En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"

03.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

04.

L'étrange sous-entendu de l'accusation lors de l'ouverture du procès Fillon

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Trop manger est mauvais pour la santé. Jeûner souvent aussi

07.

Le Coronavirus, occasion forcée de se "débarrasser" de la mondialisation ? Petits contre-arguments pour ne pas jeter le bébé (de notre prospérité) avec l’eau du virus

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

06.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

ça vient d'être publié
pépites > Environnement
Justice
La société Lubrizol a été mise en examen pour "atteinte grave" à la santé et à l’environnement suite à l'incendie de son site de Rouen
il y a 7 heures 33 min
light > Culture
Grande famille du cinéma français ?
45e cérémonie des César : Brigitte Bardot publie un message de soutien à Roman Polanski qui "sauve le cinéma de sa médiocrité"
il y a 8 heures 48 min
light > Economie
Nominations
Nicolas Sarkozy et Guillaume Pepy vont entrer au conseil de surveillance de Lagardère
il y a 10 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Hokusai, Hiroshige, Utamaro. Les grands maîtres du Japon" : splendeurs du Japon à Aix-en-Provence: Les Maîtres de l’époque Edo (1600-1867)

il y a 13 heures 13 min
pépites > Santé
Etat de santé
L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"
il y a 15 heures 23 min
pépites > Santé
Virus en sommeil
Une femme japonaise contracte le coronavirus une seconde fois après avoir été guérie
il y a 18 heures 25 min
pépite vidéo > Politique
Double langage ?
Didier Guillaume arrache le micro d'un journaliste après une question sur l'abattoir Sobeval
il y a 19 heures 22 min
décryptage > Société
Réaction politique

Injustice intergénérationnelle : les dangers d'une génération extorquée

il y a 20 heures 16 min
décryptage > Politique
A mort !

Ecoutez l'autocritique (sincère ?) des candidats LREM qui s'étaient prononcés contre le mariage pour tous et contre la PMA. Mais le peuple, très vigilant, ne sera pas dupe de leur double langage…

il y a 21 heures 6 min
décryptage > Politique
Tri sélectif

Chasse aux ex-LR "trop conservateurs" : le pari politique risqué des LREM à Paris

il y a 21 heures 59 min
pépites > Justice
Centre hospitalier de Mont-de-Marsan
Claude Sinké, l’auteur présumé des coups de feu à la mosquée de Bayonne, est mort
il y a 8 heures 7 min
pépites > Santé
Nouveau bilan
38 cas de coronavirus ont été identifiés en France dont 12 liés au patient infecté dans l’Oise
il y a 9 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Russie et la France, de Pierre Le Grand à Lénine" de Hélène Carrère d’Encausse, de l’Académie française : une mine d’informations sur le passé… avec une trop brève réflexion sur l’avenir !

il y a 13 heures 3 min
pépite vidéo > Santé
Difficultés du monde hospitalier
Emmanuel Macron interpellé par un médecin sur la crise des hôpitaux
il y a 14 heures 42 min
pépites > Justice
"Pendaison" et Ancien Régime
L'étrange sous-entendu de l'accusation lors de l'ouverture du procès Fillon
il y a 17 heures 29 min
pépites > Santé
Coronavirus
Emmanuel Macron à la Pitié-Salpêtrière : "On a devant nous une épidémie" qu'il va falloir "affronter au mieux"
il y a 18 heures 58 min
décryptage > Politique
Réforme(s)

Edouard Philippe, patron de Licence IV, Bruno Le Maire, gérant d’auto-école

il y a 19 heures 58 min
décryptage > Politique
Passage en force

Recours au 49-3 : cet ultime baril de poudre qu'Emmanuel Macron roule dans la fabrique d'allumettes

il y a 20 heures 49 min
décryptage > Défense
Graal du XXIeme siècle ?

Défense : le retard technologique de la France s’accumule

il y a 21 heures 25 min
décryptage > Politique
Casse-tête

Retraites : 49.3, retrait ou "bidouille", quel chemin de sortie de crise serait le moins dommageable pour Macron ?

il y a 22 heures 17 min
© MARTIN BUREAU / AFP
© MARTIN BUREAU / AFP
Crise

Ces plans gouvernementaux qui prolongent l’interminable agonie de la social-démocratie française

Publié le 27 novembre 2019
L'hôpital est en crise. Le plan dévoilé par la ministre de la Santé Agnès Buzyn et Edouard Philippe est-il réellement à la hauteur des enjeux ?
Jean-Yves Archer est économiste, spécialisé en Finances publiques. Il dirige le cabinet Archer, et a fondé le think tank économique Archer 58 Research. Né en 1958, il est diplômé de Sciences-Po, de l'ENA (promotion de 1985), et est titulaire d'...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Yves Archer
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Yves Archer est économiste, spécialisé en Finances publiques. Il dirige le cabinet Archer, et a fondé le think tank économique Archer 58 Research. Né en 1958, il est diplômé de Sciences-Po, de l'ENA (promotion de 1985), et est titulaire d'...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'hôpital est en crise. Le plan dévoilé par la ministre de la Santé Agnès Buzyn et Edouard Philippe est-il réellement à la hauteur des enjeux ?

La crise que traverse l'hôpital est sérieuse et le plan Buzyn-Philippe n'est clairement pas à la hauteur des enjeux.

D'abord, il faut moderniser l'hôpital et ce flux d'investissements requis n'est pas au rendez-vous des mesures annoncées mercredi 20 novembre. Le manque à gagner est de l'ordre d'un multiple de 6 si l'on retient l'avis de plusieurs Professeurs agrégés réputés de l'Assistance publique de Paris.

Que fait cet État prétendument social-démocrate des mannes fiscales et des éternelles rallonges exigées du contribuable ?

Puis, il faut noter que la revalorisation des carrières ( 300 euros mensuels revendiqués par personne pour un coût estimé à 3 milliards ) a fait pschiit et s'est transformée en un coup de pouce de nourrisson : 800 euros par an pour certaines catégories.

Que fait cet État dispendieux pour des personnels qui méritent clairement la considération de la Nation ?

Enfin, il y a l'organisation. Des internes, des urgentistes, des infirmières disent que leurs tâches sont rendues plus ardues du fait de la complexité décisionnelle et opérationnelle de l'hôpital. Le modèle social-démocrate qui cultive un vilain penchant pour la bureaucratie est pris à son propre piège au point que la ministre, médecin hospitalier, convient du sujet et des difficultés mais n'a toujours pas posé la première pierre de cette rénovation impérieuse. Toujours l'impasse social-démocrate.

Ainsi, l'argent public octroyé sous le coup de l'urgence va être versé dans des circuits où l'efficience est loin d'être la vertu cardinale.  Le Docteur Pierre Carli ( responsable du SAMU de Paris ) avait pourtant déjà déclaré, dans le Quotidien du médecin en date du 26 mars 2018 : " Quand les urgences débordent, c'est que l'hôpital est désorganisé ".

Le fondement du libéralisme, c'est de s'en remettre le plus possible aux équipes de terrain. Nos hôpitaux sont gérés avec des plans dignes de la défunte U.R.S.S. Loin de faire confiance au noble mot d'autonomie, là encore on a empilé des structures de direction. Un Chef de pôle hospitalier dédie près d'un tiers de son temps à l'administratif ce qui représente un gâchis patent.

Déjà du temps du ministre Jacques Barrot, on se préoccupait de l'articulation entre médecine de ville et soins hospitaliers. Des décennies plus tard, on réalise benoîtement que la contraction du numerus clausus a provoqué plus d'effets négatifs que de bienfaits. Ainsi, la Cour des comptes a souligné le coût des intérimaires qui sont, au demeurant, assez fréquemment des personnels étrangers. La France, ce pays bizarre où l'on bride la production de médecins pour recourir, à la fin des fins, à des praticiens étrangers. Curieuse logique qui pourrait rappeler la définition même d'une société de rationnement et de contraintes. Précisément celle que Jean-François Revel a longtemps stigmatisée. Là encore, notre Histoire contemporaine collective lui donne quitus de sa pertinente réflexion sociétale.

On aurait pu former le vœu – en 2017 – d'avoir une équipe au pouvoir digne de Kennedy et de son impulsion réformatrice. En fait, à l'usage, notre pays – acte 2 du quinquennat ou pas – dispose d'un Exécutif digne du travailliste britannique Harold Wilson. De l'État, encore de l'État ! Des impôts et taxes, encore et toujours comme le démontre avec minutie l'avocate fiscaliste Virginie Pradel !

Une large partie des décideurs est conditionnée par des réflexes de bureaucratie et de palabres là où le temps moderne impose la réactivité. Tout le secteur public est un chantier pour ne pas user d'un autre mot. Personne n'a jamais croisé une infirmière riche, un gendarme dans l'opulence ou un enseignant dans la grande ouate matérielle. Non, le problème du secteur public n'est pas issu, à titre principal, de la rémunération de ces femmes et de ces hommes qui le composent.  La crise de l'État est un hiatus en termes de résultats et une dissipation des forces faute de résultante adéquate.

Au risque de répéter une conviction profonde, il faut vectoriser la sphère publique, y créer les synergies nécessaires et non la sédimenter comme les tenants du quinquennat d'avant continuent de le croire et de le dire.
Le défi majeur est celui de la conviction d'un peuple qui fait des apnées du sommeil lorsqu'il entend le mot libéralisme tandis, qu'en même temps, l'équipe présente lui fait les poches ou celles de ses enfants via la dette exigible in futurum.

J'ai espéré un plan pour l'hôpital qui ait de la tenue. Je dois constater qu'une pensée molle l'a enfanté.

Alors laissons la conclusion provisoire au délicat poète que fût Paul-Jean Toulet : " La bassesse du socialisme, c'est de poursuivre, non pas le plus grand bien, mais le moindre mal ". ( in Les Trois Impostures ).

Reconnaissez que cela a un sens que la trop célèbre phrase du président Hollande " Ce n'est pas grave, c'est l'État qui paye " vient, de facto, corroborer.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"

03.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

04.

L'étrange sous-entendu de l'accusation lors de l'ouverture du procès Fillon

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Trop manger est mauvais pour la santé. Jeûner souvent aussi

07.

Le Coronavirus, occasion forcée de se "débarrasser" de la mondialisation ? Petits contre-arguments pour ne pas jeter le bébé (de notre prospérité) avec l’eau du virus

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

06.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
JG
- 27/11/2019 - 16:43
Pardon pour la répétition : la suite
- Où va l'argent dans l'hôpital ? Petite anecdote pour l'illustrer : à l'hôpital Saint Vincent de Paul (maintenant fermé) dans les années 70 : 8 administratifs en tout et pour tout (4 directeurs et leurs secrétaires) ; en 1995 quand j'y suis passé comme chef de clinique : autant d'administrateurs que de praticiens hospitaliers temps pleins...
Les administratifs se reproduisent entre eux et s'accordent des postes totalement inutiles de type "Directeur de la qualité des soins avec secrétaire et bureau flambant neuf qui vont avec" le tout pour le salaire de 5 à 6 infirmières ...
- Gabegie, incompétence voire corruption dans les dépenses courantes ou l'attribution de marchés publics : j'ai été personnellement témoin lors de la construction de l'HEGP d'absurdités dignes de Kafka et qui ont toutes coûté une fortune pour les corriger.....
- Vieillissement et paupérisation des généralistes par la scandaleuse rémunération de leurs actes (moitié moins que la moyenne européenne) = plus de possibilités d'organiser des gardes de nuit et de week-end + non responsabilisation des patients (TOUT est gratuit à l'hôpital )= surpopulation aux urgences
- Je pourrais en écrire encore 10 pages...
JG
- 27/11/2019 - 16:35
Excellent !
Je rajouterai ou confirmerai quelques éléments que je connais bien pour les avoir vécues de l'intérieur pendant les 20 ans de ma vie passées à soigner à l'hôpital , avant de fuir , au départ à contre-coeur , mais maintenant en bénissant ceux qui ont fait que je n'ai pas pu rester à l'hôpital universitaire !
- La pénurie de médecins, à l'origine du fameux "désert médical" a été organisée par cynisme, lâcheté et aveuglement bureaucratique des divers gouvernements concernés pendant les 18 années (1982 à 2002) où il a été fixé à moins de 5000 places par an....Et il y a eu de la gauche comme de la droite pendant ces 18 années, donc on peut prendre les uns pour taper sur les autres....
- Ce ne sont donc pas les "vilains médecins" qui ne veulent pas s'installer dans le "désert" (là où il n'y a plus de banques , de commerces, de lycées, etc....mais pas seulement car Paris intramuros est aussi un désert ...) , mais tout simplement le fait qu'il n'y a PLUS de médecins . Je rappelle à nos cyniques de politiques qu'il faut 9 ans pour former un généraliste, entre 10 et 12 ans pour un spécialiste médical et au minimum 12 ans pour un chirurgien.
JG
- 27/11/2019 - 16:27
Excellent !
Je rajouterai ou confirmerai quelques éléments que je connais bien pour les avoir vécues de l'intérieur pendant les 20 ans de ma vie passées à soigner à l'hôpital , avant de fuir , au départ à contre-coeur , mais maintenant en bénissant ceux qui ont fait que je n'ai pas pu rester à l'hôpital universitaire !
- La pénurie de médecins, à l'origine du fameux "désert médical" a été organisée par cynisme, lâcheté et aveuglement bureaucratique des divers gouvernements concernés pendant les 18 années (1982 à 2002) où il a été fixé à moins de 5000 places par an....Et il y a eu de la gauche comme de la droite pendant ces 18 années, donc on peut prendre les uns pour taper sur les autres....
- Ce ne sont donc pas les "vilains médecins" qui ne veulent pas s'installer dans le "désert" (là où il n'y a plus de banques , de commerces, de lycées, etc....mais pas seulement car Paris intramuros est aussi un désert ...) , mais tout simplement le fait qu'il n'y a PLUS de médecins . Je rappelle à nos cyniques de politiques qu'il faut 9 ans pour former un généraliste, entre 10 et 12 ans pour un spécialiste médical et au minimum 12 ans pour un chirurgien.