En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

02.

Emmanuel Macron s’est souvenu qu’il avait une mère et un père

03.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

04.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

05.

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : un suspect au profil très atypique

06.

Lutte contre la montée de l’extrême-droite : pourquoi l'Allemagne multiplie les gesticulations sans se poser les bonnes questions

07.

"Olivier véreux de mes c***lles" : Jean-Marie Bigard insulte le ministre de la Santé

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

03.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

04.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

05.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

06.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

03.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

04.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

05.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

06.

Emmanuel Macron, le président sans parti : pas (nécessairement) de quoi perdre 2022 mais mauvais coup garanti pour la démocratie

ça vient d'être publié
pépites > International
Jeter l'éponge
Liban : le Premier ministre désigné renonce à former un gouvernement et démissionne
il y a 2 heures 18 min
pépite vidéo > Insolite
Les joies du télétravail
Argentine : un député embrasse le sein nu de sa femme en pleine visioconférence
il y a 2 heures 57 min
pépite vidéo > International
Tragédie
26 morts dans le crash d’un avion militaire en Ukraine
il y a 4 heures 23 min
pépites > Politique
Polémique
Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine
il y a 5 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une bête aux aguets" : un roman dément et addictif

il y a 6 heures 34 min
décryptage > Europe
Crier au loup

Lutte contre la montée de l’extrême-droite : pourquoi l'Allemagne multiplie les gesticulations sans se poser les bonnes questions

il y a 10 heures 10 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les aidants, ces acteurs clés du quotidien auprès des plus fragiles face à l'explosion de la dépendance

il y a 10 heures 21 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

OPA sur la droite : le pari risqué de Marion Maréchal

il y a 10 heures 22 min
décryptage > International
Accord global

Derrière aujourd'hui, il y a demain (Proverbe Libyen)

il y a 10 heures 24 min
décryptage > Société
Urgence

10 000 morts dans les Ehpad dans une quasi indifférence générale : voilà pourquoi les racines de notre manque d'empathie envers les seniors sont profondes

il y a 10 heures 25 min
pépites > France
Enquête
Attaque à Paris : le suspect "assume son acte" et pensait attaquer Charlie Hebdo
il y a 2 heures 46 min
pépite vidéo > Politique
Pathétique
"Olivier véreux de mes c***lles" : Jean-Marie Bigard insulte le ministre de la Santé
il y a 4 heures 9 min
light > Culture
Figure de la droite
L'écrivain et polémiste Denis Tillinac est décédé
il y a 4 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les 100 plus belles planches de la bande dessinée" : La BD est un art qui vaut le détour !

il y a 6 heures 28 min
décryptage > Terrorisme
Menace diffuse

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : un suspect au profil très atypique

il y a 8 heures 50 min
décryptage > Société
Et Dieu (Jupiter) créa l’homme

Emmanuel Macron s’est souvenu qu’il avait une mère et un père

il y a 10 heures 19 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment le chef de l'Etat Emmanuel Macron a jonglé avec les libertés fondamentales lors de son quinquennat

il y a 10 heures 22 min
décryptage > International
Influence des activités humaines

Incendies en Californie : ce dérèglement climatique qui a décidément bon dos...

il y a 10 heures 22 min
décryptage > International
Urgence énergétique

Liban : aussi une urgence énergétique géopolitique

il y a 10 heures 24 min
décryptage > Environnement
Rendement

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

il y a 10 heures 25 min
© STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
© STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
En Marche

Loi d’orientation des mobilités : vers la restriction du déplacement des pauvres ?

Publié le 28 novembre 2019
Avec H16
Le projet de Loi d'Orientation des Mobilités a été adopté le 19 novembre dernier.
H16
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
H16 tient le blog Hashtable.Il tient à son anonymat. Tout juste sait-on, qu'à 37 ans, cet informaticien à l'humour acerbe habite en Belgique et travaille pour "une grosse boutique qui produit, gère et manipule beaucoup, beaucoup de documents".
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le projet de Loi d'Orientation des Mobilités a été adopté le 19 novembre dernier.
Avec H16

Voilà, ça y est, c’est dans la boîte, c’est voté, En Marche et en avant toute : l’État s’occupe officiellement de votre mobilité puisqu’enfin, le projet de Loi d’Orientation des Mobilités (LOM) a été approuvé le mardi 19 novembre sous les vivats d’une foule extatique et dans le bonheur chimiquement pur d’un peuple qui n’attendait que ça.

Il faut dire que la mobilité, en France, c’est primordial et cela peut poser des problèmes : des Français qui se déplacent, dans tous les sens, sans prévenir la préfecture, sans que les pouvoirs publics ne soient directement acteur de ces opérations, ça conduit forcément à des dérives que nos administrations, affûtées précisément pour ce genre de tâches indispensables, iront réguler avec le brio et la finesse qu’on leur connaît.

parcours institutionnel Duflot Jan 2013La Loi d’Orientation des Mobilités a donc subi le long et délicat parcours législatif qui permet la maturation et la distillation lente et méticuleuse des meilleurs textes d’encadrement de toutes les libertés françaises ; nous sommes à présent parvenus au moment crucial où la loi entre en force et sera mise en application avec la précision qu’il sied à ces grands projets qui façonnent de façon durable toute la société française pour de nombreuses décennies (riantes et bondissantes, cela va de soi).

Bien évidemment, cette loi intègre toute la panoplie des nécessaires ajustements de nos comportements de mobilité, de déplacements et d’habitudes de voyages dans notre beau pays pour tenir compte des problématiques environnementales : si, de nos jours, il est bien un but qui passe avant tout le reste (avant les problèmes de sécurité, de chômage, de fins de mois difficiles ou de même de déplacements prohibitifs ou impossibles), c’est bien celui de respirer un air pur dans une nature verte parcourue des petits pépiements joyeux d’oiseaux en bonne santé.

Et grâce à cette loi dont on découvre les impacts dans quelques articles de presse, on comprend qu’enfin, l’État va s’occuper de nous aussi dans nos déplacements.

Ça manquait. Il était temps : tout le monde a bien vu que depuis que l’État ne s’occupe plus du tout ni des transports en commun, ni des carburants, ni des bonus-malus pour les voitures, ni des surtaxes aéroportuaires ou aériennes, ni des limitations de vitesse et de la pléthore de radars saupoudrés sur tous les endroits piégeux du territoire, bref, depuis que l’État a complètement laissé tomber le sujet et comme le remarque avec intelligence le secrétaire d’Etat aux Transports Jean-Baptiste Djebbari, « la mobilité est en panne ».

Il était donc grand temps d’inverser la tendance pour viser enfin à « des transports du quotidien à la fois plus faciles, moins coûteux et plus propres », but aisé et économique s’il en est.

C’est ainsi qu’une enveloppe de 13,4 milliards d’euros gratuits des autres sera affectée sur la période 2018-2022 au développement des infrastructures, comme des ponts solides, des passages à niveaux qui fonctionnent, des voies ferrées entretenues, une gestion idoine de la neige sur autoroute (en hiver, un comble !), des lignes de TER au top (des coûts ?) et tout le reste qui font de la France un pays merveilleux youpi, tralala et vive le contribuable. En plus, vu l’historique parsemé de succès de la gestion de l’infrastructure par l’État, on renifle le Succès Épique d’ici.

Concrètement, cela se traduit donc par un forfait mobilité pouvant aller jusqu’à 400€ défiscalisés pour les gens qui feront du covoiturage, du vélo ou utiliseront une voiture électrique, c’est-à-dire essentiellement les citadins des grandes villes du pays, les provinciaux ayant des dizaines de kilomètres de déplacements quotidiens devant trouver un autre moyen ou se faire des mollets en béton armé.

Pour le reste, c’est une avalanche d’idées malines comme des zones à émissions limitées (ce qui revient grosso modo à y interdire les véhicules personnels, surtout ceux des plus modestes), comme des voies réservées (ce qui revient là encore à y interdire les véhicules des plus modestes), comme une extension des interdictions de circuler en cas de pollution (ce qui va, on s’en doute, améliorer grandement les capacités de déplacement des plus modestes) ou encore l’obligation pour les sociétés d’autoroutes de proposer des tarifs adaptés aux véhicules à carburants alternatifs (dans l’hypothèse où le citadin aisé en voiturette électrique veut tenter le diable avec son autonomie rikiki).

Chacun comprendra ici que le législateur proute dans la direction générale du provincial peu fortuné qui doit se taper 150 km tous les jours avec sa voiture diesel achetée il y a 10 ans, et ce d’autant plus que l’odeur du pet législatif sera couvert par le nuage de particules fines, polluantes et cancérigènes que le véhicule du gueux rejette salement. Quelque part, c’est bien fait : il n’avait qu’à être riche, citadin et se syntoniser avec Gaïa, comme le font tous les gens sérieux, merde à la fin.

Il faut se rendre à l’évidence : comme prévu depuis le début, cette nouvelle bordée de petits articles législatifs fiévreux n’entend absolument pas régler quelque problème de mobilité que ce soit.

Dès le titre, on comprend qu’il s’agit avant tout d’orienter, aussi lourdement et autoritairement que possible, les choix des Français dans leurs modes de transport. L’élite a ainsi décidé, dans sa schizophrénie de plus en plus lourde et de plus en plus coûteuse, que la voiture individuelle devrait absolument être combattue par tous les moyens, tout en s’acharnant à conserver nos grands constructeurs automobiles français sur le territoire.

Pour les politiciens français, le transport en commun est en effet la vitrine rêvée des gesticulations municipales (les bus), départementales ou régionales (les TER, les TGV) voire nationales (autoroutes, aéroports, LGV), et surtout une voie rêvée pour mobiliser, cramer voire détourner des milliards d’euros gratuits des autres sans lesquels ils ne sont que des guignols dispensables.

La voiture constitue une menace évidente pour des projets pharaoniques dans ce contexte de sprinklers à pognon public grands ouverts. Les récentes hystéries climatiques et environnementales ont donné de nouveaux arguments imparables médiatiquement pour culpabiliser les automobilistes, ponctionner encore les contribuables, et rançonner tant et plus les conducteurs.

S’il y a une orientation dans cette loi, ce n’est pas pour la mobilité, mais bien contre celle des individus, et notamment celle de ceux qui, de toute façon, ne votent pas pour les élites en place et qu’on peut donc mépriser et tabasser à loisir.

Cette loi va forcément très bien passer.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anouman
- 28/11/2019 - 19:53
Mobilités
C'est comme ça, il faut que l'état se mêle de tout (même du black friday) et bientôt, on vous dira combien il faut aller pisser de fois par jours (pour votre bonheur bien entendu). Alors les mobilités… Allons-y pour la promotion des transports en commun très coûteux pour le contribuable, inefficaces, polluants et entravant la circulation de ceux qui payent un maximum de taxes sur leur véhicule (carburants, bonus-malus écolo, assurances(les taxes), péages, parkings, radars, contrôles techniques…). Mais tant que les gens seront assez cons pour élire des branquignols qui les entubent depuis des dizaines d'années ils en mettront une couche supplémentaire à chaque fois.
Gpo
- 28/11/2019 - 13:29
Toujours plus clivant ces députés EM
qui méprisent les provinciaux, les beaufs, les gens qui ne sont rien, qui fument des clopes et roulent au diesel, les classes moyennes, les ploucs, les paysans, les sans dents..
Alors ils n'ont qu'à traverser la rue..n'est-ce-pas...mais tous ces gens-là qui sont insultés tous les matins par le gratin parisien, vont se réveiller..