En direct
Best of
Best of du 28 novembre au 4 décembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable

06.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

02.

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

05.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

06.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Les casseurs de sortie
Loi "sécurité globale" : 50.000 manifestants en France, des violences à Paris
il y a 3 heures 54 min
pépite vidéo > France
Vestiges
Sahara : des déchets français radioactifs enfouis sous le sable ?
il y a 10 heures 59 min
pépites > Société
Contrôles au faciès
Après des propos d'Emmanuel Macron, des syndicats de police appellent à l'arrêt des contrôles d'identité
il y a 11 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Art Nouveau" : un architecte visionnaire à Budapest juste avant les heures sombres de la guerre de 1914. Un roman dense, bien écrit mais un peu décevant

il y a 11 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le métier de mourir", Prix Renaudot des Lycéens 2020 : le roman inoubliable d'une histoire vraie

il y a 11 heures 54 min
pépites > International
Désengagement
Somalie : la "majorité" des troupes américaines vont se retirer, annonce le Pentagone
il y a 12 heures 26 min
pépites > Société
Droit à l'enfant
L'Assemblée nationale assouplit les conditions d'adoption
il y a 13 heures 29 min
décryptage > Media
L’innocence plus forte que la sagesse ?

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

il y a 14 heures 45 min
décryptage > Politique
Rien de nouveau

Emmanuel Macron chez Brut : le message, c’est le médium

il y a 15 heures 7 min
décryptage > High-tech
Deux poids, deux mesures

Des documents internes montrent que Facebook souhaite modérer les discours de haine contre les Noirs de manière plus agressive que les commentaires anti-blancs : gestion fine d'une réalité complexe ou délire d'apprentis-sorciers woke ?

il y a 15 heures 23 min
pépites > Justice
Justice
Attentat de la rue des Rosiers : le suspect extradé de Norvège mis en examen et écroué
il y a 9 heures 56 min
pépite vidéo > International
My heart will go on
Une entreprise américaine veut proposer des visites touristiques sous-marines du "Titanic"
il y a 11 heures 11 min
pépites > Politique
Elections
Régionales : la candidature de Jean-Michel Blanquer en Ile-de-France se précise
il y a 11 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Retour à Martha’s Vineyard" : Trois vieux amis tentent de retrouver la magie du passé. Un beau récit romanesque et nostalgique

il y a 11 heures 52 min
light > Media
Sujet sensible
Royaume-Uni : Netflix accusé de "troller la famille royale" en promouvant un documentaire "mensonger" sur le mariage de Diana et Charles
il y a 12 heures 6 min
pépites > Europe
No deal
Brexit : "les conditions d'un accord ne sont pas réunies", notent les négociateurs
il y a 12 heures 49 min
décryptage > Science
La vérité est ailleurs

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

il y a 14 heures 34 min
décryptage > Santé
Pénurie

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

il y a 14 heures 58 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Consommation, Black Friday : adieu le bio, local ou circuit court, 3 Français sur 4 vont regarder d’abord le prix

il y a 15 heures 17 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex
il y a 15 heures 30 min
© CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP
© CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP
Réforme

Retraites : Emmanuel Macron s’essaie à l’argument de la justice sociale

Publié le 23 novembre 2019
Alors que la politique économique du Président est majoritairement perçue comme injuste par les Français, le chef de l’Etat a martelé sur BFM ce vendredi que la suppression des régimes spéciaux était une question de justice. Sera-t-il entendu ?
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que la politique économique du Président est majoritairement perçue comme injuste par les Français, le chef de l’Etat a martelé sur BFM ce vendredi que la suppression des régimes spéciaux était une question de justice. Sera-t-il entendu ?

Emmanuel Macron est venu plaider sur le plateau de Ruth Elkrief, sur BFM TV, les bienfaits de sa réforme des retraites. Manifestant au passage une forme de surdité en réduisant les critiques contre son projet à une défense simpliste des régimes spéciaux, il a expliqué que cette réforme procédait de la justice sociale. Après le rapport du COR sur le déséquilibre du régime à l’horizon 2025, l’argument est de plus en plus difficile à défendre. Mais que vaut-il au juste?

Selon Emmanuel Macron, la réforme des retraites, l’introduction d’un système par points, serait socialement juste. C’était l’argument utilisé durant la campagne électorale : quelle que soit la profession, chaque euro cotisé ouvrirait les mêmes droits pour tous. Au-delà des polémiques qui entourent le sujet, il n’est pas inutile d’examiner le dossier sur le fond.

Socialement juste ? Mais la justice sociale, c’est quoi ?

La notion de justice sociale est l’Arlésienne de la société française. Il paraît que les Français sont épris de justice, d’égalité, et de toutes ces sortes de choses qui rendent la réforme de ce pays si difficile.

Soit, mais en matière de retraite, de quelle justice sociale parle-t-on ? Le principe d’un grand système universel prélevant des ressources jusqu’à 10.000 euros mensuels sur les revenus de tous les Français exprime-t-il réellement ce souci de justice sociale ?

Sur ce point, et contrairement aux apparences, les Français semblent, depuis toujours, très divisés. Depuis l’invention de la retraite par répartition (en 1941), et depuis son ambition universelle (dévoilée en 1944), la société française ne cesse de lui résister et d’en dénoncer les méfaits. Dès 1945, les bénéficiaires des régimes spéciaux, notamment les cheminots, les traminots, les gaziers et les électriciens, ont obtenu d’y échapper et de conserver leurs régimes créés dans les années 30.

Depuis 1945, toutes les professions qui l’ont pu ont échappé à l’absorption par le régime général de la sécurité sociale, jugé trop cher et trop peu « rentable » pour les salariés.

Est-il juste de forcer aujourd’hui un mouvement auquel tant de gens ont résisté pendant des décennies ? On est pris d’un doute.

Une promesse de baisse pour les pensions

Si les Français résistent à leur absorption par le régime général, ils ont de bonnes raisons de le faire.

Dans l’hypothèse de la retraite par points, l’affaire est cousue de fil blanc. Les pensions seront calculées sur la totalité de la carrière et non sur les 25 meilleures années. Rappelons qu’avant la réforme Balladur de 1993, le calcul reposait sur les 10 meilleures années. Autant dire que, depuis cette époque, les retraites ne cessent de baisser et la promesse de Macron consiste à prolonger ce mouvement. La retraite par points constituera une espèce d’aboutissement de l’opération entreprise il y a près de trente ans.

La justice sociale dont parle Macron consiste donc à promettre à tous une baisse des retraites. On peut comprendre pourquoi ce choix est mis en œuvre. De là à le présenter comme un choix de justice, il y a une erreur de communication dommageable. Le Président présente en effet l’abaissement général des retraites comme une mesure positive.

On lui souhaite bon courage pour convaincre.

La société française a changé

Ces quelques détails, comme la baisse généralisée des pensions, pouvait peut-être passer à une certaine époque. Mais le monde, et singulièrement la France, ont changé depuis lors. Désormais, on parle de Vivre Ensemble, de diversité, de droit à la différence et de respect de celle-ci.

Ce changement sociétal crée un sacré problème. Se référer désormais à une égalité de traitement, à une uniformisation, à une centralisation, à un gommage des aspérités, suscite beaucoup moins d’empathie et d’appétence qu’auparavant.

La défense des régimes spéciaux le prouve : les Français sont plus girondins que jacobins. Ils aiment les différences, les particularités locales, les régionalismes. Près de 50 régimes spéciaux de retraite différents leur conviennent très bien et, ce qu’Emmanuel Macron appelle la justice sociale passe, pour eux, bien après. Le problème des élites parisiennes est bien là : elles n’ont pas compris que l’ère du grand système égalitaire, unique, univoque, était passée.

Désormais, il faut porter un projet empli de particularismes et de respect des originalités issues de l’histoire.

Compte tenu de cette évolution sociale profonde, tout laisse à penser qu’Emmanuel Macron et sa justice sociale sont à contre-courant de ce que les Français veulent pour eux-mêmes. On attendra la semaine prochaine pour savoir jusqu’où l’opposition à l’uniformité s’exprimera dans la société française. Mais tout laisse présager que cette opposition sera frontale.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 24/11/2019 - 01:03
Vraie motivation de la réforme.
Une caisse unique pour tous, salariés et non salariés c'est une lubie sovietoide dont le but est de réduire progressivement le niveau des retraites qui deviendront une variable d'ajustement avec un nivellement par le bas généralisé. Certains perdront plus que d'autres mais tous perdront, car l'objectif est de stabiliser le niveau des pensions malgré une espérance de vie qui continue d'augmenter dans un contexte de croissance lente qui sera, de surcroît, de plus en plus plombée par les idioties écolos et le coût croissant de migrations tiers mondistes où les ayant droit sont bien plus nombreux que les travailleurs. Le but n'est pas la recherche de la justice mais la continuation par d'autres moyens de la politique anti retraités de Macron que l'on a vu à l'oeuvre depuis le début du quinquennat. On a commencé par s'attaquer aux retraités actuels et on continue avec les futurs retraités dans un second temps. Si on voulait la justice on aurait mis en extinction progressive les régimes spéciaux financés par l'état ( libre aux entreprises de financer elles-mêmes des avantages particuliers) et on aurait progressivement fait évoluer les curseurs pour les fonctionnaires.
jurgio
- 23/11/2019 - 23:29
« On ne peut contenter tout le monde et son père »
À défaut d'être juste pour tous, la réforme est nécessaire pour que tout le monde joue enfin sur le même échiquier. Il y aura des déçus et parmi eux beaucoup de déçus qui en auront beaucoup profité avant. Il y aura des sacrifices et les retraités en savent déjà quelque chose. Ce ne seront pas des injustices puisque la justice ne fait pas partie de la trinité républicaine : l'égalité est une égalité de règles, de mêmes règles pour chacun.
lasenorita
- 23/11/2019 - 16:28
Il serait juste que ceux qui travaillent aient une retraite!
Or, en France, des ''étrangers'' qui n'ont jamais cotisé ni travaillé, dans notre pays, ont une ''retraite'', celle-ci est payée par les ''vrais'' Français qui ont travaillé et cotisé pendant plus de 40 ans! Il ne faut pas s'étonner si la France devient un pays d'assistés et de fainéants! Le leader de la C.G.T., monsieur Martinez, n'a jamais travaillé et il touche 6.500€ par mois plus des ''avantages''(des indemnités avec logement, voiture et chauffeur..):comment peut-il parler de ''retraite''?les Français qui travaillent sont ''obligés'' de donner des sous,de leur salaire,à ce syndicat de casseurs et de pro-islamistes, ces gauchistes ont défilé avec les islamistes, il y a 15 jours!...Je pense qu'un syndicat ne doit pas faire de la ''politique'', il doit se contenter de défendre les travailleurs!