En direct
Best of
Best of du 30 novembre au 6 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Jean-Paul Delevoye avale des couleuvres, Marine Le Pen perd cadres et militants, Arnaud Lagardere se fait attaquer par des financiers britanniques, Rachida Dati se rebelle contre Gerard Larcher; Le Qatar derrière les listes communautaires ?

02.

Réforme des retraites : cette victoire du gouvernement qui se profile… mais pourrait bien ne rien lui rapporter

03.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

04.

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

05.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

06.

Retraites : les bénéfices économiques de la réforme auront de la peine à compenser son lourd coût politique de long terme

07.

Est-il exact que, comme le dit France Culture, La Fontaine s'est inspiré d'un recueil de fables arabes pour les siennes ?

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

03.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

04.

Entrepreneurs : Tous en grève !! Petite leçon de chose aux Français qui soutiennent le mouvement

05.

L'Insoumis (Jean-Luc Mélenchon) veut se pacser avec l'Insoumise (Marine Le Pen). Et l'Humanité s'étrangle d'indignation

06.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

03.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

04.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

05.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

06.

Retraites : les bénéfices économiques de la réforme auront de la peine à compenser son lourd coût politique de long terme

ça vient d'être publié
pépites > International
Réconciliation
Fin de la guerre commerciale ? : les États-Unis et la Chine annoncent un accord
il y a 7 min 9 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"De l'autre côté, la vie volée" de Aroa Moreno Duran : le soleil se lève à l'est

il y a 3 heures 44 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand coulent les heures de bronze et quand roulent les nanobilles dorées : c’est l’actualité des montres à la veille de l’hiver
il y a 4 heures 27 min
décryptage > Social
Réforme protéiforme

Docteurs Jekyll et Mister Hyde de la réforme des retraites : ces cerveaux de gauche qui l’ont conçue... avant de la vomir

il y a 5 heures 4 min
pépites > France
Agression
Un homme qui menaçait des policiers avec une arme blanche a été "neutralisé" à la Défense
il y a 6 heures 9 min
décryptage > International
Vote

Elections algériennes : manifestations et abstention record, le peuple algérien plus déterminé que jamais à en finir avec les années Bouteflika

il y a 6 heures 54 min
décryptage > Santé
Activité physique

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

il y a 8 heures 14 min
décryptage > France
Clownerie généralisée

Retraites : le jeu des 7 erreurs

il y a 9 heures 12 min
pépites > People
Urgence
Patrick Balkany hospitalisé pour d'importantes douleurs au dos
il y a 1 jour 3 heures
pépite vidéo > Politique
Cohue
Grève : couloirs bondés et scènes improbables dans les transports parisiens
il y a 1 jour 5 heures
pépites > Politique
Engagement
Retraites : Emmanuel Macron défend son projet, salue les efforts du gouvernement et évoque "une réforme historique pour le pays"
il y a 48 min 23 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Trois femmes (l'échappée)" de Catherine Anne : une interprétation séduisante

il y a 4 heures 8 min
décryptage > France
Réforme

Retraites : Macron / Philippe, une dangereuse course à l’échalote technocratique

il y a 4 heures 51 min
pépites > International
Algérie
Présidentielle algérienne : Abdelmadjid Tebboune, l'ancien Premier ministre de Bouteflika, est élu dès le premier tour avec 58,15% des voix
il y a 5 heures 25 min
décryptage > Culture
Check news

Est-il exact que, comme le dit France Culture, La Fontaine s'est inspiré d'un recueil de fables arabes pour les siennes ?

il y a 6 heures 35 min
décryptage > Science
Art préhistorique

La première œuvre figurative de l’histoire vient d’être découverte. Elle date d’il y a 44 000 ans

il y a 7 heures 22 min
décryptage > Europe
Brexit

Il est possible de sortir de l’affrontement stérile entre "élitisme" et "populisme". La preuve par Boris Johnson

il y a 8 heures 57 min
décryptage > Politique
La grande illusion

Réforme des retraites : cette victoire du gouvernement qui se profile… mais pourrait bien ne rien lui rapporter

il y a 9 heures 32 min
décryptage > Société
Ville de demain

Bâtiment, immobilier, transports : ces vraies initiatives pour une ville plus durable

il y a 1 jour 5 heures
décryptage > Economie
Nouvelle ère ?

Première réunion de l’ère Lagarde : la BCE peut-elle se saisir des problèmes structurels qui minent la zone euro ?

il y a 1 jour 6 heures
© ALAIN JOCARD / AFP
© ALAIN JOCARD / AFP
Tout ça pour ça

Vote du PLF 2020 : 3 mois de débats pour presque rien (de nouveau)

Publié le 19 novembre 2019
Le Projet de loi de finances pour 2020 doit être voté en première lecture à l'Assemblée nationale ce mardi.
Mathieu Mucherie est économiste de marché à Paris, et s'exprime ici à titre personnel.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mathieu Mucherie
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mathieu Mucherie est économiste de marché à Paris, et s'exprime ici à titre personnel.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Projet de loi de finances pour 2020 doit être voté en première lecture à l'Assemblée nationale ce mardi.

Atlantico : Emmanuel Macron a déclaré dans The Economist il y a quelques jours : "Nous avons besoin de plus d'expansionnisme et de plus d'investissement. [...] Je pense que c'est pour cela que le débat autour du 3% dans les budgets nationaux, et du 1% du budget européen, est un débat d'un autre siècle." Le PLF 2020 va être adopté solennellement aujourd'hui à l'Assemblée nationale. Le déficit prévu pour 2020 serait, selon le HCFP, de 2,2%. En ne regardant que le niveau de déficit, Emmanuel Macron et le gouvernement peuvent-il réfléchir à la répartition des charges et des dépenses publiques, et à leurs effets ? 

Mathieu Mucherie : Ils n'en sont pas là... Ils sont au stade du tripatouillage, ils font ce qu'ils peuvent. En réalité, ils naviguent à vue, comme les banquiers centraux. Il n'y a pas de doctrine claire. On sait tous depuis le début que les 3%, c'est une connerie. Ils ne peuvent pas trop le dire, mais ils le disent un petit peu. L'idée, c'est donc d'essayer de faire semblant de respecter une sorte de guidance budgétaire. Pourquoi ? Surtout pour ne pas perdre la face, comme dans les cultures asiatiques ! Il ne faut pas chercher plus loin. Ils essayent aussi de ne pas trop se mettre en faute par rapport au partenaire allemand. Et pour le reste, ils ne peuvent pas non plus aller trop loin vu le taux de croissance qu'on a. Il ne resterait plus rien si jamais l'Etat commençait à faire vraiment de l'austérité. Et puis de toute façon, du point de vue la pure rationalité économique, étant donné que les taux sont nuls ou négatifs et que l'Etat s'endette à 10 ans à taux négatifs, il n'y a pas d'urgence à resserrer. Et en même temps, ils sont obligés de faire un tout petit effort parce que quand même, on aura noté que, que ce soit dans l'enseignement, à l'hôpital, ou dans la police, il y a de grosses demandes actuellement, dont certaines sont tout à fait légitimes. 

Ils se disent donc qu'il faut donc encore tenir pendant 2 ans et demi, en faisant semblant de respecter les demandes légitimes (service public, gilets jaunes, etc.) tout en faisant aussi semblant de respecter vaguement les engagements pris auprès de Bruxelles. Cela pouvait passer assez agréablement il y a encore dix-huit mois parce que le gouvernement était persuadé qu'il y aurait 2% de croissance chaque année. C'était la programmation d'Emmanuel Macron sur cinq ans. Il était parti du principe qu'il n'y avait plus ce cycles économiques et qu'on aurait deux fois notre croissance potentielle chaque année pendant cinq ans de suite. C'était assez beau... Evidemment, dès qu'il est arrivé, la croissance est passé de 2% à 1,5%. Maintenant, elle est plus proche de 1%, et encore, c'est parce qu'on fait de la relance budgétaire. Sinon le secteur privé est en dessous. On sent bien par ailleurs que dans un an, on va être proche de zéro. Que fait-on dans ce cas ? On fait un peu de bidouillage : il y a un peu de hors bilan ; il y a des jeux de passe-passe avec la dette de la SNCF, etc. C'est politique de rabots, de rabais, de petits stimulus sectoriels. C'est donc exactement ce qu'Emmanuel Macron avait dit qu'il ne ferait plus : un pilotage à la François Hollande, à courte vue, sans véritable réforme des effectifs de la fonction publique, sans réforme de l'Etat. 

Une des mesures phares du PLF 2020 est la baisse de l'Impôt sur le revenu, et des baisses de charges plus généralement pour les classes moyennes (de l'ordre de 5 milliards) dans le contexte de l'après gilets jaunes.  Ce genre de mesures sont compensées par la baisse de la charge de la dette dans un contexte de taux très bas. Est-ce que ce contexte n'empêche pas la réforme de l'Etat ? 

Déjà, 5 milliards parait important. Mais ramenés au 1100 milliards de dépenses publiques de toutes les administrations, les 5 milliards ne seront probablement pas perçu par les agents économiques. Si en même temps, vous augmentez le prix des péages ou de l'électricité, parfois pour de bonnes raisons d'ailleurs, votre baisse d'impôts de 5 milliards est incolore, inodore. Elle n'aura aucune influence. 

Sur le reste, je ne suis pas d'accord avec cette explication. L'Etat secrète son déficit comme une glande secrète une hormone. C'est quasiment naturel. C'est une gigantesque machinerie. Il ne faut pas imaginer des gens qui font de l'optimisation financière de haut niveau en se disant : j'ai une baisse de taux, donc cela va me donner tant de marge financière. Ce n'est pas comme cela que ça se passe. On a à faire avec une énorme machine, avec 5 millions de fonctionnaires, avec des charges salariales stables. A la marge, il y a des questions de croissance, mais rien de plus.

C'est ce qui explique selon vous les déclarations du Président ?

 Si Emmanuel Macron était en capacité, grâce à la croissance, de passer en-dessous des 3% de manière significative et durable, il passerait son temps à dire : "Nous sommes passés en dessous des 3%, voyez à quel point je traite convenablement les finances publiques par rapport à mes prédécesseurs". Mais vu qu'il n'est plus dans la capacité de le faire, il casse le thermomètre. On va réentendre parler des fameux investissements d'avenir qui permettent de parler différemment du déficit public. Il va dire que de toute façon, c'est de la faute des gilets jaunes. Ce ne sera, quoiqu'il arrive, pas de sa faute. Ce ne sera pas lui qui aura été dans l'excès d'optimisme dans sa programmation de 2017. Ce ne sera pas lui qui aura exagéré le rôle des pseudo-réformes structurelles qu'il a à moitié entamées. Ce sera la croissance mondiale qui fait défaut à cause des méchants Américains, des méchants Chinois, ou des méchants Brexiters, mais ce ne sera jamais de la responsabilité de la France. Toutes les techniques de disculpations qu'utilisent les banquiers centraux ou les financiers seront utilisées par le camp Macron. 

Il a annoncé la semaine dernière qu'il y aurait un plan d'urgence pour l'hôpital. Est-ce que cela n'annonce pas qu'à chaque crise sociale, jusqu'à la fin du quinquennat, le gouvernement lâchera du lest en faisant de petits efforts localisés ?

C'est exactement, trait pour trait, ce qu'il avait dit qu'il ne ferait plus. Il avait dit : "Avec moi, le nouveau monde, ce ne sera plus une gestion au fil de l'eau, dans l'urgence, ce ne sera plus du bricolage ou du saupoudrage. On a un plan et une stratégie. On va donc avoir de la croissance, parce que je suis très intelligent et que je suis entouré de gens qui sont des managers dans l'âme." Voilà la promesse : réduire les déficits, respecter le modèle social français, et faire des réformes structurelles. En fait, cela ne tient pas, parce qu'il n'y a aucune raison pour cela tienne. Même si on avait de la croissance, on reste piloté par les émotions, les manifestations, par des éléments très conjoncturels. Il n'a pas la profondeur de banc en termes de ressources humaines. Il n'a pas les marges de manœuvres politiques. 

On revient donc toujours au péché originel de ce mandat et de tous les mandats précédents. La théorie des 100 jours de Milton Friedman, qui dit que si vous êtes très légitime au moment de votre élection, il faut tout faire passer au maximum dans les trois premiers mois, est vérifiée. Quand on regarde les trois premiers mois, on a l'impression de changements, mais ce sont des changements de ressources humaines, de marketing. Beaucoup d'agitation, mais sur le fond des réformes économiques, il n'y a rien. On ne se fâche pas avec les vraies réformes qui font mal, comme la libéralisation du foncier ou les retraites. On passe des heures et des heures sur la loi de la moralisation de la vie politique. Maintenant qu'on a ni croissance, ni capacité politique pour agir, il fait exactement ce que font ses prédécesseurs : du pilotage à courte vue. Le PLF est donc un non-événement, sinon le signe d'une hollandisation d'Emmanuel Macron.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Jean-Paul Delevoye avale des couleuvres, Marine Le Pen perd cadres et militants, Arnaud Lagardere se fait attaquer par des financiers britanniques, Rachida Dati se rebelle contre Gerard Larcher; Le Qatar derrière les listes communautaires ?

02.

Réforme des retraites : cette victoire du gouvernement qui se profile… mais pourrait bien ne rien lui rapporter

03.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

04.

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

05.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

06.

Retraites : les bénéfices économiques de la réforme auront de la peine à compenser son lourd coût politique de long terme

07.

Est-il exact que, comme le dit France Culture, La Fontaine s'est inspiré d'un recueil de fables arabes pour les siennes ?

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

03.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

04.

Entrepreneurs : Tous en grève !! Petite leçon de chose aux Français qui soutiennent le mouvement

05.

L'Insoumis (Jean-Luc Mélenchon) veut se pacser avec l'Insoumise (Marine Le Pen). Et l'Humanité s'étrangle d'indignation

06.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

03.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

04.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

05.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

06.

Retraites : les bénéfices économiques de la réforme auront de la peine à compenser son lourd coût politique de long terme

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 19/11/2019 - 16:23
Comédie à tous les niveaux.
Tristement drôle et lucide. Mais sur le fonds, la question c'est de savoir si une option politique en dehors de Macron ou de ses prédécesseurs est capable d'être efficace et surtout si les Français eux-mêmes souhaitent cette efficacité collective ou si plutôt, par peur de perdre leur bout de gras vrai ou imaginaire, au fonds d'eux-mêmes, ils ne préfèrent pas ce tripatouillage au fil de l'eau comme louis de Funès dans ce film célèbre qui se passe sous l'occupation. Les Français font peut-être semblant de vouloir changer les choses, surtout pour les autres, mais ils désirent retrouver le monde d'avant des trente glorieuses où on pouvait noyer le coût des changements dans la croissance rapide .Mais ce temps est révolu, il ne reviendra pas et ceci d'autant plus que les lubies écologistes, populaires, vont casser toute velléité de croissance nouvelle.
J'accuse
- 19/11/2019 - 10:56
Parler vrai
Voilà une analyse sans langue de bois: on aimerait qu'elles soient toutes comme ça.
Eface
- 19/11/2019 - 10:26
Erratum
Mr Mucherie et non Mecherie. Avec les excuses pour cette faute de frappe.