En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Les entrepreneurs parlent aux Français

La vertu française, un puritanisme venu d’ailleurs ? Liberté française ubérisée ?

il y a 6 heures 16 min
pépites > Société
Mobilisation
Appel des taxis parisiens à manifester vendredi devant la Gare de Lyon
il y a 7 heures 18 min
light > Sport
Solidarité
Racisme : le monde du football apporte son soutien à Moussa Marega
il y a 8 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Evguénie Sokolov, une pièce de théatre d'après le conte de Serge Gainsbourg

il y a 9 heures 47 sec
pépites > International
Chevaux de Troie
Des soldats israéliens dupés par la ruse téléphonique des fausses femmes du Hamas
il y a 10 heures 45 min
décryptage > Environnement
Écologiste de plus en plus radicale

Écologie : vers un joli totalitarisme à visage humain

il y a 11 heures 52 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Signal, enfin une messagerie réellement cryptée pour protéger vos messages ?
il y a 13 heures 11 min
décryptage > Politique
Dure traversée de l'hiver ?

L’hiver noir du macronisme : quels lendemains pour LREM ?

il y a 13 heures 48 min
décryptage > Politique
Discours présidentiel

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

il y a 14 heures 24 min
décryptage > Politique
Grève

Grève dans les transports : que reste-t-il vraiment sur la réforme des retraites ?

il y a 15 heures 46 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Allemagne : Le gouvernement condamne des projets d’attentats « effrayants » contre plusieurs mosquées
il y a 6 heures 41 min
pépites > International
Coronavirus
Le marathon de Tokyo annulé pour les amateurs
il y a 7 heures 45 min
Quel avenir pour la viande classique?
Steak in vitro, insectes,: quelle viande mangerons-nous demain?
il y a 8 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Minute antique", des excellentes courtes chroniques

il y a 9 heures 16 min
pépite vidéo > Politique
Affaire Griveaux
Juan Branco: "J'ai accompagné Piotr Pavlenski en tant qu'avocat et je continue à le faire"
il y a 11 heures 20 min
décryptage > International
Chiffre mensonger

Combien de contaminés par le Coronavirus, maintenant nommé : COVID-19 ? Des chiffres médicaux, politiques, économiques ou financiers ?

il y a 12 heures 21 min
décryptage > Politique
Rappel à l'ordre

Concurrence : quand Mario Monti rappelle sèchement aux Etats de l’UE leurs propres responsabilités dans l’absence de champions industriels européens

il y a 13 heures 32 min
décryptage > Economie
Disparition des classes moyennes ?

Daniel Markovits : “L’élitisme managérial a tué les classes moyennes.”

il y a 14 heures 14 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Mutuelles de santé : l‘UFC-Que choisir alerte sur la hausse des tarifs mais se garde d’en donner la raison

il y a 15 heures 24 min
pépites > Justice
Coupure de courant
Le PDG d'EDF annonce avoir déposé "entre 80 et 90" plaintes pour des coupures intempestives
il y a 1 jour 7 heures
© Michele CATTANI / AFP
© Michele CATTANI / AFP
Ennemi durable

L’avenir noir du Sahel ou l’implacable loi de Daech et consorts

Publié le 01 décembre 2019
Daech est uneune franchise qui se développe à vitesse grand V et qui risque de s’accélérer, nourrie par la rancœur, la haine, la fuite en avant, notamment au Sahel.
Sébastien Boussois est chercheur en sciences politiques associé à l’ULB (Bruxelles) et à l’UQAM (Montreal). Il est l' auteur de Pays du Golfe les dessous d’une crise mondiale (Armand Colin, 2019), de Sauver la mer Morte, un enjeu pour la paix au Proche...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sébastien Boussois
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sébastien Boussois est chercheur en sciences politiques associé à l’ULB (Bruxelles) et à l’UQAM (Montreal). Il est l' auteur de Pays du Golfe les dessous d’une crise mondiale (Armand Colin, 2019), de Sauver la mer Morte, un enjeu pour la paix au Proche...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Daech est uneune franchise qui se développe à vitesse grand V et qui risque de s’accélérer, nourrie par la rancœur, la haine, la fuite en avant, notamment au Sahel.

Cessons de nous leurrer. Ni Daech ni le djihadisme ne sont morts. Bien au contraire. Tant que nous nierons l’évidence, nous irons dans le mur. L’opération française Barkhane, qui comprends 4500 soldats et qui ne cesse de s’enliser ne pourra plus résister longtemps, même pas au nom de la sécurisation de notre approvisionnement en uranium. L’Afrique de l’Ouest et le Sahel sont malheureusement dans une très mauvaise passe. L’accident tragique des deux hélicoptères ayant provoqué la mort de 13 soldats au Mali est la preuve évidente que nos chemins eux se croisent avec les djihadistes sans jamais parvenir à être définitivement coupés.

Car Daech est une marque de fabrique postmoderne, une franchise qui se développe à vitesse grand V et qui risque de s’accélérer, nourrie par la rancœur, la haine, la fuite en avant notamment au Sahel sur un terreau fertile à souhait : Etats fragiles, frontières poreuses, arsenal libyen dispersé sur le continent, conditions économiques et sociales sans espoir pour les jeunes de ces pays. Aucune armée conventionnelle ne semble encore adaptée à ces mouvements

Dès les années 1990, les mouvements repoussés au sud de l’Algérie après la fin de la guerre civile donnèrent l’embryon d’une partie des mouvements djihadistes sahéliens que l’on connaît encore aujourd’hui. Ils sont devenus plus  puissants que jamais. Le 11 janvier 2018, le Représentant spécial des Nations unies en Afrique de l’Ouest affirmait devant le Conseil de sécurité que la situation sécuritaire restait gravement préoccupante dans l’ensemble du Sahel : « M. Mohamed Ibn Chambas, a expliqué, ce matin, devant le Conseil de sécurité, qu’en dépit de progrès continus réalisés en matière de transition démocratique et politique, la situation sécuritaire dans la région demeurait une source de grave préoccupation. (ONU-CNS, 2018a) Cela fait en réalité des années que cela dure : « M. Chambas s’est notamment dit préoccupé par les incidents sécuritaires au Mali, du fait notamment des activités de groupes affiliés à Al-Qaïda et à l’État islamique du Grand Sahara, ainsi qu’au Niger. »

Mais s’il n’y avait que le Mali.Aujourd’hui, le point névralgique de la menace semble être au Nigéria. Boko Haram est l’un des mouvements djihadistes les plus violents et résistants que l’Afrique ait connu. Fondé en 2002, connu sous le nom de « Groupe sunnite pour la prédication et le djihad », il existe toujours et continue à commettre régulièrement des attentats. À l’origine secte prônant un islam salafiste et djihadiste radical, où la charia fut décrétée en 2001 dans l’État de Borno sur les traces historiques du califat de Sokoto, il s’est transformé en internationale terroriste pour finir par prêter allégeance à Daech en mars 2015. Il devient l’État islamique en Afrique de l’Ouest (Wilayat al-Soudan al-Gharbi) et tient plusieurs villes, notamment dans le nord-est du Nigeria, un des pays les plus dangereux du monde – mais également le pays africain le plus riche du continent avec ses hydrocarbures (sur la côte seulement). Il restait une prise de choix. L’organisation se finance par la corruption de l’administration locale, les enlèvements d’Occidentaux, les saisies directes auprès des populations, la contrebande des richesses locales comme en Syrie et en Irak.

Mais il n’y a pas que l’économique et le militaire chez les djihadistes. Il y a toujours un ressort idéologique puissant : ainsi par exemple, le Nigeria est important pour Daech car la ville de Sokoto a été fondée en 1809 par Ousmane Dan Fodio, qui y installera par la même occasion son califat. Ainsi, il y a fort à parier que IS ait cherché à ressusciter, sur une base historique avérée, le Califat de Sokoto, qui avait été annexé un siècle plus tard par les Anglais lors de la colonisation du pays. En août 2016, le groupe se divise, et c’est Abou Mosab al-Barnaoui qui est considéré comme le chef d’IS Afrique de l’Ouest par la maison-mère, alors que l’ancien chef Aboubacar Shekau reprend le nom de Groupe sunnite pour la prédication et le djihad. IS étend ses attaques alors au-delà du Nigeria, jusqu’au Mali, au Tchad et au Cameroun. L’idée bien rôdée était de provoquer une déstabilisation régionale à partir du Nigeria, dont il pouvait s’approprier une partie des richesses, et étendre sa toile. Mais pas seulement : depuis les années 2000, les tensions entre le Nord musulman et le Sud chrétien se sont aggravées et donnent une raison supplémentaire à IS de lutter contre l’ennemi culturel et mécréant que sont les chrétiens. Aujourd’hui, le pays est devenu une plaque tournante du prosélytisme djihadiste avec la formation de milliers de prédicateurs radicaux et violents envoyés partout en Afrique. Il y a de réelles raisons d’être inquiets sur le sort non seulement du Nigeria mais également des métastases daechistes qui sont en train de se répandre sur un continent déchiré par les rivalités religieuses, sociales, politiques et culturelles. En avril 2015, l’intervention des armées tchadienne et nigérienne au Nigeria a infligé de sévères pertes au mouvement. Obligés de se replier dans la forêt de Sambisa et au lac Tchad, les djihadistes ont repris le chemin de la guérilla suite à la perte d’une large partie de leurs territoires. Selon des sources plus que divergentes, on estime les effectifs de Boko Haram aujourd’hui entre 5000 hommes, évaluation basse, et 30 000, estimation la plus large. A titre de comparaison, l’évaluation haute de l’ensemble de Daech en Syrie et en Irak était de 80 000 ! Que se passera-t-il alors quand les Français se retireront face à une guerre impossible à gagner ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
hoche38
- 02/12/2019 - 07:26
Évidence!
Si les peuples noirs du Sahel sont incapables de prendre en mains leur destin, c'est qu'ils sont mûrs pour être recolonisés. Nous, les Français, nous avons déjà donné. Ils devraient regarder du coté des Chinois qui ont déjà montré un excellent savoir-faire dans ce domaine et ont mis au point une technique de déradicalisation de leurs islamistes plus efficace que la notre.