En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

02.

Tempête d’argent gratuit… et de prélèvements en vue

03.

Cette grande bouffée d’air marin que vous respirez est probablement pleine de particules de microplastique

04.

Harry & Laeticia Hallyday ont le blues sous le soleil de LA, Vanessa Paradis l’a pour Johnny D.; Laura Smet enceinte; Stéphane Plaza ne sait pas faire sa toilette seul; Zahia milliardaire (vraiment ?); Olivier Sarkozy & Mary-Kate Olsen : sanglant divorce

05.

Camelia Jordana accuse la police française de "massacrer quotidiennement des gens pour leur couleur de peau"

06.

Avant de parler relocalisations, il est urgent de répondre aux vraies causes des délocalisations

07.

Face à la Chine : l’Occident oublie les éléments qui nous avaient permis de gagner la guerre froide

01.

Loi Avia : la mort d’une liberté

02.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

05.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

06.

Tempête d’argent gratuit… et de prélèvements en vue

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

04.

Euro-miracle ? Comment ne pas louper le tournant historique que Macron et Merkel proposent à l’Europe

05.

Mais au fait, quel est le plan des « anti-mondialisation-libérale » pour empêcher des dizaines de millions de personnes dans le monde de retomber dans la grande pauvreté ?

06.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Encore des mots, toujours des mots…

Les mots-clés du macronisme post-covid décrivent-ils sa réalité ?

il y a 8 min 54 sec
décryptage > Santé
Pandémie

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

il y a 58 min 20 sec
décryptage > Consommation
Crash

Energie : la plus grande chute de la demande depuis la crise des années 30 redéfinit les marchés

il y a 1 heure 23 min
décryptage > Economie
Automatisation

Post-pandémie : cette fois-ci, les robots pourraient vraiment remplacer de très nombreux emplois salariés

il y a 1 heure 47 min
light > Culture
Visites
Déconfinement : quels sont les musées français qui ont rouvert ?
il y a 18 heures 10 min
pépite vidéo > Société
Polémique
Camelia Jordana accuse la police française de "massacrer quotidiennement des gens pour leur couleur de peau"
il y a 19 heures 19 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Les premiers stades de la formation d'une planète observés en direct ; Le Pentagone rend public huit rapports de rencontres avec des « phénomènes aériens inexpliqués »
il y a 22 heures 14 min
pépites > International
Confrontation
Le ministre chinois des Affaires étrangères estime que son pays est "au bord d'une nouvelle Guerre froide" avec les États-Unis
il y a 23 heures 9 min
décryptage > International
Accalmie

Téhéran-Washington : Le calme d’après ou d’avant la tempête ?

il y a 1 jour 25 min
décryptage > High-tech
Volontariat

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

il y a 1 jour 45 min
décryptage > High-tech
Zoom

Voilà à quoi nous expose l’extension du domaine du virtuel pendant la pandémie

il y a 29 min 47 sec
décryptage > Politique
Prolétaires de Tourcoing, unissez-vous

Le camarade Darmanin réclame "une politique pour le peuple" ! Parce qu'avant c'était une politique pour les riches ?

il y a 1 heure 21 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Guerre commerciale : Donald Trump argue du coronavirus pour relancer les hostilités avec Pékin

il y a 1 heure 35 min
pépite vidéo > International
Add Oil
Hong Kong : les manifestations reprennent, cette fois contre un projet de loi sur la sécurité imposé par la Chine
il y a 17 heures 38 min
pépites > Economie
Puits sans fond
La dette française dépassera "très certainement" 115% du PIB en fin d'année
il y a 18 heures 40 min
light > Culture
On ira tous au paradis
Le romancier et parolier Jean-Loup Dabadie est décédé
il y a 19 heures 30 min
pépites > Politique
Duo
Popularité : Macron en baisse, Philippe en hausse
il y a 22 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Soifs d’amitié

il y a 1 jour 16 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Cette grande bouffée d’air marin que vous respirez est probablement pleine de particules de microplastique
il y a 1 jour 33 min
décryptage > International
Animal social

Les années 2020, nouvelles années folles ?

il y a 1 jour 52 min
© BERTRAND GUAY / POOL / AFP
© BERTRAND GUAY / POOL / AFP
Contenu de la réforme

Retraites : le gouvernement prêt à tenir mais sur quelle réforme ?

Publié le 02 décembre 2019
Dans le cadre d'une réunion exceptionnelle dimanche soir à Matignon, le gouvernement a tenu à montrer que l'exécutif était uni et serein à l'approche de la grève du 5 décembre. La fin des régimes spéciaux devrait être maintenue.
Marc de Basquiat est fondateur de StepLine, conseil en politiques publiques, et chercheur associé du laboratoire ERUDITE. Il préside l’Association pour l’Instauration d’un Revenu d’Existence. Il intervient régulièrement comme expert GenerationLibre. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marc de Basquiat
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marc de Basquiat est fondateur de StepLine, conseil en politiques publiques, et chercheur associé du laboratoire ERUDITE. Il préside l’Association pour l’Instauration d’un Revenu d’Existence. Il intervient régulièrement comme expert GenerationLibre. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans le cadre d'une réunion exceptionnelle dimanche soir à Matignon, le gouvernement a tenu à montrer que l'exécutif était uni et serein à l'approche de la grève du 5 décembre. La fin des régimes spéciaux devrait être maintenue.

Atlantico.fr : Dimanche 1er Décembre, Edouard Philippe s'est réuni avec son gouvernement pour mettre en place une ''feuille de route" concernant les retraites et pour tenter de tenir le cap face à la grève à venir le 5 Décembre.

L'entourage d'Edouard Philippe a expliqué qu'il voulait maintenir la fin des régimes spéciaux coûte que coûte. Est-ce possible au vu de la grève à venir ? Où en est le gouvernement ? 

Marc de Basquiat : Encore une manifestation de l’incohérence du débat démocratique dans notre pays : on s’insurge contre le gouvernement, comme si les ministres payaient de leur poche les largesses qu’on lui réclame ! Plutôt que réclamer par la grève des augmentations au patronat dont on a compris qu’il était pourvoyeurs d’emplois qu’on sait fragiles, les revendications de masse sont aujourd’hui redirigées vers les « dirigeants » du pays… alors qu’ils ne sont en réalité que les administrateurs des impôts que nous versons. Les avantages indiscutables que constituent certains « régimes spéciaux » sont des droits de tirages sur nos impôts et sur la dette laissée à nos enfants. Ce n’est pas Edouard Philippe qui veut mettre fin aux régimes spéciaux, c’est moi, c’est vous chers lecteurs, c’est tous les contribuables et ceux qui ont le souci de l’équilibre entre les générations. 
Cet équilibre est particulièrement menacé dans notre pays. Dans l’édition 2019 de son rapport « France, portrait social », l’INSEE insère un graphique révélateur d’une situation sidérante

Alors que dans les années 1970, le niveau des pensions des retraités était équivalent à celui des allocations chômage, nettement inférieur au salaire moyen des actifs, la situation s’est inversée en 2012. Depuis, le niveau de vie moyen des retraités a dépassé celui des actifs. Et la ligne bleue continue de monter fermement, alors que les revenus des actifs stagnent tristement. C’est encore pire pour les chômeurs, dont les ressources diminuent depuis la décennie 2000. Petit calcul : 2012 moins 40 ans, c’est l’année 1972, l’apogée des Trente Glorieuses. Tous ceux qui ont travaillé dans cette période mythique sont maintenant en retraite, avec des pensions à taux plein. 

Il est prévisible que la courbe bleue finira par s’infléchir, puis commencera à descendre dans 15 ou 20 ans. On peut même se demander si elle ne s’écroulera pas, faisant disparaître avec la retraite par répartition le dernier avantage d’une génération historiquement unique. Ok, boomer

Cette réunion avait également pour but de limiter au maximum l'impact de la grève pour les français, les transports en particulier. Pensez-vous que la France s'apprête à vivre un nouveau 1995 ? 

Avec les grèves perlées du printemps 2018 suscitées par la réforme du statut des cheminots, le gouvernement a démontré sa capacité à tenir. Les syndicats ont montré par là même les limites de leur pouvoir de blocage. Avec les gilets jaunes, un autre type d’action est apparu, non structuré, sans revendication claire, mais qui a conduit Emmanuel Macron à lâcher 12 milliards de mesures diverses. 

Il n’est pas évident que les français aient envie de se mobiliser pour la défense d’intérêts catégoriels, mais on ne peut exclure que ce nouvel exercice de mobilisation initié par les syndicats les plus revendicatifs serve de prétexte à la manifestation d’une grogne plus large. 

On peut le craindre, car malgré les efforts de Jean-Paul Delevoye le système de retraite proposé par la réforme est encore un objet un peu compliqué. Quand on parle de système « à points », il faut un décodeur pour comprendre de quoi il est question. Par ailleurs, le mélange de la logique contributive (un euro cotisé donne droit aux mêmes droits) et de solidarité fragilise le projet. Car dès que la solidarité est invoquée dans un système par nature « bêtement » assurantiel, c’est la porte ouverte à toutes les revendications, chacun voyant une bonne raison de s’insurger contre tel ou tel aspect de la réforme. Par exemple, la bonification de 5% que le projet propose d’apporter aux parents pour chaque enfant élevé suscite l’incompréhension d’associations de défense des intérêts des familles nombreuses, qui étaient habituées à être privilégiées par rapports aux parents d’enfants uniques. 
Le scénario de ce nouvel épisode de tension sociale n’est donc pas écrit.

Cette réforme peut-elle s'écrouler sous le poids des grèves ? Y a-t-il d'autres alternatives ?

Je ne crois pas que le gouvernement renoncera à cette réforme. L’enjeu est trop important, et un refus d’obstacle signifierait la fin anticipée d’un quinquennat réduit à expédier les affaires courantes. Il est possible que le projet intègre quelques aménagements, pour en améliorer la lisibilité et faciliter la transition. Mais il faudra sortir de cacophonies telles que la trop fameuse « clause du grand père ». 

Idéalement, le côté encore un peu technocratique du projet devrait laisser la place à une dimension plus citoyenne, avec une formulation simple et mobilisatrice. Quelque chose qui s’exprime plus clairement en termes d’égale fraternité et d’équité entre les générations.

Propos recueillis Par Aliénor Barrière

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Marc de Basquiat
- 04/12/2019 - 08:51
Réponse à ajm - suite
Vous écrivez "un tableau utilisé comme arme politique pour justifier une politique visant à réduire les revenus des retraités".
Il n'est pas sain pour la qualité du débat démocratique que les commentaires circulant sur Internet soient souvent tentées par des déclarations comminatoires totalement imaginaires. Nous n'avons aucune certitude que cette accumulation d'excès de langage aboutisse à l'effet de catharsis promu par Aristote...
Il me semble préférable de s'informer plus sobrement sur la réalité des faits.
Par exemple en consultant un excellent post sur la réalité des "régimes spéciaux" : https://www.linkedin.com/pulse/que-se-cache-t-il-derri%C3%A8re-les-r%C3%A9gimes-sp%C3%A9ciaux-st%C3%A9phane-blondel-/
On y lit entre autres que le régime des cheminots a été créé en 1909, avant la SNCF. Ce qui justifie une actualisation dépassionnée à l'époque du TGV.
Marc de Basquiat
- 04/12/2019 - 08:29
Réponse à clo-ette
Oui, il est légitime qu'un cadre à la retraite perçoive une pension supérieure à une personne en activité avec un bas niveau de qualification.
Ceci est justifié par le fait que le cadre a cotisé pendant environ 40 ans à un niveau élevé. Il a fortement contribué au système de répartition pendant qu'il était en activité et bénéficie d'un retour cohérent lorsque lui-même parvient à la retraite.
Mais le fait que l'ensemble de la population active perçoive (en moyenne) moins que l'ensemble de la population retraitée (en moyenne) est beaucoup plus étonnant.
L'expliquez-vous par le fait qu'il y aurait (en proportion) plus de personnes qualifiées à la retraite qu'en activité ? J'en serais très surpris.
Marc de Basquiat
- 04/12/2019 - 08:20
Réponse à ajm
Vous avez raison de questionner la méthodologie utilisée par l'INSEE pour produire ce graphique surprenant au premier abord.
Plusieurs réponses sont apportées par l'encadré 1, à la page 3 du rapport complet : https://www.insee.fr/fr/statistiques/fichier/4238443/FPS2019_E4.pdf
Noter en particulier que lorsque l'INSEE parle de "niveau de vie", c'est toujours par unité de consommation. Ceci intègre en effet l'effet enfant qui, vous avez raison, tire statistiquement le niveau de vie des actifs vers le bas.
Les actifs sont définis page 63 "au sens du BIT", cf. https://www.insee.fr/fr/metadonnees/definition/c1224
Par contre, je ne vois pas de réponse à votre question "Comment sont comptées les pensions touchées par des actifs ou les salaires reçus par des retraités qui continuent à travailler ?". Vous pouvez demander à l'Insee, qui répond généralement.
Avec toutes les précautions requises dans la lecture de ce graphique un peu technique, il n'empêche qu'on observe une croissance continue du niveau de vie des retraités, et une quasi-stagnation de celui des actifs. C'est un fait, ce qui intéresse plus l'économiste que les calculs politiciens évoqués par certains commentaires.