En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

02.

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

03.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

04.

Catherine Deneuve achète tout en liquide, Laura Smet encaisse le cash de Laeticia, Patrick Bruel dépense le sien pour Clémence; Paris Hilton pour son chien; Jean-Michel Blanquer quitte sa (2ème) femme, Johnny Depp cassait les affaires de Vanessa Paradis

05.

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

06.

Energie : l’Allemagne prend le risque mal maîtrisé de l’hydrogène

07.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

03.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

04.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

05.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

06.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

03.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

04.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

05.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
pépites > Education
Génération Covid-19
Bac 2020 : 95,7 % de réussite après la première session de rattrapage
il y a 1 heure 33 min
pépite vidéo > France
Mort du conducteur agressé
Bayonne : Gérald Darmanin promet des mesures pour les chauffeurs de bus de toute la France
il y a 2 heures 24 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

L’instinct de survie : cet atout majeur de l’espèce humaine pour surmonter ses peurs, les obstacles et les accidents de la vie

il y a 9 heures 15 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Retour de l’Etat de droit : la difficile et délicate mission de la lutte contre le narcobanditisme

il y a 10 heures 22 min
décryptage > Economie
Marché du travail

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

il y a 11 heures 8 min
décryptage > Santé
Lutte contre la Covid-19

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

il y a 12 heures 22 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Catherine Deneuve achète tout en liquide, Laura Smet encaisse le cash de Laeticia, Patrick Bruel dépense le sien pour Clémence; Paris Hilton pour son chien; Jean-Michel Blanquer quitte sa (2ème) femme, Johnny Depp cassait les affaires de Vanessa Paradis
il y a 13 heures 4 min
007
L'espion égyptien qui travaillait dans l'entourage d'Angela Merkel a été démasqué
il y a 1 jour 4 heures
light > Science
Une vie de chien
Non, l'âge humain de votre chien ne se multiplie pas par sept
il y a 1 jour 6 heures
pépites > Economie
L'euro fort
L'Irlandais Paschal Donohoe prend la tête de l'Eurogroupe
il y a 1 jour 8 heures
pépites > France
Viviane Lambert
L’émotion de la mère de Vincent Lambert, un an après la mort de son fils
il y a 2 heures 10 sec
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Elections municipales 2020 : comment la candidature de Rachida Dati a assuré la survie de la droite à Paris

il y a 8 heures 45 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Comment le coronavirus a bouleversé et totalement relancé la course à la Maison Blanche entre Joe Biden et Donald Trump

il y a 9 heures 58 min
décryptage > Environnement
Stratégie gouvernementale

La récession économique n’empêchera pas le gouvernement de mettre en oeuvre son programme (de punition) écologique

il y a 10 heures 44 min
décryptage > Environnement
Carburant du futur ?

Energie : l’Allemagne prend le risque mal maîtrisé de l’hydrogène

il y a 11 heures 39 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

il y a 12 heures 52 min
décryptage > Environnement
Gaspillages

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

il y a 13 heures 18 min
pépites > Justice
Le retour de la justice
Le parquet de Paris enquête sur les fraudes au "chômage partiel"
il y a 1 jour 5 heures
pépites > France
Rénovation vintage
C’est officiel : la flèche de Notre-Dame de Paris sera reconstruite à l’identique
il y a 1 jour 7 heures
pépites > France
Fin de partie
L'état d'urgence sanitaire prend fin aujourd'hui, qu'est ce que cela signifie ?
il y a 1 jour 8 heures
© MANDEL NGAN / AFP
© MANDEL NGAN / AFP
Make America's economy Great Again

Pourquoi l’économie américaine devrait continuer à porter Donald Trump pendant l’année présidentielle

Publié le 02 décembre 2019
Selon un rapport dévoilé vendredi, les économistes de Goldman Sachs se montrent optimistes pour les prévisions pour l'économie américaine en 2020. Ils estiment néanmoins que la réélection de Donald Trump sera difficile.
Jean-Eric Branaa
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Eric Branaa est spécialiste des Etats-Unis et maître de conférences à l’université Assas-Paris II. Il est chercheur au centre Thucydide et chercheur associé à l’institut l'IRIS. Il est notamment l'auteur de Hillary, une présidente des Etats-Unis ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon un rapport dévoilé vendredi, les économistes de Goldman Sachs se montrent optimistes pour les prévisions pour l'économie américaine en 2020. Ils estiment néanmoins que la réélection de Donald Trump sera difficile.

Atlantico.fr : Dans une note parue vendredi, des économistes de la banque Goldman Sachs se sont montrés plutôt optimistes dans leurs prévisions pour l'économie américaine en 2020. Néanmoins, ces experts ont prévu une élection difficile pour Donald Trump, voire une défaite. 

Faible risque de récession, chômage à la baisse, inflation maîtrisée : tous les voyants seraient au vert pour l'économie américaine en 2020. Pourtant Goldman Sachs considère que l'élection de Donald Trump n'est pas du tout faite. Dans quelle mesure l'électorat sera-t-il sensible au bilan économique de Donald Trump ? Quelle partie de cet électorat le sera davantage ? 

Jean-Eric Branaa : Oui, il est vrai que les résultats sont au rendez-vous, mais cela se dit déjà partout depuis plusieurs mois. Ceux qui prétendent encore le contraire font figure de militants ou affichent un parti pris qui ne peut plus se cacher : le chômage est déjà au plus bas depuis 50 ans et Goldmann Sachs prévoit qu’il va encore baisser jusqu’à 3.2, soit le plus bas taux depuis la guerre de Corée ! Faut-il ajouter que l’inflation est jugulée, que la croissance se tient bien et devrait augmenter encore si on en croit le rapport de Goldmann Sachs, que les taux d’intérêts sont très bas et que la bourse ne cesse de s’envoler et de battre des records ? Il est bien compliqué de s’attaquer au président en exercice en l’affrontant sur ce terrain, d’autant que Goldmann Sachs indique aussi que la bourse pourrait faire grise mine, et qu’il y aura des pertes sévères, en cas d’élection d’un président démocrate. D’ailleurs, si on en croit la célèbre la formule prononcée par James Carville, le conseiller à la stratégie de la campagne de Bill Clinton en 1992, « c’est l’économie, idiot » qui décide de tout. 

Alors, de là à penser que Donald Trump a gagné la partie, il n’y a qu’un tout petit pas que beaucoup ont allègrement franchi, surtout parmi les Républicains, bien entendu. Mais pas seulement : c’est pour cela que les démocrates ont combattu la réforme fiscale dès son élaboration, conscients que cela allait leur créer une vraie difficulté en 2020. Mais ils n’ont pas pu empêcher son adoption en décembre 2017 : « un vrai cadeau de Noël pour les Américains » avait claironné Donald Trump avec son sens de la formule, une de celles que l’on retient bien –une « punchline » comme disent les journalistes. Si les leaders de l’opposition sont montés au créneau à cette époque-là et ont dénoncé les cadeaux fiscaux offerts aux plus riches, Donald Trump les a aussitôt assumés, assurant que c’est en donnant aux riches et aux entreprises que l’on produit de la richesse, ce qui permet de créer des emplois et des bénéfices qui peuvent être redistribués à leur tour. Comme pour donner crédit à sa parole, de très nombreuses entreprises avaient alors aussitôt dégagé des primes exceptionnelles pour leurs employés –jusqu’à 1000 dollars par personne ! –un effet d’aubaine qui a donné l’impression que le Père Noël était passé avant l’heure dans ce pays.

On comprend donc aisément que, outre sa base désormais identifiée comme stable et extrêmement solide, il attirera également à lui tous ceux qui considèrent leur intérêt économique immédiat comme une priorité. Et cela fait un peu de monde.

Une des questions majeures de la course à la présidentielle est celle des inégalités. Le bon contexte économique annoncé résout-il cette crise ? L'électorat de Donald Trump le juge-t-il sur ces questions ?

Non, ce n’est pas une des questions majeures de 2020. C’était celle de 2016, alors que l’Amérique (comme le reste du monde) sortait avec difficulté de la crise de 2007-2008 et que les plus riches faisaient déjà d’énormes bénéfices, alors que les classes moyennes ou les plus fragiles ne recevaient toujours rien pour leur part. Le ressenti était catastrophique et Trump est apparu comme un sauveur. Comme tous les sauveurs, il a proposé des solutions que ses « disciples » ont accepté sans les discuter. Les démocrates, trop occupés à commenter l’enquête russe du procureur Mueller, n’ont plus jamais réussi à retrouver l’écoute de leurs concitoyens sur les sujets économiques : leurs offensives sont retombées comme des soufflets, que ce soit contre les dérégulations, contre l’enrichissement phénoménal de certains, contre le fossé économique entre les Américains ou contre les droits de douanes imposés à répétition par un Donald Trump devenu surpuissant et désormais littéralement impossible à contrer sur ces questions. Leurs explications sur les dangers de la dette nationale qui ne cesse d’augmenter n’ont pas davantage convaincu. Tout cela semblait trop lointain, trop abstrait ou trop pessimiste. Sa guerre contre les « mauvais traités », ou contre les monnaies étrangères qui seraient artificiellement soutenues par des gouvernements félons pour nuire à l’Amérique, a même fini par convaincre. Le patriotisme marche toujours très bien outre-Atlantique. 

Il marche d’autant plus durant la présidence de Donald Trump, qui a exacerbé les valeurs conservatrices américaines : c’est là le moteur de sa campagne. L’identitaire n’est pas très loin et apporte le carburant qui aurait pu manquer pour atteindre la réussite. Pour gagner, Trump sait bien qu’il va devoir revenir très vite à ses thèmes de prédilection : c’est ça qu’attend son électorat. C’est pour cela qu’il sortira voter le 3 novembre. Pas pour la bonne santé de l’économie.

Ces chiffres peuvent suggérer que la promesse majeure de Donald Trump, celui du retour de la puissance américaine, a été tenue. Est-ce que c'est cela qui peut influencer la campagne ? 

Là encore, un grand oui, ces chiffres suggèrent que les promesses ont été tenues. Donald Trump l’a compris : il affirme déjà dans ses meetings qu’il a tenu PLUS de promesses qu’il n’en n’a fait. Comme l’argument plait, il l’a même tweeté la semaine dernière. Cela pourrait devenir un très bon slogan, très porteur.

Que la puissance américaine soit revenue est une affirmation qui dépend du positionnement politique que vous prenez. L’argument des démocrates en 2016 était de dire que la puissance américaine n’a jamais faibli, ce qui était vrai sous bien des aspects. La victoire potentielle de Donald Trump en 2020 est pourtant une thèse qui a envahi les papiers et les commentaires : « l’économie est florissante et va soutenir sa campagne jusqu’à sa réélection du 3 novembre 2020 ». Mais les temps ont changé et les thématiques majeures ont changé également. C’est en partie pour cela que Goldmann Sachs (sur les mêmes fondements qui m’ont amené à douter de cette victoire et à défendre mon propos dans un livre) avance l’idée que l’économie ne sera pas le moteur de l’élection 2020 : pour eux (comme pour moi) la réélection sera difficile pour Donald Trump, parce que le pays est brisé, facturé, divisé et qu’il a éclaté dans deux clans opposés, qui se nichent dans leurs positions, en un repli clanique qui ne laisse aucune chance à la réflexion. Ce vote de 2020 sera émotionnel. Mais n’est-ce pas souvent le cas ? 

La différence sera que Donald Trump ne pourra plus s’appuyer sur les mêmes ressorts, alors qu’il a lancé une campagne qui est un copié-collé que celle de 2016. Cela va forcément finir par coincer quelque part. Ce qu’on peut relever cependant, c’est qu’il y a là un fait totalement inédit par rapport à 2016 : cette fois, tout le monde semble paradoxalement se préparer à la victoire de Donald Trump, voire parier dessus ! Cela fait un sacré changement !

Jean-Eric Branaa vient de publier "Joe Biden, le 3e mandat de Barack Obama", chez VA éditions. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
REAGAN
- 03/12/2019 - 10:24
election
hier soir je dînais avec une américaine et franchement en l écoutant on a la trouille car la haine pour Trump fait peur c est irrationnelle
je luis disais que si WARREN est élu cela sera une catastrophe pour la silicon valley ( elle travaille dans une des GAFA) SA RÉPONSE LAISSE PANTOIS
MEME SI JE DOIS PERDRE BEAUCOUP D ARGENT EN IMPOTS JE VOTERAIS WARREN CAR JE NE VEUX PLUS DE CE CON DE TRUMP
une haine pareille on a l impression de retrouver les heures sombres des années 30.
Trump va prendre une balle si il est réélu
Liberte5
- 02/12/2019 - 14:10
Certes une élection n'est jamais jouée à l'avance et il reste ..
encore 11 mois , où beaucoup d’évènements et choses vont se passer. Le volet économie devrait porter D. Trump car la situation aux USA est bonne et les Américains dans leur ensemble n'ont pas connu pareille embellie économique depuis fort longtemps. La sécurité intérieure est toujours bonne (je me sens beaucoup plus en sécurité aux USA qu'en France), la qualité de vie continue d'être agréable, l'immigration est contenue . L'invasion acceptée sous Obama est jugulée, et il est très difficile d'obtenir un visa . Les clandestins sont refoulés, cela se sait et casse l'élan de ceux qui envisageaient le passage de la frontière. Dans les États comme la Californie, les clandestins très nombreux et sans travail, posent de sérieux problèmes et la population fuie ces villes sanctuaires tenues par les démocrates. Malgré l'omerta des médias cela se sait. Sur le plan international, D. Trump a montré qu'il pouvait tenir tête à la Chine, faire du mal à l'Iran , et ainsi pouvoir dire que l'Amérique ne baissait plus la tête devant des puissances qui voulaient sa perte. Tout cela va jouer en sa faveur. En sa défaveur sa façon d'être et de parler à certains moments. Un bilan très positif en somme.