En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

02.

Elles lynchent Macron en chantant (mal) et en dansant (très mal)…

03.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

04.

La modernisation de la flotte australienne de sous-marins : un enjeu géopolitique pour la France

05.

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

06.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

07.

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

04.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

05.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

06.

Mais d’où vient ce mystérieux signal radio émis des profondeurs de l’espace à destination de la Terre ?

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le fantôme d'Aziyade" de Pierrre Loti : quête initiatique, nostalgique et fascinante sur les rives de l'amour et du Bosphore

il y a 15 min 15 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vive la vie" de Thomas Labacher : helvétique, envoûtant et magique !

il y a 2 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"A crier dans les ruines" d'Alexandra Koszelyk : un roman féerique et gracieux sur Tchernobyl

il y a 3 heures 18 min
light > Santé
Remède efficace
Coronavirus : Jackie Chan s’engage à donner un million de yuans pour la recherche d’un vaccin
il y a 4 heures 49 min
pépites > Politique
Campagne familiale
Elections municipales : Marie-Caroline Le Pen, la sœur aînée de Marine Le Pen, fait son retour en politique à Calais
il y a 7 heures 26 min
light > Sport
Un pas de plus dans la légende
Biathlon : Martin Fourcade remporte son onzième titre de champion du monde de l’individuel
il y a 8 heures 13 min
pépites > Politique
Rivalités
Affaire Griveaux : Christophe Castaner fait une allusion à la vie privée d’Olivier Faure et provoque l'indignation de l'opposition
il y a 9 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le cas Richard Jewell" de Clint Eastwood : l'histoire vraie d'un héros ordinaire broyé par la machine étatique : un Clint Eastwood grand cru...

il y a 11 heures 9 min
décryptage > Société
Hémiplégie techno

Séparatisme islamique : cette autre dimension du défi qu’oublie Emmanuel Macron

il y a 13 heures 13 min
décryptage > Europe
Recomposition politique

Ce vote Sinn Féin irlandais qui devrait réveiller l’Europe

il y a 14 heures 14 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Français, Le monde vous regarde" de Jean-Christophe Notin : 32 ambassadeurs en poste en France répondent à de nombreuses questions lapidaires, trop de langue de bois, aucun commentaire après les réponses. Aurait pu mieux faire !

il y a 32 min 7 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Thérapie de groupe, tome 1. L’étoile qui danse" de Manu Larcenet : l’angoisse de la page blanche ? Une porte ouverte à tous les délires créatifs ?

il y a 3 heures 5 min
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 18 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 3 heures 53 min
pépites > Justice
Dommages et intérêts
L'Assemblée nationale va réclamer plus d'un million d'euros dans le cadre du procès Fillon
il y a 5 heures 35 min
décryptage > Défense
Contrat

La modernisation de la flotte australienne de sous-marins : un enjeu géopolitique pour la France

il y a 7 heures 57 min
pépites > Justice
Enquête de déontologie
Affaire Griveaux : Juan Branco a renoncé à défendre Piotr Pavlenski, suite à la demande du bâtonnier de Paris
il y a 9 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les "anonymes" de la Résistance en France, 1940-1942. Motivations et engagements de la première heure" de Limore Yagil : la Résistance avait commencé bien avant l’appel du 18 juin, une salutaire analyse pour l’honneur des Français

il y a 10 heures 55 min
pépites > Politique
Campagne électorale
Elections municipales à Paris : Rachida Dati devance Anne Hidalgo pour la première fois, selon un nouveau sondage
il y a 11 heures 38 min
pépite vidéo > Environnement
Une page se tourne
Le premier réacteur de Fessenheim, la plus ancienne centrale nucléaire française, sera arrêté samedi
il y a 13 heures 22 min
décryptage > Sport
Haaland fait chuter Paris

Dortmund/PSG: 2/1 Paris passe au travers

il y a 14 heures 35 min
© LUDOVIC MARIN / AFP
© LUDOVIC MARIN / AFP
Volte-face

Accord sur le nucléaire iranien : la France jouerait-elle avec le feu ?

Publié le 30 novembre 2019
Alors que depuis mai 2018 et le retrait des Américains de l'accord de Vienne, la France multipliait les efforts pour trouver une solution diplomatique à la crise ouverte entre l’Iran et les autres partenaires de l’accord, celle-ci semble désormais changer de ton.
Ardavan Amir-Aslani est avocat et essayiste, spécialiste du Moyen-Orient. Il tient par ailleurs un blog www.amir-aslani.com, et alimente régulièrement son compte Twitter: @a_amir_aslani.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ardavan Amir-Aslani
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ardavan Amir-Aslani est avocat et essayiste, spécialiste du Moyen-Orient. Il tient par ailleurs un blog www.amir-aslani.com, et alimente régulièrement son compte Twitter: @a_amir_aslani.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que depuis mai 2018 et le retrait des Américains de l'accord de Vienne, la France multipliait les efforts pour trouver une solution diplomatique à la crise ouverte entre l’Iran et les autres partenaires de l’accord, celle-ci semble désormais changer de ton.

Auditionné mercredi par la Commission des Affaires étrangères de l’Assemblée nationale, le ministre Jean Yves Le Drian évoquait la possibilité de déclencher un mécanisme inclus dans l'accord sur le nucléaire iranien, qui pourrait engendrer le rétablissement de sanctions de l'ONU contre l’Iran. Il faisait allusion au dispositif de règlements des différents prévu effectivement dans le traité, qui compte de nombreuses étapes et peut mener à un vote au Conseil de sécurité de l'ONU pour décider du rétablissement ou non des sanctions qui pénalisaient l'Iran avant 2015.

La raison ? Les « encoches supplémentaires » de l’Iran au traité, notamment la reprise de l’enrichissement d'uranium, effectuées régulièrement tous les soixante jours depuis le mois de mai dernier. Mais à chaque désengagement, l'Iran n'a pourtant de cesse de demander aux autres parties de tout mettre en oeuvre pour respecter les termes de l'accord, ce que nul ne semble faire.

La réponse des officiels iraniens aux propos de Jean-Yves Le Drian ne s'est évidemment pas faite attendre. Dès le jour suivant, Abbas Moussavi, porte-parole du ministère des Affaires étrangères iranien, rappelait que « l'accord n'autorisait pas les parties européennes à invoquer le mécanisme dans la mesure où l'Iran exerce son droit légal en réponse aux actions illégales et unilatérales des Etats-Unis ».

C'est effectivement le cas : déjà en mai 2019, un an après le retrait unilatéral des Américains de l'accord de Vienne, lorsque Hassan Rohani avait estimé « approprié de cesser d'appliquer certains des engagements et mesures volontaires », prises dans le cadre de cet accord, les Iraniens avaient rappelé que, loin de s'en retirer, ils ne faisaient qu'exercer un droit prévu dans le texte et laissé aux membres restants en cas de manquements par une autre partie (en l'espèce, les Américains). A cette occasion, Paris posait déjà la question d'un rétablissement des sanctions contre l'Iran, tandis que les Etats-Unis annonçaient d'emblée de nouvelles sanctions économiques. Seules la Chine et la Russie, autres signataires de l'accord, avaient appelé Washington à cesser toute escalade de tensions et à « maintenir et appliquer l'accord, responsabilité de toutes les parties ».

Sans citer nommément le ministre français, Abbas Moussavi a qualifié ces propos « d'irresponsables » et précisé : « Cela discrédite énormément l'efficacité des initiatives pour l'application globale de l'accord de 2015 par toutes les parties en ligne avec le système de levée des sanctions. » La menace, certes inutile, de la France permet de poser la question très politique du respect des engagements pris. Même si cela est fait fort maladroitement, c’est tout à son honneur, car c’est effectivement le cœur de la crise autour de l'accord sur le nucléaire depuis mai 2018.

Traditionnellement, un accord lie tous ses signataires à respecter leurs engagements. Si l’un des signataires se désengage, unilatéralement de surcroît, il devient difficile d'exiger des autres parties un respect total du traité signé. Or, c’est précisément ce que l'on exige, très injustement, de l’Iran. La France évoque le mécanisme de règlement des différends de l’accord. Mais que ne l’a-t-elle fait valoir lorsque les Etats-Unis se sont retirés il y a un an et demi !

En vertu de l’accord de 2015, l’Iran consentait notamment à garantir la nature pacifique de son développement nucléaire, en échange d'une levée d'une partie des sanctions économiques de l'ONU et de la promesse de nombreux investissements. Mais pendant deux ans, les Iraniens se sont conformés aux conditions de l'accord sans en recevoir les bénéfices promis. En réaction à la « pression maximale » exercée par les Etats-Unis après leur retrait, et face à l'échec des Européens, dont la France, pour proposer une solution de sauvegarde de l'accord efficace et pérenne, l'Iran a choisi de réduire graduellement certains de ses engagements. L'objectif était d'amener les autres signataires de l'accord à protéger le pays des sanctions américaines et lui éviter une récession économique. Malheureusement, cette stratégie, si elle a permis de résister, tant bien que mal, à la pression américaine, n'a cependant fait que révéler l'inefficacité diplomatique et technique des Européens. « Trop peu, trop tard », comme le soulignait Hassan Rohani le 7 juillet dernier.

Certes, Emmanuel Macron a multiplié les efforts pour organiser une rencontre entre Donald Trump et Hassan Rohani dans l'espoir d'une sortie de crise, mais l'idée reste pour l'heure toujours dans l'impasse. Jean-Yves Le Drian pour sa part semble n'avoir jamais cru au succès des efforts diplomatiques entrepris par la France, jugeant la désescalade des tensions rendue impossible « pour plusieurs raisons ». Sont-elles pour autant toutes imputables à l'Iran ? Certes, les relations franco-iraniennes sont complexifiées par la demande de libération des deux chercheurs français retenus à Téhéran, mais le soutien affiché de la France à l'Arabie Saoudite – notamment après les attaques du 14 septembre dernier – ne contribue guère à réchauffer ces relations.

En outre, Jean-Yves Le Drian a justifié ses déclarations de mercredi en fustigeant l'entêtement de la République islamique et la réaction violente du gouvernement iranien contre les manifestants – qui a entraîné la mort de 143 d'entre eux, d'après Amnesty International. S'il est vrai que le régime semble pris de panique face aux difficultés économiques et aux débordements sociaux de part et d'autre de ses frontières, il n'est néanmoins pas certain que l'emploi d'un langage plus vindicatif soit la bonne solution pour résoudre la crise née autour de cet accord.

L'abandon américain est, en premier lieu, le seul responsable des difficultés actuelles. L'Iran tenait ses propres engagements, et n'a que très peu obtenu en retour. Les sanctions économiques américaines, visant à faire tomber le régime et éventuellement à renégocier un accord qui n'aurait avantagé en rien les Iraniens, et surtout l'échec des efforts européens et français, ont obligé l'Iran à développer sa propre contre-attaque. Peut-on décemment le lui reprocher ? Compte tenu du contexte particulièrement inflammable du Moyen-Orient, isoler encore davantage Téhéran n'apparaît pas comme une solution diplomatique pertinente. Cette stratégie est non seulement injuste, mais dangereuse pour toutes les parties de l'accord. Gageons que les propos du ministre français des Affaires étrangères n'engagent que lui et rappelons-nous, comme le disait Talleyrand avec sa redoutable simplicité, que « tout ce qui est excessif est insignifiant »... 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

02.

Elles lynchent Macron en chantant (mal) et en dansant (très mal)…

03.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

04.

La modernisation de la flotte australienne de sous-marins : un enjeu géopolitique pour la France

05.

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

06.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

07.

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

04.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

05.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

06.

Mais d’où vient ce mystérieux signal radio émis des profondeurs de l’espace à destination de la Terre ?

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Marie-E
- 01/12/2019 - 14:03
tatouzou
vous semblez bien connaitre les ayatollahs ou devrais je dire, vous croyez les connaitre.
Ils sont cingles, totalement irrationnels et il y en a une bonne partie qui pense qu'en accelerant le chaos ils precipiteront l'arrivee du mahdi.
Alors excusez moi de les croire assez fous pour se ficher completement de semer la mort y compris la leur au Proche Orient et de souhaiter que le gouvernement israelien ne les lache pas d'une semelle
lal
- 01/12/2019 - 11:56
Lisez donc l’article de
Lisez donc l’article de Benoît Rayski sur ce que colporte les Iraniens sur les Juifs.Croyez vous qu’on puisse sérieusement faire confiance aux mollahs au pouvoir dans ce pays?
evgueniesokolof
- 30/11/2019 - 17:30
j'ai déjà dit
....qu'il y en avait assez de voir Atlantico ouvrir ces colonnes à ce petit télégraphiste des mollahs. L'Iran est un régime rétrograde, dictatorial et sanguinaire! Pourquoi ne pas non plus trouver un barjot pour défendre Pol Pot ou Kim Il Sung? Ce n'est pas un problème de liberté d'expression ou de censure c'est un problème de décence!!!!! On n'a pas à donner des leçons à des pays quand même à peu près démocratiques pour le compte d'une théocratie fascisante Alors que ce monsieur aille poser ailleurs ses crottes hallal!
Et, au passage, honte aux commentateurs qui avalent la pâtée comme ils pourraient avaler un pot de Nutallah !