et ainsi de suite.

Pour les retraites, au lieu de regarder les prévisions, avec leurs hypothèses, on nous dit que c’est un Rapport du Conseil d’Orientation des Retraites est un service du Premier ministre (donc…), qui vient de sortir… à propos. On ajoute que ce Conseil n’a pas toujours été aussi alarmiste, que les années 2030 seront peut-être compliquées, mais que 2070 s’annonce meilleur, ou encore que s’il y avait plus de fonctionnaires, il y aurait plus de ressources pour payer leurs pensions (la question du paiement des fonctionnaires, par l’impôt, n’étant pas abordée !).

Au vue de ce que vous décrivez, sommes-nous dans une situation comparable à celle de 1995 ? Le gouvernement fait-il les mêmes erreurs qu'Alain Juppé à l'époque ? 

Presque, et parfois en pire. 

Presque : fin 1995, le Premier ministre de l’époque, Alain Juppé, avait parlé des « régimes spéciaux » (SNCF et RATP notamment), une phrase vague, ajoutée au dernier moment, dans un vaste programme de réformes.  L’erreur était manifeste : quand on veut réformer, on discute, débat, mesure et calibre autant que possible, en faisant attention d’éviter tout point faible. On sait la suite : des blocages qui mènent Alain Juppé, le… 5 décembre, à prendre la parole pour demander de « sortir de la logique d’affrontement », en souhaitant que « les choses s’apaisent ». C’en était fini du programme Juppé de réformes. Michel Rocard en son temps, avec le Livre blanc sur les retraites de 1991, avait prévenu que les réformes des retraites feraient tomber plusieurs gouvernements. « Ne rien faire conduirait à terme à la condamnation de la répartition et à la rupture de solidarités essentielles » écrivait-il ! 

Nous avons butté sur le même problème, sans erreur du Premier ministre cette fois, sans opposition frontale contre l’objectif voulant égaliser cotisations et droits à pension, mais sur la méthode : tout le monde a bien compris, au-delà des « gagnants et des perdants » des calculs infantiles que nous lisons partout, que l’enjeu est stratégique et que le perdant serait l’économie, donc nous, mais sans franchir le Rubicon ! 76% des Français veulent une réforme des retraites (Ipsos, novembre 2019) mais nous ne voulons pas changer, parce que 64% d’entre nous ne faisons pas confiance à l’exécutif pour la mener ! 

2019, c’est donc 1995 économiquement en mieux, politiquement en pire. Fin 95, 44% des français se disaient optimistes, nous en sommes à 41%. Les confiances des consommateurs et des entrepreneurs sont voisines, les deux ayant récemment remonté. Fin 1995, l’espérance de vie des hommes à la naissance est de 74 ans et de 82 pour les femmes, nous en sommes à 80 et 85. Le taux de chômage est passé de 10,5% pour une croissance voisine de 4% à 8,6% pour 1,3%. Et le PIB par tête a augmenté de 28,5%, passant en dollars constants de 34 000 à 43 700.

Et l'économie dans tous ça ? Pourquoi la comparaison entre 1995 et nos jours n'est-elle pas plus contrastée alors que la situation économique de la France n'est pas la même ?

La vraie différence, c’est la montée de la dette. En 1995, la dette publique représente 50% du PIB, 100% aujourd’hui. La dette privée, entreprises et ménages, est passés de 162% du PIB en 95 à 266% aujourd’hui. 73,5% du PIB : tel est, en France, le niveau d’endettement des Sociétés non financières en juin 2019 (Source : Banque de France, Statinfo, 21 novembre 2019). Un ratio très élevé par comparaison avec les grandes économies de marché. C’est le deuxième, après celui du Japon (91,1%), supérieur à ceux de l’Espagne (63,2%) et de l’Italie (64,3%), bien plus élevé que ceux des États-Unis (47,1%) et de l’Allemagne (40,9%).

La France est un pays aussi optimiste que râleur, qui avance aujourd’hui plus que nos voisins mais hésite à aller plus loin, cherchant les mots « qu’il faut », la méthode « nouvelle et adaptée » qui permettra de « changer sans gagnants ni perdants », autrement dit de ne pas le faire. Quand on résiste au réel, on ne résiste pas à la dette. C’est l’opium du peuple français !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 07/12/2019 - 04:05
Domremy
En 2017, une très large majorité de français en ont eu ''ras le bol'' des infectes pourritures que sont les Ripoux-Blicains et les Socialistes.
Espérant le changement, ils ont élu un homosexuel Libéral-Socialiste.
Mais ils n'ont pas tardé à constater que cette nouvelle crapule additionnait les défauts de Sarko, Hollande et quelques autres, en les portant au carré !
Attendrons-nous 2022, ou bien réussirons-nous à faire la révolution dans les prochaines semaines ?
Seuls des cerveaux ratatinés comme ceux de mr. Husson et des papys-Atlantico imaginent plus d'une fraction de seconde de porter à nouveau au pouvoir un Ripoux-Blicains, que ce soit un comique comme Balkany... ou son épouse !
Il serait cependant bien imprudent d'élire Mélenchon, qui ne tarderait probablement pas à se révéler être une réincarnation de Joseph Staline.
Par contre, je me trompe peut-être, mais j'ai le sentiment que Marine Le Pen sera la nouvelle Jeanne d'Arc, qui sortira enfin la France de l'infect bourbier dans lequel nous plongés jusqu'au cou.
nobobo
- 04/12/2019 - 23:41
On prend les gens pour des imbéciles
En France, le gros problème du pouvoir d'achat des salariés ce sont les prélèvements obligatoires et l' impôt sur le revenu dès que l'on dépasse un seuil assez bas de revenus. Dans une société de plus en plus individualiste aux revendications diverses, ne ferait-on pas mieux de laisser plus de liberté aux salariés pour décider de ce qu'ils veulent faire de leurs revenus en réduisant la part des prélèvements obligatoires?
pierre de robion
- 04/12/2019 - 22:43
ter repetita
....bouc chacun cherchera dans les poubelles de quoi se nourrir sous le feu des barricades!
Un sondage YouGov vient de montrer que 58% des Français redoutent un effondrement de notre civilisation pour une fois voilà une intuition auto-réalisatrice!.