En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

03.

Beyrouth : la maison de Carlos Ghosn a été détruite par les explosions

04.

Une arme de destruction massive contre l’écriture inclusive : le boycott

05.

Train ou avion ? Le point sur les risques d’être contaminé par la Covid-19

06.

Les idées cocktails originales de l’été : le Framboise Fizz, dégustez de l’armagnac frais, sans vous ruiner

07.

Ces pays où continuent à partir les Français malgré le Coronavirus

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

03.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

06.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

04.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

05.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

06.

Orange mécanique, le retour : mais que cachent ces tabassages en série pour des histoires de masques ?

ça vient d'être publié
pépites > International
Espoir pour les familles
Explosions à Beyrouth : un compte Instagram aide les habitants de la ville à retrouver les personnes disparues
il y a 6 heures 48 min
pépite vidéo > Environnement
Filière menacée
Pesticides : une dérogation accordée par le gouvernement pour sauver la culture de la betterave
il y a 8 heures 21 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le singe prend un bain et quand Mademoiselle souffle vingt bougies : c’est l’actualité aoûtienne des montres
il y a 9 heures 36 min
light > Culture
Disparition
Mort du philosophe Bernard Stiegler à l’âge de 68 ans
il y a 12 heures 13 min
pépite vidéo > Santé
Recommandations
Canicule et coronavirus : les bons gestes à adopter
il y a 13 heures 17 min
décryptage > France
Fines lames

La France orange mécanique (complément d’information) : merci de ne pas oublier les couteaux

il y a 16 heures 5 min
décryptage > Consommation
Origines des produits

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

il y a 16 heures 49 min
décryptage > Loisirs
"Voyage, voyage"

Ces pays où continuent à partir les Français malgré le Coronavirus

il y a 17 heures 33 min
décryptage > Economie
Relance européenne

L’Euro fort, bonne ou (très) mauvaise nouvelle pour la reprise ? Le match des arguments

il y a 18 heures 25 min
pépite vidéo > Politique
Solidarité avec le peuple libanais
Liban : retrouvez l’intégralité de la conférence de presse d’Emmanuel Macron à Beyrouth
il y a 1 jour 5 heures
pépites > International
Liban
Explosions à Beyrouth : le président libanais Michel Aoun rejette l’organisation d’une enquête internationale
il y a 7 heures 27 min
Liban
Beyrouth : la maison de Carlos Ghosn a été détruite par les explosions
il y a 9 heures 4 min
pépites > France
Enquête
Incendie à Anglet : un mineur de 16 ans mis en examen pour "destruction volontaire"
il y a 11 heures 30 min
pépites > Santé
0.800.06.66.66
Canicule et vague de chaleur : le ministre de la Santé, Olivier Véran, annonce la création d’un numéro vert
il y a 12 heures 53 min
décryptage > Santé
Transport collectif

Train ou avion ? Le point sur les risques d’être contaminé par la Covid-19

il y a 15 heures 44 min
décryptage > Consommation
COCKTAIL & TERROIR

Les idées cocktails originales de l’été : Cognac Tonic, mieux que le Gin, optez pour un cocktail d’été "trendy"

il y a 16 heures 22 min
décryptage > High-tech
Mort de la concurrence ?

Pourquoi nous surfons de moins en moins en dehors de Google

il y a 17 heures 15 min
décryptage > International
"Le Liban n'est pas seul"

Beyrouth : le rêve éveillé de l'Elysée sur l'Orient

il y a 18 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "La clé USB" de Jean-Philippe Toussaint, l’art de rendre romanesque l’univers de l’informatique

il y a 1 jour 5 heures
pépites > International
Voix de la France
Liban : Emmanuel Macron lance un appel à un "profond changement" auprès de la classe politique
il y a 1 jour 5 heures
J'accuse

J’accuse, la vérité au-dessus de tout : petit retour sur ceux qui se sont abusivement attribué le beau rôle dans l’affaire Dreyfus

Publié le 26 novembre 2019
Une question qu’on me pose depuis quelque temps : Vous avez vu « J’accuse » ? Vous savez, ce film de l’horrible Polanski sur l’affaire Dreyfus… Il paraît qu’en fait il est excellent.
Nathalie MP Meyer
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nathalie MP Meyer est née en 1962. Elle est diplômée de l’ESSEC et a travaillé dans le secteur de la banque et l’assurance. Depuis 2015, elle tient Le Blog de Nathalie MP avec l’objectif de faire connaître le libéralisme et d’expliquer en quoi il...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une question qu’on me pose depuis quelque temps : Vous avez vu « J’accuse » ? Vous savez, ce film de l’horrible Polanski sur l’affaire Dreyfus… Il paraît qu’en fait il est excellent.

Alors oui, j’ai vu « J’accuse ». Un film à voir.

Non seulement parce qu’il est parfait du point de vue de sa réalisation méticuleuse et de la performance de son acteur principal Jean Dujardin, mais surtout parce que c’est un film sur la vérité et la justice comme valeurs absolues qui dépassent tout, la préservation des institutions comme les petits attachements identitaires des hommes.

Pour ce qui est de « l’horrible » Polanski, je suis d’avis que tout homme qui a porté atteinte à une personne ou à ses biens doit répondre de ses actes. Le judiciaire est là pour ça, laissons la justice faire son œuvre s’il y a lieu avant de lancer anathèmes et menaces de boycott.

Quant au film, je pense que l’affaire Dreyfus n’en est que la trame de fond, je dirais même le décor – historique, certes, mais seulement le décor. En réalité, tout tourne autour du lieutenant-colonel Picquart (1854-1914), tout tourne autour de la fabuleuse capacité qu’il a eu à mettre de côté ses réserves, ses antipathies – son antisémitisme tranquille et virulent, disons-le carrément – pour aller chercher au-delà de lui-même les valeurs intemporelles de justice et de vérité.

Le film s’ouvre en janvier 1895 sur la grande scène de la dégradation du capitaine Dreyfus dans la cour de l’École militaire (voir bande-annonce en fin d’article). Celui-ci vient d’être condamné à perpétuité pour trahison et il sera prochainement envoyé en réclusion sur l’île du Diable.

Intense soulagement au ministère de la Guerre et chez ces messieurs de l’état-major : l’affaire Dreyfus est terminée et l’armée française est sauve ! Le « Juif » a été proprement mis hors d’état de nuire et la « juiverie internationale », malgré toutes ses roueries, n’a rien pu faire pour lui. Dans les salons dorés de la République, on trinque, on rit, on se congratule en prenant des airs entendus, et le commandant Picquart n’est pas le dernier à participer à la fête.

Il se trouve qu’il connaît bien le capitaine Dreyfus car il l’a eu comme élève à l’École de guerre. Il ne l’aime pas, il n’aime pas les Juifs, il n’aime pas ce qu’ils représentent – whatever that may be – mais il se targue de ne pas laisser entrer ces considérations dans le jugement académique qu’il porte sur lui en tant que professeur. On découvre un Picquart froid, sans affect, strictement rationnel et très sûr de lui.

Tiendra-t-il la distance ?

Peu après, coïncidence, Picquart est nommé chef du service de renseignement militaire avec le grade de lieutenant-colonel. Il s’agit justement du bureau qui a établi la culpabilité de Dreyfus grâce au fameux « bordereau », document récupéré en mille morceaux dans une corbeille à papier de l’ambassade d’Allemagne grâce aux bons offices d’une femme de ménage cornaquée par le commandant Henry, numéro deux du service.

La routine de l’analyse des poubelles de l’ambassade d’Allemagne se poursuit. Picquart lui-même tombe sur un document connu désormais sous le nom de « petit bleu » : un télégramme rédigé par l’attaché militaire allemand et adressé à un certain Esterhazy, officier français en poste à Rouen. Le télégramme n’a jamais été envoyé à son destinataire (puisqu’il a fini dans la corbeille à papier) mais il atteste des activités de renseignement d’Esterhazy en faveur de l’Allemagne.

Jusque-là, rien à voir avec Dreyfus.

Picquart informe le ministre de la Guerre de cette nouvelle fuite et apprend alors qu’Esterhazy n’est pas un inconnu pour l’administration militaire : par deux fois il a sollicité par lettre sa mutation à Paris. Il récupère les lettres en question, rentre à son bureau et se rend compte de l’extraordinaire similitude graphologique entre ces lettres et… le « bordereau ». Similitude qui lui est confirmée par le même spécialiste qui avait attribué le bordereau à Dreyfus.

Et nous revoilà dans l’affaire Dreyfus.

Sauf qu’il n’y a plus d’affaire Dreyfus mais une seule et unique affaire Esterhazy. Autrement dit, l’armée s’est complètement trompée. S’étant trompée, elle a cherché tous les moyens de masquer ses fautes pour se protéger. On découvre dans la foulée qu’elle a non seulement accusé un innocent mais qu’elle s’est crue autorisée à forger des pièces accusatrices « secrètes » pour obtenir à coup sûr un verdict de culpabilité et qu’elle entravera sans états d’âme toute action ultérieure qui aurait pour but d’exposer ses mensonges.

Émergent alors deux figures, deux écoles de pensée, deux formes de loyauté.

D’un côté, on a le lieutenant-colonel Picquart. Au-delà de ses réticences personnelles vis-à-vis de Dreyfus et au-delà des circonstances particulières de l’époque, il pense qu’il existe quelque chose d’intangible, quelque chose de supérieur, quelque chose qui vaut la peine qu’on prenne des risques et qui s’appelle la vérité. Pour lui, c’est même la seule façon de protéger l’institution militaire qui reste grande à ses yeux. Cette position, qu’il va avoir le courage de maintenir jusqu’au bout, lui vaudra d’abord éloignement aux quatre coins des territoires français puis arrestation et emprisonnement en bonne et due forme.

Face à lui, voici le commandant Henry. Auteur des faux versés au dossier, il préfère se dire que « ce sont les chefs qui décident ». Lui, obéissant, loyal, se contente d’exécuter. Au prix d’un écrasement de sa conscience qui finira par le pousser au suicide.

Henry est en quelque sorte un précurseur d’Adolf Eichmann. Lors de son procès (1961), ce dernier avait justement basé toute sa défense sur le fait qu’en tant qu’officier du Reich, il n’avait qu’une seule chose à faire, obéir. Il s’était même réclamé de Kant pour se justifier. Dans Qu’est-ce que les Lumières ? (1784), le philosophe déclarait en effet :

« Il serait très dangereux qu’un officier à qui un ordre a été donné par son supérieur, voulût raisonner dans son service sur l’opportunité ou l’utilité de cet ordre ; il doit obéir. »

Voilà qui semble régler la question. Si ce n’est qu’Eichmann a opportunément oublié la suite du texte :

« Mais si l’on veut être juste, il ne peut lui être défendu, en tant que savant, de faire des remarques sur les fautes en service de guerre et de les soumettre à son public pour qu’il les juge. »

Du reste, en disant dans un autre texte qu’« il faut obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes », Kant montre qu’il reconnait parfaitement le rôle essentiel de la conscience, la nécessité du discernement et la légitimité de la désobéissance civile dès lors que des valeurs humaines absolues sont menacées.

Or c’est précisément ce que Picquart a choisi de faire, quitte à s’extraire avec force de la glaise sociale qui emprisonne trop facilement ses pairs, ses collègues, ses semblables dans leurs cadres de pensée habituels. Pas pour Dreyfus en particulier, mais pour l’idée  supérieure qu’il se fait de la vérité et de la justice, idée qui doit aussi s’appliquer à Dreyfus.

Si Henry est un précurseur d’Eichmann, Picquart m’apparait comme un précurseur de Georges Bernanos, quoique dans une version nettement moins compassionnelle. Résidant à Majorque en 1936, ce dernier est le témoin quotidien de la « croisade » du général Franco contre le bolchévisme. Mais jour après jour, les horreurs succèdent aux abominations. Catholique, monarchiste, proche de l’Action française, Bernanos pourrait fermer les yeux. C’est ce que font les gens comme lui.

Mais lui ne peut plus. Dans un effort de totale vérité et de totale liberté, en conformité avec sa foi, mais en rupture avec toute appartenance politique et toute proximité sociale, il décide de témoigner. Ses chroniques sur les événements espagnols seront rassemblées dans Les grands cimetières sous la lune. Inutile de dire que nombre de ses amis lui ont alors tourné le dos.

Rien ne peut dépasser les impératifs de vérité et de justice – voilà ce que nous dit Bernanos, voilà ce qu’a découvert le lieutenant-colonel Picquart qui aurait pu si facilement s’en tenir tranquillement aux critères moraux de son camp et voilà ce que nous raconte le film de Polanski « J’accuse ».

Bande-annonce du film « J’accuse » de Roman Polanski (2019) avec Jean Dujardin dans le rôle du lieutenant-colonel Picquart :

Sur le déroulé de l’affaire Dreyfus elle-même, on pourra visionner (sur youtube) le téléfilm réalisé par Yves Boisset en 1995 d’après le livre L’affaire de Jean-Denis Bredin.

On pourra également se reporter au chapitre que Philippe Nemo a consacré à l’affaire dans son livre Les deux Républiques françaises pour mesurer combien la gauche de l’époque s’est indûment appropriée le beau rôle (témoignages de Léon Blum à l’appui).

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Forbane
- 26/11/2019 - 20:05
Le soutien à un pédophile avéré
, qui a forcé une petite fille de 13 ans à avoir une relation sexuelle ? Par quels orifices à votre avis, était-elle pubère? Des poils?...) condamné, qui a fuit la justic, n’a pas effectué sa peine et qui a peut-être récidivé plusieurs fois est à vomir.
Je pense à Estelle Mouzin et aux autres victimes de pédophiles.
Combien ici se masturbent devant des images d’enfants se faisant sodomiser (dans le milieu médical, en France, des Bébés de quelques mois la verge de papa dans le rectum ou dans la bouche)
Combien ici vont en vacances en Thaïlande se faire des petites filles ou garçons?
Se réjouir du succès d’une telle merde est affligeant ou inquiétant.
Lisez donc Zola
Gpo
- 26/11/2019 - 16:51
La bien pensance a voulu remplacer les juges
et nous intimer l'ordre de boycotter le film..C'est raté ..les blaireaux, les gens qui ne sont rien, les ploucs, les gilets jaunes se sont rebellés..et il est numéro 1 à l'affiche
C'est un film remarquable et on peut déplorer la défection (lâcheté) des comédiens à venir défendre voire promouvoir le film..
Vont-ils rendre leurs cachets à cet "horrible" violeur de Polanski dans un sursaut de dignité??
Bravo monsieur Polanski!!
hoche38
- 26/11/2019 - 12:08
Éternel problème!
Cette confrontation entre les fidèles à une organisation légitime et ceux fidèles à la morale fait penser aux membres du Parti communistes qui aux procès de Prague ont du choisir entre la fidélité au Parti et celle à la vérité.