En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

02.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

03.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

04.

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

05.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

07.

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Déconfinement en trois étapes
Covid-19 : retrouvez l’intégralité de l’allocution d’Emmanuel Macron sur le déconfinement
il y a 7 heures 10 min
pépites > Politique
Feu vert en première lecture
Loi sur la "sécurité globale" : l'Assemblée nationale adopte le texte controversé, à 388 voix pour et 104 voix contre
il y a 10 heures 11 min
pépites > Santé
Crise de défiance
Coronavirus : un quart des Italiens croient aux théories complotistes sur la pandémie
il y a 11 heures 2 min
pépites > Politique
Premier ministre
Loi "sécurité globale" : Jean Castex va saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 24
il y a 12 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 14 heures 20 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 15 heures 13 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 16 heures 29 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 17 heures 10 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 17 heures 41 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 18 heures 14 min
pépites > Politique
Calendrier du déconfinement
Covid-19 : Emmanuel Macron confirme que "le confinement pourra être levé" le 15 décembre "si les objectifs sanitaires sont atteints"
il y a 7 heures 35 min
pépites > France
Chantier de la reconstruction
Notre-Dame de Paris : le démontage de l'ancien échafaudage est enfin terminé
il y a 10 heures 37 min
light > Sport
Monde du rugby en deuil
Mort de Christophe Dominici à l’âge de 48 ans
il y a 12 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 14 heures 5 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 14 heures 38 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 16 heures 4 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 16 heures 40 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 17 heures 37 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 18 heures 10 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 18 heures 32 min
© LUDOVIC MARIN / AFP
© LUDOVIC MARIN / AFP
Lettre

(Excès de l’)Inspection du travail : l’étrange méthode de Muriel Pénicaud

Publié le 20 novembre 2019
A la suite d'un contrôle de l'inspection du travail dans un restaurant trois étoiles du sud de la France, la ministre du Travail Muriel Pénicaud aurait adressé au restaurateur un courrier jugé "complaisant" par les organisations syndicales.
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A la suite d'un contrôle de l'inspection du travail dans un restaurant trois étoiles du sud de la France, la ministre du Travail Muriel Pénicaud aurait adressé au restaurateur un courrier jugé "complaisant" par les organisations syndicales.

Atlantico.fr : La ministre du travail, Muriel Pénicaud, a envoyé une lettre à l'attention d'un chef étoilé sous le coup d'une enquête de la part de l'inspection du travail afin de lui apporter son soutien.

Même si l'inspection du travail est, bien-sûr, autonome, Muriel Pénicaud n'aurait-elle pas dû s'interroger publiquement sur ces pratiques plutôt que soutenir ce chef en particulier ?

Eric Verhaeghe : L'affaire tombe mal quelques semaines après un redressement URSSAF infligé à un chef à qui l'on reprochait de manger sa propre cuisine. Les Français ne peuvent qu'en ressortir avec un sentiment d'appartenir partialité des pouvoirs publics. D'un côté, le vulgum pecus éreinté par des impôts arbitraires, de l'autre les amis du pouvoir protégés contre les abus de l'administration. Ce manque de retenue est une erreur lourde et l'entourage de Macron devrait comprendre les risques d'image encourus dans ce genre de moments.

Sur le fond, on voit bien comment le gouvernement cède à la tentation de ne plus réformer l'Etat, mais d'accorder des passe-droits ou des privilèges à ses obligés pour compenser les dysfonctionnements qui étouffent le pays. S'agissant du chef incriminé au secours de qui Muriel Penicaud a volé, il serait pourtant utile d'entamer une réflexion beaucoup plus générale sur la compatibilité du code du travail avec le développement d'activités économiques en France. 

Sur ce point, la comptabilisation des heures de travail est un sujet sensible et compliqué dans sa mise en œuvre, même s'il est simple sur le papier. Dans certains secteurs comme la restauration, il pose des problèmes majeurs. La ministre serait dans son rôle en ouvrant le débat. On a l'impression que le pouvoir exécutif se focalise dans ce dossier sur une forme de clientélisme et non sur l'intérêt général.

Dans quelle mesure l'inspection du travail produit-elle une normalisation excessive du monde du travail ?

L'inspection du travail est d'abord faite d'hommes et de femmes avec leurs qualités et leurs défauts. En tant que chef d'entreprise, j'ai croisé des inspecteurs intelligents qui s'efforçaient de prendre des positions intelligentes. Mais j'en connais aussi qui nourrissent une véritable hargne contre les entreprises et les entrepreneurs, et qui sont là pour aligner et pour sanctionner.

Ceux-là nourrissent une angoisse excessive des chefs d'entreprise et poussent l'organisation du travail vers ce qu'elle a de plus rigide. Dans cette structure de pensée où tout finit par être tourné vers la faute et la sanction, le code du travail devient une arme par projection qui explique le pire de ce qui nous arrive.

Par exemple, c'est la législation sur les apprentis qui interdit à un menuisier en formation de monter sur un tabouret, sous peine de lourdes sanctions pécuniaires et d'une faute inexcusable de l'employeur en cas d'accident. Par exemple, c'est la réglementation sur l'hébergement pendant les vendanges qui expliquent que le raisin de nos vignes soit désormais récolté par des Bulgares ou des Roumains détachés. Aucun vigneron ne veut plus être aligné parce qu'il fait dormir les vendangeurs français dans un dortoir au lieu de lui fournir une chambre d'hôtel. Donc on fait du chômage plutôt que de l'emploi.

Qu'est-ce qui pourrait être fait pour réduire le nombre de situations ubuesques ?

Les Américains règlent ce genre de problème en rendant les fonctions électives. Le Marshall est élu. Cela aide à remettre l'intérêt général au cœur de l'application des lois. Il ne serait pas absurde d'imaginer un système de ce genre en France, et de proposer aux salariés de choisir eux-mêmes les "tribuns de la plèbe" chargés de les protéger. 

Dans tous les cas, il faudrait que les inspecteurs du travail aient un mandat intégrant explicitement la prise en compte des contraintes économiques qui pèsent sur l'entreprise. Il est essentiel de protéger les salariés contre des abus caractérisés. Mais il est tout aussi essentiel de ne pas faire le jeu des mauvais coucheurs qui ne "pardonnent rien" à leur employeur et cherchent systématiquement à maximiser leurs bénéfices par du pinaillage.

Ce genre d'équilibre n'est pas facile à trouver. Mais le moment vient d'expliquer clairement qu'une application aveugle du droit du travail condamnerait ce pays à la mort économique. 

Propos recueillis par Aliénor Barrière

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Paulquiroulenamassepasmousse
- 20/11/2019 - 17:46
Il suffit de savoir que
Il suffit de savoir que Gérard Filoche et Anne Hidalgo sont d'anciens inspecteurs du travail pour comprendre que la méfiance vis à vis de ces gens là est une question de survie....
J'accuse
- 20/11/2019 - 16:58
Ils sont tous irresponsables, ministres en tête
Ce sont les shériffs qui sont élus, les marshalls étant nommés. Les Américains élisent aussi les procureurs et des juges. Est-ce mieux pour autant ?
Je ne crois pas: c'est introduire de la démagogie dans ces fonctions, sans forcément les améliorer. Les juges prud'homaux sont-ils meilleurs parce qu'élus ?
Que de lois, de décrets, de circulaires et de normes, qui paralysent en prétendant bien faire ! Il est impossible de travailler en respectant tout: il n'y a aucune cohérence dans ces contraintes législatives, administratives, normatives qui viennent de partout et sont chaque jour plus nombreuses. Quoi qu'on fasse, on viole quelque chose, et l'administration se fait un plaisir de vous sanctionner (financièrement bien sûr) pour prouver son utilité.
Le code du travail est aussi inintelligible et injuste que le code général des impôts: il faut les réécrire totalement, en supprimant les deux tiers des lois.
Pourquoi Pénicaud fait-elle ce qu'elle fait (n'importe quoi) ? Pour éviter d'avoir à faire ce qu'elle devrait faire. Comme tous ses collègues.
zelectron
- 20/11/2019 - 16:54
L'INQUISITION DU TRAVAIL
Eric est trop gentil avec les aigris, jaloux, envieux et autres acariâtres qui ne sachant rien faire de leurs dix doigts (Hidalgogo?) et se vengent sur les entreprises de toutes tailles et secteurs d'activités, son idée d'élire les inspecteurs est parfaitement viable , terminé le copinage, le socialisme caché, larvé, des sangsues ou encore la corruption avec enveloppe pour les "bonnes œuvres" !