En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

03.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

04.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

05.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

06.

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

07.

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine

ça vient d'être publié
pépites > Terrorisme
Enquête en cours
Attentat à Nice : l'assaillant serait un Tunisien de 21 ans arrivé par Lampedusa
il y a 26 min 44 sec
pépites > International
Multiples attaques
Arabie saoudite : un vigile du consulat français à été blessé au couteau à Djeddah
il y a 1 heure 21 min
pépites > France
Vigilance des forces de l'ordre
Un islamiste radical armé d'un couteau a été interpellé dans le centre de Lyon
il y a 2 heures 6 min
light > Religion
Vatican
Attentat à Nice : le pape François "prie pour les victimes et leurs proches"
il y a 3 heures 5 min
décryptage > Environnement
Plan vélo

Et pendant ce temps-là se poursuivait joyeusement la guerre absurde contre la voiture

il y a 5 heures 20 min
pépite vidéo > France
Pensées aux victimes
Attaque à Nice : l’Assemblée nationale observe une minute de silence
il y a 6 heures 7 min
décryptage > Société
Second Impact du Covid-19

Petits conseils pour gérer son anxiété face à une actualité déprimante et angoissante

il y a 6 heures 49 min
décryptage > Santé
Bis repetita

Isolement des cas positifs : le ratage massif qu’Emmanuel Macron feint de ne pas voir (et qui pourrait faire échouer le 2ème déconfinement)

il y a 7 heures 58 min
pépites > France
Enquête en cours
Attaque à l'arme blanche à Nice, l'auteur a été interpellé
il y a 8 heures 35 min
décryptage > International
Mais qu'est-ce qu'ils allaient faire dans cette galère ?

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

il y a 9 heures 59 min
pépite vidéo > Religion
Emotion
Attaque à Nice : le glas a résonné dans les églises de France en hommage aux victimes
il y a 48 min 34 sec
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Macron s’inquiète de l’affaiblissement de Castex, les islamo-gauchistes refusent d’assumer leurs responsabilités; Le juteux business des ex-politiques; Olivier Véran, l’homme qui dit qu’on n’a pas voulu l’écouter sur la gravité du Covid
il y a 1 heure 42 min
pépites > France
Opération Sentinelle
Attentat à Nice : Emmanuel Macron réhausse de "3.000 à 7.000" le nombre de militaires déployés sur le sol français
il y a 2 heures 21 min
pépites > Terrorisme
Menace terroriste
Attentat à Nice : Jean Castex indique que le plan vigipirate a été réhaussé au niveau "urgence attentat" partout en France
il y a 3 heures 27 min
décryptage > Sport
Moïse prophète en son Paris

Basaksehir/PSG : Paris, sauvé des eaux par Moïse

il y a 5 heures 42 min
décryptage > Consommation
Leçons du 1er confinement

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

il y a 6 heures 33 min
décryptage > France
Pression sur l'exécutif

Meurtre de Samuel Paty, islam et liberté d’expression : réseaux sociaux arabes, élites anglo-saxonnes, l’étau fatal qui étrangle la France

il y a 7 heures 28 min
décryptage > Economie
"Quoi qu'il en coûte"

Reconfinement : le prix que nous sommes prêts à payer pour sauver une vie est-il en train de flamber ?

il y a 8 heures 27 min
décryptage > Santé
"Tester, alerter, protéger"

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

il y a 9 heures 21 min
décryptage > France
Non, non et non

La phrase terrible du président du CFCM : "il faut savoir renoncer à certains droits"...

il y a 10 heures 5 sec
© CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP
© CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP
Réforme

Retraites : Emmanuel Macron s’essaie à l’argument de la justice sociale

Publié le 23 novembre 2019
Alors que la politique économique du Président est majoritairement perçue comme injuste par les Français, le chef de l’Etat a martelé sur BFM ce vendredi que la suppression des régimes spéciaux était une question de justice. Sera-t-il entendu ?
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que la politique économique du Président est majoritairement perçue comme injuste par les Français, le chef de l’Etat a martelé sur BFM ce vendredi que la suppression des régimes spéciaux était une question de justice. Sera-t-il entendu ?

Emmanuel Macron est venu plaider sur le plateau de Ruth Elkrief, sur BFM TV, les bienfaits de sa réforme des retraites. Manifestant au passage une forme de surdité en réduisant les critiques contre son projet à une défense simpliste des régimes spéciaux, il a expliqué que cette réforme procédait de la justice sociale. Après le rapport du COR sur le déséquilibre du régime à l’horizon 2025, l’argument est de plus en plus difficile à défendre. Mais que vaut-il au juste?

Selon Emmanuel Macron, la réforme des retraites, l’introduction d’un système par points, serait socialement juste. C’était l’argument utilisé durant la campagne électorale : quelle que soit la profession, chaque euro cotisé ouvrirait les mêmes droits pour tous. Au-delà des polémiques qui entourent le sujet, il n’est pas inutile d’examiner le dossier sur le fond.

Socialement juste ? Mais la justice sociale, c’est quoi ?

La notion de justice sociale est l’Arlésienne de la société française. Il paraît que les Français sont épris de justice, d’égalité, et de toutes ces sortes de choses qui rendent la réforme de ce pays si difficile.

Soit, mais en matière de retraite, de quelle justice sociale parle-t-on ? Le principe d’un grand système universel prélevant des ressources jusqu’à 10.000 euros mensuels sur les revenus de tous les Français exprime-t-il réellement ce souci de justice sociale ?

Sur ce point, et contrairement aux apparences, les Français semblent, depuis toujours, très divisés. Depuis l’invention de la retraite par répartition (en 1941), et depuis son ambition universelle (dévoilée en 1944), la société française ne cesse de lui résister et d’en dénoncer les méfaits. Dès 1945, les bénéficiaires des régimes spéciaux, notamment les cheminots, les traminots, les gaziers et les électriciens, ont obtenu d’y échapper et de conserver leurs régimes créés dans les années 30.

Depuis 1945, toutes les professions qui l’ont pu ont échappé à l’absorption par le régime général de la sécurité sociale, jugé trop cher et trop peu « rentable » pour les salariés.

Est-il juste de forcer aujourd’hui un mouvement auquel tant de gens ont résisté pendant des décennies ? On est pris d’un doute.

Une promesse de baisse pour les pensions

Si les Français résistent à leur absorption par le régime général, ils ont de bonnes raisons de le faire.

Dans l’hypothèse de la retraite par points, l’affaire est cousue de fil blanc. Les pensions seront calculées sur la totalité de la carrière et non sur les 25 meilleures années. Rappelons qu’avant la réforme Balladur de 1993, le calcul reposait sur les 10 meilleures années. Autant dire que, depuis cette époque, les retraites ne cessent de baisser et la promesse de Macron consiste à prolonger ce mouvement. La retraite par points constituera une espèce d’aboutissement de l’opération entreprise il y a près de trente ans.

La justice sociale dont parle Macron consiste donc à promettre à tous une baisse des retraites. On peut comprendre pourquoi ce choix est mis en œuvre. De là à le présenter comme un choix de justice, il y a une erreur de communication dommageable. Le Président présente en effet l’abaissement général des retraites comme une mesure positive.

On lui souhaite bon courage pour convaincre.

La société française a changé

Ces quelques détails, comme la baisse généralisée des pensions, pouvait peut-être passer à une certaine époque. Mais le monde, et singulièrement la France, ont changé depuis lors. Désormais, on parle de Vivre Ensemble, de diversité, de droit à la différence et de respect de celle-ci.

Ce changement sociétal crée un sacré problème. Se référer désormais à une égalité de traitement, à une uniformisation, à une centralisation, à un gommage des aspérités, suscite beaucoup moins d’empathie et d’appétence qu’auparavant.

La défense des régimes spéciaux le prouve : les Français sont plus girondins que jacobins. Ils aiment les différences, les particularités locales, les régionalismes. Près de 50 régimes spéciaux de retraite différents leur conviennent très bien et, ce qu’Emmanuel Macron appelle la justice sociale passe, pour eux, bien après. Le problème des élites parisiennes est bien là : elles n’ont pas compris que l’ère du grand système égalitaire, unique, univoque, était passée.

Désormais, il faut porter un projet empli de particularismes et de respect des originalités issues de l’histoire.

Compte tenu de cette évolution sociale profonde, tout laisse à penser qu’Emmanuel Macron et sa justice sociale sont à contre-courant de ce que les Français veulent pour eux-mêmes. On attendra la semaine prochaine pour savoir jusqu’où l’opposition à l’uniformité s’exprimera dans la société française. Mais tout laisse présager que cette opposition sera frontale.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 24/11/2019 - 01:03
Vraie motivation de la réforme.
Une caisse unique pour tous, salariés et non salariés c'est une lubie sovietoide dont le but est de réduire progressivement le niveau des retraites qui deviendront une variable d'ajustement avec un nivellement par le bas généralisé. Certains perdront plus que d'autres mais tous perdront, car l'objectif est de stabiliser le niveau des pensions malgré une espérance de vie qui continue d'augmenter dans un contexte de croissance lente qui sera, de surcroît, de plus en plus plombée par les idioties écolos et le coût croissant de migrations tiers mondistes où les ayant droit sont bien plus nombreux que les travailleurs. Le but n'est pas la recherche de la justice mais la continuation par d'autres moyens de la politique anti retraités de Macron que l'on a vu à l'oeuvre depuis le début du quinquennat. On a commencé par s'attaquer aux retraités actuels et on continue avec les futurs retraités dans un second temps. Si on voulait la justice on aurait mis en extinction progressive les régimes spéciaux financés par l'état ( libre aux entreprises de financer elles-mêmes des avantages particuliers) et on aurait progressivement fait évoluer les curseurs pour les fonctionnaires.
jurgio
- 23/11/2019 - 23:29
« On ne peut contenter tout le monde et son père »
À défaut d'être juste pour tous, la réforme est nécessaire pour que tout le monde joue enfin sur le même échiquier. Il y aura des déçus et parmi eux beaucoup de déçus qui en auront beaucoup profité avant. Il y aura des sacrifices et les retraités en savent déjà quelque chose. Ce ne seront pas des injustices puisque la justice ne fait pas partie de la trinité républicaine : l'égalité est une égalité de règles, de mêmes règles pour chacun.
lasenorita
- 23/11/2019 - 16:28
Il serait juste que ceux qui travaillent aient une retraite!
Or, en France, des ''étrangers'' qui n'ont jamais cotisé ni travaillé, dans notre pays, ont une ''retraite'', celle-ci est payée par les ''vrais'' Français qui ont travaillé et cotisé pendant plus de 40 ans! Il ne faut pas s'étonner si la France devient un pays d'assistés et de fainéants! Le leader de la C.G.T., monsieur Martinez, n'a jamais travaillé et il touche 6.500€ par mois plus des ''avantages''(des indemnités avec logement, voiture et chauffeur..):comment peut-il parler de ''retraite''?les Français qui travaillent sont ''obligés'' de donner des sous,de leur salaire,à ce syndicat de casseurs et de pro-islamistes, ces gauchistes ont défilé avec les islamistes, il y a 15 jours!...Je pense qu'un syndicat ne doit pas faire de la ''politique'', il doit se contenter de défendre les travailleurs!