En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

03.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

04.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

05.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

06.

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

07.

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Investigations
Covid-19 : l'OMS « fera tout » pour connaître l'origine du virus
il y a 21 min 3 sec
light > Media
Nouveaux projets
Jean-Pierre Pernaut va lancer un « Netflix des régions » le 18 décembre prochain
il y a 1 heure 11 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Femmes de fer, elles ont incarné la saga Wendel" de Alain Missoffe et Philippe Franchini : de la Révolution à la Ve République, portraits de quinze femmes d'exception au cœur d'une dynastie prestigieuse. Un récit captivant

il y a 1 heure 45 min
pépites > Santé
Espoir contre la pandémie
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce qu'il envisage une campagne de vaccination grand public « entre avril et juin »
il y a 3 heures 55 min
light > Culture
Grande dame de la chanson française
Mort de la chanteuse Anne Sylvestre à l’âge de 86 ans
il y a 4 heures 40 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 6 heures 9 min
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 6 heures 41 min
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 7 heures 48 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 8 heures 12 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 8 heures 41 min
pépites > Media
Entretien avec le chef de l’Etat
Emmanuel Macron sera interviewé ce jeudi 3 décembre en direct sur Brut
il y a 44 min 59 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Grande épreuve" de Etienne de Montety : Grand Prix du roman de l'Académie Française 2020 - Une religion chasse l’autre… Inspirée par l’assassinat du père Hamel

il y a 1 heure 31 min
pépites > France
Effet boule de neige
Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger
il y a 2 heures 27 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne à Trèves
il y a 4 heures 28 min
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 5 heures 58 min
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 6 heures 10 min
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 7 heures 43 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 7 heures 59 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 8 heures 19 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 8 heures 46 min
© Sebastien SALOM-GOMIS / AFP
© Sebastien SALOM-GOMIS / AFP
Dichotomie

Gilets jaunes, black blocks et délinquants : une répression à géométrie variable

Publié le 06 décembre 2019
Les manifestations de Gilets jaunes ont été durement réprimées. Les autres fronts de la sécurité sont, eux, abandonnés.
Xavier Raufer
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Xavier Raufer est un criminologue français, directeur des études au Département de recherches sur les menaces criminelles contemporaines à l'Université Paris II, et auteur de nombreux ouvrages sur le sujet. Dernier en date:  La criminalité organisée...
Voir la bio
Gérald Pandelon
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire et avocat à la Cour d'appel de Paris, Gérald Pandelon est docteur en droit et docteur en science politique. Diplômé de Sciences-Po, il est également chargé d'enseignement. Il est également l'auteur de L'aveu en matière...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les manifestations de Gilets jaunes ont été durement réprimées. Les autres fronts de la sécurité sont, eux, abandonnés.

Atlantico.fr : Un des enjeux de la mobilisation contre la réforme des retraites hier et qui se continue aujourd'hui, est la gestion de la violence dans les manifestations. La gestion de la sécurité sera-t-elle, comme lors de la crise des Gilets jaunes, considérée comme disproportionnée, si le mouvement venait à se durcir ? 

Quel est le bilan de la gestion policière des Gilets jaunes, le mouvement social que tout le monde a en tête au début de cette mobilisation contre la réforme des retraites ? 

Gérald Pandelon : Excepté quelques dérapages qui ont accrédité, chez certains, toujours les mêmes, la thèse d'une violence aveugle des forces de l'ordre, n'oublions toutefois pas que ce sont ces dernières qui sont depuis un an le plus mises à l'épreuve par les violences qu'elles subissent, le caillassage, les insultes à répétition, les menaces proférées, etc. À telle enseigne qu'il est possible de se poser la question de savoir si nous sommes encore dans un État de droit lorsque des émeutiers voyous professionnels qui se moquent totalement de nos institutions s'attaquent avec un sentiment d'impunité à nos forces de ordre. C'est vrai que les temps ont changé... Aujourd'hui ce ne sont plus les policiers qui attaquent les voyous mais les voyous qui s'attaquent aux forces de l'ordre, dans un contexte définitif de crise de l'autorité et de crise de l'Etat. Nous assistons, au fond, moins à une crise politique qu'à une politique de la crise, à sa simple gestion,  qui est, à mon sens, encore plus grave. 

Xavier Raufer : Urgences, médecine légale, familiers des traumatismes et accidents, ils sont médecins légistes ; professent la neurochirurgie ou l'ophtalmologie. "Extrêmement choqués" par la répression des Gilets Jaunes sur la voie publique, leurs mots sont forts : "boucherie" dit l'un ; "Du jamais vu" renchérit l'autre. Inouï pour un mouvement social, concluent-ils.

Voici ce qu'ils constatent, entre novembre 2018 et 2019 : "crânes fracassés, yeux éclatés, artères coupées, visages lacérés, rates explosées" ; encore, "vision très amoindrie, éclatement du globe oculaire, hémorragies sévères, multiples fractures des os". 2 450 blessés ; 24 manifestants éborgnés, 5 à la main arrachée ; 12 sont mutilés (pied écrasé, mâchoire cassée, etc.) : un massacre.

Pas mieux côté répression judiciaire : 10 000 gardes à vue, 5 300 suivies de poursuites ; 2 000 comparutions immédiates ; 3 100 condamnations, 1 000 peines de prison ferme, dont 400 avec mandat de dépôt et prison immédiate.

Tout cela vise de modestes citoyens de la France périphérique, étranglés par Macron-Philippe. Ce quand pour l'essentiel, les Black Blocs coupables des pires ravages s'en sortent bien.

Le gouvernement a-t-il géré, depuis le début du quinquennat, la question de la violence avec un biais politique particulier ? 

Gérald Pandelon : S'agissant de la question de la violence, je crois que le gouvernement a su faire preuve de mesure. Il ne faut quand même pas faire preuve d'angélisme en évacuant systématiquement, par idéologie, le réel, à savoir que ce sont quand même les blacks blocs qui ont agressés les forces de l'ordre et non l'inverse. Il faudrait tout de même dire de temps en temps la vérité. La violence, qu'elle soit ou non légitime, est d'abord du côté des voyous qui ont pour seule finalité de casser sans se préoccuper à aucun instant des revendications souvent justes des Gilets Jaunes et de la plupart aujourd'hui 5 décembre 2019  des 860000 manifestants.  Il faudrait en effet admettre que le désordre politique est une aubaine pour les casseurs et que les forces de l'ordre doivent faire face à des personnes qui souhaitent attenter à leurs vies, sous couvert de revendications légitimes.  Où est d'ailleurs la grandeur d'une cause quand on saccage la tombe du Maréchal Juin ? La seule vérité c'est que les casseurs sont guidés et animés que par la haine, la haine de la France, la haine de tous les gens qui, au fond, ne sont pas haineux.  Enfin, il convient d'observer même si le propos pourra apparaître comme politiquement incorrect que certains manifestants sont plus facilement enclins à manifester qu'à aller proposer, a casser qu'à travailler, même si ces derniers sont sans doute minoritaires. Je peux comprendre qu'un jeune de 18 ans puisse manifester contre le système annoncé d'un système à points qui se substituerai à celui existant, admettons. Mais avant de penser à sa retraite avec près de 40 années d'avance, sans doute devrait-il commencer à se retrousser les manches...

Xavier Raufer : Efficace pour mater les Français modestes, la triade Macron-Philippe-Castaner est moins vaillante sur les autres fronts de la sécurité :

ÉCOLE : dans les quartiers hors-contrôle, des guerres de bandes éclatent à tout instant - 20 à 30 "incidents graves" par jour autour des lycées et collèges - voire dans les classes. Armés de barres de fer, machettes ou poignards, des voyous terrorisent ou lynchent des élèves ; des enseignants sont gazés et frappés ; deux morts récents en Seine-Saint-Denis. Côté arrestations ou condamnations après ces violentes razzias, c'est quasiment zéro. D'ailleurs (IFOP, octobre 2019) 67% des Français n'ont pas confiance en M. Philippe et ses ministres pour mettre fin aux violences à l'école.

QUARTIERS CHAOTIQUES : chaque jour, des meutes de voyous cagoulés déclenchent des émeutes visant à protéger leurs fiefs et y sécuriser les trafics (drogue, etc.). Bâtiments publics incendiés, tirs de mortiers d'artifices sur la police, commissariats attaqués. Récemment à Mantes-la Jolie, aux Mureaux, à Trappes à La Courneuve, Bobigny, Clichy-sous-Bois, Épinay-sur-Seine ; ailleurs, de Roubaix à Marseille, de Nantes à la banlieue lyonnaise, le scénario est le même : parfois, cent "voyous organisés, cagoulés et équipés de produits inflammables" piègent les forces de l'ordre, les bombardent d'un "déluge de projectiles" ; sur une vidéo faite au Val-Fourré, les bandits hurlent "tuez-les" aux policiers.

Dans un quartier chaud de Béziers, une école est réduite en "cendres et débris calcinés". En deux nuits, à Chanteloup-les-Vignes, 19 attaques de policiers, un cirque incendié, plus 53 poubelles et 7 véhicules. Commentaire d'un syndicat de police : "ces quartiers sont laissés à l'abandon ; ils n'ont pas peur de s'en prendre à nous, la justice ne suit pas".

ANARCHISME PRÉ-TERRORISTE : Depuis 2017 autour de Grenoble, des anarchistes ont incendié 11 bâtiments : une salle de la mairie de Grenoble, une église, des locaux de la gendarmerie et d'un parti politique, des édifices de sociétés publiques, 17 véhicules. Du pur terrorisme à bas coût.

Or sur ces trois fronts, la répression est quasi-nulle. Litanie après chaque émeute : "pas d'interpellation". Par miracle, un émeutier est-il arrêté ? Son cas est laissé "à la discrétion du parquet" donc d'une justice qui, sous la molle Mme Belloubet, est aux abonnés absents (Gilets Jaunes exceptés).

Y a-t-il un manque d'outils juridiques adaptés à la gestion de la violence en France, que ce soit celle des manifestants ou celles d'autres groupes ? 

Gérald Pandelon : Nos outils juridiques sont parfaitement adaptés à la situation. Devant les tribunaux correctionnels, les peines qui sont infligées sont souvent sévères lorsque les faits le justifient ; en revanche, lorsque les faits ne relèvent pas d'une exceptionnelle gravité, les peines sont clémentes et très rarement assorties de mandats de dépôts. Notre arsenal juridique est suffisamment riche pour permettre une personnalisation des peines lorsque les infractions reprochées  sont de faible gravité. Pour le dire encore autrement il est inexact de dire que ce serait à la fois l'arbitraire policier puis l'arbitraire judiciaire qui se seraient manifestés dans le cadre de ces manifestations ; la réalité est fort différente. Quand substituera-t-on la vérité au mensonge permanent ? Quand osera-t-on dire que les prévenus les plus sévèrement sanctionnés sont ceux qui ont adopté les comportements les moins acceptables ? Pourquoi faire preuve d'angélisme envers des jeunes racailles qui font fi de toutes nos valeurs ? Faire preuve d'angélisme envers des voyous chevronnés ń'est-ce pas l'apanage d'une certaine idéologie qui prospère précisément sur le désordre ? 

Xavier Raufer : Cette paralysie judiciaire provient-elle d'un manque d'outils juridiques adaptés ?

Non, l'arsenal est bien là :

- Depuis 2006, l'infraction de "guet-apens sur forces de l'ordre" existe,

- Depuis 2017, la loi sur la sécurité publique réprime les violences, rébellions et outrages sur dépositaires de l'autorité publique.

Délibérément (ou par ineptie), le gouvernement laisse donc agir les casseurs, voyous et anarchistes. Ce jeu dangereux revient au fond à opposer les deux catégories de la population ayant le plus besoin l'une de l'autre :

- les forces de l'ordre, issues du peuple et vivant en son sein,

- les Français modestes, les plus touchés par l'insécurité et rêvant d'un retour à l'ordre.

Gare à la réaction populaire, le jour où cette honteuse manigance éclatera au grand jour.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
TPV
- 07/12/2019 - 09:15
@Gre
Oui là est tout le problème. L'Etat profond, l'oligarchie parisienne et ses ramifications dans quelques grandes métropoles a clairement montré quel est son ennemi : le Français des territoires qui s'obstine à vouloir vivre hors des 10 monstres urbains, citadelles ecolo assiégées de la diversité, du vivre ensemble/juxtaposé et du Inch Allah.
Si une guerre civile doit arriver, elle a en fait commencé le 17 novembre 2018.
La réforme des retraites pour autant qu'elle soit justifiée n'en est que la deuxième étape.
tubixray
- 06/12/2019 - 19:03
proportionnelle
Il faudrait que la réplique des forces de l'ordre soit proportionnelle à celle développée par ces individus.
Pour ceux qui caillassent ou tentent de tuer des membres des forces de l'ordre ou des pompiers elle devrait être cinglante; quelques exemples amèneraient les autres à réfléchir.
Ces barbares, quelle que soit la couleur de leur peau ou de leur coupe vent, ne comprennent que la force.
Celle d'un état de droit, légitime, doit s'abattre sur eux.
Gré
- 06/12/2019 - 14:52
Géométrie variable
Gérald Pandelon n'a pas tort quand il dit que les forces de l'ordre sont mises à l'épreuve par les violences qu'elles subissent, le caillassage, les insultes à répétition etc. Juste deux bémols : ce n'est pas depuis un an que ces violences-là existent, et ce ne sont pas majoritairement les GJ qui sont les auteurs de ces atteintes aux policiers. Par contre, ce sont majoritairement les GJ qui sont réprimés et condamnés, les autres fauteurs de trouble étant soigneusement brossés dans le sens du poil !