En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

04.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

05.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

06.

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

07.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 1 heure 52 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 2 heures 30 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 5 heures 13 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 6 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 7 heures 14 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 9 heures 59 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 10 heures 10 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 10 heures 31 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 11 heures 10 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 11 heures 17 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 2 heures 12 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 4 heures 14 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 5 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 7 heures 8 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 9 heures 52 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 10 heures 7 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 10 heures 22 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 10 heures 35 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 11 heures 13 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 11 heures 17 min
© JOHN THYS / AFP
© JOHN THYS / AFP
Insécurité économique

Cette inquiétante confusion qui s’installe dans les déclarations de la BCE

Publié le 22 novembre 2019
Luis de Guindos, le vice-président de la Banque centrale européenne, a alerté sur une potentielle augmentation des risques financiers provoquée par une politique de taux bas.
Mathieu Mucherie
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mathieu Mucherie est économiste de marché à Paris, et s'exprime ici à titre personnel.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Luis de Guindos, le vice-président de la Banque centrale européenne, a alerté sur une potentielle augmentation des risques financiers provoquée par une politique de taux bas.

Atlantico.fr : Luis de Guindos, vice-président de la Banque centrale européenne, a alerté hier sur une augmentation des risques financiers provoquée par une politique de taux bas. Est-ce la signe d'un retournement à venir au sein de la BCE, d'un retour des faucons ? 

Mathieu Mucherie : Il y a une technique chez les managers de haut niveau, chez les banquiers centraux, les hommes politiques, etc. , qui consiste à faire quelque chose, mais, quand il y a des risques associés à des actions, à prendre un hedge, une protection, une assurance verbale. Dans le cas des banquiers centraux, on baisse les taux, mais verbalement, on se couvre en expliquant que cette baisse de taux peut amener des bulles et des risques d'instabilité financière. Les banquiers centraux sont ainsi assurés de pouvoir répondre à toutes les critiques... C'est ce qu'on appelle la tartuferie, l'hypocrise corporate ou central banking. C'est la définition d'une communication institutionnelle destinée aux crétinoïdes qui éventuellement seraient tentés de critiquer la banque centrale. C'est tout un art ! 

Voilà ce que cela dit : je suis banquier central, donc regardez mes taux d'intérêt. Mais en tant que banquier central, je suis aussi le régulateur macro-financier, et le superviseur des 128 grands établissements bancaires en zone euro : à ce titre, je ne peux pas laisser des bulles financières se développer, donc je dis que mes taux bas peuvent créer ce genre d'effets.

Ces gens-là s'expriment de cette façon depuis longtemps. Draghi, Trichet, De Guindos, tous ont publié des textes de ce genre. Le problème, c'est que cela a participé à démonter l'efficacité économique de la baisse des taux, parce que, bien entendu, si vous passez votre temps à dire qu'il faut prêter plus et qu'en même temps, il ne faut pas le faire (c'est le discours de Villeroy de Galhau par exemple), votre politique monétaire est beaucoup moins efficace. Mais le jour où cela pétera, en prenant cette assurance qui leur coûte un peu plus tous les mois, ils pourront mettre en avant qu'ils l'avaient bien dit.  

La communication schizophrénique a abouti à paralyser les acteurs, qui à chaque étape de la baisse des taux, ont été en retard sur cette baisse, parce qu'à chaque fois planait le doute sur une hausse des taux (qui n'est jamais arrivée). La moitié des maigres initiatives monétaires qu'on a eu depuis 2009 a été annihilée par cette espèce de discours lénifiant consistant à accorder une petite aumône de détente monétaire tout en alertant sur les bulles. C'est le discours du camp allemand, mais aussi des Français. 

Est-ce que ce type de discours existait avant 2008 ? Ou bien est-ce le résultat d'une frilosité quant à l'action monétaire, frilosité issue de la crise ?

Il y a un socle qui a toujours existé bien sûr. Mais ce qui s'est développé dans le central banking depuis 2008, c'est l'idée qu'on est à 50% en train de faire de la politique monétaire et à 50% en train de faire de la régulation bancaire ou de la supervision macro-prudentielle. A partir du moment où cette deuxième charge s'est développée, dans la mesure où le banquier central n'avait pas du tout envie de faire de quantitative easing ou de politique accommodante, le double discours est devenu de plus en plus courant. Tout le monde s'est rendu compte que cette stratégie, ce double discours orwellien, était une stratégie gagnante. Vous diminuez considérablement vos risques et vous passez même pour un sage en tenant ce type de discours : vous passez pour quelqu'un qui a beaucoup de recul sur la sphère financière. Cela n'arrête donc pas de progresser. 

L'élément marquant n'a pas été 2008, cela a été les conséquences de 2008 : à partir de 2013, la BCE fait une OPA sur la supervision bancaire. Et à partir de cette date-là, on entre dans une autre ère. C'est une galaxie beaucoup plus disculpatoire, avec des conflits d'intérêt à tous les étages entre la politique monétaire et la supervision bancaire. Les derniers mois sont très clairs à ce niveau-là. Cela fait des mois qu'on entend parler de bulles, de risques, mais pas de politique monétaire. Plus personne ne parle de la cible d'inflation, du fait d'éviter la japonisation grosso modo. C'est en fait le stade ultime de la japonisation, quand les décideurs sont attelés à autre chose. Tout cela vient donc du fait qu'on a mis dans la même main les taux d'intérêt, les taux de change, le devenir des banques, de la Deutschbank, etc. 

La BCE a fait une OPA institutionnelle et a acheté des compétences. C'est donc un système qu'on connait, le créditisme. C'est ce que Milton Friedman avait identifié comme l'un des trois grands risques associés à l'indépendance de la banque centrale. L'un des trois grands risques, c'est la collusion trop importante entre le banquier central et le banquier commercial. Il appelle cela le créditisme. Malheureusement, il n'a pas été entendu. Et on ose appeler cela du monétarisme... 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires