En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elles lynchent Macron en chantant (mal) et en dansant (très mal)…

02.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

03.

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

04.

La modernisation de la flotte australienne de sous-marins : un enjeu géopolitique pour la France

05.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

06.

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

07.

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Mais d’où vient ce mystérieux signal radio émis des profondeurs de l’espace à destination de la Terre ?

06.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le fantôme d'Aziyade" de Pierrre Loti : quête initiatique, nostalgique et fascinante sur les rives de l'amour et du Bosphore

il y a 5 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vive la vie" de Thomas Labacher : helvétique, envoûtant et magique !

il y a 8 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"A crier dans les ruines" d'Alexandra Koszelyk : un roman féerique et gracieux sur Tchernobyl

il y a 8 heures 53 min
light > Santé
Remède efficace
Coronavirus : Jackie Chan s’engage à donner un million de yuans pour la recherche d’un vaccin
il y a 10 heures 24 min
pépites > Politique
Campagne familiale
Elections municipales : Marie-Caroline Le Pen, la sœur aînée de Marine Le Pen, fait son retour en politique à Calais
il y a 13 heures 1 min
light > Sport
Un pas de plus dans la légende
Biathlon : Martin Fourcade remporte son onzième titre de champion du monde de l’individuel
il y a 13 heures 48 min
pépites > Politique
Rivalités
Affaire Griveaux : Christophe Castaner fait une allusion à la vie privée d’Olivier Faure et provoque l'indignation de l'opposition
il y a 15 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le cas Richard Jewell" de Clint Eastwood : l'histoire vraie d'un héros ordinaire broyé par la machine étatique : un Clint Eastwood grand cru...

il y a 16 heures 44 min
décryptage > Société
Hémiplégie techno

Séparatisme islamique : cette autre dimension du défi qu’oublie Emmanuel Macron

il y a 18 heures 48 min
décryptage > Europe
Recomposition politique

Ce vote Sinn Féin irlandais qui devrait réveiller l’Europe

il y a 19 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Français, Le monde vous regarde" de Jean-Christophe Notin : 32 ambassadeurs en poste en France répondent à de nombreuses questions lapidaires, trop de langue de bois, aucun commentaire après les réponses. Aurait pu mieux faire !

il y a 6 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Thérapie de groupe, tome 1. L’étoile qui danse" de Manu Larcenet : l’angoisse de la page blanche ? Une porte ouverte à tous les délires créatifs ?

il y a 8 heures 40 min
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 18 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 9 heures 28 min
pépites > Justice
Dommages et intérêts
L'Assemblée nationale va réclamer plus d'un million d'euros dans le cadre du procès Fillon
il y a 11 heures 10 min
décryptage > Défense
Contrat

La modernisation de la flotte australienne de sous-marins : un enjeu géopolitique pour la France

il y a 13 heures 32 min
pépites > Justice
Enquête de déontologie
Affaire Griveaux : Juan Branco a renoncé à défendre Piotr Pavlenski, suite à la demande du bâtonnier de Paris
il y a 14 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les "anonymes" de la Résistance en France, 1940-1942. Motivations et engagements de la première heure" de Limore Yagil : la Résistance avait commencé bien avant l’appel du 18 juin, une salutaire analyse pour l’honneur des Français

il y a 16 heures 30 min
pépites > Politique
Campagne électorale
Elections municipales à Paris : Rachida Dati devance Anne Hidalgo pour la première fois, selon un nouveau sondage
il y a 17 heures 13 min
pépite vidéo > Environnement
Une page se tourne
Le premier réacteur de Fessenheim, la plus ancienne centrale nucléaire française, sera arrêté samedi
il y a 18 heures 57 min
décryptage > Sport
Haaland fait chuter Paris

Dortmund/PSG: 2/1 Paris passe au travers

il y a 20 heures 10 min
© AFP
© AFP
Fiasco

L'entrée en Bourse de Saudi Aramco : un échec de plus pour Mohammed Ben Salmane

Publié le 23 novembre 2019
L’Arabie saoudite a annoncé des objectifs revus à la baisse pour l’introduction en Bourse du géant pétrolier Saudi Aramco. Le royaume espérait lever 25 milliards de dollars alors qu’il comptait, à l’origine, réunir 100 milliards.
Ardavan Amir-Aslani est avocat et essayiste, spécialiste du Moyen-Orient. Il tient par ailleurs un blog www.amir-aslani.com, et alimente régulièrement son compte Twitter: @a_amir_aslani.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ardavan Amir-Aslani
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ardavan Amir-Aslani est avocat et essayiste, spécialiste du Moyen-Orient. Il tient par ailleurs un blog www.amir-aslani.com, et alimente régulièrement son compte Twitter: @a_amir_aslani.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L’Arabie saoudite a annoncé des objectifs revus à la baisse pour l’introduction en Bourse du géant pétrolier Saudi Aramco. Le royaume espérait lever 25 milliards de dollars alors qu’il comptait, à l’origine, réunir 100 milliards.

A l'inverse du roi Midas, tout ce que touche Mohammed Ben Salmane ne se transforme pas en or, mais en fiasco. En 2016, le Prince héritier avait annoncé son plan « Vision 2030 », un vaste projet économique qui allait assurer la transition énergétique de l'Arabie Saoudite en diversifiant son économie via diverses privatisations. Tout ce plan reposait sur une clé de voûte essentielle : la vente de 5% du capital de Saudi Aramco, permettant de financer le programme de réformes voulu par « MBS » et de développer les investissements en dehors du secteur énergétique. Las, depuis trois ans, l'entrée en Bourse de la première compagnie pétrolière mondiale et joyau de la couronne saoudienne, longtemps présentée comme « l'opération du siècle », n'a cessé d'être reportée. Si l'introduction de Saudi Aramco devrait enfin se faire en décembre 2019, les Saoudiens ont néanmoins dû réviser leur proposition de cotation, et n'en tireront donc pas les bénéfices escomptés, car la faiblesse du projet réside essentiellement dans son manque de crédibilité. 

Saudi Aramco, qui représente près de 10% de toute la production mondiale de pétrole, s'estime être l'entreprise la plus rentable du monde. Certes, ses bénéfices annuels auraient atteint pour le seul premier semestre 2019, selon les résultats rendus publics au mois d'août dernier, près de 47 milliards de dollars. Mais Mohammed Ben Salmane a longtemps estimé la valeur boursière de la compagnie pétrolière au chiffre astronomique de 2000 milliards de dollars, soit plus que les valeurs de Google et Apple réunis. Le Prince rêvait en outre de réaliser son introduction à la Bourse de New York et d'en obtenir 100 milliards de dollars. Mais face à la froideur des investisseurs étrangers pour un projet aussi douteux, il obtiendra finalement beaucoup moins que ce qu'il avait promis. Faute de transparence, aucune grande place financière n'a voulu coter l'entreprise, et les analystes avaient même proposé une estimation à la baisse, de l'ordre de 1400 ou 1500 milliards de dollars. 

De guerre lasse, le weekend du 16 novembre, les officiels saoudiens ont annulé une tournée de rencontres avec des investisseurs potentiels en Europe, en Asie et aux Etats-Unis. A la place, ils ont annoncé que seuls 1,5% du capital de Saudi Aramco serait proposé à la vente, au lieu des 5% initialement prévus. La période de pré-achat des titres se terminera le 5 décembre avec une fourchette de prix comprise entre 8 et 8,50 dollars, ce qui ramènera la valeur boursière de la compagnie à... 1600 milliards de dollars, soit à peu près l'estimation précitée, jugée plus vraisemblable. Bien loin de l'objectif de 100 milliards de dollars, la vente de ces actions ne devrait générer que 25 milliards de dollars. Depuis une semaine, les analystes se plaisent à rappeler que finalement, l'introduction de Saudi Aramco en Bourse aura moins d'éclat que celle d'Ali Baba en 2014, mais la raison en est très simple : le projet chinois était bien plus solide. 

Certes, si tout se passe comme prévu, Saudi Aramco comptera, dès le mois prochain, des actionnaires privés pour la première fois en quarante ans. Mais, comble de l'échec, devant la défiance des principales places boursières, son introduction n'aura pas lieu à New York mais uniquement à Riyad, sur le Tadawul, le marché saoudien. D'après un banquier saoudien, cette IPO n'en a plus que le nom et deviendra une affaire nationale, puisque l'introduction reposera essentiellement sur des investisseurs saoudiens, avec comme seuls partenaires étrangers la Chine et la Russie. Les banques saoudiennes proposent même des crédits pour inciter les petits investisseurs à devenir actionnaires ! Et nul n'est dupe du fait que le Prince héritier, dépité, imposera fusse-ce par la force aux plus grandes fortunes de son pays et aux membres de sa propre famille d'investir dans ce projet, bancal depuis sa conception. 

Sans surprise, « MBS » a péché par excès d'orgueil en sous-estimant la perception de l'Arabie Saoudite par les investisseurs étrangers. Investir dans le pétrole saoudien n'a plus rien d'un placement sûr. D'un point de vue géopolitique voire idéologique, la défiance envers le royaume n'est plus à démontrer depuis un certain 11 septembre 2001. Plus récemment, les sordides affaires d'exécutions de masse et l'assassinat du journaliste Jamal Khashoggi ont entaché la réputation du Prince, malgré une communication active à le laver de toute responsabilité. En outre, qui voudrait investir dans une compagnie pétrolière incapable de sécuriser ses sites d'exploitation d'attaques extérieures, comme les frappes du 14 septembre dernier sur Abqaïq et Khurais l'ont démontré ? 

Par ailleurs, l'échec du projet Saudi Aramco dénote un manque total de compréhension de l'état du monde de la part de Mohammed Ben Salmane. L'économie mondiale ralentit, ce qui augure d'une baisse des consommations de pétrole, et donc d'une chute des prix. Mais surtout, à l'heure où les pays développés entament leur propre transition énergétique et cherchent à sortir à tout prix de la dépendance aux hydrocarbures, pourquoi investiraient-ils dans le pétrole saoudien ? Les constructeurs automobiles, conscients de l'importance du virage, se tournent de plus en plus vers les véhicules électriques ce qui, d'ici 10 ans, devrait entraîner une chute considérable de la consommation de pétrole. Saudi Aramco tente bien de diversifier ses activités en s'orientant vers la pétrochimie, mais le plastique aussi est désormais banni des sociétés modernes. Non, décidément, le pétrole n'est plus un investissement d'avenir au XXIème siècle, et Mohammed Ben Salmane ne l'a pas compris. L’entrée en Bourse ratée d’Aramco acte la fin de la domination pétrolière saoudienne. 

Avec une vente du capital bien moins importante que prévue, c'est tout le plan « Vision 2030 », bâti financièrement sur ce projet central, qui risque d'être fortement fragilisé, voire rendu caduc. Or, lors de son accession au pouvoir, Mohammed Ben Salmane avait fait de l'entrée de l'Arabie Saoudite dans l'économie moderne le cœur de son action politique. En perdant son principal argument, que lui reste t-il finalement à faire valoir dans son bilan ? Certainement pas le succès de l'opération « Tempête décisive » au Yémen ; certainement pas, non plus, la promesse de porter la guerre jusqu'à Téhéran, qui n'a fait que fragiliser un peu plus l'équilibre déjà précaire du Golfe Persique, et a fait perdre à l'Arabie Saoudite le soutien des Emirats Arabes Unis, mais aussi des Etats-Unis. L'opération autour de Saudi Aramco est donc pleine d'incertitude pour l'avenir économique de l'Arabie Saoudite, mais aussi l'avenir personnel de « MBS ». 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elles lynchent Macron en chantant (mal) et en dansant (très mal)…

02.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

03.

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

04.

La modernisation de la flotte australienne de sous-marins : un enjeu géopolitique pour la France

05.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

06.

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

07.

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Mais d’où vient ce mystérieux signal radio émis des profondeurs de l’espace à destination de la Terre ?

06.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires